Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2013
YEAR OF NO LIGHT
Par WËN
Le 11 Décembre 2013

THE GATHERING
Par VOLTHORD
Le 30 Novembre 2013

DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE
Le 11 Novembre 2013

Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE
Le 3 Novembre 2013

NOFX à La Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 20 Octobre 2013

Steve VAI met le feu à la Coop' de Mai
Par JEFF KANJI
Le 20 Octobre 2013

FINNTROLL + TYR + SKALMOLD
Par VOLTHORD
Le 12 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Bruxelles)
Par ZODD
Le 7 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA
Le 7 Octobre 2013

Vulcain
Par CITIZEN
Le 6 Octobre 2013

Psycroptic + Hour of Penance
Par DARK MORUE
Le 2 Octobre 2013

WACKEN OPEN AIR 2013
Par JEFF KANJI
Le 19 Septembre 2013

Motocultor 2013 (2)
Par DARK MORUE
Le 30 Août 2013

Motocultor 2013 (1)
Par DOLORÈS
Le 29 Août 2013

Metal Méan 2013
Par CITIZEN
Le 26 Août 2013

EYEHATEGOD + ORANGE GOBLIN
Par ENENRA
Le 23 Août 2013

Party San 2013
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2013

Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA
Le 1 Août 2013

TORCHE
Par ENENRA
Le 24 Juillet 2013

PRAGUE DEATH MASS Vol. II
Par ENENRA
Le 19 Juillet 2013

NEUROSIS
Par ENENRA
Le 7 Juillet 2013

SUFFOCATION
Par DARK MORUE
Le 20 Juin 2013

NEUROTIC DEATHFEST 2013
Par ENENRA
Le 20 Juin 2013

IRON MAIDEN
Par WËN
Le 8 Juin 2013

MICHAEL SCHENKER
Par JEFF KANJI
Le 29 Mai 2013

SEPTICFLESH
Par DARK MORUE
Le 27 Mai 2013

MELVINS
Par ENENRA
Le 23 Mai 2013

AMENRA
Par ENENRA
Le 9 Mai 2013

PPM Fest 2013
Par JEFF KANJI
Le 20 Avril 2013

KVELERTAK
Par ENENRA
Le 26 Mars 2013

ROMPEPROP
Par DARK MORUE
Le 25 Mars 2013

CULT OF LUNA
Par WËN
Le 7 Février 2013
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
IRON MAIDEN
Par WËN le 5 Juin 2013
Publié le 8 Juin 2013 Consulté 4260 fois

Depuis quelques années, voir IRON MAIDEN en France relève de plus en plus de la gageure et de la planification budgétaire. De la gageure déjà, puisqu'obtenir des places lors de leur mise en ventes tient véritablement du pari pour peu que vous n'ayez pas de RTT à poser pour l'occasion (et encore faut-il avoir le clic ferme et vigoureux). La planification budgétaire, ensuite, car comme le groupe ne s'arrête plus ailleurs qu'à Bercy (sauf exception qui confirme la règle) pour peu que vous n'habitiez pas la capitale, vous pouvez encore ajouter à l'addition le prix de la nuit d'hôtel et du trajet. Et l'être humain étant faible de nature, ce serait péché que de repartir sans son t-shirt souvenir (35€ pour les girlies, hein) … Mais bordel, on parle de MAIDEN quoi, et pour rien (ou presque) au monde, on ne saurait manquer cette grande messe métallique et ses 15 000 dévots communiant ensemble sur les hymnes que sont "The Number Of The Beast" ou "Running Free".

Surtout que pour l'occasion, mes doux larrons, l'alternance que s'est fixé le groupe entre tournées promotionnelles et tournées dites de 'classiques' nous promet du lourd ce soir, car comme son nom le laisse présager le "Maiden England 2013" se positionne en remake du célèbre "Seventh Tour Of A Seventh Tour" de 1988, immortalisé sur la VHS "Maiden England" d'ailleurs rééditée sous divers formats en début d'année. Et qui dit 88, dit donc MAIDEN à son apogée en pleine promotion de son fantastique "Seventh Son Of A Seventh Son" et sa pluie de pépites uniquement basée sur ses 7 premiers albums, avant son coup de mou des 90s. Du gros lourd, quoi !






Arrivée sur les lieux, le POPB est loin d'être plein à craquer, mais beaucoup de fans se foutant juste de la première partie sont encore à cloper dehors ou à picoler dans les bars alentours (à 19h … il se murmure même que beaucoup bossent encore). Bref, ce sont les Londoniens de VOODOO SIX qui ouvrent le bal, avec leur rock/hard rock sympatoche. Sympatoche parce qu'idéal pour débuter une telle soirée, pas prise de tête et assez enjoué. Un fait qui ne trompe pas, puisque le public applaudissant entre tous les titres, semble apprécier. Et je dois dire que c'est la première fois qu'un groupe de première partie de la VIERGE DE FER (mis à part les combos de Harris jr. et Dickinson jr.) ne se fait ni copieusement siffler ni insulter comme cela pu être le cas avec MURDERDOLLS (faut pas déconner non plus) ou AVENGED SEVENFOLD (et pourtant les influences HELLOWEEN/MAIDEN sont bien réelles chez ce groupe de Metalcore). Je ne saurais malheureusement vous en dire guère plus sur VOODOO SIX hormis que passé les 4 premiers titres, l'impression qu'ils les rejouent à nouveau, mais dans le désordre, se laisse étrangement sentir. On passe à la suite ? Allez !

MAI-DEN ! clap clap clap ! MAI-DEN ! clap clap clap ! MAI-DEN ! clap clap clap !

Bercy est dorénavant plein et le public ne manque pas de donner de la voix pour faire venir ses héros, mais nous savons très bien que tant que n'auront pas résonnées les premières notes de … Ha ! Ca y est "Doctor, Doctor" de UFO est balancé dans les enceintes ! La chanson se termine, toutes les lights s'éteignent et c'est parti : intro symphonique de rigueur avec projections épiques de vidéos de banquise (si, c'est possible), avant de laisser place à une scène toute de bleu baignée. "Seven deadly sins, Seven ways to win, Seven holy paths to hell, And your trip begins !" Et voila que débarquent, sous une flambée pyrotechnique du plus bel effet, les six musiciens sur un "Moonchild" assez logiquement positionné. Premier constat, la scène, à la décoration inspirée de l'album "Seventh Son …" sans les artifices glaciaires, demeure sobre avec cette particularité qu'une bonne partie des différents backdrops se voient modifiés par rapport à leur pochette originale de façon à présenter Eddie prisonnier des glaces (cf. "2 Minutes To Midnight", "Phantom Of The Opera"). Second constat, le son est très moyen, on entend Dickinson (chant) et McBrain (batterie) on perçoit Harris et sa basse, mais pour les 3 guitaristes le résultat est assez cacophonique et quelques titres sont nécessaires pour que le tout s'améliore (ou que l'oreille s'habitue). Ceci-dit, voir IRON MAIDEN en concert c'est aussi profiter d'une ambiance particulière à commencer par des dizaines de millier de personnes qui braillent ensemble des refrains comme en témoigne celui de "Can I Play With Madness" ou les "Screeeeam For Me Paris" que Dickinson, décidément toujours en forme, ne tarde guère à quémander. Le sextet britannique connait la formule pour satisfaire les fans et n'hésite donc pas à dépoussiérer quelques vieilleries ("The Prisoner" qui n'a guère fait d'effet) alternées à du classique des familles ("2 Minutes To Midnight" dont l'intro provoque toujours autant d'effet). On s'accorde une petite pause le temps de souhaiter un bon anniversaire à McBrain dont on ignore son âge, mais comme le dit le facétieux Dickinson : "Il est vivant".

Cette parenthèse fermée, le show reprend de plus belle avec une première digression puisque le groupe se lance dans l'interprétation de "Afraid To Shoot Strangers" (1992). Une excellente surprise ! Les jeux de lumière sur cette introduction sont à couper le souffle. Et c'est sur l'enchaînement suivant que nous allons avoir, nous, le souffle coupé. La silhouette se découpant en ombre chinoise sur le backdrop qui vient de paraître ne trompe pas le public qui sait que "The Trooper" va débarquer. Gros remue ménage, gros "Ohoho", grosse poussée, grosse trique. En plus ces cons de british décident d'enchainer avec "The Number Of The Beast" autre morceau de choix qui permet à Bruce-tout-puissant de dompter les éléments et d'ériger ça et là de véritables colonnes de feu. Et quitte à poursuivre avec du cassage de cul, crac, vas-y que je te balance une autre perle épique avec "Phantom Of The Opera" qui sera véritablement le premier titre à faire sautiller tout le public sur place, poings levés. Et non, ma bonne dame, ce n'est pas terminé, s'en suivent "Run To The Hills", où Eddie fait sa première apparition déambulant sur la scène dans son uniforme de la guerre de sécession et "Wasted Years" (seul rescapé de "Somewhere In Time"). Toi aussi, tu as les joues qui chauffent ? Mais la plus grosse, la plus longue, la reine-mère de toutes les mandales reste à venir ! IRON MAIDEN nous l'avait promis, le voici dans son intégralité : le septième né du septième fils qui défouraille comme il faut du haut de ses 10 minutes. Je l'attendais celui-ci, et force est de constater que je n'ai pas été déçu : magistral, épique, épique et colégramme ! Là aussi Eddie est de retour, surmontant la scène avec sa boule de cristal. Hop hop hop, pas de temps mort, on enchaîne : "The clairvoyant" rafraîchissant, "Fear Of The Dark" imparable et "Iron Maiden" symbolique mais basique qui voit la troisième et ultime apparition de la mascotte des rosbifs, son corps désincarné dominant la scène en brandissant un fœtus se débattant; de mauvais goût certes, mais tellement jouissif !

Le groupe s'éclipse très brièvement, le tant de se faire rappeler un petit coup, un backdrop d'Eddie en aviateur se glisse devant les autres, le sample du discours de Churchill servant d'intro à l'album "Powerslave" est lancé et c'est logiquement "Aces High" qui déboule, puis l'attendu "The Evil That Men Do". On arrive doucement à l'heure et demie de show et ce sera sur un ultime mais puissant "Running Free", avec une présentation en règle des musiciens et une dernière participation du public que la VIERGE DE FER quitte la scène … épicétou, la scène tarde à se rallumer mais s'en est bel et bien terminé pour ce soir. "Always Look on the Bright Side of Life" des Monty Python vient rapidement nous le confirmer.
De cette soirée, nous retiendrons une bonne prestation d'IRON MAIDEN qui n'a rien perdu de sa superbe. Bien en forme, le groupe nous a offert quelques classiques que nous n'avions pas entendu depuis un moment ("Afraid To Shoot Strangers", "The Prisoner", "Seventh Son …"). Pas de "Hallowed Be Thy Name", certes, pas de "Infinite Dreams" (et là je suis chagrin), mais avec 35 ans de carrière au compteur, plus que jamais, le groupe doit faire des choix.

Setlist :
(Doctor Doctor (UFO))
1. Moonchild
2. Can I Play With Madness
3. The Prisoner
4. 2 Minutes to Midnight (+ happy birthday Nicko)
5. Afraid To Shoot Strangers
6. The Trooper
7. The Number Of The Beast
8. Phantom Of The Opera
9. Run To The Hills
10. Wasted Years
11. Seventh Son Of A Seventh Son
12. The Clairvoyant
13. Fear Of The Dark
14. Iron Maiden
(rappel)
15. Churchill's Speech + Aces High
16. The Evil That Men Do
17. Running Free
(Always Look On The Bright Side Of Life (Monty Python))


Le 19/06/2013 par RAMON

Et toujours pas de "Killers", pourtant présent sur "Maiden England" si je ne m'abuse.


Le 14/06/2013 par TYBO

@Arno : pour avoir été au Sonisphère qui était en tout point pareil avec Bercy, c'est vrai que "Infinite Dreams" aurait été éprouvante pour Bruce. Mais dans le même esprit j'ai trouvé que Bruce était totalement à l'agonie sur "Aces High". De plus cette chanson n'était même pas jouée lors de la tournée "Maiden England" de 88. Ils auraient pu la remplacer par une de "Somewhere In Times" largement sous représenté ou par "Still Life". Mais un très bon show dans l'ensemble et un ralentissement des tempo assez appréciable. Par contre j'ai trouvé le son plutôt excellent au Sonisphère.


Le 13/06/2013 par CLEM

J'y étais également.
Mon gros gros point fort : "Seventh Son", magistral… Le break du milieu, quelle ambiance !
Bonne surprise : "Afraid To Shoot Strangers"

Une petite déception : les soli. Depuis quelques temps, je les trouve moins carrés, plus improvisés… et je préférais le temps où c'était plus carré, plus propre...


Le 12/06/2013 par WëN

@ TOFVW : merci l'ami ! Tu as tout à fait raison pour le speach de Churchill. Il est tellement lié à "Aces High" que je ne m'étais jamais rendu compte qu'il n'était pas là sur "Powerslave", et c'est pas faute de l'avoir fait tourner.
Comme quoi ^^


Le 12/06/2013 par TOFVW

"Churchill's Speech" sert d'intro au "Live After Death", mais pas à "Powerslave" !!

J'ai beaucoup aimé ce concert, mais je ne sais pas pourquoi, je crois l'avoir moins apprécié que les 4 autres que j'ai fait. Peut-être mon rhume qui n'a pas aidé. Bref...


Le 11/06/2013 par VALINGARD

Ce report peut également s'appliqué a leur show du Sonisphere !
EXACTEMENT la même chose (mauvais son, setlist identique il me semble, énorme ambiance)


Le 11/06/2013 par SC

Ben les gars, on a pas dû assister au même concert. Perso, j'étais dans la fosse 1, en face du sieur Harris et de la danseuse Janick Gers, et le son était juste parfait. Les 3 guitares étaient parfaitement audibles, rythmiques comme soli, la basse claquait, le chant magistral et la batterie parfaitement équilibrée.

Après, ce n'est pas une nouveauté que le son à Bercy dépend grandement de où vous êtes placé, mais quand même !

Au-delà de ça, c'était mon 4ème concert de la Vierge De Fer (toutes les tournées depuis 2006), et ce fût aisément le meilleur. 3 Eddies, une setlist de dingue, une performance au poil…
Mon seul reproche est que les tempos de certaines chansons ont bien baissé.
Et les tee n'étaient "que" à 30€, on a vu plus cher (40 en 2006 par exemple).


Le 11/06/2013 par ARNO

@Tony :
S'ils n'ont pas joué "Infinite Dreams", c'est simplement pour la voix de Dickinson, cette chanson est difficile à chanter, et à l'âge qu'il a, la tournée allait être très fatigante. Il l'ont remplacé par "Afraid To Shoot Strangers".
Sinon bon concert, le son n'était pas terrible dans les premières chansons...
Un "Seventh Son" mémorable, avec un Dickinson très en forme !


Le 09/06/2013 par TONY

Assez d'accord avec le live report. Bruce Dickinson était impérial (il ne cherche pas à sonner comme sur les albums et adapte son chant de manière très convaincante), la setlist était du feu de Dieu et le public répondait présent. Malheureusement le son des guitares était atroce (impossible de les distinguer pendant le 1er tiers du concert) et ils n'ont pas joué "Infinite dreams" (un titre incontournable de la tournée de 88 justement).


Le 08/06/2013 par MULTIPASS

J'y étais. Je suis d'accord avec ton constat sur le son. C'était la première fois que je les voyais en concert et j'ai été surpris de voir la proportion de tee-shirts du groupe dans le public (je dirais que la moitié des spectateurs en portaient).
En tous cas, c'était très bon !



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod