Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2013
YEAR OF NO LIGHT
Par WËN
Le 11 Décembre 2013

THE GATHERING
Par VOLTHORD
Le 30 Novembre 2013

DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE
Le 11 Novembre 2013

Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE
Le 3 Novembre 2013

NOFX à La Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 20 Octobre 2013

Steve VAI met le feu à la Coop' de Mai
Par JEFF KANJI
Le 20 Octobre 2013

FINNTROLL + TYR + SKALMOLD
Par VOLTHORD
Le 12 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Bruxelles)
Par ZODD
Le 7 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA
Le 7 Octobre 2013

Vulcain
Par CITIZEN
Le 6 Octobre 2013

Psycroptic + Hour of Penance
Par DARK MORUE
Le 2 Octobre 2013

WACKEN OPEN AIR 2013
Par JEFF KANJI
Le 19 Septembre 2013

Motocultor 2013 (2)
Par DARK MORUE
Le 30 Août 2013

Motocultor 2013 (1)
Par DOLORÈS
Le 29 Août 2013

Metal Méan 2013
Par CITIZEN
Le 26 Août 2013

EYEHATEGOD + ORANGE GOBLIN
Par ENENRA
Le 23 Août 2013

Party San 2013
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2013

Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA
Le 1 Août 2013

TORCHE
Par ENENRA
Le 24 Juillet 2013

PRAGUE DEATH MASS Vol. II
Par ENENRA
Le 19 Juillet 2013

NEUROSIS
Par ENENRA
Le 7 Juillet 2013

SUFFOCATION
Par DARK MORUE
Le 20 Juin 2013

NEUROTIC DEATHFEST 2013
Par ENENRA
Le 20 Juin 2013

IRON MAIDEN
Par WËN
Le 8 Juin 2013

MICHAEL SCHENKER
Par JEFF KANJI
Le 29 Mai 2013

SEPTICFLESH
Par DARK MORUE
Le 27 Mai 2013

MELVINS
Par ENENRA
Le 23 Mai 2013

AMENRA
Par ENENRA
Le 9 Mai 2013

PPM Fest 2013
Par JEFF KANJI
Le 20 Avril 2013

KVELERTAK
Par ENENRA
Le 26 Mars 2013

ROMPEPROP
Par DARK MORUE
Le 25 Mars 2013

CULT OF LUNA
Par WËN
Le 7 Février 2013
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
SUFFOCATION
Par DARK MORUE le 20 Mai 2013
Publié le 20 Juin 2013 Consulté 3248 fois

La vache. Paie ta tournée de brutes. Nan mais là je crois rêver, on dirait une affiche taillée pour moi quoi. Mon groupe de Deathcore préféré du monde qui ouvre, du Thrash qui encule, du Grind/Death bordélique démentiel et une légende du Brutal Death. Sérieusement, je peux faire quoi contre ça moi ? Ni une ni deux, sans plus tarder, j'enfourche mon siège du RER, et ça rame, et je suis à la masse. C'est pas original mais toujours aussi rageant. Je pourrais limite utiliser ça comme intro à tous mes live-report. "Je suis venu en RER, alors je suis arrivé en retard, et turbofuck". Pffff...



Et du coup, FALLUJAH qui ouvrent, moi ça me fait jouir parce que leur dernier album est une énorme tuerie. Mais genre vraiment. Modernité, technique, mélodie, soli à pleurer, tout y est parfait ou presque. Alors je suis impatient de les voir, et j'arrive en retard comme une merde et donc je ne peux assister qu'aux deux derniers morceaux.
Plusieurs personnes sont venus pour eux, ils ont leur public, et c'est cool. Pas de pogo mais un accueil assez chaleureux pour une première partie. Par contre, dommage pour le son, très peu fluide et faisant donc mal ressortir les leads. Donc je peux pas dire grand chose de la première moitié du set, par contre les deux pistes auxquelles j'ai assisté ont quand même réussi à me transporter, les mélodies fantastiques de "Cerebral Hybridization" répondant présentes et exécutées à la perfection, et la furie de "Assemblage Of Wolves" faisant du bien par où elle passe. Frontman charismatique et bien en voix, musiciens concentrés à la prestance classieuse, assez irréprochable mais bon, y'a -core dans le nom alors forcément y'aura plein de réfractaires. Tant pis pour eux. Je savoure ces quelques 10min de Death Technique, Atmosphérique et Mélodique tout en restant frontal, et c'est remballé. Mais pas pour longtemps.

Les HAVOK ont pas mis bien longtemps avant d'entrer en scène. Les soundchecking ont mis un bon moment mais sont bien passés parce qu'ils s'amusaient à reprendre des riffs de MEGADETH pour balancer. Disons que j'attendais pas grand chose d'un groupe de Thrash, vu que globalement ça m'en touche une sans remuer l'autre en studio (bien qu'en live c'est la tuerie ultime, remember KREATOR ou SODOM, uuuurgh). Mais là, ça butait. Tout simplement.
Bien ancré dans leur genre, Revival véloce qui arrache tout. C'est bourré de riffs mélodiques qui sautillent, ça fonce, c'est ultra rapide et violent, et ça met le feu au Glazart. Là ça se met sur la tronche, pas mal de gens on l'air d'être venus que pour eux (?), ça éclate bien et c'est communicatif. De loin le show le plus enjoué et énergique de la soirée, servi en plus par un son excellent. Et les compos s’enchaînent, avec toujours une petite mélodie bien fichue, du gros riff headbanguant (en nombre insuffisant toutefois, vu qu'ils ont l'air de préférer foncer dans le tas) et un chant ultra criard et arraché. C'est un beau foutoire, l'ambiance chauffe et on s'amuse dans la joie et la bonne humeur. Franchement j'adhère, belle petite claque inattendue, parfaite première partie chauffant bien pour les deux mastodontes à venir...

CEPHALIC CARNAGE, j'adore, c'est tout. Leur Rocky Mountain Hydrogrind défonce grave, c'est des gros déchets mais c'est pour ça qu'on les aime. J'étais donc bien impatient de les voir, vu qu'en plus de faire de la musique qui bute, leurs prestations sont bien barrées. Et donc ils se ramènent, commencent à raconter n'importe quoi en parlant de fumer (obvious) et envoient d'office "Raped By An Orb" qui est peut-être le morceau que je m'attendais le moins à voir en live vu que je le considère juste comme un filler de leur moins bon album. M'enfin. Le son est creux mais ça s'améliore très vite, et direct on se prend le missile bordélique et dissonant issu de "Xenosapien" qui est "Divination and Volition" et son riff final qui fait mal, très mal. La prestation est impec, Lenzig est bien en voix avec ses grognements et cris bien jouissifs et secondé par le bassiste qui nous sert de très impressionnants growls. Et le pire c'est que c'est pas que des chœurs non, il prend très souvent les devants et éclipse même en de nombreuses occasions le chanteur principal (le refrain de l'énooooorme "Endless Cycle Of Violence", ou l'un des plus gros hit planétaires de Death Metal des années 2000). Et le côté parodique et détendu est toujours là, entre le chanteur qui nous parle de ratio branlette quotidienne pour introduire la furie grind "PGAD" ou la traditionnelle et excellente "Black Metal Sabbath", parodie de Black pour finir le set où ils sortent bracelets à pointe pourris, masques de Corpse Paint bidons et tête de cheval en caoutchouc. Et la setlist était bien fichue, même si j'aurais aimé un petit "Hybird" ou "Abraxas Of Filth", et plus de morceaux de "Anomalies" évidement (putain seulement "Wraith" et "Kill for Weed", mais elle est où "Dying Will Be The Death Of Me" merde?). M'enfin, Som Plujimers qui vient se taper le guest sur "Kill For Weed", ça vaut de l'or. Oui, l'ex-chanteuse de CEREBRAL BORE en personne. Un putain de set technique, furieux, très en place et fun, servant la musique barrée tout en restant ravageuse de ces enfumés du bocal.

Après, je vous avouerais que j'ai pas forcément bien profité du show. Disons que... Comment dire. Au premier rang, prêt à l'action, voilà qu'une mignonne petite demoiselle totalement déchirée (je veux pas savoir à quoi) titube, danse n'importe comment et manque de mourir. Dans une tentative de protection (ben oui quand on fait 35kg les pogos c'est un peu léthal dans ma tête) la voilà qui se prend d'une affection sans bornes pour... moi. Et donc, courage pour rester concentré sur le set quand une petite rouquine dans un état second passe son temps à nous serrer contre elle, tenter de danser et faire la ronde dans les pogos (wtf?) et j'en passe. On est tout de suite moins concentré sur le set une fois épris de ce genre de nymphes douces et ultra collantes. Et en plus c'est pour me présenter son chéri à la fin du set. Rien de plus rageant, graaaaargh.
Pour en revenir à CEPHALIC CARNAGE... Ben voilà la setlist, j'ai dit ce que j'avais à dire.

-Raped By an Orb
-Divination and Volition
-PGAD
-Endless Cycle Of Violence
-Wraith
-Warbots AM
-Kill For Weed
-Lucid Interval
-Black Metal Sabbath

Bon. Maintenant le moment qu'on attendait tous. Le groupe culte qui part dans tous les sens récemment, à moitié démantelé mais solide et ayant sortit un dernier album juste énorme. SUFFOCATION ! //applaudissements\\
Malgré leur légère tendance à tourner partout, je ne les avais encore jamais vu en concert. Toujours loupé pour une raison X ou Y. Plutôt dommage, je vous l'accorde. Il est jamais trop tard pour se faire pardonner et dépuceler des légendes du Death US remarquez. Et donc, le fait que SUFFOCATION ait livré la performance la plus brutale et intense de la soirée n'est pas une grande surprise. Les habitués doive en avoir l'habitude (si si je vous assure), et les néophytes comme moi savaient de toute façon à quoi s'attendre. La puissance qui se dégage est juste monstrueuse, et la setlist quasi parfaite (que du pré-split et du dernier album, on oublie ce que je considère comme les moins bons du groupe, et ça le fait bien). Seul regret pour le son : puissant, en place, les guitares sont nickel, mais la batterie... Beaucoup trop de double pédale, pas assez de caisse claire, du coup les blasts ça devient de la double pédale surmixée qui fait mal aux tympans. Ballot.
Et pour ceux qui se demandent ce que donne Gallagher en remplacement live de Mullen, pas de craintes, c'est du tout bon. Déjà les deux sont chauves alors on perd pas trop en présence scénique. Ensuite notre John a pratiquement la même voix dans le cas présent, donc l'interprétation est parfaite. Après on voit bien qu'il sait pas trop quoi faire sans sa guitare, et son attitude assez Deathcore est assez troublante, mais on va fermer les yeux là dessus, c'est un autre genre de charisme tout simplement. On retient que le chant débouche les chiottes comme on l'attendait, et c'est ce qui compte. Autant avoir un vocaliste qui assure quand on mate ce qu'on s'est pris dans la tronche de la part des autres musiciens.
Après un "Throne Of Blood" qui a davantage servi à équilibrer les balances, on se bouffe direct la furie "As Grace Descend", nouveau pilier live du groupe qui ne fait que confirmer tout le bien que je peux penser du dernier album. Ensuite, tout ce qu'on pouvais espérer répond présent, c'est un beau bordel devant la scène avec un public parisien égal à lui-même (ça veut dire que ça manque de fun, ça se cogne comme des brutes et ça slamme de manière totalement aléatoire et chiante). Et BAM "Catatonia" dans la face, crochet avec "Funeral Inception", la petite nouvelle "Rapture Of Revocation" avec un petit riff lourdingue bien sentit qui fait des ravages...
Comme toujours un sommet sur le final écrasant de "Liege Of Inveracity", les origines de la Slam Part qui massacre et écrabouille (avec un John Gallagher qui se la joue hip-hop, assez surprenant par contre). Enfin voilà quoi, c'est SUFFOCATION, c'est l'orgie totale. C'est pas avec des trucs comme "Pierced From Within" que ça va se calmer, vous vous en doutez. Ultra technique, massif, avec les riffs complexes mais qui te pètent à la gueule et une aura de toute-puissance que seul un maître du Brutal Death peut avoir.
Mais... mais le set a finit bien trop tôt. 1H de jeu tout juste, léger pour une tête d'affiche. On salue les potes de BROKEN HOPE qui sont présents au concert ce soir (yeah!), on expédie un final orgasmique sur "Infecting The Crypts" et on remballe. Tout juste j'ai le temps de me prendre un machin dans la tête et réaliser ce que c'était. Je me précipite au sol pour retrouver mon dû : un fuckin'mediator ! Première fois que je récupère des bouts d'un groupe en fin de set, tout content. Dommage que je sache pas à qui il appartenait.
Les lumières se rallument... Encore un rappel ? Un riff retentit... Hommage à Jeff Hanneman, "Angel Of Death" joué à la fin, quelques poireaux restent pogoter, mais le set est ben et bien terminé.

Bilan de la soirée ? Du bon. Rien que je n'ai pas apprécié, du coup impossible d'être déçu. Dommage pour FALLUJAH que j'aurais voulu voir, HAVOK ça démoulait bien, CEPHALIC CARNAGE ultra efficace malgré la distraction et SUFFOCATION en valeur sûre bien que vite expédié. En attendant de les revoir, ce qui ne saurait tarder (gnnn annulés au Party San, morue pas contente...).

Setlist SUFFOCATION :
-Thrones Of Blood
-As Grace Descends
-Catatonia
-Funeral Inception
-Rapture Of Revocation
-Liege Of Inveracity
-Pierced From Within
-Purgatorial Punishment
-Mass Obliteration
-My Demise
-Infecting The Crypts


Le 24/06/2013 par METALPOUET

Bon je suis arrivé pour le début du set de CEPHALIC CARNAGE. Première fois que je les vois.
J'aime quelques albums, leur variété étant le point fort. En concert, ça devient un point faible. Pour moi c'était trop bordélique. Un joyeux bordel, certes, mais j'ai plus souri que fait vibrer mon caleçon. Mais je comprends clairement qu'on over kiff ce genre de prestation.

Concernant SUFFOCATION (5ème fois que j'assiste à un de leurs concerts), ça reste monstrueux. Déçu encore une fois (la dernière fois....aussi au Glazart ce n'était pas lui) de ne pas voir Mullen. Par contre, autant je ne me rappelle pas du chanteur de l'année dernière autant Gallagher, je m'en rappelerais. Déjà je l'apprécie, et ensuite son attitude ne m'a pas choqué un seul instant. Par contre pour la voix, je ne suis pas forcément d'accord. Il y a quand même une différence. Gallagher a limité son "gras" pour se rapprocher du chant de Mullen, et il a vraiment bien assuré!

Sinon petit moins, j'ai trouvé la première partie du show tellement démentielle, que la suite ne pouvait qu'être moins intense. La setlist était déséquilibrée ! Mais bon les 4 premières sont dans mon top 10 de SUFFOCATION !

SUFFOCATION en concert reste énorme. Vivement la prochaine !



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod