Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2011
THRASHFEST
Par MAXXX
Le 7 Décembre 2011

MONSTER MAGNET
Par ENENRA
Le 7 Décembre 2011

MOTORHEAD
Par MAXXX
Le 24 Novembre 2011

ALICE COOPER
Par ALANKAZAME
Le 18 Novembre 2011

ANNIHILATOR
Par MAXXX
Le 8 Septembre 2011

WACKEN 2011
Par DARK MORUE
Le 20 Août 2011

SONISPHERE AMNEVILLE
Par MAXXX
Le 10 Août 2011

TUSKA OPEN AIR
Par DREAMSLAYER
Le 30 Juin 2011

JUDAS PRIEST - Epitath - Zénith de Paris 2011
Par SHUB-NIGGURATH
Le 28 Juin 2011

HELLFEST 2011
Par BIONIC2802
Le 20 Juin 2011
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
SONISPHERE AMNEVILLE
Par MAXXX le 9 Juillet 2011
Publié le 10 Août 2011 Consulté 4719 fois

Snowhall Parc d’Amnéville, Samedi 9 juillet, vers 14h et sous un soleil de plomb. A mon entrée sur le site du Sonisphère, la scène me semble surréaliste. 41 000 métallheads sont attendus aujourd’hui. Un grand nombre d’entre eux sont déjà présents sur le site. Entre la chaleur, la poussière qui vole, et MASS HYSTERIA en fond sonore, on se croirait dans le film Mad Max.

Je me dirige vers la scène Apollo (la plus grande), celle sur laquelle doit passer le "Big Four" aujourd’hui. Les roadies de Diamond Head s’affairent. A peine quelques minutes après la fin du set du groupe français, leur show peut commencer. Cela fait 28 ans que les pionniers de la New Wave Of British Heavy Metal n’ont pas foulé le sol français. Quel injustice, que ce groupe qui en a influencé tant d’autres, n’ait pas connu le succès qu’il méritait. Peu de personnes savent qu’à l’instar des BEATLES, eux aussi, ont sorti leur "White Album". Tous ont l’air heureux d’être là, souriant, et faisant de leur possible pour remuer un peu le public français, plus venu les voir par curiosité qu’autre chose. Sur les 6 morceaux qu’ils ont joué, 4 furent repris par METALLICA sur l’album Garage Inc, et 1, Sucking My Love, se trouve sur une des démos des Four Horsemen.





Succès assuré. Le groupe est ovationné, et le public en redemande. Pas un seul faux pas dans leur show. Et cela fait du bien de voir un groupe de Heavy Metal « à l’ancienne » parmi tous ces jeunes loups et autres monstres sacrés du Thrash. Impossible de ne pas avoir des frissons durant le solo de "The Prince", ou de ne pas s’époumoner sur "Am I Evil ?". La foule reprend le titre en chœur, offrant la une belle récompense à ces vétérans, qui, honnêtement, n’en ont pas l’air. Seulement voila, 6 morceaux, ça passe vite, trop vite… Alors que l’on prépare déjà la scène pour ANTHRAX, on ne peut s’empêcher d’espérer qu’ils repasseront vite en France.

Pour ne pas louper une seule miette du Big Four, j’ai décidé de passer l’après midi devant la scène Apollo. Je voulais absolument voir le set de VOLBEAT, mais, tant pis, il fallait faire un choix…

Le premier groupe du Big Four entre en scène. Les premières notes de Caught In a Mosh résonnent. ANTHRAX fait son entrée devant un public conquis d’avance ! A noter que Scott Ian ne pouvait être présent ce jour là, sa femme venant d’accoucher. Je n’ai pas pu m’empêcher d’être déçu en apprenant cette nouvelle, lui qui est un peu l’âme d’ANTHRAX. Mais, Andreas Kisser de SEPULTURA, son remplaçant, est un tel monstre que j’en ai vite oublié son absence.





Tous sont en grande forme. Quel bonheur de les voir sur scène, eux qui ne sont pas passés en France depuis une éternité. Belladonna court dans tous les sens, harangue la foule. Rob Caggiano son éternel bonnet vissé sur la tête, est fidèle à lui-même. En retrait, il nous gratifie cependant de superbes solos. Mais, selon moi, les vrais héros de ce groupe sont le batteur Charlie Benante et Frank Bello, le bassiste. Ils font le show à eux tout seul. Benante est selon moi un des meilleurs batteur de Metal actuel. Quelle technique, quelle puissance, et quelle classe ! Quant à Frank Bello, il nous gratifie de ses habituelles grimaces. C’est un show man hors pair, qui donne absolument tout sur scène. Son jeu puissant est un régal pour les oreilles. Le son est dantesque.

Leur dernier single, "Fight’Em Till You Can’t » sera joué. Ce morceau, disponible depuis peu, prend une tout autre ampleur en live, et est une vraie invitation au headbanging. Seulement voila, nous sommes en France. Et c’est bien sur "Antisocial" qui sera le point d’orgue de ce concert. En dehors de ces deux titres, tous les classiques seront joués, pour notre plus grand plaisir. Après quelques mots d’Andreas Kisser, le groupe entame "Refuse/Resist" de SEPULTURA, un moment génial. En dehors cela, une setlist sans surprise, mais…quel pied ! Quel dommage qu’Anthrax soit considéré comme la dernière roue du carosse. Il faut dire que leur carrière en dent de scie ces 10 dernières années ne les aide pas. Mais espèrons que la sortie de leur prochain album en septembre les remette, vraiment, sur le devant de la scène.





Au tour de SLAYER de continuer le show. Les roadies mettent en place le mur d’ampli Marshall sur la scène. On aperçoit le guitar tech de Jeff Hanneman tenir une guitare… celle de Gary HOLT d’Exodus. Hanneman était déjà absent lors du passage du groupe au Zenith, suite à une infection due à une piqure d’araignée, et il ne sera toujours pas là aujourd’hui.
L’intro de "Darkness Of Christ" retentit. Et SLAYER commence son set sur…une grosse bourde de la part de Lombardo, qui commence seul "Disciple" à la batterie. On pourra le voir à la fin du titre regarder Araya, « oups » avec un haussement d’épaule, à moitié mort de rire.


L’ambiance dans la fosse est irrespirable. Pogos, Slam et Circle Pit sont au rendez vous, et tout cela se passe sous l’œil amusé du groupe. Si cela doit être agréable à voir pour eux, il est bien plus difficile de survivre pour nous ! Les titres s’enchainent vite. "War Ensemble", "Dead Skin Mask", "South Of Heaven"… Les grands classiques sont de la partie. Seulement deux titres de leur dernier album, "World Painted Blood" seront joués, "Hate Worldwide" et "Snuff". Dommage, j’aurais aimé les voir jouer le titre éponyme de l’album !

A part la bourde du début, tous sont en grande forme. Tom Araya a l’air heureux d’être la. Et il est en forme. Ce qui vaut la peine d’être dit, vu le nombre d’annulations (3 pour être exact) que le groupe a fait subir au public français ces dernières années. Gary Holt est de plus en plus à l’aise, et interagit de plus en plus avec les autres membres du groupe. Kerry King est fidèle à lui-même, en retrait en train de maltraiter sa guitare. Le set défile à une vitesse éclair, et après avoir remercié le public, le groupe quitte la scène.





Presque K.O après SLAYER, il est temps de sortir un peu de la fosse, de se réhydrater un peu, et de se dégourdir les jambes. Tant pis, on verra MEGADETH d’un peu plus loin.
C’est avec le titre "Trust" que le groupe du rouquin Dave Mustaine fait son apparition, ce dernier avec une impressionante Dean à double manche. La fosse s’est un peu calmé depuis SLAYER. Le groupe enchaine tous ses plus gros « tubes ». Un seul titre d’ "Endgame" sera joué, "Headcrusher", titre assez anecdotique. Un extrait du prochain album sera également joué "Public Enemy N.1", dans une veine Thrash Old-School, mais assez répétitif.





On a souvent pu reprocher à Chris Broderick d’être un robot jouant ses solos sans y mettre aucune émotion. C’est faux. C’est un excellent guitariste, autant techniquement que sur scène. Et quel plaisir de voir David Ellefson de nouveau dans MEGADETH, le bassiste historique du groupe. Quant à Shawn Drover, c’est un excellent batteur, très en retrait par rapport au reste du groupe, mais excellent technicien. Ce concert se termine en apothéose à la tombée de la nuit, avec les titres "Peace Sells" et "Holy Wars" repris en chœur par la foule.


Tarja fait son show sur la scène Saturn. La belle a la malchance de passer juste avant METALLICA… L’attente est interminable. Finalement, les lumières s’éteignent, et le moment qu’on attend depuis si longtemps arrive, "The Ecstasy Of Gold" résonne, me filant automatiquement la chair de poule. Le groupe commence avec "Hit The Lights", on ne peut imaginer plus belle entrée en matière.

Les deux heures qui vont suivre seront magiques. On sait que les concerts de METALLICA sont réglés comme du papier à musique, qu’il n’y a pas beaucoup de place à l’improvisation. Mais, les voir en concert, en face de vous, est une expérience extraordinaire, un moment inoubliable.

On sent que le groupe a pris la peine de répéter suite au World Magnetic Tour. Kirk Hammett fais moins de pain qu’à l’accoutumé, Ulrich joue mieux. Trujillo est une véritable bête. La basse vous fait résonner la cage thoracique. Et Hetfield…que dire ? Rarement un frontman n’a été aussi charismatique et énergique.





La setlist est absolument parfaite. "The Shortest Straw" sera meme de la partie. Mais surtout… le groupe jouera "The Call Of Ktulu", quelle claque… Trujillo fait honneur à Cliff Burton. "Fade To Black" arrive, les couplets sont joués par Hetfield sur une acoustique du haut de la scène. Le final est dantesque.





Le groupe est rejoint par Brian Tatler de DIAMOND HEAD et par ANTHRAX pour interpréter "Helpless", un beau moment… suivi d’une énorme claque avec le titre "Damage Inc.". Mais, c’est surtout le rappel qui nous achèvera, "Creeping Death".


On peut dire ce que l’on veut sur METALLICA. Oui, James est chiant à nous sortir « Let’s make history » toutes ses deux phrases, oui, Lars nous gonfle à en faire toujours trop, oui, on aimerait bien dire à Kirk d’arrêter de charcuter tous ses solos avec sa Wha et … non, Bob, je l’épargne.

En tout cas, ces 4 là n’ont pas leur pareil sur scène. Les voir est une expérience magique, dont eux seuls ont le secret. Et ce concert restera longtemps gravé dans ma mémoire.

Une journée de folie vient de s’achever… et l’on a qu’une envie, remettre cela dès l’année prochaine.


Le 11/08/2011 par PITCH

Merci MAXXX, pendant un moment, je m'y suis cru.

Ils n'ont pas fait un jam tous ensemble à la fin ?


Le 11/08/2011 par PARASITE

Si mais il n'y avait ni MEGADETH, ,ni SLAYER qui avait d'autre choses à faire apparemment... à la place on a eu DIAMOND HEAD et ANTHRAX.
C'est dommage mais bon le concert était tellement génial... on s'en fout au final.
Et pis voir les Met's avec DIAMOND HEAD c'est toujours sympa comme image.


Le 11/08/2011 par RENERION

Malheureusement non, il n'y a pas eu de jam entre les 4 groupes, SLAYER et MEGADETH ayant du quitter le site pour honorer leurs autres engagements.

Superbe live review néanmoins, qui m'a permis de me replonger dans ce fest! (les performances de VOLBEAT, MASS HYSTERIA (et son circle pit avec mouss et raph dans la fosse!), et même celle de PAPA ROACH (!) furent tout simplement explosives).



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod