Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2015
TAGADA JONES - LES SALES MAJESTÉS
Par CHAPOUK
Le 26 Décembre 2015

WACKEN 2015 - Le report
Par JEFF KANJI
Le 21 Décembre 2015

NIGHTWISH / ARCH ENEMY / AMORPHIS @Lyon
Par VOLTHORD
Le 3 Décembre 2015

LYCHGATE / NIGHTBRINGER @Villeurbanne
Par WËN
Le 29 Novembre 2015

ULI JON ROTH @ST JULIEN EN GENEVOIS
Par GEGERS
Le 10 Octobre 2015

BRUTAL ASSAULT 2015 - Le report de METALOMANE
Par METALOMANE
Le 23 Août 2015

SCORPIONS @Sion Sous les Etoiles, Guitare en scène
Par GEGERS
Le 24 Juillet 2015

RAGNARD ROCK FEST
Par VOLTHORD
Le 22 Juillet 2015

Wacken 2014 - Le Live report
Par JEFF KANJI
Le 21 Juillet 2015

HELLFEST 2015, le carnet de bord de JEFF
Par JEFF KANJI
Le 16 Juillet 2015

HELLFEST 2015, le carnet de bord de FENRYL
Par FENRYL
Le 15 Juillet 2015

Hellfest : le carnet de bord d'ISAAC
Par ISAACRUDER
Le 9 Juillet 2015

NEGURA BUNGET / NORTHERN PLAGUE / SAILLE @ Lyon
Par WËN
Le 25 Mai 2015

AMON AMARTH - HUNTRESS - SAVAGE MESSIAH @ Rouen
Par FENRYL
Le 5 Avril 2015

FINNTROLL / HATESPHERE / PROFANE OMEN @Lyon
Par VOLTHORD
Le 31 Mars 2015

MOONSPELL - SEPTICFLESH @ Lyon
Par WËN
Le 28 Mars 2015

ENSIFERUM + INSOMNIUM + OMNIUM GATHERUM @Lyon
Par WËN
Le 25 Mars 2015

SLIPKNOT au Zénith de Paris
Par CHAPOUK
Le 3 Février 2015
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
NEGURA BUNGET / NORTHERN PLAGUE / SAILLE @ Lyon
Par WËN le 22 Mai 2015
Publié le 25 Mai 2015 Consulté 2863 fois

En ce vendredi 22 Mai, quelques réjouissances sont d'ores et déjà programmées pour les Lyonnais puisque les roumains de NEGURA BUNGET (Black-Folk/Atmo) descendent de leurs Carpates natales pour venir investir les planches du Warmaudio, petite salle de Décines, en banlieue de Lyon. Dans leurs camping-cars improvisés en tour bus, s'amoncellent aussi les musiciens de SAILLE (Belgique, Black-Symphonique) et de NORTHERN PLAGUE (Pologne, Black-Death). On n'oubliera pas de mentionner la très bonne initiative de l'association ANESTHETIZE décidée à maintenir un prix très bas (8€ en prévente, 12€ sur place). A la vue de l'affiche, on ne pourra que saluer le geste.



Pas de chance pour eux ni pour les groupes cependant, puisque là ou je m'attendais à voir la petite salle pleine à craquer, on constate qu'entre 50 et 60 personnes seulement (à vue de nez) auront finalement fait le déplacement ce soir. Il faut dire que, faute à pas de chance, les transports en commun lyonnais se sont mis en grève en ce vendredi de la seule semaine de 5 jours du mois de Mai, qui en plus s'avère être le dernier week-end potentiel de 4 jours. Décidément, les coïncidences ont la vie dure ...

Bref, place à la musique : ce sont nos voisins belges de chez SAILLE (prononcez "soliè") qui débutent les hostilités. Même si sur le papier on évolue dans le Black-Symphonique, dans les conditions présentes où l'habituel claviériste est absent et les orchestrations et autres nappes ne sont absolument pas audibles (encore faut-il qu'elles aient été samplées, ce qui est peut-être une volonté du groupe de ne pas l'avoir fait), la musique du quintet prend davantage des airs de Black-mélodique. Pas accessible et mou du genou pour autant, qu'on se comprenne bien, ça sait blaster à tout va et défourailler comme il faut; mais c'est un fait, l'approche sonne ici bien plus mélodique. Les guitares, par des riffs puissants et quelques leads hyper fluides s'y taillent la part du shoggoth. Quelques breaks également bien venus font d'énormes ravages, comme autant de lames de fond venues de la sombre R'lyeh (Ah oui, on navigue en plein univers Chtulhu & friends, chez SAILLE). Bref, une prestation réellement sympathique pour cette belle confirmation live, qui fait écho à ce que j'avais pu en découvrir sur les opus studios. Rendez-vous est donc pris pour creuser plus sérieusement leurs 3 albums, surtout "Eldritch" (2014), leur dernier rejeton qui s'avère monstrueusement prometteur.

Au tour de NORTHERN PLAGUE, et là, je vais pouvoir (devoir ?) faire court : Black-Death polonais, carré, efficace et concis. Eclairage bleu. Eclairage rouge. Point. Ah si, les quatre gars, avec leur veste en cuir de vachette, sont là pour en découdre et le guitariste lead semble être un putain de poseur (on en a des comme ça, sur Lyon).

Désolé de ne pas être plus précis ou de développer davantage, mais le groupe ne fait rien pour aller de l'avant ou trouver sa propre formule. C'est carré et efficace … le quatuor sait envoyer le bousin, mais n'est-ce pas là le propre de tout groupe de Black-Death, polonais de surcroit ? Ce que je mentionne plus haut résume un peu l'intégralité du show ... Ne manque qu'une reprise du 'Raining Blood' de vous-savez-qui - comme BEHEMOTH ou VADER ont pu le faire par le passé - pour conclure le set. Mais vous prenez ces 2 combos, du HATE, du VESANIA, du DEVILISH IMPRESSIONS ou qui sais-je encore venu de la froide Polska et en secouant bien, vous vous ferez une idée qui ne manquera pas d'être assez proche de la musique de NORTHERN PLAGUE et, surtout, de son rendu scénique. Après rien à redire sur le show, le chanteur ne se lasse pas d'encourager la foule qui sait répondre à ses sollicitations, c'est bien foutu, toussatoussa, mais pour l'originalité il faudra repasser. A noter quand même que quelques riffs sortent du lot et, mis bout à bout avec plus de soin et moins de chansons (un EP au lieu d'un premier album ?), auraient pu permettre aux Polonais d'avoir plus de répondant.

Place aux rois du Black transylvaniens. La musique de NEGURA BUNGET (Neigourrrra bounjette, comme on dit) a ceci de spéciale qu'elle est à même de faire voyager, de transporter l'auditeur très loin sans que celui-ci n'ait besoin de bouger son cul de son salon, ou de la salle de concert en ce qui nous concerne. Ils m'ont déjà fait le coup l'année dernière à Bordeaux et c'est donc un réel plaisir que de les retrouver sur scène. Premier changement, et de taille, les musiciens ne sont que quatre ce soir, Matei Ionutescu, leur compère habituellement en charge de la plupart des instruments folkloriques ne les accompagnant pas sur cette tournée. Qu'à cela ne tienne, les samples sont fait pour ça. On débute avec le titre d'ouverture de "Om" (2006) qui laisse d'emblée présager du meilleur puisqu'en charge d'introduire, normalement, le hit "Tesarul De Lumini" (qui comporte soit-dit en passant l'un des plus beaux riffs du Black-Metal, rien que ça … ceux qui ont lu mon LR de la date bordelaise pourront dire que je me répète, certes, j'assume). Inquiétant à souhait, celui-ci a le don de plonger immédiatement le Warmaudio dans les froides brumes des Carpates. Sauf que ce sera sur le final typiquement Black-Metal de "Pămînt", titre d'ouverture de l'album suivant ("Vîrstele Pămîntului", 2010, pour ne pas le citer) que le groupe décidera d'enchainer, garantissant quelques première sueurs froides. Changement d'ambiances garanti avec le "Cunoașterea Tăcută" qui s'ensuit, très dépaysant lui aussi notamment par son chant clair habité et typiquement du cru, interprété avec brio par Tibor Kati (chant, guitare) et Adrian Neagoe (guitare, chant).

Les nouveaux arrivants, les deux guitaristes-chanteurs et le bassiste (tous trois en provenance de GRIMEGOD) ont définitivement pris leurs marques et l'interprétation se veut sans faille. Les nouveaux titres "Nămetenie" (ah, ce thérémine !) et "Schimnicește" (que l'on retrouvait déjà sur la tournée précédente avec, toujours, ce splendide final mélancolique) rendent du feu de dieu en conditions live et la transition, assez marquée sur album par rapport à des morceaux plus anciens, se passe ici sans heurt. Même "Împodobeala Timpului" que je trouve assez bordélique dans sa version studio prend une toute autre dimension ici. On notera que pour l'occasion les vocalises féminines sont remplacées par leurs alter-égo masculines. Mais Negru (batterie) et sa bande ne sont pas du genre à renier ni oublier leurs racines musicales : vous voulez votre dose de riffs mystiques aux senteurs boisées de conifères ? "Țara De Dincolo De Negură" viendra vous ratiboiser la tronche sans vergogne ! Ou alors votre kiffe, ce sont les percus ? Les deux guitaristes s'y mettent le temps d'un "Norilor" des familles qui fait toujours son petit effet (rares sont les groupes s'encombrent d'un simandre sur scène). Nos troubadours de l'extrême interpréteront ensuite l'impressionnant "Dacia Hiperboreană", titre symbolique de "Vîrstele Pămîntului" avant d'annoncer un ultime "Hora Soarelui", que peu dans l'assistance devaient s'attendre à voir débouler ici, mais finalement pas si impromptu qu'il pourrait y paraitre puisqu'ultra représentatif de tout ce que fait le groupe depuis une dizaine d'années, mélangeant allègrement envolées folks insouciantes et (presque) dansantes avec quelques sauvageries riffesques totalement débridées. Du tout bon !

A part constater que le show semble s'être déroulé très très (trop trop) vite, aucun regret quant à cette prestation des Roumains, haute en couleurs. Bien sur, hélas même, les premiers albums sont passés à la trappe et même le sémillant "N Crugu Bradului" n'a pas eu voix au chapitre. Bien que non réfractaire à un petit "Blăznit" de clôture, force est de constater en tout que les chanceux présents en ont eu pour leur argent alors je ne vais pas aller faire la fine bouche pour une soirée au final si agréable.

Et il faut que je creuse du côté de SAILLE, donc !

Setlist Negură Bunget :

01. Ceasuri Rele (intro)
02. Pămînt
03. Cunoașterea Tăcută
04. Nămetenie
05. Țara De Dincolo De Negură
06. Împodobeala Timpului
07. Norilor
08. Schimnicește
09. Dacia Hiperboreană
10. Hora Soarelui



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod