Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2013
YEAR OF NO LIGHT
Par WËN
Le 11 Décembre 2013

THE GATHERING
Par VOLTHORD
Le 30 Novembre 2013

DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE
Le 11 Novembre 2013

Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE
Le 3 Novembre 2013

Steve VAI met le feu à la Coop' de Mai
Par JEFF KANJI
Le 20 Octobre 2013

NOFX à La Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 20 Octobre 2013

FINNTROLL + TYR + SKALMOLD
Par VOLTHORD
Le 12 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Bruxelles)
Par ZODD
Le 7 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA
Le 7 Octobre 2013

Vulcain
Par CITIZEN
Le 6 Octobre 2013

Psycroptic + Hour of Penance
Par DARK MORUE
Le 2 Octobre 2013

WACKEN OPEN AIR 2013
Par JEFF KANJI
Le 19 Septembre 2013

Motocultor 2013 (2)
Par DARK MORUE
Le 30 Août 2013

Motocultor 2013 (1)
Par DOLORÈS
Le 29 Août 2013

Metal Méan 2013
Par CITIZEN
Le 26 Août 2013

EYEHATEGOD + ORANGE GOBLIN
Par ENENRA
Le 23 Août 2013

Party San 2013
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2013

Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA
Le 1 Août 2013

TORCHE
Par ENENRA
Le 24 Juillet 2013

PRAGUE DEATH MASS Vol. II
Par ENENRA
Le 19 Juillet 2013

NEUROSIS
Par ENENRA
Le 7 Juillet 2013

SUFFOCATION
Par DARK MORUE
Le 20 Juin 2013

NEUROTIC DEATHFEST 2013
Par ENENRA
Le 20 Juin 2013

IRON MAIDEN
Par WËN
Le 8 Juin 2013

MICHAEL SCHENKER
Par JEFF KANJI
Le 29 Mai 2013

SEPTICFLESH
Par DARK MORUE
Le 27 Mai 2013

MELVINS
Par ENENRA
Le 23 Mai 2013

AMENRA
Par ENENRA
Le 9 Mai 2013

PPM Fest 2013
Par JEFF KANJI
Le 20 Avril 2013

KVELERTAK
Par ENENRA
Le 26 Mars 2013

ROMPEPROP
Par DARK MORUE
Le 25 Mars 2013

CULT OF LUNA
Par WËN
Le 7 Février 2013
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
 
Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE et DOLORÈS le 25 Octobre 2013
Publié le 3 Novembre 2013 Consulté 3313 fois

Garmonbozia, orga de concerts fiable, efficace et omniprésente. Si vous êtes Français et que vous vous intéressez au Metal, vous pouvez juste pas passer à côté. Et devinez quoi ? Ils ont 15ans. Voilà qui ne nous rajeunit pas. Et donc, pour célébrer cet anniversaire, quoi de mieux qu'un festival bien fifou avec une affiche qui dresse le zizi, hein ?



Et bien entendu, l'équipe Nightfall était là, les agents élites de l'underground Dark Brutal Metal Lol que sont DarkMorue et Dolorès sitôt dépêchés sur place. Direction Rennes, et la superbe salle de L’Étage, où sont postés quelques centaines de metalheads prêts à en découdre pendant 2jours. Festival indoor, organisation nickel, tout est propret, rien à redire, à la hauteur de la réputation de l'orga. Tout juste on regrettera un merch un peu léger et une absence de nourriture sur place quelque peu emmerdante pour quiconque veut absolument assister à tous les shows. Dans tous les cas, là n'était pas le principe, l'ambiance étant sérieuse et Trve Metal. Donc, place à la musique !

LA PREMIERE JOURNEE


Body Farm

Groupe qui ouvre le festival, c'est pas mauvais mais totalement oubliable. Des riffs repiqués à BOLT THROWER enchainés, et sur les dernières minutes le combo se transforme en AMON AMARTH on pige pas trop pourquoi, remballé c'est pesé. M'enfin, ça chauffe bien tout le monde pour GOROD.

Gorod

Déjà vus au Motocultor peu de temps auparavant, le set est ici encore plus sympa. Toujours GOROD qui fait du GOROD, groovy et bien technique, mais avec cette fois une superbe ambiance de salle qui rend le set beaucoup plus énergique. La part du lion est encore donnée au dernier album, avec des superbes "Birds of Sulphur", "Carved In The Wind" ou la folle furieuse "The Axe Of God". Les musiciens s'en donnent à cœur joie, surtout Barbie qui affiche toujours son sourire chaleureux et communicatif en tritouillant sa basse à 3 frets, et le chant ne cesse d'améliorer son rendu live. Bref, c'était GOROD, ça butait, et vu que le concert se clôturait sur "Disavow Your God" ben je suis content.

XENTRIX

Thrash regardé de loin. Ben c'était bien cool, ça riffe comme il faut, en fait c'est exactement le genre de musique que METALLICA devraient faire, mais y arrivent plus. Après bon, pour les non-fans du genre c'est pas évident, mais faut avouer que ça fait du bien par où ça passe et que c'est particulièrement bien branlé. Bien mieux que les deux machins -core à venir qui feront évacuer la salle au profit de bières et de pizzas.

Sadist

Partis se ravitailler, nos deux vaillants explorateurs de l'extrême n'ont pu assister qu'au YAAAAARGH final du set. Au moins, cet unique cri envoyait bien la purée. Excellent concert, probablement le meilleur du fest, car n'ayant pour le coup vraiment rien à jeter ni aucune faute de goût.

Shining



Dolorès : J'en avais beaucoup entendu parler mais j'avais jamais pris vraiment le temps d'écouter. Pourtant on m'avait répété que ça me plairait forcément, le côté bordélique et complètement barge. Je découvre finalement les Norvégiens sur scène, avec une énorme présence et une atmosphère électrique. Le groupe assure complètement la technique, tout est ultra calé. Ce qui me gène avec ce groupe c'est qu'il y a deux côtés : les moments où on comprend quelque chose à la rythmique, et les autres. Autant dire que quand on comprend ce qui se passe, c'est génial, sinon, ça devient vite gênant. Ne pas comprendre comment s'organise ce qu'on entend, ça aide pas à apprécier. Ah oui et le virtuose du saxophone, ok c'est sympa de faire un petit solo entre deux morceaux pour montrer qu'on sait se servir de son engin, mais quand ça ressemble à rien d'harmonieux et que c'est jouer pour jouer, j'en vois pas l'intérêt. C'est dommage car ça contraste avec des moments vraiment intenses du concert.
DarkMorue : Moi je les avais déjà vus donc je savais à quoi m'attendre. Et c'était bien mieux que la première fois, totalement fou, bien que parfois l'overdose de complexité rythmique, et les lumières stroboscopiques qui flashent dans tous les sens soient pas loin de générer une crise d’épilepsie violente. On retient "Fisheye" qui a duré je sais pas combien de temps et surtout une reprise de KING CRIMSON finale qui m'a juste mis à terre. Pas accessible mais totalement dingue, franchement un de mes concerts préférés de tout le festival juste pour la fraîcheur apportée et la maîtrise intégrale. En plus ça respire la classe, franchement bravo.

Napalm Death
Un set très long, peut-être un peu trop. Mais violent, parfait pour clôturer la soirée, mettre une bonne claque avant d'aller dormir. Dolorès pour sa part ne voit pas l'intérêt de faire des morceaux de 20 secondes, où le temps de pause entre chaque morceau pour parler de politique devient limite plus long que le temps alloué à la musique, mais cet aspect de leur musique semblait ne déranger qu'elle (enfin voilà quoi, ils ont refait plein de morceaux de "Scum" à la suite donc les fans hardcores étaient contents, ça a bien pris 5min pour 7 pistes quoi). Heureusement que d'autres séquences compensent vu que NAPALM DEATH réussit quand même à être un de ces groupes de Grind qui compose de vrais «longs» morceaux. Et sur un set aussi fourni, il y en avait ! Toujours une setlist classique avec la grosse masse d'extraits des périodes récentes (le dernier album avec les fulgurants et solennels "The Wolf I Feed" et "Leper Colony", se défend toujours aussi bien sur scène). Et bordel de merde, quelle énergie ! Barney se démène au micro et aboie dans tous les sens avec son chant rageur typique, bien porté par les riffs boulets de canon de Mitch Harris et Jacques Villeret... Euh Shane Embury.
Pratiquement 1h30 de set, pour du Grindcore furax, ça fait long, mais vu la guerre que c'était dans la fosse au final ça passe tout seul. Concert d'une intensité incroyable pour clore la journée, laissant bon nombre de metalheads exsangues, les British sont égaux à eux même.
Retour à l’hôtel, repos mérité.


DEUXIEME JOUR




Voight Kampff

Le running order est modifié, VOIGHT KAMPFF se retrouvent catapultés en fin de soirée et joueront finalement dans un bar vers 4h du matin. Nous n'y serons pas jusque là, il y a des limites, donc pas de reports du groupe en ces pages, désolé.

Negură Bunget

*DarkMorue regarde tranquillement le groupe en sifflotant et laisse parler la vraie fan de Black Atmo*
C'est exactement le genre de groupe qui a tout pour me plaire. Quand on me l'a décrit, quand j'ai lu des chroniques d'eux, je me suis dit que c'était absolument sûr que ça devienne mon groupe préféré (Black Atmo + Folklorique + Chamanique). Mais non, sur album je supporte juste pas. Du coup, j'étais quand même curieuse d'entendre ça en live. Et ça change tout, en fait. Les percussions folkloriques deviennent vraiment prenantes, et leur Black prend une nouvelle teinte. Et entendre de la trompette dans un groupe de Folk Black Roumain, c'est assez étonnant et fun. Le set était tout de même assez court.

Twilight Of The Gods

On ne s'attendait juste pas à ça. Faut croire que nous étions restés bloqués sur le fait qu'au départ, ils reprenaient du BATHORY. Du coup, non, on pensait pas avoir droit à un genre de MANOWAR. Ça n'empêche pas qu'une fois l'ambiance lancée et quelques morceaux passés, ça devient bien sympa, malgré les passages Heavy bien clichés. Ça, c'est pour tenter de rester objectifs alors que si Alan Averill (également chanteur de PRIMORDIAL) n'était pas chauve on demanderait juste à l'épouser (plan à 3 NIME-PRIMORDIAL, qui dit mieux). Mais, sa voix, quoi. Ok, il est pas totalement dans son élément avec du Heavy, mais il a quand même une voix qui détruit tout et un charisme énorme.



Rotting Christ

Dolorès : Je sais pas pourquoi, j'étais persuadée que j'aimais pas. Heureusement que je suis pas bornée, sinon j'aurais pas eu l'occasion d'être très agréablement surprise lors de leur performance. L'ambiance antique et guerrière, c'est ultra entraînant et prenant. Puissant et mélodique en plus de ça. Après réécoute sur album, j'arrive à apprécier, mais ce n'est toujours pas ça... Je suppose que ça ne prend bien qu'en salle.
DarkMorue : OUH ! AH ! OUH ! AH !
ROTTING CHRIST c'est au Black Metal ce que 300 est à David Lynch. On se prend pas la tête, on se mange des riffs Thrash et Heavy dans la tronche, on lève les poings et on va taper sur des méchants avec une armure qui brille. Et c'est cool.

Wardruna

DarkMorue ayant totalement perdu l'usage de la parole en cours de set, c'est Dolorès qui va tout vous raconter cette fois.
-Le mot qui pourrait le mieux se rapprocher serait sans doute Grandiose. Le trio se retrouve sur scène avec une seconde chanteuse et quelques autres musiciens. L'ambiance est posée, les lumières ne valsent plus dans tous les sens, les Norvégiens ont le regard au loin en entamant leurs chants. Les quelques regards de Kvitrafn, Gaahl, et Lindy-Fay Hella à mon égard alors que j'étais dans le pit photo étaient troublants. J'ai l'impression qu'ils ont joué plus de titres du premier que du second album. « Algir - Stien Klarnar », qui me semblait être un bon titre parmi d'autres du premier opus, prend toute son intensité sur scène. On n'aura pas la chance d'entendre « Solringen » ou « Sowelu », mais WARDRUNA finit bien évidemment son concert sur le merveilleux « Helvegen » qui m'aura presque fait pleurer. J'ai cru comprendre que ce fut une bonne surprise pour de nombreuses personnes présentes, mais on a aussi été plusieurs à se plaindre des discussions en plein milieu du public, pas le genre de chose qu'on fait en face de ce groupe, quand on est tout devant... A vrai dire, je ne vois pas l'intérêt de rester jusqu'à la fin de ce genre de concert si on n'a pas l'impression d'entrer dans un genre de transe.



Trepalium

C'est mort, on écoute pas ça après WARDRUNA. On se pose dans un coin, et on reprend ses esprits. C'est tout.

Benighted

Un peu moins bonne ambiance que lorsque je les avais vus au Ferrailleur à Nantes (Dolorès) ou à la scène Bastille de Paris (DarkMorue), où l'intimité de la salle et la proximité dans le public déployait le caractère brutal du groupe. Ça reste malgré tout une valeur sûre. Ce genre de groupe qui a tellement d'énergie qu'il t'en refile quand t'en as plus. C'est Grindcore, ça gruike de partout, ça déploie une énergie folle et beaucoup de tubes. On regrette des pogos débiles remplis de coreux karatékas super chiants, mais les circle pits et autres wall of death rattrapent le tout. Pour la setlist, rien que se manger une "Let The Blood Spill Between My Broken Teeth" au début repris en chœur par tout le monde vaut de l'or. Le son est encore une fois exceptionnel, c'est rageux, sans pour autant atteindre le niveau de NAPALM DEATH la veille, mais voilà quoi. Et Julien merde, ces alternances de chant de malade, les samples glauques, la bonne humeur et l'overdose de violence... Un groupe parfait, qui a fait le set qu'il fallait au moment qu'il fallait. Approbation.

Hail Of Bullets

Dolorès : Pas mon genre de groupe, mais une bonne ambiance et j'étais assez surprise par la présence du chanteur, son chant assez peu commun mais très agréable, et son charisme.
DarkMorue : Ben moi c'est justement totalement mon genre de groupe en fait. Juste ceux que j'attendais le plus de tout le festival, le seul VRAI groupe de Death tronçonneuse avec la légende vivante Martin Van Drunnen au chant, et ses vocaux si caractéristiques. Et ça poutrait. Enfin. Quand des morceaux du dernier album sont joués, c'est pas terrible ("Pour Le Mérite" est définitivement nulle à chier), mais sinon ça roxxait du poney. Ouvrir par "Operation Z" est définitivement une idée de génie, mais se manger des "Kamikazes", "Red Wolves of Stalin", "Guadalcanal" et autres "The Crucial Offensive" ben ça te change un homme. Alternant les riffs tranchants et les mid-tempos écrasants et headbanguants, avec un frontman qui tente désespérément de réussir à parler français entre les morceaux, on tient au final un concert bien solide nous donnant notre dose de Death Metal suintant et guerrier pour le restant du mois.

Coroner

Nous étions heureux pouvoir les revoir mais malheureusement, bien trop fatigués pour pouvoir profiter du concert. Beaucoup trop de mal à comprendre ce qui se passait pour pouvoir apprécier. Petite déception de fin de festival. Trop froid pour DarkMorue, trop tardif pour Dolorès, rentrer totalement dans le show n'est pas la chose la plus évidente dans ces conditions...

Et c'est la fin. Et on évacue le lieu et on est pas contents que ce soit passé aussi vite. Bon, notre pass nous donne accès à un After à l'Ubu, bar-salle de concert sympathique où joueront un groupe de Hardcore ainsi que VOIGHT KAMPFF, mais l'heure tardive (malgré le changement d'heure) ne nous encourage pas à s'y éterniser plus que ça.
N'empêche que, au final, ce festival offre un solide bilan. Une salle parfaite avec une ambiance qui va bien, un son carrément parfait, une programmation riche en groupes rares, une organisation carrée de chez carrée (on regrette juste le léger bordel dans la programmation avec le manager de WARDRUNA qui a mis un beau merdier dans le running order, ce groupe aurait été parfait en clôture de festival quoi merde). Bref, pas loin d'être irréprochable au niveau de la pure qualité concert. En revanche, on note des grosses carence en sécurité, le pit photo déserté par les agents de sécu, pass photo totalement inutile vu que n'importe qui pouvait passer comme il voulait, le total No Man's Land situé devant la scène constitue de loin l'approximation la plus criante de tout le festival...
M'enfin, ce n'est pas suffisant pour bouder notre plaisir. Si y'en a un autre pour les 16ans, comptez nous dedans !

Ah oui, et c'est notre Dolorès qui as pris les photos, alors envoyez lui des keurs et des bisous, elle les mérite.
Si vous en voulez d'autres:
http://doloresvselenium.deviantart.com/gallery/


Le 12/11/2013 par THORWALD

Merci beaucoup à vous deux pour ce live report. Puisque que j'étais là samedi et que vous n'avez pas été très généreux avec CORONER, je propose d'apporter une petite contribution. Je fais un copié/collé d'un compte-rendu que j'avais posté ailleurs:

Quelques problèmes de soundcheck au niveau de la basse de Ron Royce éprouvent encore notre patience. On peut apercevoir le fantastique Tommy T. Baron revêtir sa six cordes, puis les lumières s'éteignent. Ca commence très fort avec "Internal Conflict" et sa rythmique d'enfer. Le son n'est pas à mon avis extraordinaire (m'enfin je dois pas avoir une assez grande expérience si vous dites qu'il était parfait), mais il a au moins assez de puissance pour donner toute la dimension percutante au morceau. Ron est en grande forme et assure vocalement (je craignais un peu pour un manque de charisme). C'est même inquiétant de le voir s'écraser les paupières lorsqu'il vocifère de sa voix rauque inimitable "I will crush my skull, when I feel like doing it
I will break my bones, when I feel like doing it"

On enchaîne sur du très lourd avec "Serpent Moves" qui donne l'occasion à Tommy de briller par un solo hors norme. Le public l'applaudie même chaleureusement après son exécution. Et ce riff, argh, il est à s’empaler de bonheur ! Le classique "Masked Jackal" suit, incroyable de vitesse, de maîtrise et de virtuosité. Il est d'ailleurs impressionnant de voir les doigts de Ron se promener sur sa basse avec une telle agilité, tant ce morceau est technique. Un fois encore, le solo est flamboyant, peut-être le meilleur de CORONER.

Ca continue avec "Metamorphosis", malheureusement sans son intro envoûtante. Le titre est néanmoins vraiment Thrash dans l'esprit et l'anaphore vocale de Ron fait de l'effet. S'ensuit le magistral "Son Of Lilith" que le groupe dédit à un pote qui apparemment a un lien avec le chanson. Malgré un solo hallucinant et l'entrain de la foule pour hurler en choeur le refrain, le son ne rend pas justice à la subtilité de l'excellent riff du morceau, peut-être à cause d'une basse trop présente. "Semtex Revolution" prend tout de suite le relais et nous fais prendre conscience de toute le puissance du jeu de Marquis Marky. Terrible ce titre.

L'arrêt cardiaque retentissant dans la salle annonce l'immense "Divine Step (Conspectu Mortis)". Le pont donne l'occasion à Tommy d'improviser un solo ambiancé, différent de la version studio. Et le terrible break de provoquer des headbangs de folie et un joli pogo dans la foule. Bordel qu'est ce que je me suis arraché le coup là-dessus ! Le solo qui suit est démoniaque.

Le groupe nous annonce un dernier morceau: l'inexorable "Grin" et sa rythmique de plomb matraquée à l'infini: un grand moment de la soirée. Déjà fini ? On ne l'entend pas de cette manière cette manière et le groupe répond à la clameur de la foule pour un rappel. Je n'ai pas reconnu le l'ultime morceau qui devait sûrement provenir d'un des deux premiers albums que je n'ai pas écouté intégralement. En tout cas ça poutrait sévère.

En bref, ce fut une grande leçon de Thrash technique comme seul sait le faire Coroner. Le groupe brille notamment par son professionnalisme: tout était impeccable, aucune faille. Nos suisses préférés nous ont asséné une claque sévère ce soir-là.

Good points:

-La rapidité d'exécution
-Les solos
-Un Ron Royce en grande forme. Mention spéciale à son "Vous êtes fatigués !" prononcé dans un français si maladroit mais assez adorable.
-Divine Step, Grin

Bad points:

-Un peu court (seulement 9 titres)
-Aucun titre de No More Color. Bordel il fallait au moins "Die By My Hand !"
-Un son perfectible qui ne rendait pas trop honneur à la guitare

Set-list:

Internal Conflict
Serpent Moves
Masked Jackal
Metamorphosis
Son Of Lilith
Semtex Revolution
Divine Step (Conspectu Mortis)
Grin
??? (si quelqu'un pouvait compléter)


Le 11/11/2013 par GUILLAUME THE ELDER

Super surprise que cette date à Rennes, dans une Bretagne lumineuse et douce, à quelques jours de la Nuit de la Toussaint...

On commence avec NEGURA BUNGET que je connais pas mal, quelques albums très très ambiance slave traditionnelle, bien à mon goût. Tous les instruments sont parfaitement exécutés. En fermant les yeux, on est vite transporté dans les Carpathes, avec les troupeaux de moutons, les ours mais aussi les loups et pas loin peut-être quelques vampires.... Ma seule interrogation, pourquoi un groupe si bon et original ouvre la journée??

TWILIGHT OF THE GODS : inconnu à mon bataillon! Bonne surprise, très Heavy Metal, un croisement MANOWAR, JUDAS PRIEST, VIRGIN STEELE très bien mené par un chanteur et un guitariste très à leur aise. Back in '85!

WARDRUNA : j'avais un peu potassé avant de débarquer, je ne pouvais donc qu'être très curieux de ce groupe dont le leitmotiv est de réaliser la musique des Vikings de l'an 900, c'est à dire les années où ils ont débarqué pour la première fois en Bretagne (913, Landévennec pour être exact)! Le rôle est à la mesure de Ghaal, la chanteuse brune assurait très fort, je suis plutôt bien rentré dedans comme la plupart du public j'ai pensé.

TREPALIUM & BENIGHTED : deux groupes français super sympas, mais bon, pas très original... des vocaux assez linéaires. Il y a une french touch dans le cinéma d'animation, dans l'électro ; on ne peut pas en dire autant du Metal, malheureusement, c'est ainsi... Avantage à BENIGHTED quand même.

HAIL OF BULLETS : je suis grand fan de Martin Van Drunen, que je connais entre autres avec PESTILENCE, ASPHYX, et donc ce HAIL OF BULLETS et ses albums exclusivement dédiés aux conflits de 39-45!! Je ne suis pas le seul fan, "Martin!" par-ci, "Martin" par-là, notre Homme est attendu. Grosse élévation du niveau de la soirée dès les premiers accords. Un Death Metal sans concession, sans temps morts. Un Van Drunen parfait, très proche de son public, bref un moment qu'on n'oubliera pas.

CORONER : un Groupe que je chéris depuis 1989, les Maîtres du Thrash et que je n'avais jamais vu!! Vous imaginez donc mon état, malgré l'heure tardive... Le groupe culte joue là, devant moi... Le show se déroule tranquillement et solidement ; tout cela est réalisé avec une maîtrise parfaite et totale. "Internal Conflicts", "Serpent Moves", "Masked Jackal", "Son Of Lilith", "Divine Step", "Grin", "Reborn Through Hate".... Pas de titres de "No More Color", tant pis. Merci à Vous.

Presque 3 heures du matin, c'est fini. Salut Rennes et Vive la Bretagne!



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod