Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2012
NECROWRETCH
Par ZODD
Le 27 Décembre 2012

RED FANG
Par ENENRA
Le 19 Décembre 2012

TRUCKFIGHTERS
Par ENENRA
Le 19 Décembre 2012

DEVIN TOWNSEND
Par DARK MORUE
Le 19 Décembre 2012

KLONOSPHERE TOUR
Par WËN
Le 17 Décembre 2012

OBITUARY (Classic Set)
Par DARK MORUE
Le 6 Décembre 2012

GOJIRA
Par FENRYL
Le 5 Décembre 2012

MONSTER MAGNET
Par ENENRA
Le 4 Décembre 2012

KREATOR
Par DARK MORUE
Le 14 Novembre 2012

UFOMAMMUT
Par ENENRA
Le 8 Novembre 2012

COLOUR HAZE
Par ENENRA
Le 20 Octobre 2012

MENNECY METAL PARK
Par CITIZEN
Le 9 Octobre 2012

NASUM
Par ENENRA
Le 9 Octobre 2012

METAL RUMBLE FEST 4
Par WËN
Le 28 Septembre 2012

MOTOCULTOR
Par ENENRA
Le 29 Août 2012

Party San Open Air
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2012

CONVERGE
Par ENENRA
Le 12 Août 2012

Wacken Open Air 2012 - Le live ! (MAJ le 6 août)
Par JEFF KANJI
Le 1 Août 2012

AMENRA
Par ENENRA
Le 29 Juin 2012

SUNN O)))
Par ENENRA
Le 22 Juin 2012

YEAR OF NO LIGHT
Par ENENRA
Le 19 Juin 2012

HELLFEST 2012 - COMPLET Dernière MAJ le 23/06/2012
Par FENRYL
Le 17 Juin 2012

GODFLESH / LITURGY
Par ENENRA
Le 7 Juin 2012

SLEEP / MELVINS
Par ENENRA
Le 30 Mai 2012

JEX THOTH
Par ENENRA
Le 28 Mai 2012

JUCIFER / LA OTRACINA
Par ENENRA
Le 27 Avril 2012

OM / PELICAN
Par ENENRA
Le 23 Avril 2012

RED FANG / BLACK TUSK
Par ENENRA
Le 16 Avril 2012

AGALLOCH
Par ENENRA
Le 12 Avril 2012

KARMA TO BURN
Par ENENRA
Le 9 Avril 2012

OBSCURA / GOROD / SPAWN OF POSSESSION / EXIVIOUS
Par DARK MORUE
Le 4 Avril 2012

MONKEY3 - PHASED
Par ENENRA
Le 1 Avril 2012

KILL THE THRILL - DIRGE
Par ENENRA
Le 20 Mars 2012

ALTAR OF PLAGUES
Par ENENRA
Le 12 Mars 2012

THE WOUNDED KINGS
Par ENENRA
Le 9 Mars 2012

DEAFHEAVEN-CELEST-HIEROPHANT-DONKEY PUNCH
Par ENENRA
Le 26 Février 2012

GODSIZED / LONG DAY FEAR
Par MAXXX
Le 10 Février 2012

KYLESA
Par ENENRA
Le 26 Janvier 2012
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
KILL THE THRILL - DIRGE
Par ENENRA le 14 Mars 2012
Publié le 20 Mars 2012 Consulté 2988 fois

Dire que le Mercredi 14 Mars était attendu comme le Messie serait bien faible. D'un côté les coreux au Glaz'Art pour voir HYPNO5E et les intellectuels au Centre Pompidou à se faire péter les tympans sous le son vrombissant de la guitare de O'Malley et la voix stridente d'un Attila Csihar et de l'autre les amoureux de musique rythmée et plombée étaient au Petit Bain, charmant petit navire jaune muni d'un restaurant sur le pont et d'une salle de concert au sous-sol. Comme le Batofar quelques mètres plus loin, en effet ! Après de longue réflexion (et surtout une préférence géographique) je me suis décidé et je suis allé faire un tour sur les bords de la Seine, fraîchement sorti de la Bibliothèque Nationale.






En fait si ce 14 Mars était tant attendu, c'était surtout par ceux qui allaient, comme moi, voir KILL THE THRILL (KTT) et DIRGE sur un bateau jaune. KTT étant assez rare sur les routes, les fans viennent donc en masse pour assister à ce show qui s'annonce comme intense. Mais commençons par le début. Le premier groupe à jouer ce soir se nomme CAGE APOTHEEK et je dois dire que je n'ai absolument pas accroché à la musique du groupe. Ayant lu sur un forum que les gars officiaient dans un registre Indus "pur" j'étais préparé psychologiquement à quelque chose de chaotique et de puissant. Ce qui ne fut absolument pas le cas ! La plupart des morceaux sont constitués d'un gros beat sec et puissant sur lequel viennent se greffer des bruitages, une basse (lorsque le bassiste sort de son clavier) et une guitare assez peu captivante. Sans oublier la voix assez changeante mais officiant dans un registre plutôt morne et très peu souvent vindicative. Merde l'Indus c'est une rage qui te donne envie de faire valdinguer ton caddy chez Carrefour entre le rayon légumes et les produits WCs ! Ca peut aussi être le truc glacial au possible, registre sur lequel essayait de jouer le groupe, en vain. On notera l'utilisation par le chanteur d'une clochette entre les titres et d'une sorte de mortier avec lequel il frappait une plaque de métal, parce que ça, ami lecteur, c'est trop indus ! Toi aussi frappe contre du papier aluminium le soir en rentrant du travail et entretient ton quota de dépravation industrielle ! Au final ils ont réussi à faire aggraver le mal de crâne qui m'habitait déjà en entrant dans la cale du bateau. Je suis resté tel un combattant, au front, durant 4 titres, me persuadant à chaque fois que la prochaine serait mieux. J'ai lâché l'affaire, dépité.


Spécial dédicace au restaurant du bateau pour le l'aspirine et le pain. A peine sorti de là, une horde de fumeurs me fait face, je comprends donc que le set de CA est fini, enfin ! Il aura quand même duré une heure. 20 minutes, quelques achats et une rencontre improbable plus tard, me revoilà au devant de la scène prêt à accueillir KTT. Archétype même du groupe dont on n'arrêtait pas de me dire du bien mais que je n'ai jamais écouté en studio. Leurs détracteurs les traitent de sous-GODFLESH allégé pour vous donnez une petite idée. Néanmoins dire que j'ai pris mon pied lors de leur set ne serait pas exagéré. On en prend littéralement plein la gueule, la basse nous labourant le visage et le chant un poil rageur nous interpelant sans cesse. C'est rêche, lourd et ô combien destructeur par moments. Cependant ça peut aussi devenir plus communs sur certaines chansons, le plus souvent les plus calmes et moins plombées. Le groupe véhicule une puissance venu de la terre (pas pour rien que leur dernier opus s'appelle "Tellurique" boudiou ! Album dont la très grande majorité de la setlist était tirée soit dit en passant) certes, mais aussi un flux continu d'émotions qui vous arrive en pleine poire. Mordant vos gencives vous ne pouvez qu'être emporté dans un mouvement de va-et-vient cyclique et infini. Je pense bien que si je connaissais les morceaux par coeur je me serais retrouvé dans le même état que le bonhomme à quelques centimètres de moi, totalement possédé par le son. Puissant. KILL THE THRILL m'a foutu une petite mandale ce soir-là. Va falloir que je me penche sur leurs albums maintenant. Petite précision en passant, super ambiance dans le public (quoiqu'un peu statique) comme sur scène, la bassiste, qui jouait en chaussettes (pas folle!), avait l'air très émue de l'accueil réservé et le chanteur très proche de ses coéquipiers. Un groupe humain en somme. Et j'aime ça.


Alors comme on est réglé comme du papier à musique ce soir, le set de KTT aura duré une heure aussi et vingt minutes de pause plus tard voilà DIRGE, nos petits Sludgeux Atmosphérique français. Eux aussi ils sont venus casser la baraque. M'étant surtout repenché sur les deux premiers albums du combo ces derniers temps en vue d'une chronique prochaine (comme je tease !) j'avais un peu oublié leurs hits plus récents et surtout pas encore écouté leur dernière offrande. C'est donc encore une fois l'esprit quasi vierge que je m'offre à DIRGE (prononcez DEURGE) afin qu'ils me plaque au sol en toute beauté. Ce qu'il fit bien entendu le bougre ! Et là quelque chose frappe direct en live. Ce son boueux. Mon dieu que c'est crasseux, que je m'englue dans ce déluge de décibels et notes collantes à souhait. Exit les divers incartades Industrielles, du moins ça ne ressort que très peu ici. L'ivresse (pas à base d'alcool non), le côté totalement embourbé de leur musique ainsi que la répétitivité de certains passages (juste ce qu'il faut) me font passer dans un état proche de la transe. Fermant les yeux pour mieux pénétrer le son et profiter du moment, je ne vis que très peu les vidéos projetées en fond. Me voilà totalement pris par les riffs et la lourdeur du bouzin. Du moins entre deux passages de ce fichu photographe qui embête quasi tous les premiers rangs à bouger partout avec son sac à dos. Savent plus rester en place ces malotrus ! Gros set donc, gros son. Une heure également. Heure que je n'ai pas vu passer malgré une certaine apparence de redite entre les morceaux. Prise de pied il y eu, au moins ça c'est sûr et certain ! Un bon moment avec nos frenchies à nous.


C'est donc à minuit et quelques que je sors de la salle, la tête pleine. Une chose est sûre, j'ai bien fait de bouger mon petit derrière à cette date. Grosse sensation. Vibrations et lourdeur au rendez-vous. Très bonne soirée. Je ne regrette rien (comme la mère Edith).


PS : N'étant pas sûr d'assister au concert (c'était noté sur le site que ça finissait à 1h du matin... en semaine je n'y serais donc pas allé) je n'avais pas mon appareil photo. Sorry les amis.


Setlist de KILL THE THRILL :

203 Barriers
Mistaken Solution
Non Existence
Head & Body
An Indefinite Direction
Diaphragme
Permanent Imbalance
Like Cement
A Little Salt
Stase
Antic Tools



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod