Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2018
SYLAK OPEN AIR Day III par Steve
Par WËN
Le 19 Septembre 2018

SYLAK OPEN AIR Day II par Steve
Par WËN
Le 15 Septembre 2018

SYLAK OPEN AIR Day I par Steve
Par WËN
Le 13 Septembre 2018

HELLFEST 2018 DAY III
Par CHAPOUK
Le 23 Juillet 2018

ENSIFERUM / ULTRA VOMIT @Plane'R Fest (69)
Par VOLTHORD
Le 15 Juillet 2018

HELLFEST 2018 DAY II
Par JEFF KANJI
Le 11 Juillet 2018

HELLFEST 2018 DAY I
Par DARK SCHNEIDER
Le 6 Juillet 2018

MARILYN MANSON @ Zénith de Dijon (31)
Par MULKONTHEBEACH
Le 1 Juillet 2018

The DAMNED @ Le Petit Bain (75)
Par CHAPOUK
Le 2 Juin 2018

CRISIX @ Le Trait d’Union, Neufchâteau
Par T-RAY
Le 19 Mai 2018

G3 @ L'Amphithéâtre 3000
Par WËN
Le 17 Avril 2018

NO ONE IS INNOCENT & DARCY @ Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 5 Avril 2018

KREATOR + VADER + DAGOBA @ LE 106 (Rouen)
Par FENRYL
Le 23 Janvier 2018

SATAN'S FEST IX @ Pacific Rock, Cergy (95)
Par JEFF KANJI
Le 11 Janvier 2018
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
SATAN'S FEST IX @ Pacific Rock, Cergy (95)
Par JEFF KANJI le 6 Janvier 2018
Publié le 11 Janvier 2018 Consulté 2300 fois

Enfin, après plusieurs années où j'ai raté le coche pour différentes raisons, je vais enfin pouvoir me rendre à ce rendez-vous incontournable du Metal français qu'est le SATAN'S FEST. Fêtant ce soir sa neuvième édition, le festival organisé par Renaud Hantson, et toujours ponctué par SATAN JOKERS, est l'occasion pour moi de voir enfin en live l'une des légendes du Hard français, l'une des rares à être en activité aujourd'hui avec quelques autres (ADX, TRUST, VULCAIN, BLASPHÈME). Surtout que pour ne rien gâcher, c'est une affiche de qualité qui a été concoctée pour ce soir.



Mes ennuis avec le métro parisien et le RER (c'est loin Cergy en fait, même de Paris) ne me permettent pas d'arriver à temps pour les prestations de PHENIX et OLD 'N GLAM mais heureusement de justesse pour ÂMON SETHIS qui est l'autre groupe avec SATAN JOKERS qui m'a fait venir d'Auvergne dans ce petit club très sympathique qu'est le Pacific Rock. Pour ne rien gâcher, l'établissement dispose d'un accès à une petite brasserie modeste mais bonne (je vous conseille le Burger savoyard), la décoration spartiate étant largement compensée par une magnifique serveuse au décolleté convenablement rempli. La demoiselle ne se départit jamais de son sourire et court dans tous les sens pour abreuver et nourrir les hardos présents.

ÂMON SETHIS (19h00-19h40)



Les Grenoblois sont l'un des grands espoirs du Metal Prog français. Découvert grâce à Chapouk au PPM Fest 2014 où il défendait son deuxième album fraîchement sorti et suite à ses chroniques élogieuses (et amplement justifiées, je vous conseille chaudement l'acquisition de "The Final Struggle", vous soutiendrez une formation des plus méritantes), le quintette qui monte sur scène, rincé par son concert de la veille à Lyon, fait plaisir à voir, alors que démarre "Aissem Tenemrâ" où la guitare planante d'Olivier tisse des ambiances mystiques, bien aidées par son nouveau claviériste qui donnera aussi de la voix pour les chœurs. Julien Tournoud, masque devant le visage, est totalement dans son personnage. La sauce prend instantanément avec moi et je semble surprendre le dit Julien qui m'entend scander les refrains épiques de "Hope" ou encore de la speed "Amon Sethis" du premier opus, alors qu'un sourire communicatif irradie son visage. Ça joue remarquablement bien et le son est proche de la perfection. Il faut dire que la batterie, surélevée, est isolée par un plexiglas qui évite la repisse de micros et favorise la mise en son. Il faut signaler à cet égard que les groupes se branchent dans le matos de SATAN JOKERS qui prête une partie de son backline pour l'occasion. C'est loin d'être le cas avec des groupes établis. C'est évidemment beaucoup trop court, malheureusement, surtout après que Julien brandisse le fameux "Pyramid's Book", l'un de ces éléments scéniques qui servent son jeu théâtral mais jamais ridicule. Un excellent moment, merci encore à la gentillesse des musiciens qui travaillent actuellement sur leur troisième opus (sept morceaux sont déjà composés).

SETLIST : Aissem Tenemrâ – Hope – Âmon Sethis – Pyramidion - Pyramid's Book – Pharaoh's Army"

MANURAIN (19h55-20h40)

Je vais profiter du changement de plateau pour aller me restaurer car le Pacific Rock n'est pas spécialement près de la gare (surtout avec des New Rock au pied). Ce que j'entends ne me passionne pas spécialement, et j'aurais la possibilité de voir la fin de ce set qui tient essentiellement sur la belle ESP RV du guitariste et sur la gouaille de l'ex-ADX Bernard-Yves Quéruel (son intervention pour signifier qu'il faut qu'il se réaccorde car là c'est plus possible). L'humour décalé et volontiers second degré permet sans problème de comprendre pourquoi MANURAIN est présent ce soir, tant on peut retrouver le même genre de formules chez Renaud Hantson.



NOW OR NEVER (20h55-21h45)

NOW OR NEVER, "jeune" formation démarrée en 2012 par Ricky Marx et Kenn Jackson (ex-PRETTY MAIDS) et Jo Amore (à l'époque encore chanteur de NIGHTMARE) est composée de vieux briscards, et on retrouve Ranzo à la batterie, lui qui dépannait à l'époque David Amore, un batteur énergique et au jeu visuel des plus appréciables. Kenn Jackson n'est plus de la partie depuis qu'il a quitté le groupe l'an dernier après deux albums, et le jeune Bebel qui le remplace dénote un peu avec sa basse deux fois grande comme lui et son spandex so eighties, surtout que le bougre aura des problèmes de son récurrents tout au long du set, faisant à mon avis un peu trop remarquer son manque de métier à côté de ses collègues. Avec Jo Amore on est toujours assuré d'une ambiance détendue, à la bonne franquette même, bien que le set qu'a prévu le groupe soit mené tambour battant pour respecter l'horaire. Nous proposant un panaché de ses deux albums, NOW OR NEVER déploie un Heavy à l'ancienne, bien massif, se distinguant de NIGHTMARE non pas par les vocaux (Jo a toujours ce timbre et cette approche à la Dio qui ont fait sa réputation) mais par son côté mélodique plus prégnant, jouissant sans doute de l'influence des Danois. Ainsi le groupe est finalement assez proche du PRETTY MAIDS actuel, mais un poil plus heavy. Ricky Marx est un bretteur de tout premier ordre, et il est amusant de voir cette imposante carcasse de viking blond effectuer ses petits pas de danse pendant qu'il délivre ses soli fulgurants. Honnêtement, Michael Zurita sera l'extra-terrestre de la guitare ce soir, mais Ricky est un boss. Le set est chaleureux, le "Red Hot And Heavy" des MAIDS donnant l'occasion à Jo de faire chanter le public qui n'attend que ça. Après avoir dédicacé "An Angel By My Side" à sa fille, Ranzo met les bouchées doubles pour permettre à NOW OR NEVER de ponctuer sa prestation avec panache. Alors, certes on n'a pas eu le concert de Heavy le plus révolutionnaire de la création, mais on a passé un bien agréable moment.



SETLIST : Sonic Exstasy – I Shall Remain – Reach Out For The Sky – Now Or Never – King For A Day – An Angel By My Side – Red Hot And Heavy (cover PRETTY MAIDS) – Princess Of Undiscovered Land – Feel Alive – Wind Of Freedom

SATAN JOKERS (22h00-?)

Enfin, on attend les Fils du Metal avec impatience. C'est la culmination de mon épopée que je vis. J'adore SATAN JOKERS, que j'ai découvert il y a bien longtemps par l'intermédiaire de l'album "Trop Fou Pour Toi" et dont je suis devenu complètement fan à partir du premier volet de la trilogie des addictions en 2011. Ma voisine, qui filme le concert, sera d'ailleurs surprise de voir un gamin (je suis clairement des plus jeunes ce soir) reprendre les refrains à gorge déployée avec un Renaud Hantson en très grande forme ce soir, tant scénique que vocale. Il n'hésite pas à prendre le temps de nous parler des morceaux, de rendre des hommages appuyés à Stéphane Bonneau, le premier guitariste de SATAN JOKERS, qui se bat depuis deux ans contre le crabe, et qui a très bonne mine. Je m'en veux un peu d'ailleurs de ne pas l'avoir remis tout de suite, car j'ai plusieurs fois croisé son regard pendant ce Satan's Fest et son humour est légendaire ; ceux qui le connaissent via Facebook savent de quoi je parle. SATAN JOKERS est fidèle à sa réputation ; le discours est volontiers outrancier et provocateur, l'ironie maniée avec dextérité, l'humour aussi subtil que sous la ceinture (passer deux minutes sur Hitomi Tanaka ça valait le coup lol).


Le tout servi par la crème de la crème (Aurélien Ouzoulias, Pascal Mulot et Michaël Zurita). On ne pourra guère profiter d'autre chose que de la plastique avantageuse et du sourire ravageur de la choriste car le mix ne lui laisse presque aucune chance. La setlist est vertigineuse et je ne vois pas le temps passer, et cela me fera rager d'être à la merci des transports en commun puisque le dernier RER filant à 0h07, je suis contraint de filer avant la fin… Au moment où Renaud rend hommage à Johnny, entonnant un "Diego" habité et crédible, via une chanson écrite par son mentor Michel Berger. Je ne sais d'ailleurs pas ce que j'ai raté, et que le set s'est sans doute conclu au son du riff 80s des "Fils Du Métal".


Merci au passage à celui qui est venu corriger ma setlist sur setlist.fm. Le groupe, qui proposait en exclusivité les premiers exemplaires de "Symphonïk Kömmandöh" (clin d'œil à MAGMA entièrement assumé) joue la moitié des titres avec des séquences (l'orchestre symphonique de l'album), nous livrant un aperçu de ce qu'on devrait pouvoir définitivement écouter le 16 février. Le groupe se fait rare en concert, si vous avez l'occasion de les voir, surtout ne la ratez pas.

SETLIST : Obsession – Sorcier – Fetish X – Pas Fréquentables – U.S.A. (Union Sacrée des Assassins) – Trop Fou Pour Toi – Appétit Pour L'Autodestruction – Justice – VIP HIV – Promis – Quand Les Héros Se Meurent – Get It On (cover T. REX) – En Partance Pour L'Enfer – Diego (cover Michel BERGER) – Les Fils Du Metal

Avec une orga au poil mais très humaine, un endroit chaleureux où tout le monde se parle avec gentillesse, je reviendrai sans nul doute l'an prochain au Pacific Rock, quelle que soit l'affiche, tant la soirée fut agréable.



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod