Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2013
YEAR OF NO LIGHT
Par WËN
Le 11 Décembre 2013

THE GATHERING
Par VOLTHORD
Le 30 Novembre 2013

DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE
Le 11 Novembre 2013

Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE
Le 3 Novembre 2013

Steve VAI met le feu à la Coop' de Mai
Par JEFF KANJI
Le 20 Octobre 2013

NOFX à La Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 20 Octobre 2013

FINNTROLL + TYR + SKALMOLD
Par VOLTHORD
Le 12 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA
Le 7 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Bruxelles)
Par ZODD
Le 7 Octobre 2013

Vulcain
Par CITIZEN
Le 6 Octobre 2013

Psycroptic + Hour of Penance
Par DARK MORUE
Le 2 Octobre 2013

WACKEN OPEN AIR 2013
Par JEFF KANJI
Le 19 Septembre 2013

Motocultor 2013 (2)
Par DARK MORUE
Le 30 Août 2013

Motocultor 2013 (1)
Par DOLORÈS
Le 29 Août 2013

Metal Méan 2013
Par CITIZEN
Le 26 Août 2013

EYEHATEGOD + ORANGE GOBLIN
Par ENENRA
Le 23 Août 2013

Party San 2013
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2013

Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA
Le 1 Août 2013

TORCHE
Par ENENRA
Le 24 Juillet 2013

PRAGUE DEATH MASS Vol. II
Par ENENRA
Le 19 Juillet 2013

NEUROSIS
Par ENENRA
Le 7 Juillet 2013

NEUROTIC DEATHFEST 2013
Par ENENRA
Le 20 Juin 2013

SUFFOCATION
Par DARK MORUE
Le 20 Juin 2013

IRON MAIDEN
Par WËN
Le 8 Juin 2013

MICHAEL SCHENKER
Par JEFF KANJI
Le 29 Mai 2013

SEPTICFLESH
Par DARK MORUE
Le 27 Mai 2013

MELVINS
Par ENENRA
Le 23 Mai 2013

AMENRA
Par ENENRA
Le 9 Mai 2013

PPM Fest 2013
Par JEFF KANJI
Le 20 Avril 2013

KVELERTAK
Par ENENRA
Le 26 Mars 2013

ROMPEPROP
Par DARK MORUE
Le 25 Mars 2013

CULT OF LUNA
Par WËN
Le 7 Février 2013
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
 
NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA et CITIZEN le 4 Octobre 2013
Publié le 7 Octobre 2013 Consulté 2350 fois

Les événements où l'on peut assister à la représentation de groupes de Metal Extreme un petit peu Undeground, ça se compte sur les doigts d'une main en France, sur un an. A peu près. Donc c'est toujours avec joie qu'on accueille se genre de concerts. La banane de voir NECROS CHRISTOS et GRAVE MIASMA ce soir, accompagné d'ALUK TODOLO. Souvent c'est les Acteurs de l'Ombre qui ramène de l'UG mais ce coup-ci c'est Garmonbozia, dans l'habituel Glazart. Soirée Death Metal qui poutre en perspective.




--Premier report par Enenra--

Arrivé pendant le set d'ALUK TODOLO, je prends mon temps pour finir mon dîner devant la salle et assiste au dernier très bon titre ("Occult Rock IV" ?) avec toujours la même organisation sur scène : une ampoule au centre comme reliée à la guitare et qui, donc, s'allume progressivement à chaque notes de six cordes. C'est la troisième fois que je vois ce groupe (la première en ouverture de SUNNO))) et la seconde y a un mois au Klub) et vu leur dernière prestation qui m'avais pas emballé plus que ça, je dois avouer que le groupe a réussit à regagner un peu de mon estime. Le voyage est garanti.

Mais trêve de douceur Kraut-Black-trucplanant et place au DEATH METAL. En capslock. GRAVE MIASMA ne tardera pas à investir la scène du Glazart devant un public assez peu nombreux (ah bah oui, tout le monde ne connait pas) pour déclamer son Death venu des cryptes. On est dans du 100% Death Metal ici avec les vibratos maléfiques qui vont bien et la voix pleine de delay (y en a pas mal quand même). N'ayant pas écouté leur premier album (acheté le soir même) et ne connaissant que l'EP, j'en suis venu à la conclusion que leurs nouveaux titres sont beaucoup plus dans une veine "dense" et flux tendu que le premier enregistrement où on secouait la tête comme un forcené il faut bien le dire ("Gnosis Of The Summon" m'a mis KO). Les riffs ont du mal à ressortir face à la batterie et même en enfonçant un peu moins les bouchons, le son n'est pas encore tip top. On fera avec et appréciera ce Death joué sobrement mais avec une pêche et une maîtrise implacable. GRAVE MIASMA met tout le monde d'accord. Du petit bonheur.


Setlist GRAVE MIASMA :

- Death's Meditative Trance
- This Tomb Is My Altar
- Odoratus Sepulcrorum
- έσχατος
- Arisen Through the Grave Miasma
- Gnosis of the Summon
- Ossuary

C'est sûr qu'après ce déluge de notes pas forcément super assimilable du premier coup, en live qui plus est, NECROS CHRISTOS c'est la grande fête. TOUS les riffs t'explosent la tronche, bien millimétrés comme il faut, ça te tape le crâne avec une force titanesque et ça te ressort les refrains célèbres sur tous les Dancefloor ("Doom Of Kali Ma", toujours) et ça te fait taper du poing dans les airs pour faire tomber la foudre sur la salle. Enorme patate pour une interprétation toujours très sobre (comme au Hell's Pleasure Festival, en Juillet) de leurs titres bien speed (j'ai l'impression qu'ils allaient plus vite que cet été) et nécros. En face du chanteur qui t'hypnotise (j'ai fait pas mal d'"eye contact", à moi l'amour au lit !) et te débite ses paroles growlées de manière totalement impériale, je peux te dire que tu comprends vite ta douleur et rentre tout de suite dans la danse. NECROS CHRISTOS t'écrase et te galvanise à la fois. Le temps de regarder autour du moi j'aperçois un Citizen pas convaincu du tout par ce qu'il entend, ce frottant le bouc l'air songeur. Puissance et impact, voilà ce qu'on a récolté, même sur le nouveau titre joué en avant dernier. Du bonheur encore et toujours.

De toute manière on savait que ce n'était pas une mauvaise idée en fin de compte de se rendre à ce concert en ce Vendredi soir difficile (lendemain de fièvre et en pleine lutte contre un rhume léthal), on en a pris pour notre grade et on sait que notre cou est ruiné pour le week end. Merci NECROS CHRISTOS, merci Garmonbozia.


--Citizen in da place--

Pour moi ce concert était anticipé c’est rien de le dire, le flyer est sur mon mur depuis mars pour me rappeler de pas le louper. Anticipé pour les deux têtes d’affiche, bien plus que pour le support local annoncé plus tard et qui dénote beaucoup, les blackeux (et plus si affinités) de ALUK TODOLO. Les parisiens accumulent les dates ces temps-ci mais ce concert au Glazart ne devra sans doute pas les satisfaire puisque les musiciens interrompent le set vers le milieu pour pousser une gueulante sur des retours inaudibles.

Le public n’a heureusement pas vu la différence semble-t-il. Pour ma part on m’a un peu survendu le groupe comme du black psyché (ok)/ krautrock ( huh ?)/ [insérez à peu près n’importe quel autre genre] donc mes attentes étaient extrêmement élevées (d’autant plus que je mets rarement les pieds volontairement dans des concerts 100% black metal). Je me suis plutôt bien plongé dans les passages ritualistes (j’ai même le souvenir d’une espèce d’interlude groovy disco (!)) mais pour le reste ça relevait plutôt de la bourrasque black metal à des vitesses affolantes ; chapeau au batteur qui tenu ce rythme au cours des compos qui durent et qui durent (le public n’a eu que deux ou trois fois l’espace pour applaudir). J’aurais été intéressé par la dimension psyché mais je me suis sans doute savamment positionné à l’endroit de la salle où elle était inaudible, dommage.

Pas de surprise, le public afflue pour GRAVE MIASMA. Vus il y a quelques années, j’en gardais le souvenir d’une prestation furieuse et chaotique. Ma mémoire n’est donc pas fiable puisque, maintenant armé d’une connaissance minimale de leur discogr’, j’ai eu droit à un spectacle bien plus calculé. Ce qui n’est pas une mauvaise chose puisque leur DM est fondé sur des ambiances à couper au couteau avec des accélérations assez sporadiques ; les gens devant la scène ont donc sorti leur meilleur headbang lent, celui qui fait faire un mouvement de 90° et regarder le bout de ses pieds. On prend d'autant plus de plaisir lors des passages hautement épileptiques qui arrivent avec la brusquerie de circonstance. Le tout a pu manquer un peu de saleté mais MIASME DE TOMBE a toujours dégagé une puissance suffisance pour bien restituer les compos et fournir à peu près la bande-son du dragage d’un marais infesté de zombies.

Changement de programme pour NECROS CHRISTOS qui a la mission d’installer sur scène la même atmosphère que sur album… ici, ce genre d’atmosphère légitimement ténébreuse qui peut avoir tendance à faire décrocher faute de variété, fondée sur des rythmes plus lents et enfumés (voir sur de la triche, ie. la multiplication des artifices que sont les interludes avec leur espèces de zigouigoui), pas l'ambiance à la GRAVE MIASMA qui émane d'un jeu putride et malsain éminemment metal. C’est un peu ce que je tire de leur premier album, le genre de truc qu’on estime mais dont on trouve toujours un prétexte pour ne pas se le farcir à nouveau. Idem sur scène, le groupe n’insuffle ni surcroit de puissance ni d’ambiance et m’a donné une impression de souvent-entendu et de paresse, même pour les morceaux les plus catchy. J’ai été aussi déçu de pas avoir droit à une vraie interprétation des interludes de l’album au lieu des morceaux enregistrés qui passent entre les morceaux pendant que les musiciens bidouillent des trucs sur leurs machines à musique. Passablement soporifique et plutôt oubliable (à supposer qu’on en a retenu quelque chose pour commencer).

Bref soirée placée plus sous le signe de l’ambiance que de la puissance (en gambergeant là-dessus j’ai pigé pourquoi ALUK était dans le coup), même si chaque groupe emploie des stratégies bien à lui pour imposer son truc. Pas étonnant du coup que le seul groupe à avoir dans son arsenal des plans plus massifs ait sorti son épingle du jeu.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod