Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2014
KREATOR + ARCH ENEMY @Lyon
Par WËN
Le 4 Décembre 2014

MICHAEL SCHENKER'S TEMPLE OF ROCK @Annecy
Par GEGERS
Le 30 Novembre 2014

ELUVEITIE + ARKONA @LYON
Par MR LOUP
Le 12 Novembre 2014

GOTTHARD @Lyon
Par GEGERS
Le 25 Octobre 2014

ARCH ENEMY @Rouen
Par FENRYL
Le 22 Octobre 2014

THE GREAT OLD ONES + REGARDE LES HOMMES TOMBER
Par DARK MORUE
Le 29 Septembre 2014

FALL OF SUMMER 2014
Par CITIZEN
Le 15 Septembre 2014

MOTOCULTOR 2014
Par DOLORÈS
Le 22 Août 2014

HELLFEST 2014 : Jour 3
Par FENRYL
Le 13 Juillet 2014

HELLFEST 2014 : Jour 2
Par DARK MORUE
Le 9 Juillet 2014

HELLFEST 2014 : Jour 1
Par DOLORÈS
Le 4 Juillet 2014

PPM FEST 2014
Par CHAPOUK
Le 26 Juin 2014

MARYLAND DEATHFEST 2014
Par ENENRA
Le 31 Mai 2014

CAUCHEMAR @Paris
Par CITIZEN
Le 27 Mai 2014

THE GREAT OLD ONES @Bordeaux
Par WËN
Le 22 Mai 2014

NEUROTIC DEATHFEST 2014
Par DARK MORUE
Le 10 Mai 2014

PROCESSION @Paris
Par WËN
Le 5 Mai 2014

NEGURA BUNGET @Bordeaux
Par WËN
Le 22 Avril 2014

TOXIC HOLOCAUST + EXHUMED
Par DARK MORUE
Le 4 Mars 2014

TURISAS @ Lyon
Par MR LOUP
Le 17 Février 2014

ENSIFERUM @LYON
Par MR LOUP
Le 6 Février 2014
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
PROCESSION @Paris
Par WËN le 27 Avril 2014
Publié le 5 Mai 2014 Consulté 2870 fois



Tenez, pour changer, c'est de Paris (et non de Bordeaux et de sa banlieue) que je vous livre mes impressions sur le show auquel je viens d'assister. Et oui, parce que quand on aime on ne compte pas parait-il, je me suis donc tapé un petit bout de route (de rail, plutôt, avec les galères que cela implique) pour assister à cette affiche pour le moins alléchante. A la base c'est la tournée européenne ESOTERIC/PROCESSION/ISOLE (rien que cela) qui me bottait, mais faute de passage en France (ben oui) c'est sur cette halte parisienne de PROCESSION (sans ses camarades de jeu) planifiée à la quasi dernière minute que j'ai jeté mon dévolu. Surtout que c'est en compagnie d'ATARAXIE, les maîtres du Funeral-Doom français dont je vous ai également dis le plus grand bien sur leur dernier opus, que vont se dérouler les hostilités. En compagnie d'ATARAXIE et de NORTHWINDS, même.

Mais d'abord le KLUB, puisque c'est là que ça joue (en co-organisation avec le Black-Dog, un bar francilien que tout le monde connait). Le KLUB est une salle minuscule en second sous-sol ("Le Doom, c'est en bas") dans une cave toute voutée, mais donc forcément intimiste, qui plus est pour ce genre de programmation. Tellement minuscule qu'on ne distribue aucune accréditation aux webzines, m'explique t'on. Heureusement que dans un souci d'informations, je peux néanmoins vous faire profiter de mes impressions, mes tendres ouailles … Malheureusement, avec si peu de promo, il ne faut pas s'étonner que ce type de concert n'ait pas plus de répercussions.

La salle est loin d'être remplie lorsque débute NORTHWINDS mais les curieux, vite attirés par la formule de la formation, vont rapidement se rapprocher de la scène. Stylistiquement c'est du Doom, le titre d'ouverture aux riffs pesants, très sabbathiens, en atteste. En façade, outre les incontournables bassiste et guitariste, un troisième compère donne le change aux claviers, tandis que les vocaux 'heavy-style' sont dévolus au batteur, qui s'en charge très très bien. Il faudra un second titre pour s'apercevoir que les influences de NORTHWINDS vont bien plus loin que le Doom traditionnel classique. En effet, le musique se pare rapidement de touches prog-rock 70 très prononcées (encore renforcées par l'orgue), voire plus planantes et avec certains textes en français, on imagine aisément un ANGE se pencher sur la scène pour bénir toute cette petite troupe. Le set se veut agréable, bien qu'un peu long à mon gout. Ironie de la chose, alors que le groupe annonce une reprise de PAGAN ALTAR que tout le monde semble vouloir entendre pour clore son set, l'orga en fera fi, avançant que le temps attribué à NOTHWINDS est écoulé (d'ailleurs, je crois bien que c'est le groupe qui a joué le plus longtemps des trois). Dommage, mais peut être y aurait-il fallu de la part du groupe troquer l'un de ses titres contre cet intéressant hommage.

Respect de la tête d'affiche oblige, c'est au tour d'ATARAXIE de se préparer (bien qu'en terme d'ambiance, comme de longévité, les français auraient largement pu clore la soirée). Ce set sera le premier de la formation depuis le départ de son emblématique guitariste Sylvain Estève, remplacé par deux collègues gratteux. Après une intro quelque peu hésitante, "Procession Of The Insane Ones", l'opening track du récent "L'Etre Et La Nausée" est lancée et s'écrase déjà lourdement sur les premiers rangs de l'assistance. Le son est pour le moins épais et les tessitures des cordes (vocales comme synthétiques) grasses à souhait. Le rendu live de ces nouveaux titres (ATARAXIE jouera également "Face The Loss Of Your Sanity") fait l'effet d'un rouleau compresseur et plus que jamais, en comparaison à des morceaux plus anciens, la césure est flagrante. Même si le Funeral-Doom du combo reste empreint d'éléments Doom-Death, exit en revanche les mélodies mornes typiques de la seconde moitié d'un "L'Ataraxie" (second des trois morceaux joués ce soir), par exemple. Oui, 3 morceaux, mais pour quasiment 45 minutes de concert. Fonctionnant dorénavant à trois guitares, la liberté d'interprétation s'en trouve plus large et en plus d'une véritable chape sonore en façade sur les parties bourrines, on s'apercevra également que les parties acoustiques (ou tout du moins calmes) s'en trouvent elles aussi enrichies. Jonathan Théry (basse, micro) fait profiter le public de sa sourde rage, tandis que Fred Patte-Brasseur (guitare) vit toujours autant sa musique, paraissant au bout de sa vie ou semblant tout du moins d'en rapprocher à chaque entame d'un nouveau riff. Le batteur (en remplacement de l'habituel occupant du poste … avec une seule répèt' à son actif) n'est pas en reste et ne démérite pas tant il ne doit pas être aisé de naviguer en de si ténébreux et nauséeux océans sonores. Tandis que le groupe, "jusqu'àààà la fiiiiiiiin", livre ses ultimes soubresauts, le raz-de-marée "Face The Loss Of Your Sanity" (ces riffs !!) s'achève déjà et il faudra un bon petit moment aux spectateurs pour reprendre gout à la vie (et à la bière), preuve de l'efficacité des atmosphères délivrées par le combo. Après avoir creusé en profondeur "L'Etre Et La Nausée" et découvert de visu le groupe au MOTOCULTOR FESTIVAL l'année dernière, me voilà comblé de cette fructueusement chaotique retranscription.

Setlist ATARAXIE :
01. Procession Of The Insane Ones
02. L'Ataraxie
03. Face The Loss Of Your Sanity


Chronique de "L'Etre Et La Nausée"


Avec PROCESSION, que j'attendais aussi avec impatience tellement leur dernier LP "To Reap Heavens Apart" fut un de mes coups de cœurs de l'année passée, le changement est catégorique. Ici, on reste dans un créneau Doom, certes, mais bien plus trad' et épique (totalement trad' et épique, en fait). On débarque en jean moule-burnes, on harangue la foule et on ne se rase surtout pas les aisselles ! Rien que l'intro du dernier opus ("Damnation Memorae") et son solo de basse est déjà un grand moment d'epicness. Enchainée par l'excellente "Conjurer", il n'en faudra guère plus pour déclencher les mouvements de têtes aux premiers rangs. Bien qu'à l'étroit, les deux Chiliens et les deux Suédois sont en place et bien que ne jouissant pas (encore ?) d'une énorme popularité par chez nous, la soixantaine de spectateurs répond néanmoins présente aux sollicitations de Felipe Plaza (chant, guitare) ! Petit retour en arrière le temps d'un "Raven Of Disease", extrait de "The Cult Of Disease" (premier EP du combo, 2009) qui permet de présenter une facette résolument plus sombre de leur musique. La setlist alterne joyeusement salement les nouveaux titres avec d'autres plus anciens, ce qui permet de juger de l'évolution du groupe. Les classiques sont donc présents, accompagnés des meilleurs représentants de sa dernière livraison. Au programme : refrains fédérateurs ("To Reap Heavens Apart"), soli dantesques ("Death And Judgement") et atmosphères de caveau ("Tomb Of Doom"). Là encore, peu de morceaux, mais on vous parle de titres de sept-huit minutes en moyenne (oui … c'est du Doom …). Sans coup férir, PROCESSION parviendra à mettre tout le monde d'accord et l'ultime "Chants Of The Nameless" témoignera à lui seul, de la fort belle impression qu'a laissé la formation au public parisien !

Setlist PROCESSION :
-- La mort de Weronika (introduction)
01. Damnation Memorae
02. Conjurer
03. Raven Of Disease
04. To Reap Heavens Apart
05. Tomb Of Doom
06. Death And Judgement
07. Chants Of The Nameless


Chronique de "To Reap Heavens Apart"

C'est fait. On ne va pas épiloguer pendant des heures … Stay Doomed !



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod