Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2012
NECROWRETCH
Par ZODD
Le 27 Décembre 2012

DEVIN TOWNSEND
Par DARK MORUE
Le 19 Décembre 2012

TRUCKFIGHTERS
Par ENENRA
Le 19 Décembre 2012

RED FANG
Par ENENRA
Le 19 Décembre 2012

KLONOSPHERE TOUR
Par WËN
Le 17 Décembre 2012

OBITUARY (Classic Set)
Par DARK MORUE
Le 6 Décembre 2012

GOJIRA
Par FENRYL
Le 5 Décembre 2012

MONSTER MAGNET
Par ENENRA
Le 4 Décembre 2012

KREATOR
Par DARK MORUE
Le 14 Novembre 2012

UFOMAMMUT
Par ENENRA
Le 8 Novembre 2012

COLOUR HAZE
Par ENENRA
Le 20 Octobre 2012

MENNECY METAL PARK
Par CITIZEN
Le 9 Octobre 2012

NASUM
Par ENENRA
Le 9 Octobre 2012

METAL RUMBLE FEST 4
Par WËN
Le 28 Septembre 2012

MOTOCULTOR
Par ENENRA
Le 29 Août 2012

Party San Open Air
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2012

CONVERGE
Par ENENRA
Le 12 Août 2012

Wacken Open Air 2012 - Le live ! (MAJ le 6 août)
Par JEFF KANJI
Le 1 Août 2012

AMENRA
Par ENENRA
Le 29 Juin 2012

SUNN O)))
Par ENENRA
Le 22 Juin 2012

YEAR OF NO LIGHT
Par ENENRA
Le 19 Juin 2012

HELLFEST 2012 - COMPLET Dernière MAJ le 23/06/2012
Par FENRYL
Le 17 Juin 2012

GODFLESH / LITURGY
Par ENENRA
Le 7 Juin 2012

SLEEP / MELVINS
Par ENENRA
Le 30 Mai 2012

JEX THOTH
Par ENENRA
Le 28 Mai 2012

JUCIFER / LA OTRACINA
Par ENENRA
Le 27 Avril 2012

OM / PELICAN
Par ENENRA
Le 23 Avril 2012

RED FANG / BLACK TUSK
Par ENENRA
Le 16 Avril 2012

AGALLOCH
Par ENENRA
Le 12 Avril 2012

KARMA TO BURN
Par ENENRA
Le 9 Avril 2012

OBSCURA / GOROD / SPAWN OF POSSESSION / EXIVIOUS
Par DARK MORUE
Le 4 Avril 2012

MONKEY3 - PHASED
Par ENENRA
Le 1 Avril 2012

KILL THE THRILL - DIRGE
Par ENENRA
Le 20 Mars 2012

ALTAR OF PLAGUES
Par ENENRA
Le 12 Mars 2012

THE WOUNDED KINGS
Par ENENRA
Le 9 Mars 2012

DEAFHEAVEN-CELEST-HIEROPHANT-DONKEY PUNCH
Par ENENRA
Le 26 Février 2012

GODSIZED / LONG DAY FEAR
Par MAXXX
Le 10 Février 2012

KYLESA
Par ENENRA
Le 26 Janvier 2012
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
KREATOR
Par DARK MORUE le 6 Novembre 2012
Publié le 14 Novembre 2012 Consulté 3699 fois

Woah purée. Je suppose que vous êtes d'accord, ça c'est de l'affiche. Quand c'est un de mes groupes de Death préférés âgé de 20ans et 7 albums qui officie la première partie, on sait d'avance qu'on tient une des dates de l'année. Et pour avoir vu également les autres sur les scènes de fest il y a pas si longtemps... KREATOR c'est quand même pas rien. De quoi mettre le feu au Bataclan. Plus aucune hésitation à avoir, je fonce, et ce malgré pas mal de trajet et un statut totalement non-vacancier.







Bref bref, mais évidement comme à chaque fois qu'on est pressé, y'a un poireau qui va se jeter sur les voies ou un truc du genre... Le RER B c'est pas comme si il était pas réputé hein. Donc louper des cours pour l'occasion n'aura pas suffit à arriver à l'heure, le concert commençant particulièrement tôt (17h quoi!), je ne pourrais strictement rien vous dire de FUELED BY FIRE vu que je suis arrivé précisément à l'instant de la dernière note. Qui était de plus fort jolie, bien saturée comme il faut, un Mi bémol si mon oreille absolue théorique ne s'abuse, accompagnée d'un magistral coup de baguette. Merveilleux.
Et donc, le Bataclan, faisait vraiment une paye que j'avais pas foulé cette salle. Moyennement rempli en cet instant de début de concert, mais pas d'inquiétude vu la densité du public par la suite.

Bref, on attend un bon quart d'heure que NILE monte sur scène, on matte les balances faites par le cyborg George Kollias en personne. On peut passer aux choses sérieuses.
Les trois gaillards envahissent les lieux, avec leur nouveau bassiste/vocaliste Todd Ellis qui se révélera bien présent pour un nouveau venu.
Et c'est parti, petite intro ambiancée et VLAN qu'on se bouffe d'office "Sacrifice Unto Sebek" dans la tronche. Premier constat : le son est excellent. J'ai entendu dire le contraire de la part de personnes placées sur les côtés et au fond, c'est peut-être juste une question d'emplacement, mais dans la fosse en face/droite de la scène, c'est parfait. Tous les instruments parfaitement discernables, le son massif des guitares ne télescopant rien et la batterie non plus, le chant plus qu'intelligible (on entendait même Sanders reprendre son souffle, pour dire!), absolument parfait. De quoi bien corriger le tir après l'échec total de la part de l'ingé son du Party San, mon unique souvenir live de ces brutes de l'Egypte Sud-Carolinienne. Et du coup, prestation irréprochable. Malgré la succession de morceaux d'anthologie ("Defiling The Gates Of Ishtar", "Sarcofagus", "Lashed To The Slave Stick", "Permitting The Noble Dead", curieusement un unique morceau du dernier album) laissant sur le cul pour la débauche de technique ultra carrée (tous les morceaux reproduits à l'identique), la fosse se révélera assez froide malgré quelques pogos violents nettement plus qualifiables de bastons en règle entre trois poireaux. Les membres du groupe déploient néanmoins tout le charisme qui leur est propre, Dallas désormais chauve souriant et actif, Sanders se faisant vieux et empatté mais au growl toujours aussi terrifiant... Et le nouveau bassiste qui surprend, headbanguant en cercle comme un forcené non-stop et prenant régulièrement le micro avec un growl assez arraché (et pas terrible).
Bien évidement, on a les moments phares du concert, à savoir les deux morceaux possédant les passages les plus fédérateurs du combo et voyant les trois gaillards growler en chœur avec la foule, la tuerie "Kafir" et le final apocalyptique "Black Seeds Of Vengeance", et là c'est l'orgie totale et c'est à compter dans les meilleurs moments de la soirée. Juste jouissif.
Bon. Premier groupe et déjà énorme mandale.

Setlist NILE :

-Sacrifice Unto Sebek
-Defiling The Gates Of Ishtar
-Kafir !
-Hittie During Incantation
-Permitting The Noble Dead To Descent To The Underworld
-Sarcophagus
-Enduring The Eternal Molestation Of Flame
-Lashed To The Slave Stick
-Black Seeds Of Vengeance


Bref, le public commence à s'attrouper, le prochain groupe étant quand même relativement vachement attendu. Après un passage aux toilettes m'ayant laissé témoins d'un petit gros énumérant les 40 drogues en quantités astronomiques qu'il allait prendre au concert d'IRON MAIDEN (what the fuck?), retour au devant de la scène. MORBID ANGEL va débarquer, c'est du sérieux maintenant. Enfin une occasion de voir "Radikult" en live bordel de merde. Depuis le temps que j'en rêve.
Hop, le quatuor débarque, gros yeux de méchants cultes Trve Ivôl, "Immortal Rites" pète direct et ça foire. Déjà, la comparaison avec NILE est assez dure tellement on dirait que c'est joué au ralentit et sans aucune densité. En plus le son est pas top, assez plat, et le groupe n'a pas l'air à fond du tout. Argh. Puis on enchaîne sur "Fall From Grace" et même constat, c'est mou et ça manque de puissance. Et là on prend peur, ça risque de vraiment pas le faire, mais le show prend une toute autre ampleur lorsque retentit le morceau d'ouverture de "Covenant", l'énorme "Rapture". Là ça devient méchant, brutal et intense, la foule se déchaîne et les moshs foisonnent.
On nous avait promis que seuls les deux premiers albums seraient joués, intox totale on va piocher dans tout le répertoire. Pas pour me déplaire, je préfère de loin "Covenant" et "Domination". Après avoir enchaîné les gros tubes Old School, David Vincent tout sourire annonce d'une voix tonitruante que le prochain morceaux est un de leurs grands classiques et l'a été dés le moment de sa sortie, puis nous balance "Existo Vulgoré". Ahahaha quel petit farceur celui-là... Comme prévu les deux extraits du dernier album font un bide retentissant au niveau de l’accueil par le public, chose probablement totalement impossible à corriger par le futur malgré toute leur bonne volonté...

"Chapel Of Ghouls" jouée. Carnage total. Rideau. Foutent le camp. Rappel. Les voilà de retour, on nous envoie à la gueule le tétanisant "Where The Slime Live", puis on passe à l'album F pour un "Bil Ur-Sag" brutal à souhait pour finir sur du C avec la terrible "God Of Emptiness" qui se révèle être une énorme tuerie live occulte pour terminer en beauté sur le dévastateur "World Of Shit". Setlist au final en béton armé, ils se tirent.
Et pourtant... Comment dire. Pas touché du tout par ce set. Certes ces quelques 75min sont passées à la vitesse de la lumière, le son s'est révélé plutôt bon bien qu'un peu fluctuant (à un moment on entendait plus que la batterie), l’exécution exempt de tout reproche. Non, en fait le problème vient des membres, ou plutôt DU membre. Parce qu'ils sont mignons les deux guitaristes, mais niveau charisme c'est le zéro pointé, fixé le sol en remuant le cou pendant tout le set, sauf un solo long et zarbi de la part d'Azagthoth. On a vraiment affaire à un one-man show de David Vincent, qui siège au centre et attire toute l'attention. Et là, ça fait mal.
Déjà rien qu'à voir sa dégaine, non mais sérieux... C'est un clone de Jack Black sur le final du morceau "Master Exploder" de TENACIOUS D quoi ! On nage en plein délire de la part d'un parrain du Death Old School... Et son attitude de Rockstar attire juste la pitié profonde. Entre ses putain de "Are you having fun with us toniiiiiight Paris ?" tous les 2 morceaux, les "are you ready for Extreme-attack-relentless-fucking-ultra-old-school-DEATHMETAL", les grimaces et sourires dans tous les sens, les poses pour catalogue des Dieux du Stade... Celui-là, le grand âge a pas l'air de lui réussir, j'avais rien vu d'aussi Poser depuis un bon moment. En plus sa voix étant ce qu'elle est désormais, plus vraiment growlée mais hurlée avec les glaires inférieurs, toute forme d'ambiance occulte normalement proposée par ce combo historique est tout simplement annihilée. Fort dommage. Et ils ont même pas joué "Radikult". Bon moment quand même...

Setlist MORBID ANGEL :

-Immortal Rites
-Fall From Grace
-Rapture
-Maze Of Torment
-Sworn To The Black
-Existo Vulgoré
-Nevermore
-Lord Of All Fevers and Plague
-Chapel Of Ghouls

RAPPEL :
-Where The Slime Live
Blood On My Hands
Bil Ur-Sag
God Of Emptiness
World Of Shit (Promised Land)


Bref, voilà, maintenant c'est parti pour la tête d'affiche.
Un grand rideau blanc tombe. Ils foutent quoi, ils préparent leur décor, entrée ninja ? Bref, on verra bien, en attendant c'est déjà un beau bordel. Avec du KREATOR en fond sonore, y'a déjà des gens qui pogottent pendant le soundcheck (jamais vu ça sérieux).
Oh, les lumières s'éteignent, let's go. Le rideau servira en fait d'écran, pour projeter un petit film avec musique épique, présentant une rétrospective de tous les albums du groupe, des extraits de clips... Les fans deviennent hystériques devant les images de "Pleasure To Kill", "Endorama" et "Violent Revolution". Et puis le rideau s'abaisse, on entend une guitare rageuse, et ZRRRRRRRKKKK GNARGHNNNNNNN TATATATARAAAAAARKH GLOURGGRGRGRGRGA IEKEPDKDDODDODDDDDD CAPFNEIAPFNPEANFPIEANEFG FAEPAAAPAPAPEIEIEIEIEIE GGGGRRRRRRRRRRRRRRRRRRR AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRR GNGNGNGNGNGNNGNG AEPFINEAPGFINAEPNGEPANG panfpinaepifnaepfpinaepn piianfpianfipaenfipanfipane POIEOEEOEIEOIEIEIEIEIE CAPINCPEANCPENCPIEA YAAAAAAAAAAAAAARRRR AAAAAAAAAAAARGH GRARARARARARGH WARG.

1h30 plus tard. Mon dieu mais que vient-il de se passer. Woh la vache. Woh merde. Ouille. J'en ai l'anus qui saigne.
Pour faire court : KREATOR en live ça encule à sec. Dans la forme tout était parfait. Mille Petroza ultra impressionnant avec son double chant (Thrash alterné aux hurlement quasi Black stridents et surpuissants), le décor à l’effigie du dernier album incluant cranes de bestioles en plastoc avec yeux lumineux sur les côtés, énormes affiches partout et batterie avec des têtes dedans, et setlist barbare reprenant toutes les périodes du groupe.
Et leur réputation les précède : en live, KREATOR, c'est la guerre. Le moshpit est totalement déchaîné et j'ai pas vraiment hésité à y plonger. Et vas-y que ça pogotte, pour faire plus violent faudrait amener des armes à feu, bravehearts tous les 2 morceaux, circle pits bourrins sur commande du groupe... On ouvre avec "Phantom Antichrist", on met littéralement le feu sur la fédératrice "Hordes Of Chaos", c'est carrément le pugilat de vieux de la vieille sur "Extreme Aggression" et "Pleasure To Kill"... Et bien sûr d'un point de vue sonorisation c'est parfait, agressif, rentre-dedans et clair. Et même si c'aurait été une immonde bouillie la guerre totale dans la salle aurait justifié le concert de toute façon. Alors à genoux, tout de suite.
Pause brève, et rappel pour 5 morceaux de plus, à commencer par un "Violent Revolution" qui pète le feu, et surtout l'ultime "Flag Of Hate". Mille brandit son drapeau, annonce le morceaux une dizaine de fois, fait monter la pression et exige le plus gros circle pit possible. Et quand ça explose, on est servis. Purée, instant tout simplement anthologique du genre à vous marquer pour la vie.
Quand ils finissent par quitter la scène, c'est limite si c'est pas encore fumant. KREATOR a tout détruit. Complètement écrasé le reste de l'affiche, et c'était pas gagné. Bien à la hauteur de leur réputation, et ce n'est pas pour me déplaire.
Veni, vidi, vici.
"The KREATOR will return !" furent les derniers mots de Petrozza. Eh ben, à la prochaine j'ai envie de dire alors !
Et voilà donc que je quitte la salle exténué, dégouté d'avoir vu un mec récupérer la baguette du batteur en se jettant au sol à 10cm de moi... Soirée des plus intenses, plus grosse baffe live depuis un bon moment. Affiche totalement à la hauteur des attentes placées. Point barrE.

Setlist KREATOR :

-Mars Mantra + Phantom Antichrist
-From Flood Into Fire
-Enemy Of God
-Phobia
-Hordes Of Chaos
-Civilization Collapse
-Voices Of The Dead
-Extreme Aggression
-People Of The Lie
-Death To The World
-Coma of Souls
-Pleasure To Kill

RAPPEL :
-Violent Revolution
-United In Hate
-Betrayer
-Flag Of Hate
-Tormentor


Le 15/11/2012 par VILE

Ahh, bah ça fait plaisir de voir ça publié ici camarade !

Comme tu le sais déjà, pas grand chose à rajouter, nos impressions sont les mêmes et je suis rassuré que toi aussi, en tant que grand fan à l'inverse de moi, MORBID ANGEL ne t'a pas plus convaincu que ça. J'avais peur d'être dans le faux face à mes vieux aprioris sur le groupe, mais on semble être du même avis au final.

Pour KREATOR, évidemment, c'était du grand, du beau, du show. Un mythe en live.
On est en tout cas d'accords sur presque tous les points, ça fait plaisir à lire et à voir.
Je me permet de balancer discrètement (bouh, ça fait vieille pub), mon report du concert pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle :

http://lagazetteduplatypus.wordpress.com/2012/11/09/kreator-morbid-angel-nile-fueled-by-fire-au-bataclan-6-novembre-2012/

Très bon live report en tout cas, et t'en fais pas pour la baguette, je me ferais pardonner en te payant une mousse un de ces quatre. Je suis à peu près certain de te recroiser en décembre pour voir OBITUARY démolir le Divan du monde, donc je te dis à bientôt !!

Vivil.


Le 15/11/2012 par STARCHINK

Salut la Morue. Je ne comprend vraiment pas comment tu peux dire que "d'un point de vue sonorisation c'est parfait, (...)et clair.
Bien au contraire ! Si on entendait parfaitement la voix rageuse de Mille, la guitare de Sami Yli-Sirniö était complètement écrasée par la batterie !

J'ai eu beau me déplacer mais que ce soit aux premiers rangs (ou loin), au cœur des mosh/cercle pitts, près de la console de l'ingé son ou même devant la buvette à consommer une bière de pisse, le même problème.

Un son puissant certes, mais hormis le côté vocal, une vraie boucherie !



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod