Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2016
Gojira / Tesseract @Métropolis de Montréal
Par ISAACRUDER
Le 25 Octobre 2016

FALL OF SUMMER 2016
Par CITIZEN
Le 28 Septembre 2016

WACKEN OPEN AIR 2016 - Day 3
Par JEFF KANJI
Le 6 Septembre 2016

WACKEN OPEN AIR 2016 - Day 2
Par JEFF KANJI
Le 26 Août 2016

WACKEN OPEN AIR 2016 - Day 1
Par JEFF KANJI
Le 22 Août 2016

RAGNARD ROCK FEST II @Simandre-sur-Suran (01)
Par VOLTHORD
Le 29 Juillet 2016

HELLFEST 2016, le carnet de bord de Fenryl
Par FENRYL
Le 12 Juillet 2016

Raging Death Date
Par CITIZEN
Le 3 Avril 2016
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
HELLFEST 2016, le carnet de bord de Fenryl
Par FENRYL le 17 Juin 2016
Publié le 12 Juillet 2016 Consulté 2834 fois




DAY ONE :

8ème année… La dimension du festival m'a fait acheter mon pass le 15 septembre 2015 !!! Au tout dernier moment, l'organisation du fest m'a offert l'accès au secteur presse, ce qui m'a facilité la vie au quotidien !

Après un 10ème anniversaire dantesque, il fallait reprendre le chemin de nos 3 jours de thalasso musicale…
Exit la puce, bonjour les fouilles plus sérieuses contexte actuel oblige… Pour notre plus grand bien, rien à redire.
Le site demeure toujours aussi impressionnant de prime abord. Le skate park semble disparu, la pelouse est épaisse et dense (on voit qu'elle a eu une bonne année tranquille pour se remettre du chantier de l'an passé !).
Bref, une forme de routine rassurante ! Mais je prends le temps de faire le tour du proprio car le meilleur est ailleurs. Je vous parlais l'an passé du concert de BODYCOUNT dans des conditions très précaires de sécurité (tellement de monde) au niveau de la Warzone qu'il faut noter la refonte totale du site à ce niveau !
Des terrains avoisinants ont été achetés et l'espace est gigantesque avec la statue de Lemmy, des bars (dont un géant en forme de cubi de blanc !), des restaurants, des marches, un affleurement de roches et la rampe de skate (ouf)… Bref, époustouflant pour valoriser cette scène historiquement fondamentale pour le Hellfest (ex-Furyfest). BRAVO !

Déception avec le Cashless 2016 qu'il a fallu acheter (nouvelle carte) qui pouvait permettre de recharger en ligne, prestation annulée la veille de l'ouverture de la cuvée 2016 par le prestataire...

Gros point noir : la communication. Aucun signal pour les smartphones : impossible de joindre par téléphone (sms, mms, internet) des amis sur site, c'est plus que problématique une nouvelle année. Il va vraiment falloir solutionner ce problème l'an prochain, pour des raisons évidentes de sécurité et de fonctionnalité (comment joindre un enfant ou un ado séparé de ses parents, un ami dans une foule de 60 000 personnes hebdo ?).


DELAIN
Ouverture du bal avec les néerlandais dont le Metal symphonique raisonne un peu comme un easy leastening d'ascenseur pour des festivaliers qui découvrent ou reprennent possession des lieux. Charlotte Wessel assure gentiment, très proche d'un WITHIN TEMPTATION (l'ancien clavier du groupe est à l'origine de cette formation). Une petite demi-heure qui ne laisse pas assez de temps à la fois au groupe et à l'auditoire clairsemé de véritablement convaincre mais je suis surpris de voir qu'une fanbase est tout de même présente et soutient le groupe durant sa prestation.

DUST BOLT
Sous l'Altar ensuite, je découvre ce groupe allemand par hasard ! Et gros coup de cœur : un Thrash crossover Bay Area qui défouraille sévère ! Formé en 2006, ce groupe affiche une belle énergie avec des musiciens qui respectent tous les codes du genre. Le mimétisme est génial ! 30 minutes de régal avec une envie furieuse de vous reparler rapidement de ce combo ici même !

CRUACHAN
Grosse ambiance sous le Temple pour ce très bon moment de Folk Metal. Un bon moyen de se faire l'oreille gentiment. Le public est chaque année toujours aussi présent, nombreux et réactif. L'arrivée d'une voix féminine (avec pas mal de fausseté à signaler) sur "Ride On" ("Folk-lore" – 2002) permet de clôturer un set de fort belle façon. Les puristes et spécialistes auront sans doute trouvé cela trop juste mais pour l'amateur que je suis, j'ai apprécié cette pause flûte, violon, Celte, Black et Heavy Metal !



NASHVILLE PUSSY
Un groupe plaisir que j'ai déjà vu pas mal de fois sur scène mais qui fonctionne toujours autant ! J'adore tout simplement ! Pas besoin d'en faire des tonnes, c'est juste simple, efficace et bon ! J'ai toujours vu le couple Blaine et Ruyter (à la ville comme sur scène) comme un AC/DC côté devil ! Suys se déhanche avec Gibson comme Angus, Cartwright et sa voix si typique sont juste terrible ! 40 min de Hard Rock sauvage, sans pause, juste pour le plaisir ! Gros accueil !

ALL PIGS MUST DIE
Direction la Warzone pour découvrir ce groupe composé de membres de CONVERGE entre autre. Au programme Crust et Hardcore, mais la mayonnaise ne prend pas… Je quitte le site et retourne direction…

SHINEDOWN
Dont le Rock US ne me convainc pas du tout, la faute à un chanteur qui en fait trop et semble dans le dur trop souvent…

LE BAL DES ENRAGES
Après une période creuse de deux sets enchaînés sans plaisir, déboule le collectifs de l'underground français. Sur scène des membres de LOFOFORA, PARABELLUM, BLACK BOMOB A, Steph Buriez, TAGADA JONES… Un concept simple : reprendre des "standards". Ok.
Circonspect au départ, au final, gros coup de cœur de la journée avec une setlist de dingue, taillée pour un fest comme le Hell' !
"Ace Of Spades", bim dans ta face, un "Rock And Roll" de LED ZEP' avant rien de moins qu'un "Smells Like Teen Spirits" qui déchaîne la foule !
Un titre des Beastie Boys ("Sabotage") pour à peine souffler avant la folie pure d'un "Killing In The Name" de RATM comme LIMP BIZKIT l'an passé ! Comme ce monument est fait pour être repris ici ! (je rêve de voir enfin live ce groupe comme SOAD au passage !). PARABELLUM est fêté avec "Cayenne" (hommage) avant de voir débouler deux barils pour rien de moins qu'un "Refuse/Resist" (avec des disqueuses sur le torse pour se faire des étincelles of course) enchaîné avec "Antisocial" !! Un p'tit Béru pour finir et la messe est dite ! Énergie, bonne humeur et délire entre potos, que demande le peuple !
Excellent moment.



HALESTORM
Lizzy Hale, je voulais juger sur pièce ! Un set qui gagne en intérêt au fil du temps car musicalement, c'est assez fadasse ! Mais côté voix, c'est une claque ! Je ne sais pas comment elle fait pour tenir tellement elle chante avec force, avec cette voix rauque et terrible ! En plus la miss n'est pas maladroite guitare à la main ! C'est dire ! Même si musicalement, je n'ai pas retenu quelque chose de marquant, la prestation live force le respect ! Du Hard Rock US porté avec brio par une sacrée nana !

MASS HYSTERIA
Jamais accroché, donc je laisse une chance. Musicalement, c'est quelconque et les prises de parole incessantes desservent le propos "revendicateur" et par moment démago et/ou trop simpliste de la part de Mouss.
Celui-ci descendra chanter dans la foule en compagnie de Yann. On retrouve un énorme circle pit. Bref, tout le monde semble apprécier, je reste un peu sur ma faim tout de même côté composition.

ANTHRAX
Après son annulation de dernière minute l'an passé, content de les revoir ! Le son est décevant mais l'énergie est bien sur scène ! Donais (ex-SHADOW FALL) a remplacé Caggiano et semble en retrait au côté de ses glorieux partenaires ! Benante assure toujours autant, Bello se démène avec ses mimiques et mon idole Scott Ian se déplace toujours si bien guitare autour du cou !
Belladonna n'a jamais été mon frontman de prédilection (je suis un pro Bush !) et malheureusement le set très/trop court exclu totalement la disco de John… 3 titres du dernier opus (bof), un "Got The Time" qui fonctionne toujours aussi bien, un "Antisocial" (encore ?!) en anglais donc comme d'hab' et "Indians" avec "Caught In A Mosh" et c'est plié… Une grosse sensation de frustration avec peu de prises de risque, encore moins de motivation j'ai trouvé… En même temps avec seulement 8 titres c'est pauvre pour un groupe historique comme ANTHRAX…

TURBONEGRO :
Déjà vu plusieurs fois, j'ai cette fois-ci fait l'impasse laissant le groupe jouer en étant posé dans l'herbe pour reprendre mon souffle ! Je suis resté largement moins attentif, moins de MOTÖRHEAD à ce moment de la journée.

BULLET FOR MY VALENTINE
Les Gallois et leur Metalcore déboulent. Je ne connais que "Scream Aim Fire" qui me faisait penser à du TRIVIUM période "Ascendancy" et là aussi il faut dire que le look n'est plus le même ! Bonne fanbase, titres assez efficaces mais un Tuck au chant qui semble prendre de haut un peu tout cela (il dégage une drôle d’arrogance je trouve). 12 morceaux pas fondamentalement encore trop Metalcore dont un solo de batterie plus tard et le taff est fait, ni plus ni moins mais vu l'horaire et la place accordés au combo, il faut croire que BFMV a su se construire une réputation en Europe !

HATEBREED
Que vous dire ? Jasta a grossi et pris un coup de vieux (il fait fatigué et a moins son visage juvénile !). Pour le reste ? Une setlist de dingue, tous les tubes du groupe et encore une énorme ambiance ! "Destroy Everything", "Live For This", "Last Breath", "Never let It Die", "This Is Now", "I Will Be Heard" entre autres, mais aussi quelques "old shits" qui percutent méchamment, comme les nouveautés ! Bref, encore et toujours aussi bon !

KORPIKLAANI
Les Finlandais font mieux que remplir le Temple ! Il est bondé et on trouve autant de fans massés dehors face à l'écran géant ! Inutile de dire que le groupe est paré pour les Mainstage !
Du fun, de l'énergie, il suffit de profiter du spectacle aussi bien sur scène que dans la foule !

DROPKICK MURPHYS
Pour la seconde fois, l'Irlande est de retour avec ce Punk Rock festif, dansant et entraînant de retour de Boston pour convaincre les quelques réticents (ils existent vraiment ceux là ?). Un set rondement mené, comme en 2012 avec en prime quelques titres inédits tirés du prochain opus ! Banjo et énergie à revendre, tout se termine par un "I'm Shipping Up To Boston"… Enorme ! Ressourçant avant de plonger au bout de la nuit !

RAMMSTEIN
J'avoue ne connaître que deux titres du groupe au moment de les voir et je ne suis pas forcément motivé mais il faut bien avouer que l'aspect pyrotechnique m'aura bien plus.
Les Allemands sont les MANSON européen, une énorme usine scénique avec beaucoup mais alors beaucoup de fans ! Le plus marquant, c'est de voir que le groupe ne chante qu'en allemand (!) et que cela ne pose aucun souci !
Je n'ai pas apprécié le coup de la ceinture d'explosif de Till Lindemann mais pour le reste, c'est visuel, c'est efficace. Pas de discours, du son et une phrase directe en guise de remerciement.
Vini, vidi, Vici ! Belle surprise ! (Arte Concert, c'est dur de tout vous raconter !).

THE OFFSPRING
Nostalgie lycéenne jusqu'à 2h du mat' avec "Come Out And Play", "The Kids Aren't Alright" et of course "Self Esteem" mais avec le temps la voix va dérailler de plus en plus, faisant tâche car musicalement, c'est carré et proche de la réalité studio !
Fin de la transmission, la fatigue est bien là !

DAY TWO

Mon retour sur site a été émaillé de pas mal de soucis techniques et logistiques…
Je n'ai pu me retrouver sur site que pour SIXX A.M. !

Ouf, l'honneur est sauf tout de même tant je voulais voir ce combo !
Ceux qui me suivent ici savent que j'adore ce groupe et que la possibilité de les voir enfin live nous était enfin offerte, pas question de se priver !
Les 3 comparses déboulent ainsi accompagné d'un batteur et de deux (superbes) choristes et ne laissent pas trop de place aux doutes. C'est un auditoire médusé qui découvre tout le talent des protagonistes : dans le cadre du "Prayers For The Damned tour", DJ fait preuve d'une décontraction bluffante. Sa facilité sur scène était déjà présente avec GUNS'N ROSES (vu ici même il y a quelques années), mais là, seul, au commande du secteur guitare, c'est terrible !
Sixx occupe en boss le terrain, classique et posé tandis que James démontre une fois encore tout son talent de chanteur !
"This Is Gonna Hurt" (c'était prémonitoire), le single "Rise" tiré du dernier opus tout comme "When We Were Gods" (choix surprenant) avant "Everything Went To Hell" punchy à souhait et le title track du dernier album qui fait terriblement mouche (notamment depuis sa version unplugged jouée sur France Inter la semaine passée !). "Lies To The Beautiful People" était attendue, avant "Stars" (seul titre du "Modern Vintage" moins apprécié des fans) et le "Life Is Beautiful"… Si ma mémoire est bonne, il nous reste 15 minutes et le groupe quitte la scène, ayant balancé son set ultra testé, sans rien de plus (le même qu'au Graspop par exemple). Un sacré gâchis, il y a avait la place pour encore au moins 2/3 titres !




THE AMITY AFFLICTION
Les australiens œuvrent dans un Metalcore, postcore aux influences hardcore marquées voire punk, bref, totalement dans le cahier des charges.
Un bassiste au chant clair, un frontman pour les scream et c'est parti.
En tant qu'amateur du genre, j'ai passé un moment sympathique mais trop répétitif. 48 minutes trop classique pour un groupe que je vais sans doute considérer dans notre base de données. Leur set est en ligne sur le tube, je vous laisse juger, mais le chant clair mielleux aura eu raison de ma patience…

FOREIGNER
A chaque Hellfest, on a le droit à un groupe qui surprend côté Rock US ! A chaque fois je me dis qu'ils vont se faire détruire et non !
Kelly Hansen, au chant, est forcément l'un des responsables de ce succès. Son mimétisme avec Steven Tyler est marquant et sa voix est véritablement excellente. Il assure terriblement et révèle chaque morceau entouré de Mike Jones (musicien de talent qui à la guitare comme au clavier souffle par son feeling).
Tous les tubes ou presque du groupe sont au rdv : "Urgent", "Hot Blooded", "Juke Box Hero", et bien évidemment, repris en chœur par tout ce public de gros durs au coeur tendre "I Want To Know Where Love Is" ! Excellent moment que ce set chaleureux et efficace sous le ciel gris de Clisson !

SICK OF IT ALL
Une nouvelle fois, juste pour se faire du bien ! Voir et revoir les frangins Lou et Pete Koller est remboursable par la sécu ! Le chant de Lou puissant et éraillé comme toujours impose tellement le respect tout comme voir Pete et sa guitare faire des bonds dans tous les sens !
Quelle débauche d'énergie ! 16 titres injectés comme des dingues, du Hardcore par les maîtres du genre, un respect total !

DISTURBED
Même si je n'apprécie pas trop le manque de charisme d'un Draiman avec son pardessus noir je viens faire le curieux.
Sa voix est typique certes mais on la retrouve véritablement en live. Chapeau ! L'ouverture du bal répond aux fans : "Ten Thousand Fists", "The Game", "The Vengeful One", "Stupify" avant un unplugged avec une première cover de "The Sound Of Silence"… Enfin, oui, première car on va compter sur ce set pas moins de 4 reprises !!! Mais comme le groupe aime à s'entourer, on voit rien de moins que tout SIXX A.M. pour un "Shot At The Devil" endiablé ! D.J avec sa caméra sur la tête de guitare fait le tour du secteur et le public est aux anges ! On sent que les deux groupes se font plaisir même si James semble à la peine sur les parties de Vince Neil (juste une illusion d'optique !) Un comble !
On se dit que la friandise est déjà terrible mais quand David annonce Glenn Hughes, l'audience se fige ! Les premières notes d'un "Baba O'Riley" des WHO (le générique des "Experts : Manhattan" pour les nuls !) résonnent et c'est du pur bonheur ! Quelle voix ! Ce titre colle à merveille aux deux frontmen ! Pas le temps de se dire au revoir que les premières notes… "Killing In The Name" déboule dans les murs d'enceintes ! ENCORE !!??? Je ne vais pas bouder mon plaisir mais cela ne fait qu'apporter des preuves à ma théorie que nous attendons TOUS RATM sur scène ici !!!! Énorme ambiance !
Quelques titres plus tard, on clôt l'ensemble avec "Down With The Sickness" obligatoire !

Pas le temps de souffler, je fonce vers le Temple pour ne pas rater…

MOONSORROW
Très bien placé, je viens assister comme un pèlerin au 3ème passage du groupe sur nos terres (2009, 2012, 2016). La tente est bondée et le public totalement acquis au groupe !
En 5 titres, c'est une leçon de Pagan Folk BM dans les règles. Pas de blabla, du son et c'est tout !
"Jumalten Aika", "Raunioilla", "Suden Tunti", "Ihmisen Aika" et le repris en chœur "Sankaritarina" (5 titres jamais joués jusqu'alors ici de mémoire).
Le jeu de lumière gris blanc est superbe, le groupe appliqué. On ferme les yeux et on savoure. Excellent moment !

WITHIN TEMPTATION
Une fois encore, c'est un groupe déjà vu sur scène que je regarde, sans une grande motivation. En effet, le Metal symphonique des bataves ne me motive plus depuis plusieurs années.
Les fans sont au rendez vous et il est indéniable que les moyens technologiques et l'horaire indiquent qu'ils sont attendus. On est loin des précédentes prestations. WT est une tête d'affiche ce samedi soir.
Néanmoins, je détourne très rapidement le regard de la scène : Sharon passe son temps à chanter la main sur l'abdomen, ce qui rend sa prestation visuelle insupportable.
On notera un "The Howling" bien pêchu, la présence pour la première fois sur scène de Tarja Turunen pour interpréter le duo "Paradise (what about us?)" (la chanteuse lyrique surjoue déjà beaucoup et passe son temps à remercier tout le monde) avant un autre duo par écrans interposés avec "What Have You Done" en diffusant le clip pour afficher la présence de Keith Caputo (LIFE OF AGONY).
Un set solide qui aura sans doute ravi les fans du groupe. Pour moi, une sorte de pause easy listening.

Cette journée, la plus courte de mes 8 ans au Hellfest se stoppe ici, pour raisons personnelles et logistiques !
Pas de fête Lemmy pour moi donc…

DAY THREE

Grosse journée en perspective, le temps est de nouveau de la partie après quelques averses les jours précédents.
Toujours pas de short cette année, mais le soleil frappe les corps fatigués, dans une ambiance qui ne faiblit pas.


MUNICIPAL WASTE
Un groupe à part pour moi sur le site, il a marqué mon arrivée sur NIME via les nouveautés et même ma première sélection ! Seconde fois sur scène, je gardais un souvenir épique de leur premier passage !
Grosse nouveauté toute récente : Nick Poulos vient de rejoindre le groupe en tant que second guitariste, ce qui est en soi une petite révolution chez les Thrasheur crossover !
Le combo est heureux d'être là et est bavard : Tony et Ryan haranguent la foule, réclament les bouées requins sur "Terror Shark" of course, rappellent qu'ils voulaient tuer le président Reagan ("I Want To Kill The President") avant de reprendre le morceau pour justifier leur affichage montrant Trump se tirant une balle dans la tête ("I Want To Kill Donald Trump"). Énergie de malade, fougue de teenagers, sueur et bière ("Beer Pressure"), tout y passe ! 17 morceaux sont déjà passés et le temps est écoulé ! Toujours pas de "The Thing" (je m'y attendais) mais surtout pas de "Born To Party" ! On a dépassé de plus de 5 minutes quand Tony balance son speech pour ce morceau culte que tout le monde attend ! Il prend même le temps de nous faire hurler "MW is gonna fuck you up !" avant de lancer les watts mais il n'a pas vu ce que tout le monde regarde depuis plusieurs minutes : un responsable du fest qui gesticule montrant une montre imaginaire !
Et là, l'impensable se produit : on leur coup littéralement le jus ! Le groupe se retrouve priver d'hymne et sort la tête basse (Tony prend le gardien du temps dans ses bras et demande à la foule de l’acclamer… un peu sarcastique !).
Je n'avais pas vu ce genre de bordel depuis que W.A.S.P. avait tellement débordé que DOWN avait démarré son set par dessus eux, il y a plusieurs années !

Bref, ce fut bon mais quelle frustration finale !

ORPHANED LAND
Seconde prestation live pour moi avec les Israéliens qui ont un peu le même statut à mes oreilles que WITHIN TEMPTATION la veille. Un moment de repos pour un set agréable à l'oreille mais sans beaucoup d’intérêt. Désolé, je ne saurai en dire davantage.

VINTAGE TROUBLE
Alors là, sacrée surprise de revoir ce combo ici ! Je les ai découvert en première partie d'AC/DC au Stade de France l'an passé, ils avaient mis le feu !
On parle attention d'un groupe américain de Rythm & Blues les ami(e)s ! Maintage 1 du Hellfest !
Beaucoup ne les connaissent pas mais Ty Taylor va calmer tout le monde encore et encore une fois !
Ce chanteur noir est un nouveau James Brown dont il singe un paquet d'expressions ! Il se déplace, bouge, transpire comme le génie du Funk ! Il déborde d'énergie et viendra même chanter à 1 m de votre serviteur, dans la foule, revenant ensuite vers la scène en se faisant porter en triomphe !
Merci à la programmation du festival de donner une telle place à un groupe aussi rafraîchissant et attachant ! Et que Taylor est bluffant !

DRAGONFORCE
Pas vu sur site depuis 2009, Fred Leclercq et sa bande déboulent, motivés ! Mais très rapidement, on comprend que Marc Hudson est importuné par des soucis techniques (pas de retour pour le chanteur du groupe). Pas de problème, notre bassiste français prend le micro et nous explique tout cela, en précisant donc que depuis leur premier set, il était venu se saouler la gueule à Clisson tous les ans !
2 titres de "The Power Within", un "My Spirit Will Go On", un "Heroes Of Our Time" avant un final obligé (obligatoire ?) avec "Through The Fire And Flames" !
Le groupe est toujours aussi bon sur scène, Hudson assure terriblement, le duo Li/Totman est techniquement juste hallucinant ! Quelle fraîcheur !



NO ONE IS INNOCENT
Alors là, gros trip retour à l'adolescence ! Années collège et lycée !
Ouverture avec "Nomenklatura", le titre très indus avec la participation de Dantec (décédé entre temps) fonctionne de suite.
Ce qui me frappe de suite, c'est le son. Kémar annonce "nous somme No One Is Innocent et on joue du Rock"… NOII est en fait le RATM français, je n'avais jamais pris conscience de cela ! "Silencio" ne pourrait me contredire !
"Charlie" sonne tellement NOIR DESIR qu'on comprend là aussi la comparaison…
Le discours est très dénonciateur (loin des commentaires anti-gaucho je ne sais pas trop quoi, les temps sont sombres, l'ambiance lourde ici aussi, les menaces attentats sont dans tous les esprits mais semblent pourtant entre parenthèse ici pour profiter…).
"Johnny Rotten" tiré de "Drugstore" redonne un côté punk à l'ensemble avant de voir débouler un p'tit hommage à Lemmy via une cover de "(We Are) The Road Crew".
Comme le dit Kémar, "on a toujours rêvé de jouer ce titre ici..."…"La Peau" déboule dans les enceintes, flattant ma douce mémoire de collégien ! Moins efficace que prévu en live tout de même !
Au final, un très bon moment, efficace, où l'énergie d'un groupe heureux de se produire est apparue clairement. On les sentait tendu au départ (formation serrée, pas de fioriture, peu d'espace occupé).

TARJA
L'ex-chanteuse de NIGHTWISH, qui malheureusement restera sans doute à la postérité en tant que tel, débarque après son apparition la veille chez la concurrence WITHIN TEMPTATION (mais nan, tout le monde est membre de cette grande famille du Metal), avec une fois encore le même constat de mon côté, peu d'intérêt.
Je note dans le lot une reprise de "Supremacy" de MUSE (original). La belle joue, sourit, occupe l'espace.
Elle contente les fans avec un medley de son précédent groupe ("Tutankhamen"/"Ever Dream"/"The Riddler"/ "Slaying the Dreamer"). La voix de la dame n'est pas à reprendre, les différentes prises audio sauront vous le confirmer. Quel talent !
Une nouvelle pause pour les oreilles, sympathique. Bel accueil.

GOJIRA
Enorme dilemme du fest, choisir entre les français que j'ai déjà vu 3 fois et découvrir MGLA pour la première fois… Le monde aidant, je n'arrive pas à quitter les mainstages (je suis toujours aux premières loges). Tant pis, une nouvelle fois les français pour découvrir quelques morceaux de "Magma".
4ème passage donc et inutile de vous dire que pour fêter l'anniversaire de Mario, le groupe n'a pas fait semblant. Joe, cheveux plus courts, affiche une férocité jamais mesurée jusqu'alors. Il hurle comme un damné, vocifère à en perdre la voix, lui donnant un charisme non négligeable.
Mario n'en finit plus de me bluffer. C'est l'un des meilleurs batteurs de l'hexagone, assurément et ce depuis bien longtemps. Ouvert par un "Toxic Garbage Island" enchaîné avec le génial "L'Enfant Sauvage", puis "The Heaviest Matter Of The Universe", le KO est quasi technique !
"Silvera" et "Stranded", les petits nouveaux déboulent. Le tapping du premier fonctionne, le côté Heavy destructuré du second martèle une foule qui répond à fond !
"Flying Whales" démonte toujours tout, "Wisdom Comes" offre un Death dévastateur, avant un "Backbone" où l'on fête l'anniversaire de Mario donc ! Quelle puissance que ce morceau !
3ème extrait de "Magma" avec "Only Pain" avant un "Vacuity" final ! Horreur, pas de "Oroborus" ! Je reste très déçu, c'est con de terminer sur une fausse note…
La dimension de GOJIRA est celle d'un mastodon, une référence du genre. Le groupe, devenu clairement international, peut être fier de son parcours et du travail accompli.

BLIND GUARDIAN :
Les mythiques allemands sont de retour après un passage en 2007 ! Hansi et sa sublime voix ouvrent ainsi les hostilités avec un extrait du dernier opus en date ("Beyond The Red Mirror") s'intitulant "The Ninth Wave". Le public monte en température et exulte dès les premiers accords de "The Script Form My Requiem" (moi aussi, évidemment !). Un véritable shoot d'adrénaline quand tout le public reprend en chœur le refrain !
Même "punition" un peu plus tard avec "Valhalla" enchainé avec "The Bard's Song (In The Forest)" et "Mirror Mirror" !!! Que demander de plus !
Énorme set. Bravo ! On en redemande, trop court !

SLAYER
5ème passage à Clisson, le groupe est un habitué ! Difficile en plus de pondre une setlist différente à chaque fois. Que va-t-on nous réserver ?
"Delusions Of Saviour" prend la suite d'un "Thunderstruck" pour annoncer l'arrivée imminente de la bête. "Repentless", tiré du dernier opus déboule évidemment. Efficace mais un poil bordélique.
Gary Holt, officiellement dans le groupe maintenant qu'il a pondu un album, arbore un Tshirt "Kill the Kardashians" et harangue la foule. Plutôt à l'aise sur les titres récents, on note quelques faussetés par moment sur des soli assez classiques (comprenez bien connus du public). Décevant.
King est égale à lui même, Bostaph appliqué à sa tâche et notre Tom droit comme un piquet assure méchamment au chant. Son incapacité à bouger le pénalise certes mais il faut bien remarquer que côté prestation musicale, le bonhomme m'impressionne toujours autant.
Il se permet le minimum côté échange et se retrouve con quand on lui balance un béret ! Il hésite, se retourne vers son crew qui l'incite à se lâcher, il demande à la foule si le propriétaire a des cheveux propres (lol en festival) et le place ! Applaudissements et rires nourris !
Côté son, c'est du lourd, du très très lourd ! Je suis aux anges : "Disciple" et son "God hates us all" ("Californication" pour les amateurs de la série) chauffe tout le monde à blanc avant un "Postmortem" dantesque.
"Hate Worldwide" est de retour (efficace, sans plus) avant un "War Ensemble" intemporel.
"You Against You", second single de "Repentless", est forcément de la partie. Trop jeune surtout quand c'est l'immense "Mandatory Suicide" qui le suit ! Aussi vite oublié tant ce morceau est mythique pour moi ! "Fight Till Death" tiré de "Show No Mercy" est une agréable surprise qui lance les hostilités vers un final mémorable : écoutez moi bien car on enchaine "South Of Heaven" (orgasme), "Born Of Fire", "Dead Skin Mask" (la love song du groupe dixit Tom, mon morceau préféré du combo), "Raining Blood" et finalement "Angel Of Death" !!!
Un petit "Seasons In The Abyss" aurait fait terriblement du bien mais on ne va pas se plaindre !
Super set de SLAYER qui repart après 3 lâchés de drapeaux (dont le fameux Hanneman autour du logo Heineken), avec bien peu d'échanges mais on s'en cogne !

AMON AMARTH
C'est la 4ème fois que je vois le groupe sur scène et je ne m'en lasse pas !
On a ENFIN franchi un cap car on retrouve le combo suédois sur la mainstage 2, à un horaire de tête d'affiche et avec un sacré dispositif sur scène : deux têtes de proue de drakkar, des fumées, du feu…
La disco conséquente permet de faire des choix mais de ce côté, AA nous régale ! C'est une sorte de best of, comme pour convaincre les réticents !
Ouvrir avec un "The Pursuit of Vikings" vous place dans les meilleurs dispositions ! Johan Hegg remporte immédiatement tous les suffrages et la sympathie du public ! Le folklore viking fait mouche, notamment les cornes à bière ! "As Loke Falls" enchaîne furieusement (quelle efficacité en live !) avant le passage des petits derniers : "First Kill" confirme tout le bien que je pense de ce morceau. Je retrouve avec un plaisir immense le génial "Cry Of The Black Birds" avant le classique "Death In Fire" toujours aussi puissant tout comme "Deceiver Of The Gods".
"Runes To My Memory", sans doute l'un de mes titres préférés d'AA, vient me combler, gros moment de recueillement ! "War Of The Gods" speed et nerveux, "Raise Your Horns" et "Guardians Of Asgaard" lancent le final (ce dernier morceau ne fonctionne toujours pas chez moi) avant l'obligatoire "Twilight Of The Thunder God" avec Johan armé de son marteau de Thor !
Chaos technique : AMON AMARTH a clairement assommé la concurrence. Superbe prestation puissante, dense et tellement Death Mélodique !! Je ne m'en lasse pas !

MEGADETH
Je fais ma groupie de base et j'assume ! "Prince Of Darkness" dans les enceintes, Dave déboule avec sa série spéciale "RIP" et c'est déjà l'émeute : "Hangar 18" ! Bim.
"The Treat Is Real" tiré du dernier opus en date "Dystopia" (il ne faut pas oublier que l'on est en plein "Dystopia world tour") fonctionne bien.
Juste le temps de reprendre un semblant de souffle, quand Mustaine sussure dans le micro qu'il dédit le prochain morceau à son ami Nick (Menza)… "Tornado Of Souls" ! Orgasme ! Inutile de vous dire que je guette la prestation de Kiko sur mon solo préféré de tous les temps de l'univers ! Pas mal, mais jamais aussi jouissif que celui de Marty !
"She-Wolf" toujours aussi surcôtée, "Post American World" tiré de "mon dernier album en date" dixit Megalo Dave Mustaine qui n'arrive plus à parler en tant que groupe (on sait que MEGADETH c'est lui mais tout de même, quel manque de tact pour les autres membres qui ressemblent à des roadies…).
"Sweating Bullets" est une merveille de jeu scénique pour Dave qui bonifie ce morceau à merveille avec le temps. "Poisonous Shadows", power ballade, offre une très belle pause avant "Trust" (idem "She-Wolf") et "Dystopia".
Quand les premières notes de "A Tout Le Monde" retentissent, on sait qu'il faut chanter (Mustaine nous attend forcément !). "Fatal Illusion", 5ème extrait (beaucoup trop) du petit dernier, avant le final trop prévisible : "Symphony Of Destruction, "Peace Sells…" et "Holy Wars…" terriblement lancé (j'ai écrit les paroles de ce morceau il y a 25 ans, rien n'a change depuis…).
La messe est dite. C'est carré, sans surprise mais on déguste !

GHOST
Je ne vais pas encore me faire des amis mais je n'accroche toujours pas. Je suis resté tout le set, c'est visuel, on a beau me mettre une chorale d'enfants, parler cul en anglais facile pour déranger comme j'aime, musicalement, je reste insensible.
J'adore le visuel et l'image du groupe, le talent des zicos, notamment la prestance des guitaristes notamment guitare blanche (pas de tête, donc pas de nom pour moi seulement des instruments de couleurs).
Désolé.

BLACK SABBATH
Vu avec Dio, vu avec Ozzy malade, vu et revu. C'est le final, c'est beau, c'est grandiloquent mais c'est mou !
"Black Sabbath", "Fairies Wear Boots", "After Forever", "Into The Void", ce sera tout pour moi.
Tommy impec', Geezer indéboulonnable et appliqué et une nouvelle fois le très remarqué Tommy Clufetos (ROB ZOMBIE) qui assure terriblement…



Malheureusement, il est temps de regagner son foyer pour reprendre le travail ! Pas de final ! Je stoppe donc ici mon 8ème Hellfest, avec un constat immuable : c'est toujours aussi bien côté prestations, (aucun souci technique à déplorer sur les concerts que j'ai décrit) et toujours de mieux en mieux côté accueil et site !
La pitoyable attitude du nouveau président de région voulant trouver des prétextes pour supprimer sa subvention au festival permet simplement de montrer que le festival n'a besoin de personnes pour s'assumer HAUT ET FORT !

A l'année prochaine motherfuckers et metalheads de tous bords !

Votre dévoué FENRYL.



Crédit photo : Cédric Alles d'OBJECTIF LIVE
Page Facebook
Site officiel


Le 31/07/2016 par GUILLAUME THE ELDER

En route pour la 3e et déjà dernière offrande de cette belle édition 2016. L’attente pour pénétrer en Enfer est un peu longue, affluence élevée et Sécurité obligent. Tant de choses ont changé en dix ans et le Hellfest est aussi un marqueur de la France dans laquelle on vit… Il y a dix ans, les Clissonnais appréhendaient notre venue ; aujourd’hui, 1 Clissonnais sur 6 est bénévole de l’association Hellfest. Une victoire pour le Festival, le Metal et les Fans, malgré les polémiques et les outrances...

J’avais demandé l’an dernier, dans cette même zone « Commentaires » des Crédits pour la Warzone. Je n’en demandais pas tant ! Le site est tout simplement somptueux. Plutôt fun d’aménager pour les Keupons et les Coreux un espace en forme de Prison, avec miradors et barbelés !! Sérieusement, la scène et le cadre sont de toute beauté, les gradins avec cette allée centrale qui aboutit en hauteur au Mausolée LEMMY, puis l’espace restauration sur herbe synthétique. Un endroit à l’écart, reposant, un rêve devenu réalité pour nos marginaux préférés, les PUNKS !!

TAAKE n’est pas loin de devenir mon groupe de Black préféré, en Live tout du moins. Sans grande surprise quand on les a déjà vus mais tous les titres accrochent, le son est parfait, les ambiances nordiques sont présentes, les envolées de guitare sont à l’honneur, le groupe a la niaque. Et puis « Hordalands Doedskvad » et « Nattestid » en Live, ça vaut quand même son pesant de cacahuètes ! TAAKE au Hellfest ou une heure de Classic Norvegian Black Metal.

MEGADETH : le concert commence sur les chapeaux de roue, « Hangar 18 », « Threat Is Real », « Tornado Of Souls » ; ravi de voir Dave Mustaine à ce niveau de forme et d’envie. Bonne fin de concert…

JANE’S ADDICTION : changement d’univers. Après les Melvins vendredi, je retrouve avec trop de plaisir cette scène Alternative US début 90’s. Comme je pense la plupart du public, je n’ai jamais vu Navarro / Perkins sur scène, le groupe tournant quasi-exclusivement chez lui et ça se ressentait. On sentait l’attente, la fébrilité dans cette scène Valley. Le statut Culte du groupe n’est pas usurpé, nos 4 addicts dégagent un charisme fort. Allons plus loin pour les cas Dave Navarro et Perry Farrell : on est là dans une accroche presque hypnotique… Je n’avais pas ressenti cela à un concert depuis des années… Côté Musique, la moitié du concert a été consacré à « Ritual De Lo Habitual », album générationnel dirais-je pour faire simple. J’aurais payé les 200€ du Pass rien que pour entendre « Just Because » ! Un moment rare. Aurais-je le droit de les revoir un jour ? Je prie Celui qui exaucera cette requête.

GHOST : la fin du set. Le Groupe commence à avoir un sacré catalogue et un paquet de titres qui fonctionnent à merveille. Il est vrai qu’on aurait préféré un titre supplémentaire à la place d’un bla-bla inutile. GHOST est devenu un incontournable de la scène METAL.

BLACK SABBATH : est-ce vraiment la dernière Tournée ? The End of the End !? Peut-être puisqu’ils le disent même si OZZY & Co affichent une forme insolente pour leurs 68 ans chacun. Pour beaucoup de raisons, il m’est impossible de critiquer le SAB. BLACK SABBATH est à mes côtés depuis bientôt 30 ans et je suis très bien comme ça. Le set était hyper convenu, une seule surprise avec « Dirty Woman » de "Technical Ecstasy"… Rien de "Sabbath Bloody Sabbath", rien de "Sabotage", sources de mon idolâtrie. Juste merci d’être là, toujours investis de votre mission maléfique… OZZY interprète de mieux en mieux « Black Sabbath ». Est-on vraiment sûr qu’OZZY, TOMMI & GEEZER sont Humains ?

DEICIDE : un dimanche soir sous le signe de SATAN et du Mal Incarné avec DEICIDE et Glen Benton en clôture de Festival. Encore une première pour moi. Je savais que je n’allais pas en croire mes oreilles, ce fut fait ! Un rouleau compresseur qui casse tout, proprement, sans bavures, sans tâches. C’est du beau travail. Les Guitares, tantôt ciselées, tantôt « mur du son », sont un régal. « Dead By Dawn », « Dead But Dreaming », « Serpents of The Light »…. Une quinzaine de titres sans compromis, pied au plancher ; comment est-ce possible ? Grosse empreinte sur cette édition que le déferlement satanique de DEICIDE et un ravissement pour le public de participer à cette Cérémonie.

J’ai choisi le bon Pèlerinage avec le HELLFEST, les bons apôtres ce dimanche soir de pleine Lune avec TAAKE, JANE’S ADDICTION, LE SABBAT NOIR et DEICIDE. Thanx.


Le 22/07/2016 par GUILLAUME THE ELDER

J’aurais bien aimé découvrir ce samedi LOUDNESS et Glenn HUGHES en Live mais ça n’est pas dans mes habitudes de démarrer aussi tôt. Pas grave…

FOREIGNER : un bien bon Groupe qui aura apporté sa Touch au week-end. Je ne sais pas comment ont trouvé ce concert ceux qui ne connaissent pas FOREIGNER. Pour les possesseurs des premiers studios (période 77-84 va-t-on dire), c’était du pain béni. Mick Jones assure toujours autant. Le chanteur en fait un peu beaucoup mais ne tombe pas dans la caricature ; une des plus belles voix du week-end. Enfin on a eu droit à des parties de saxo comme jamais au Hellfest. Un très bon souvenir.

ENTOMBED A.D. : un classique du Hellfest mais jamais déçu. On se plaît à reconnaître certains vieux titres. Le son est au top, le groupe comme le public a le sourire. Un de ces groupes de la première vague Death Metal encore en activité mais c’est bien normal ; c’est pro, c’est sérieux, c’est créatif… à bientôt ENTOMBED.

JOE SATRIANI : c’était parfait, loin d’être ennuyeux, pas juste une démonstration mais un véritable concert de Guitar-Rock. Les 50 minutes ont passé très vite. Et puis ce son clair, où le couple basse-batterie n’étouffe pas la guitare, comme on le retrouve trop souvent à mon goût, un vrai plaisir !

ASPHYX : un autre DEATH METAL BAND assidu du Val de Loire. Je suis moins impressionné aujourd’hui par ASPHYX que par le passé, sauf bien sur « The Rack », qui reste un des 10 plus grands titres du genre.

WITHIN TEMPTATION : un groupe que je regarde toujours de loin mais je n’arrive jamais à me détacher de Sharon quand elle est sur scène! Ne souriez pas ! Je la trouve attachante, et puis cette voix. C’était un bon concert.

LUDWIG VON 88 : merci Hellfest ! Après les WAMPAS l’an dernier, on a droit aux LUDWIG. Qui eut cru cela possible, 18 ans après leur dernier concert ? Non seulement c’est la réalité mais de plus la qualité est au rendez-vous. « Sur la Vie de Mon Père » ; « Louison Bobet », « Oui-Oui et la Voiture Jaune », « HLM ». C’était parfaitement interprété, on retrouve à l’intonation près les délires des titres studios. Et cette boite à rythme ! Jouissif !!

NAPALM DEATH : après ENTOMBED et ASPHYX, voici le 3ème titulaire de la non moins célèbre compil française « Masters Of Brutality ». NAPALM est toujours au top, une heure de violence, une vingtaine de titres, ça allait très vite…

Pas la plus grande journée que le Hellfest nous ait offert mais des concerts solides, des artistes impliqués, un public réceptif, un bon cru malgré tout.


Le 20/07/2016 par GUILLAUME THE ELDER

Hellfest… Hellfest… Hellfest… La grand-messe ou plutôt le pèlerinage est à l’approche. Le onzième du nom est à portée de mains en ce vendredi 17 juin. Tels les pèlerins de Lourdes, chaque Métalleux retrouve ses repères à la gare de Clisson, sur les routes départementales et dans la campagne environnante où promis, il restera une petite place pour la voiture…

Seule inconnue de ce vendredi, un ciel tantôt clair, tantôt ténébreux. Un ciel qui sera loin d’effrayer les Anciens qui ont survécu au déluge de l’édition 2007.

A part cela, pas de surprise à l’arrivée sur le site, tout est en place, tout est propre. L’ambiance franche rigolade est de mise dès l’entrée avec «à fond la caisse» le Bioman de notre Bernard Minet national dans une des boutiques du Hellcity Square.

J’ai fait le deuil ce vendredi de NASHVILLE PUSSY. J’ai pas pigé ce passage à 13h. Tant pis.

ANTHRAX : un groupe que j’ai toujours trouvé un peu passé de mode. Même en octobre 90, en première partie de Maiden, lors de la tournée "Persistance Of Time", je m’étais dit que je les avais vus trop tard ! En 2016, c’est un peu la même chose mais l’âge aidant et peut-être un brin nostalgique, je suis plus indulgent. Sympa de voir Scott Ian avec la patate sur scène, sympa d’entendre les vieux titres… Que voulez-vous que je rajoute, c’était sympa !!

TURBONEGRO : ce groupe n’est plus une surprise, ce groupe assure que ce soit en studio et encore plus en Live. On peut trouver cet assemblage un peu vulgaire mais on ne peut que s’incliner devant la prestation. C’est furieusement Rock, c’est parfaitement interprété et les titres font mouche à tous les coups. "All My Friends Are Dead", "City Of Satan", "I Got Erection"…. Je ne m’en lasse pas des TURBONEGRO.

INQUISITION : ce groupe est une curiosité. Un batteur et un guitariste-chanteur s’arrachent et s’époumonent pour faire du True-Colombian-Black-Metal ! Ça marche plutôt bien que mal.

Les MELVINS & notre cher King Buzzo : je suis Fan même si j'avoue que je dois parfois me forcer un peu. J’adore cette scène alternative US 80’s et 90’s mais Les Melvins, c’est 30 albums au compteur. Comment voulez-vous ingurgiter et maîtriser tout ça !? Même en sélectionnant un peu, ça reste monstrueux. De plus, nos Melvins ne sont pas toujours très accessibles… comme le concert de ce soir ! Une intro de je ne sais combien de minutes mais très (trop) longue, suivi de "Deuce" de KISS, et puis des titres piochés ici et là dans l’imposante discographie. C’était pas mal mais pour un public plus qu’averti à mon avis.

OVERKILL : LE concert du vendredi ! OVERKILL a tout défoncé ce vendredi soir. Le groupe qui a plus de 30 ans de carrière affiche une super forme, une grosse envie, une rage intacte ; bref, tout ce qu’il faut quand on propose un set de THRASH METAL !! Pas mal de titres vraiment vieux et donc, comme souvent très bons : "Feel The Fire", "Hammerhead", "Rotten To The Core", "Hello From The Gutter", "Elimination" et l’inénarrable "Fuck YOU" !! C’était vraiment très bon. Les Thrashers ont adoré !

RAMMSTEIN : Ouais… j’ai aimé les parties de claviers très Kraftwerkiennes, j’ai bien aimé ce visuel tendance «Arts de Rue». Musicalement j’ai apprécié les passages calmes. RAMMSTEIN est doué pour créer des ambiances, la plupart des titres fonctionnent, merci pour le Spectacle.

ABBATH : le set a été émaillé de gros problèmes techniques ; tout simplement plus de son sur la gratte d’Abbath. Ça a duré plusieurs longues minutes et à un moment, j’ai cru qu’Abbath allait péter un câble ! Finalement, tout est rentré dans l’ordre et Sieur Abbath a pu reprendre "Tyrants", excusez du peu ! Les titres d’IMMORTAL font mouche bien sur, tout comme "Winterbane" qui est déjà un classique. Le batteur impressionne. Un peu en-deçà du concert parisien quelques semaines plus tôt mais pardonné étant donné les aléas du direct.

Plutôt bonne première journée avec Mention à OVERKILL et TURBONEGRO.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod