Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2013
YEAR OF NO LIGHT
Par WËN
Le 11 Décembre 2013

THE GATHERING
Par VOLTHORD
Le 30 Novembre 2013

DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE
Le 11 Novembre 2013

Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE
Le 3 Novembre 2013

Steve VAI met le feu à la Coop' de Mai
Par JEFF KANJI
Le 20 Octobre 2013

NOFX à La Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 20 Octobre 2013

FINNTROLL + TYR + SKALMOLD
Par VOLTHORD
Le 12 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Bruxelles)
Par ZODD
Le 7 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA
Le 7 Octobre 2013

Vulcain
Par CITIZEN
Le 6 Octobre 2013

Psycroptic + Hour of Penance
Par DARK MORUE
Le 2 Octobre 2013

WACKEN OPEN AIR 2013
Par JEFF KANJI
Le 19 Septembre 2013

Motocultor 2013 (2)
Par DARK MORUE
Le 30 Août 2013

Motocultor 2013 (1)
Par DOLORÈS
Le 29 Août 2013

Metal Méan 2013
Par CITIZEN
Le 26 Août 2013

EYEHATEGOD + ORANGE GOBLIN
Par ENENRA
Le 23 Août 2013

Party San 2013
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2013

Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA
Le 1 Août 2013

TORCHE
Par ENENRA
Le 24 Juillet 2013

PRAGUE DEATH MASS Vol. II
Par ENENRA
Le 19 Juillet 2013

NEUROSIS
Par ENENRA
Le 7 Juillet 2013

SUFFOCATION
Par DARK MORUE
Le 20 Juin 2013

NEUROTIC DEATHFEST 2013
Par ENENRA
Le 20 Juin 2013

IRON MAIDEN
Par WËN
Le 8 Juin 2013

MICHAEL SCHENKER
Par JEFF KANJI
Le 29 Mai 2013

SEPTICFLESH
Par DARK MORUE
Le 27 Mai 2013

MELVINS
Par ENENRA
Le 23 Mai 2013

AMENRA
Par ENENRA
Le 9 Mai 2013

PPM Fest 2013
Par JEFF KANJI
Le 20 Avril 2013

KVELERTAK
Par ENENRA
Le 26 Mars 2013

ROMPEPROP
Par DARK MORUE
Le 25 Mars 2013

CULT OF LUNA
Par WËN
Le 7 Février 2013
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA le 19 Juillet 2013
Publié le 1 Août 2013 Consulté 3248 fois

Carnet du voyageur Enenra. Summer 2013 Ed.


Le voilà enfin, l'événement de l'été 2013. La meilleure affiche de la saison : le Hell's Pleasure Festival. J'avoue ne découvrir l'événement que cette année, alors qu'il commence à avoir huit ans d'existence. Après deux bus pour aller de Vienne à Dresden en passant par Prague, puis deux trains le lendemain pour faire Dresden - Pössneck en passant par Leibniz, me voilà arrivé. Tour au supermarché pour acheter de l'eau et des biscuits (la bière c'est pour les falses) quand la bande de metalleux que j'ai croisé se prend des caissons de quinze bières chacun, retour à la gare en espérant chopper une navette. C'est au final une Allemande et sa fille qui m'amèneront sur le site : une piste de motocross. En effet c'est atypique.





Day 1

Première soirée pré-fest toujours très arrosée pour la foule, on tente de s'endormir assez tôt car on est crevé, on dort à tout péter quatre heures dans une bagnole (n'ayant pas de tente, j'ai squatté la bagnole d'un ami), on se réveille tout flingué et on est reparti pour la ville en stop afin de se poser dans un endroit décent en attendant les hostilités. Retour à midi après avoir mangé un sandwich en ville pour faire le tour du merch qui a fini d'être installé. Hop on se fait plaisir avec un vinyle qui s'il n'avait pas était acheté maintenant, aurait mis du temps à être régularisé (et puis je m'en trimballe déjà un donc bon...), une cassette, un t-shirt et un patch d'un groupe du jour, et on est lancé. BÔLZER ouvre le festival à 14h30 pétantes comme indiqué sur le planning qui sera respecté à la lettre toute la journée. Bon point.

BÔLZER fait parti de ces groupes à suivre de près après leur demo tape et leur ep puisque ces deux sorties auront prouvé au public qu'ils savent composer une musique autant ambiancée que riffesque, autant frontale que gorgée de mélodies. Un guitariste poilu et un batteur, et le tour est joué. Pas besoin de plus en fin de compte pour délivrer un show habité et sincère. On regrettera cela dit que les mélodies soient bien trop en retrait dans le rendu, la faute aux bouchons d'oreille également, car pour les avoir enlevés, ça rendait mieux sans... mais étant situé juste devant la scène et tenant à mes oreilles... vous savez la suite. BÔLZER aura tout du moins eu le mérite de nous avoir emporté dans leur musique venteuse.




Setlist BÔLZER :

- Roman
- CME
- Soul
- Wolfshook
- Zeus
- Unifier


Ce dont ne pourra malheureusement pas se targuer IRKALLIAN ORACLE, un groupe suédois qui a sorti une tape récemment et qui a bénéficié d'une nano hype dans le milieu. IRKALLIAN ORACLE, que les choses soient claires, j'aime. J'ai la fameuse tape et je me suis procuré leur shirt et patch juste avant leur show (j'en parlais avant), donc pas de soucis là dessus. Non, le gros problème de leur performance live fut bien que la partie rythmique mangeait toute la guitare. Et je ne l'ai pas dit mais la musique du groupe est à rapprocher de celle de PORTAL. Donc la guitare on aimerait bien l'entendre un peu plus que "par-ci par-là". A la place on se fait marteler le crâne par la double et par les notes assommantes d'un bassiste survolté. Donc petite déception de ce côté là. Sinon le groupe met en place toute une mise en scène en live avec des toges blanches, visages cachés, sculpture en fer à l'effigie du groupe avec bâtons d'encens dessus (pas allumés aujourd'hui, allez savoir...) et table avec tout un fatras dessus : crâne, bougie, pendentif de plume de paon... Bref y a de la recherche dans la forme. Donc déception mais pas mauvais du tout !

Vient ensuite le tour de DEAD LORD de rentrer sur scène (ah oui car j'ai pas dit mais y a qu'une unique scène), groupe de Hard dans la veine 70's dont les zicos prennent quand même un pied monstre à jouer (on notera le guitariste / second vocaliste qui a toujours la banane à faire des têtes pas possible avec ses lunettes). Après deux groupes à la musique assez obscure, ça fait du bien de se manger un peu de Hard décontracté du slip. Ca donne envie de remuer gentiment la nuque, de taper du pied, tout ça. Mais ça ennuie un petit peu à la longue. Sympathique groupe de Hard Rock malgré tout.




Là où VERMINOUS, lui, ne connait pas vraiment le mot "sympathique"... Groupe de Death Metal suédois (sans le son croustillant), il aura foutu quelques Deatheux à terre avec son premier album en 2003 (second album paru cette année) et aura foutu tout le public du Hell's Pleasure dans le gazon également. Quel show mes amis ! Mis à part que le chanteur devait avoir un mico déficient, sans compter le fait qu'il ne chantait pas vraiment dedans, mais en dessous (en gros les backing vocals étaient plus fort que le chanteur qui était assez loin derrière les riffs), le groupe envoyait toujours les riffs destructeurs les uns après les autres, brisant les nuques une par une et se posant là niveau intensité sonique. Un grand show pour un groupe qui m'avait déjà tué en studio (assez pour que j'ai presque peur de relancer l'écoute).

Setlist VERMINOUS :

- Spawn Of Satan's Curse
- Impious Genocide
- Malevolent Effacement
- In The Name
- Of Evil Blood
- Hordes OF Vermin
- Salvation By Extermination
- INRI
- Verminous Fluids

Vient maintenant la triplette du "c'est cool mais ça fait pas vibrer la corde sensible. On commence avec VOMITOR, groupe de Thrash selon moi mais que j'avais vu vendu comme du War Metal dans certain coins... Bon bah c'est du Thrash (avec un peu de Death), faut pas déconner. Alors ça riff bien parfois, pas tout le temps hein, mais ça m'emporte jamais plus d'une minute. C'est du Thrash. Pardon mais j'peux pas vous en dire plus, j'étais assis sur la pelouse à ce moment là en plus. Suivant : IN SOLITUDE. Eux ils ont leur masse de fans quand même. Apparemment inspiré par MERCYFUL FATE, j'vous avouerais que j'avais pas écouté en studio avant, contrairement à ATTIC qui passe le lendemain (et qui lui est du PUR MERCYFUL FATE), et j'ai eu du mal à cerner en quoi c'était teeeellllemment influencé, mais admettons. IN SOLITUDE c'est un chanteur avec un renard autour du coup et qui n'arrête pas de bouger et de dire des conneries entre les titres, et un bassiste qui se prend pour un BG... A part ça, ça envoie du riff certes qu'il est bon, mais bon ça me casse un peu les noix sur la durée... Suivant. Mini-surprise sur HOBBS ANGEL OF DEATH, groupe de Thrash australien qui aura, contre toute attente, réussi à me charmer sur quelques titres (pas longtemps, certes) avec leur dégaine pas possible. J'arriverai pas à vous en dire beaucoup de choses : c'est du Thrash, ça riff, c'est cool. Voilà.

Maintenant vient la triplette sérieuse, le chemin vers le chaos, vers l'apocalypse. On commence doucement sur les routes en feu avec ACID KING et sa camionneuse au chant. Autant avouer de suite que (jusqu'à présent) je ne suis pas du genre à compter ACID KING dans les classiques du Stoner Metal (Stoner/Doom blablabla) mais plus dans ces bons groupes sur lesquels on peut compter. Donc certes j'étais pas comme un taré comme la majorité du public des premiers rangs, mais je peux vous dire qu'ACID KING aura assuré ce soir. Envoyant le grain, le lourd, l'épais, le massif. Vous avez compris l'idée. Et la setlist va faire le reste.




Setlist ACID KING :

- Busse Woordss
- 2 Wheel Nation
- Bad Vision
- Silent Circle
- Electric Machine
- On The Everafter
- War Of The Mind

C'est l'heure des retrouvailles avec REPULSION, le groupe de Grind qui joue toutes ses compos en live et qui éclate des tronches à chaque coup. Et bah ça n'a pas loupé encore une fois : on est mort. Envoyant valdinguer ses riffs aux quatre coins de la scène avec une sincérité encore bien présente malgré l'ancienneté et une petite touche d'humour ("This song is from our last album... which came out 28 years ago"). REPULSION aura prouvé son savoir-faire en matière de riff, sa lourdeur mid tempesque avec ses moments croustibats comme on les aime. On assistera encore à la reprise de SLAUGHTER "Death is my deal" et de VENOM. On aura en bonus quand même une reprise de "Reaper" de BATHORY avec le chanteur d'IN SOLITUDE au chant. Gros moment je l'avoue (en bon fan du premier BATHORY). Je vais m'arrêter là. Si vous connaissez "Horrified", vous savez de quoi est capable le groupe et vous savez donc que ce fut l'explosion de riff jouissive.

PORTAL. Dans le gazon ou pas dans le gazon. Aller je les revois dans deux jours alors gazon. Ce qui devait arriver, arriva : je me réveille quinze minutes avant la fin du set. Bien ou pas bien ? Carrément bien. Imaginez de vous réveiller dans un cauchemar, un putain de bad trip. Sans bouchons dans les oreilles (faisable un peu loin de la scène, même préférable) vous voyez trois silhouettes dont le visage est caché et au milieu un putain de monstre (j'ai du mal à cerner le déguisement du frontman, ce n'est plus l'horloge) avec des mains tentaculaires. Cthulhu is back (PORTAL aime HP Lovecraft je le rappelle). Le set de PORTAL fut magistral. Impressionnant par la précision sonore ! Bordel le son était impeccable et bien que la musique du groupe soit gratinée, on comprend tout ce qui nous arrive et c'est bien ça le pire. Le groupe nous dévore, nous engloutit, nous inonde et nous fait comprendre toutes les étapes du processus. Un set terrifiant qui te donne envie de te cacher la tête dans le sable. Je hais ces reports avec des grands mots clichés pour faire beau, donc sachez que si je dis tout ça c'est que c'est bel et bien vrai. PORTAL m'aura scotché au sol, aura aspiré mon cerveau (enfin ce qu'il en reste) et m'aura arraché les tripes pendant le petit temps de jeu dont j'ai joui. On se recroise à Berlin les gars. J'espère que le son y sera aussi bon. Vous avez intérêt. (en bonus le report de Berlin à la fin)


Day 2

Après une nuit nettement plus calme et longue, une virée rapide au supermarché pour acheter pains et jambon (tu fourres le jambon comme un porc (ohohoh) dans ton petit pain et hop ça te fait ton dîner) et on est prêt à attaquer la seconde journée toute aussi bonnarde. Enfin... on était déjà au courant de l'annulation de CHAOS ECHOES, triste nouvelle me concernant étant donné que je voulais redonner sa chance au groupe en live, mais nous apprenons également que l'autre groupe français du festival ne peut venir... Et je parle donc d'ANTAEUS. Et là c'est beaucoup plus chiant vu que j'aime pas mal ce que ces gars font. En plus la cause est totalement rageante ! Apparemment ils n'avaient pas de tickets d'avion pour revenir le Dimanche, et vu que ces messieurs travaillaient le Lundi... voilà voilà. Les festivités commenceront donc une heure après celle indiquée normalement. Et c'est AMULET qui ouvre. Groupe avec une vibe bien retro comme DEAD LORD mais beaucoup moins Blues dans le rendu. Le chanteur tout souriant se fait plaisir et joue beaucoup sur les codes du Heavy Metal (beaucoup de second degrés dans ce groupe je trouve) en nous balançant des titres de morceaux et des paroles tous plus clichés les uns que les autres (on mange du "evil" à tous les coups) avec une attitude un poil gayzor (je crois que monsieur portait un pantalon assez seyant, le reste est difficile à expliquer). Un set qui rafraichit mais qui n'emporte pas tout du long. Sympathique nous dirons donc.

Maintenant on enchaine les trucs sérieux bien tourmentés. VORUM (j'aurais aimé foutre la police super grande genre apparition diabolique, mais non) ! Fuck yeah ! Groupe de Death Metal avec des bouts de Black dedans, VORUM nous a servi un show totalement destructeur. Servant ses riffs tranchants enrobés d'une atmosphère totalement evil, VORUM va droit au but et nous percute de plein fouet. VORUM nous fait plier, nous casse la nuque et nous emporte dans sa tornade noire bien qu'un peu floue par moments (le rendu live). Je suis pas du genre à vous balancer tous les clichés de la Terre genre "je suis rentré en transe et ai dansé avec le diable", là c'était vraiment de la bonne came en live une fois qu'on saisissait le merdier. Un tourbillon de méchanceté dont on se délecterait bien tous les jours.




Setlist VORUM :

- Angels Death
- Impetigo Fines
- In Obscurity Revealed
- Rubid Blood
- Evil Seed
- Death's Stains
- Dance Of Heresy
- Poisoned Void


Mais tout ça, c'est sans parler du show de SVARTIDAUDI qui a explosé sa performance au Prague Death Mass. Même s'il faut avouer que ce sont des abrutis. Tout comme PORTAL ou IRKALLIAN ORACLE à Berlin, SVARTIDAUDI fait ses soundchecks tranquillou à têtes découvertes. What the heck ?! J'veux dire... les mecs jouent avec le visage à moitié (voir complétement) caché, donc avec l'envie de masquer qui ils sont et que le fan ne mette pas de visage sur leur musique (je ne remercierais jamais assez DEATHSPELL OMEGA ou BLUT AUS NORD pour ça), mais quand il est question de soundcheck, pépère mimile! Vas-y que je me ramène en marcel de mon propre groupe, que je check les trucs et que je me casse. WHY ?!
Bon sinon le set fut surement le meilleur du festival, donc c'est dire le truc de taré qu'on a eut. SVARTIDAUDI a réussi à donner à sa musique toute l'ampleur qu'elle requiert, tout l'impact, la puissance de feu. Le mix était de plus meilleur qu'au Prague Death Mass, laissant entendre beaucoup mieux les dissonances, soli et autres détails de la musique quand même assez dense du groupe. La setlist était encore une fois composée de leur album en entier. Pas de problème techniques au niveau de la basse à signaler. Grosse patate. Grosse prise de pied.




Et comme je suis le roi de la transition...

Je n'en dirais pas autant d'ATTIC... Fondamentalement je n'en veux pas une seconde à ce groupe sans aucune personnalité qui ne fait que jouer du MERCYFUL FATE (sauf que c'est noté ATTIC sur la pochette quand t'achètes l'album m'voyez), mais je dois dire que je me suis assez ennuyé durant leur temps de jeu. Après deux trois photos je m'en suis donc allé sur l'herbe, m'assoire... m'allonger... faire la sieste... Pour me réveiller sur BLACK SAVATION qui n'est rien d'autre qu'un groupe local de Stoner / Psyché truc sensé combler les trous de CHAOS ECHOES et ANTAEUS. Bon j'étais dans un état assez vaseux. Ca se suivait bien mais sans déconner, ça arrivait pas à la cheville d'une première partie aux Stoned Gathering, donc si ce n'est "non", ce sera une gros "bof".

Vient la séquence "J'y étais". CRUCIAMENTUM va bientôt monter sur scène pour son tout dernier concert. En effet le chanteur / guitariste se casse d'Angleterre bientôt et donc... voilà. CRUCIAMENTUM c'est quand même un groupe de Death super bonnard en studio. Ca c'est à savoir. Avec des morceaux loin d'être linéaires et abrutissants mais gorgés de bonnes petites choses, avec un son tantôt corrosif, tantôt un peu croustillant. CRUCIAMENTUM c'est du Death qui t'emporte et te surprend. En gros c'est du très bon. En live c'est la même sauf qu'on ne cerne pas tout le contraste que l'on sent en studio. C'est là que ça bloque un peu. Mais sinon, rien à dire de vraiment péjoratif. CRUCIAMENTUM aura balancé son Death des cavernes comme il faut et avec toute la conviction dont il est capable (j'avoue c'est pas de la grande conviction concernant le chanteur, mais ça passe). On dirait que le show a été pourri comme ça, mais non en fait c'était bien sympa, hein!

Setlist CRUCIAMENTUM :

- Intro / Fallen In Disease
- Thrones Turned To Rust
- Convocation Of Crawling Chaos
- Impious Revelation
- Unsanctified Temples
- Deathless Ascencion
- Rotten Flesh Crucifix


Mais voilà, il est venu le temps du rituel. De la surprise. De l'ouragan. NECROS CHRISTOS. Groupe qu'il faut quand même que j'écoute depuis perpet et dont j'avais fait tourner le premier album dans le train en pleine torpeur (pas assez dormi) qui ne m'avait pas plus retourné. que ça. On pardonnera mon jugement super hâtif et on prendra méchamment dans la gueule le Death Metal totalement occulte et incantatoire du groupe. Grosse pâte ritualiste du genre croisement maya /moyen-orient (je dis ça à défaut de savoir exactement ce que je veux dire) qui amène le set dans des sphères qui sentent l'encens et la cendre à la fois. Une drôle d'atmosphère qui se dégage du show du groupe qui n'est pas en reste quand il est question d'écraser sous des riffs sombres, dominants et puissants. NECROS CHRISTOS n'en fait pas des tonnes, très sobre dans l'interprétation, et c'est là qu'il étonne encore plus, tenant le public dans sa main, le regard innocent et transporté par une divinité exotique. De toute manière, avec du recul, Sepulchral Voices n'a jamais signé de la merde. Alors NECROS CHRISTOS c'est du lourd, de l'imposant et ça a le mérite de faire le ménage tout autour de toi. Une tempête de sable... que dis-je, une tempête de crânes.

Setlist NECROS CHRISTOS :

- Tormented Flesh On The Mount Of Crucifixion
- Baal Of Ekron
- Doom Of Kali Ma
- Va Koram Do Rex Satan
- Black Mass Desecration
- Succumbed To Sarkum Phagum
- Curse Of The Necromantical Sabbath
- Necromantique Nun


Et pour détendre un peu l'atmosphère progressivement en cette fin de soirée, mais tout en gardant une énergie folle, quoi de mieux qu'un petit SATAN ? Le groupe de Heavy des années 80s qui fait son retour en 2013 ? Oui ! Et alors les vieux ils envoient toujours du pâté ? Bah carrément. Et le chanteur va toujours autant chercher dans les aigus comme un bâtard (je le rejoins sur un "Blades of Steel" qui fout des frissons partout). Ca t'envoie les riffs acérés dans les dents, ça te fait faire du air guitar tout en remuant la nuque pour enchainer un lever du poing dans les airs tout en beuglant les refrains fédérateurs (Heavy Metal quoi). Ca te vend du rêve au kilomètre quoi. Alternant morceau du premier et dernier album (le second n'étant qu'à moitié un album de SATAN) le groupe sert tout le monde à ras bord de ses riffs bien particuliers et délivre un set d'une énergie positive contagieuse qui te porte vers les cimes metalliques du Heavy Metal 80s. Aucun set de Hard et Heavy n'aura été plus bandants de tout le festival. Une tuerie.




Setlist SATAN :

- Trial by Fire
- Blades of Steel
- Time To Die
- Twenty Twenty Five
- No Turning Back
- Break Free
- Cenotaph
- Kiss Of Death
- Testimony
- Incantations
- Siege Mentality
- Oppression
- Alone In The Dock


Et on va monter encore un peu plus haut avec le dernier groupe de la soirée et donc du festival : ELECTRIC WIZARD. Toute première fois que je les vois en live (cherchez pas) et vite transporté par la vibe ambiante, le set des Britanniques se changera bien vite en transe collective où chacun voyagera au gré de son alcoolémie. Le groupe va chercher autant dans ses titres les plus récents ("Legalise Drugs & Murder") que dans ses classiques ("Return Trip", la doublette finale "Dopethrone" / "Funeralopolis" qui mit tout le monde d'accord) et offre un concert perché, psychédélique, lourd, nébuleux j'ai envie de dire. Bref du Doom avec de la weed dedans, comme le groupe sait bien le faire. L'état de fatigue, plus la musique propice à l' "évasion" m'enverront balader dans une dimension voisine, dans un délicieux égarement où flottent les notes épaisses du combo. Je vais pas m'étaler sur le set du groupe, même si je le devrais, mais voilà j'ai vécu la chose d'un bloc puis je suis reparti avec le sourire aux lèvres. What else quoi, what else ?!

Setlist ELECTRIC WIZARD :

- Drugula
- Return Trip
- Black Mass
- Witchcult Today
- Legalise Drugs & Murder
- Nightchild
- Dopethrone
- Funeralopolis


En bilan le Hell's Pleasure est un petit festival familial au line up toujours de très bon gout. Peu de gogoles, un son toujours convenable si ce n'est très bon, un cadre très sympathique... Un très bon festival quoi. Point.


Si vous voulez voir une photo de chaque groupe (différente de celles affichées ici), sauf les têtes affiches de chaque jour et le groupe de Stoner local, c'est par ici : http://imgur.com/a/KK7vf


******************

Bonus exclusif : PORTAL + IRKALLIAN ORACLE + ABYSSOUS @ Berlin, le 21 Juillet 2013

Ca va aller très vite. Dans la section "J'ai testé pour vous" :
J'ai testé pour vous : se ramener à un concert de Metal (Extreme) en pantacourt avec message Peace & Love dessus, chemises de bucherons à carreaux rouges (encore ça, ça fait Stoner) et espadrilles beiges. J'ai testé pour vous : torpeur qui te prend dès les premières notes du concert alors qu'avant t'étais en forme (ça m'a fait la même au cinéma devant le dernier Refn...).
Au final j'ai passé le concert tout devant, contre la grille, dans une torpeur profonde à me faire buriner la gueule par des guitares torturées (très bon son de IRKALLIAN ORACLE) et dévorer par un chanteur drôlement habillé (PORTAL). Je suis reparti sans avoir trop compris ce qui m'étais arrivé. J'étais flingué. Concert donc bien étrange, tordu, ascensionnel. Et moi comme un con à lutter pour ne pas m'effondrer.
Ah oui quand même. Les membres d'IO ne voient rien du tout derrière leur voile. Notamment le gratteux. Faut quand même souligner la performance et c'est marrant de le voir totalement impuissant à la fin du set, à deux doigts de se vautrer en voulant sortir de scène. Oui je suis cruel.

Setlist PORTAL :

- Larvae
- Kilter
- Curtain
- 13 Globes
- Glumurphonel
- Black Houses
- Vessel Of Balon
- Awryeon
- Werships



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod