Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2023
HALESTORM - La Cigale (Paris)
Par JOHN DUFF
Le 13 Décembre 2023

MALEVOLENCE + SYLOSIS (Le Petit Bain - Paris)
Par KOL
Le 20 Novembre 2023

MUSCADEATH - Vallet (44) - Jour 2
Par FREDOUILLE
Le 20 Octobre 2023

MUSCADEATH - Vallet (44) - Jour 1
Par FREDOUILLE
Le 19 Octobre 2023

KORITNI + RIVIERA PARADISE à l'Empreinte (77)
Par JOHN DUFF
Le 12 Octobre 2023

T’embrouille Festival - Champ-Le-Duc (88)
Par ANIMA
Le 18 Septembre 2023

METALLICA 17 & 19 mai 2023 (Stade de France)
Par JOHN DUFF
Le 26 Juin 2023

AVATAR + VEIL OF MAYA + KASSOGTHA (Olympia)
Par JOHN DUFF
Le 14 Mars 2023

GOJIRA + ALIEN WEAPONRY + EMPLOYED TO SERVE (75)
Par JOHN DUFF
Le 2 Mars 2023
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
 
AVATAR + VEIL OF MAYA + KASSOGTHA (Olympia)
Par JOHN DUFF et KOL le 10 Mars 2023
Publié le 14 Mars 2023 Consulté 1597 fois

John Duff : Ah AVATAR, probablement l’une des mes plus belles découvertes musicales de ces dix dernières années. Découvert par hasard en 2014, j’ai depuis suivi chaque sortie et chaque concert. Ce show à l’Olympia sera ma cinquième soirée avec les Suédois et quel chemin parcouru ! Je me souviens encore les avoir vus dans une salle parisienne minuscule en 2014 (La Flèche d’Or) et depuis, le groupe n’a cessé de grandir, album après album, toujours en renouvelant sa musique, pour finalement faire l’Olympia à guichets fermés.

Kol : Cinquième session également pour moi avec le Freak Show suédois. À l'exception de leur prestation 2022 au Hellfest, plombée par un son misérable et une scénographie qui commence à tourner en rond, je n’ai essentiellement que des bons, voire très bons souvenirs en tête au moment de pénétrer dans l’arène. Le doute instillé par un dernier LP à mon sens décevant ne parvenant pas à contenir mon enthousiasme. Et un concert le vendredi soir, avouons que c’est toujours plus facile à gérer qu’un lundi, agissant comme une exutoire bienvenu après une semaine morose.



KASSOGTHA

Kol : Bonne entrée en matière avec les Genevois de KASSOGTHA, inconnus au bataillon me concernant. Combo de Melodeath/Metalcore un brin Prog sur les bords, Stéphanie et sa clique ne boudent pas leur plaisir de fouler le sol de cette salle mythique, et délivrent une prestation honorable, à défaut de rester dans les annales. Une bonne entrée en matière avant d’attaquer le reste du menu : tout ce que l’on demande à une première partie !

VEIL OF MAYA

Kol : Le temps de lâcher un rein pour me payer une petite pinte d’IPA au bar (11€, sérieusement ?), voilà VEIL OF MAYA qui déboule. N’étant que peu au fait du genre prodigué par la formation ricaine, j’avais fait mes devoirs et écouté au préalable quelques extraits de leur Metalcore basique mais efficace, et c’est positivement intrigué que j’assistais aux premières notes de leur show. Malheureusement, cet intérêt initial ne durera pas longtemps, leur musique étant difficilement supportable pour mes pauvres feuilles. Précisions déjà que je ne goûte que très peu le Djent, et leur setlist en contient une dose non négligeable. Alors si vous mariez cela avec des refrains en voix claire trop baveux, je décroche immédiatement. J’aurais péniblement tenu une petite quinzaine de minutes avant de retourner vendre un autre organe pour une seconde pinte. Too bad.

AVATAR

John Duff : Malgré la prestation en demi-teinte des Suédois au Hellfest, AVATAR est un poids lourd concernant les prestations live. D’entrée de jeu, "Dance Devil Dance" ouvre les hostilités sur un son massif. La mise en scène est cool avec l’entrée de chaque membre par des portes disposées sur scène, on entend bien chaque instrument et Johannes est très en voix. Car oui, le bougre a décidé de remettre la voix aiguë bien en avant sur leur dernier album et démarrer par "Dance Devil Dance" demande une sacrée audace.



AVATAR va dérouler pendant presque deux heures un spectacle que les parisiens n'oublieront pas. Vraiment, on sent que le groupe a gagné en notoriété et en aisance sur scène. Il y a des pétards, de la fumée, des confettis et même…du cirque ! Pendant "Puppet Show", Johannes viendra se faufiler à l’étage au-dessus de la mezzanine pour faire le spectacle. Faire un chien en ballon à un concert de Metal ? Et pourquoi pas ? En tout cas, le gamin à côté de moi qui a reçu le ballon était aux anges. Johannes sortira ensuite le fameux trombone pour le solo de "Puppet Show", assurément l’un des meilleurs moments de la soirée. Également, pendant deux titres, John aura droit à un mini kit de batterie pour être au devant de la scène, une super idée pour mettre en lumière cet excellent batteur.



Je ne fais pas partie des adeptes du dernier album et les cinq titres issus de celui-ci qui seront joués ce soir-là ne feront que conforter mon avis. À part "Dance Devil Dance" et "The Dirt I’m Buried In", le reste ne prend simplement pas. Mention spéciale à "Chimp Mosh Pit" et "Do You Feel In Control" qui ne passent pas l’épreuve du live. En plus, quand on sait qu’on a pas eu droit à une vraie tournée de "Hunter Gatherer", c’est assez frustrant de n’avoir que deux titres à se mettre sous la dent. ("Scream Until You Wake" et "Colossus"). Également, même si cela fait partie du truc, Johannes parle beaucoup trop pour remercier encore et encore le public.

Ne boudons pas notre plaisir pour autant, le show fut de qualité. J’aime beaucoup la paire de guitaristes d’AVATAR et quel plaisir de les voir une cinquième fois dérouler des soli de malades sans fausse notes. Entre la grosse prestation de chaque membre, le son massif, la setlist variée (sauf si vous aimez la première période du groupe), un public en feu (quelle ambiance dans la fosse !), la soirée fut réussie. Rdv au prochain concert !



Kol : Pas grand chose à ajouter, John a tout dit ! On a vraiment vécu le même concert il me semble, tout en s’étant (encore) ratés de visu. Le Pit remuait bien, et j’ai vraiment été impressionné par la fanbase qu’AVATAR a su se constituer année après année, jusqu’à gaver l’Olympia avec un Metal aussi peu mainstream. Ça chante, ça se bouscule, ça slamme, les sourires sont de sortie sur tous les visages. Le public est heureux de profiter du groupe une nouvelle fois (dixième concert à Paris pour eux, quand même).

Si les gimmicks faciaux de Johannes ne fonctionnent plus aussi bien pour moi car déjà trop vus, force est de constater le niveau élevé des membres, du chant (d’une rare justesse) à la section rythmique, théâtrale mais efficace, est au-delà de tout soupçon. Mais la palme revient également pour moi à la paire de gratteux, interchangeables, qui se répartissent les soli et les riffs avec une rare complémentarité. Peu de formations peuvent prétendre compter dans leurs rangs un tel duo. Bref, une prestation sans faille qui me réconcilie avec les Suédois après les déceptions combinées de "Dance Devil Dance" et du Hellfest.



Et puis, quel plaisir de retrouver notre bon roi le temps de "A Statue Of The King", qui retourna la salle en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Hail to the king!

Setlist : Dance Devil Dance - The Eagle Has Landed - Valley Of Disease - Chimp Mosh Pit - Scream Until You Wake - Bloody Angel - For The Swarm - Puppet Show - When The Snow Lies Red - Do You Feel In Control - Black Waltz - Tower (piano) - Colossus - Let It Burn - A Statue of the King - Encore: The Dirt I'm Buried In - Smells Like A Freakshow - Hail The Apocalypse



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod