Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2013
YEAR OF NO LIGHT
Par WËN
Le 11 Décembre 2013

THE GATHERING
Par VOLTHORD
Le 30 Novembre 2013

DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE
Le 11 Novembre 2013

Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE
Le 3 Novembre 2013

Steve VAI met le feu à la Coop' de Mai
Par JEFF KANJI
Le 20 Octobre 2013

NOFX à La Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 20 Octobre 2013

FINNTROLL + TYR + SKALMOLD
Par VOLTHORD
Le 12 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Bruxelles)
Par ZODD
Le 7 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA
Le 7 Octobre 2013

Vulcain
Par CITIZEN
Le 6 Octobre 2013

Psycroptic + Hour of Penance
Par DARK MORUE
Le 2 Octobre 2013

WACKEN OPEN AIR 2013
Par JEFF KANJI
Le 19 Septembre 2013

Motocultor 2013 (2)
Par DARK MORUE
Le 30 Août 2013

Motocultor 2013 (1)
Par DOLORÈS
Le 29 Août 2013

Metal Méan 2013
Par CITIZEN
Le 26 Août 2013

EYEHATEGOD + ORANGE GOBLIN
Par ENENRA
Le 23 Août 2013

Party San 2013
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2013

Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA
Le 1 Août 2013

TORCHE
Par ENENRA
Le 24 Juillet 2013

PRAGUE DEATH MASS Vol. II
Par ENENRA
Le 19 Juillet 2013

NEUROSIS
Par ENENRA
Le 7 Juillet 2013

SUFFOCATION
Par DARK MORUE
Le 20 Juin 2013

NEUROTIC DEATHFEST 2013
Par ENENRA
Le 20 Juin 2013

IRON MAIDEN
Par WËN
Le 8 Juin 2013

MICHAEL SCHENKER
Par JEFF KANJI
Le 29 Mai 2013

SEPTICFLESH
Par DARK MORUE
Le 27 Mai 2013

MELVINS
Par ENENRA
Le 23 Mai 2013

AMENRA
Par ENENRA
Le 9 Mai 2013

PPM Fest 2013
Par JEFF KANJI
Le 20 Avril 2013

KVELERTAK
Par ENENRA
Le 26 Mars 2013

ROMPEPROP
Par DARK MORUE
Le 25 Mars 2013

CULT OF LUNA
Par WËN
Le 7 Février 2013
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
THE GATHERING
Par VOLTHORD le 27 Novembre 2013
Publié le 30 Novembre 2013 Consulté 3447 fois

"Disclosure" amenait une nouvelle dimension dans la musique de THE GATHERING après l’espace de battement qu’était "The West Pole". Il y a quelques années, je n’aurais pas insisté pour aller voir le groupe, un peu comme avec le NIGHTWISH de "Dark Passion Play". Aujourd’hui, non seulement le groupe a prouvé qu’il était toujours baigné dans cette aura de Rock intimiste, parfois expérimentale et bâtissant des ambiances fortes, mais qu'il savait aisément revenir sur sa carrière sans que l'on ressente l'absence d'Anneke comme problématique.

19h15. Arrivé un peu à la bourre, je me rends compte que j’ai pas de boule quiès et que ce sera p’têt problématique pour mes p’tites oreilles toutes frêles. Je me tourne vers le type du merchandising pour lui demander s’il en aurait pas en rab. Suite à la réponse négative, je reviens à la scène et réalise que ledit vendeur n’était autre que René Rutten, et que j’aurais pu au moins glisser un compliment au passage « pas de boule quiès ? Tant pis ! Votre musique est géniale continuez comme ça ! ». Bon, à y repenser je sais pas si ça aurait vraiment diffusé l’impact de mon échec.



Bref, sur scène, il y a des gens qui jouent. Il faut bien le dire, LESOIR s’en tire pas trop mal avec un Rock Atmosphérique pêchu qui fait un penser au GATHERING plus rock de "If_then_else" ou "How To Measure A Planet". C’est vivant et prenant, et le travail à deux chanteuses est particulièrement réussi, autant que quelques passages franchement planants qui font honneur à une formation qui aurait pu être présentée comme une copie carbone du groupe de première partie. Plutôt bon sans que ce soit la découverte du siècle (ce qui est dans tous les cas rares pour une première partie), une excellente mise en jambes.



Sans trop se faire attendre, les Néerlandais et la Norvégienne prennent alors place sur une scène embrumée. Un projecteur balance un tramage étrange sur leurs visages : une intro un peu courte qui voulait sans doute planter un décor plein de bizarrerie cinématique, mais un début sur les chapeaux de roue avec deux titres plus Rock qu’atmosphérique coupe court à l’exercice. "Sun comes out, wakes me up", on ouvre les yeux, et on entend parfois assez mal la voix de Silje sous des guitares qui se font de plus en plus envahissantes. Le titre est un des moments forts de l’excellent "Disclosure", et on aura autant de plaisir à retrouver "Meltdown" et son refrain Pop sirupeux, même si le son me paraît toujours trop brut pour vraiment me prendre aux tripes et me faire décoller comme il se doit.



Je passe rapidement sur un "Shot To Pieces" que je n’ai jamais bien aimé et dans lequel je me bats avec les jeux de lumière pour essayer d’avoir quelques photos convaincantes. Ce n’est qu’après un "All You Are" qui sera le seul morceau à représenter "The West Pole" (et un choix assez peu représentatif, et plutôt moyen). À ce stade-là, le son est devenu nickel, Silje semble pas forcément des plus à l’aise entre deux morceaux mais sait délivrer une performance convaincante.

Puis du convaincant, on passe au captivant.



"Heroes For Ghost", titre-clé de "Disclosure" charrie tout son lot de mélancolie. L’éclairage des plus cinématique, l’ambiance devient presque aquatique. On plane, on nage, bref, THE GATHERING devient des plus intimistes. Et là c’est la joie. La réponse du public semble être en accord avec mon ressenti. On applaudit plutôt trois fois qu’une et le groupe lui-même semble étonné par une telle vague d’applaudissements.
À partir de là, on adhère plus que tout. L’album "Souvenirs" aura une place particulière, avec un époustouflant "Broken Glass" et un "Souvenirs" tout aussi incroyables. Silje fait vibrer la fibre nostalgique du public (pas très conséquent, mais bien présent !) de la salle lyonnaise tout autant qu’elle parvient à recréer avec sa voix l'intimité si marquante de cet album.

Je finis pour donner une mention particulière à "Eléanor" et sa douce brutalité qui paraît presque un peu hors-sujet mais propulse le groupe 15 ans en arrière avec courage. Et Silje s’en tire plus que jamais avec les honneurs.
Forcément, des titres manquent à l’appel. Tout particulièrement un titre de l’album "Home" qui aurait à mon avis été sympathique en second rappel (qui n’a pas eu lieu, snif). On restera donc la montée en intensité fantastique de "I Can See You For Miles". Une fin parfaite pour un concert prenant, vivant et à la hauteur de nos attentes.



Setlist THE GATHERING :
1.Paper Waves
2.Meltdown
3.Shot To Pieces
4.All You Are
5.Heroes For Ghosts
6.Great Ocean Road
7.In Motion #1
8.Broken Glass
9.Souvenirs
10.Gemini I
11.Eléanor

Rappel :
12.I Can See For Miles

Un peu plus de photos ici


Le 30/11/2013 par DROOM

Très bon live-report, pour un très bon groupe. Le concert de Rennes aurait pu être décrit (quasi) mot pour mot de cette façon (je suis en désaccord sur des détails mais eh : ce n'était pas le même concert non plus). Et me voilà bien embêté, puisque je suis moi-même en charge, chez la concurrence (bouh, je sais) de l'écriture d'un LR pour le live du 29, à Rennes...
Mazette... pas gagné.

Bref, un très bon (et beau) moment que cette tournée.





             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod