Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2015
TAGADA JONES - LES SALES MAJESTÉS
Par CHAPOUK
Le 26 Décembre 2015

WACKEN 2015 - Le report
Par JEFF KANJI
Le 21 Décembre 2015

NIGHTWISH / ARCH ENEMY / AMORPHIS @Lyon
Par VOLTHORD
Le 3 Décembre 2015

LYCHGATE / NIGHTBRINGER @Villeurbanne
Par WËN
Le 29 Novembre 2015

ULI JON ROTH @ST JULIEN EN GENEVOIS
Par GEGERS
Le 10 Octobre 2015

BRUTAL ASSAULT 2015 - Le report de METALOMANE
Par METALOMANE
Le 23 Août 2015

SCORPIONS @Sion Sous les Etoiles, Guitare en scène
Par GEGERS
Le 24 Juillet 2015

RAGNARD ROCK FEST
Par VOLTHORD
Le 22 Juillet 2015

Wacken 2014 - Le Live report
Par JEFF KANJI
Le 21 Juillet 2015

HELLFEST 2015, le carnet de bord de JEFF
Par JEFF KANJI
Le 16 Juillet 2015

HELLFEST 2015, le carnet de bord de FENRYL
Par FENRYL
Le 15 Juillet 2015

Hellfest : le carnet de bord d'ISAAC
Par ISAACRUDER
Le 9 Juillet 2015

NEGURA BUNGET / NORTHERN PLAGUE / SAILLE @ Lyon
Par WËN
Le 25 Mai 2015

AMON AMARTH - HUNTRESS - SAVAGE MESSIAH @ Rouen
Par FENRYL
Le 5 Avril 2015

FINNTROLL / HATESPHERE / PROFANE OMEN @Lyon
Par VOLTHORD
Le 31 Mars 2015

MOONSPELL - SEPTICFLESH @ Lyon
Par WËN
Le 28 Mars 2015

ENSIFERUM + INSOMNIUM + OMNIUM GATHERUM @Lyon
Par WËN
Le 25 Mars 2015

SLIPKNOT au Zénith de Paris
Par CHAPOUK
Le 3 Février 2015
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
 
RAGNARD ROCK FEST
Par VOLTHORD et WËN le 17 Septembre 2015
Publié le 22 Juillet 2015 Consulté 4080 fois

Le RAGNARD ROCK, un fest avec de belles promesses : d’un côté une réelle prise en compte de la scène pagan dans son ensemble, de l’autre côté, un mélange festival metal / campement médiéval vraiment chouette et original, d’autant plus que les troupes de médiévistes sont assez nombreuses dans la région pour que le truc ait de la gueule. Et puis de trois, la venue d’un NOKTURNAL MORTUM n’ayant pas joué en France depuis des lustres, qui aura sans doute décidé pas mal de monde à venir. Mais on va y revenir hein, alors autant vous dire tout de suite, niveau rapport qualité / prix / jouissance, c’était un PUTAIN DE FESTIVAL. A la limite, ne lisez pas la suite, tant que vous avez eu cette info c’est suffisant.
affiche RRF

LE TRUC QUE T’AS LE DROIT DE PAS LIRE


La scène pagan française avait eu un bon départ au début des années 2000, avec des groupes comme AES DANA, HIMINBJORG, BELENOS, BRAN BARR ou encore NYDVIND qui formaient les premières lignes d’une scène en plein de devenir (HANTAOMA un peu plus tard associé à l’excellent STILLE VOLK). Difficile ensuite de consolider les rangs, surtout une fois le label Sacral disparu, puis la quasi-fin d’Adipocere fera finalement que ce début d’espoir d’une vraie scène pagan en France ne fut que bref mais intense. Cela va sans dire que certains albums ont marqué cette époque au fer rouge, notamment le “Formors” d’AES DANA, le “Spicilège” de BELENOS et “Europa” d’HIMINBJORG (j’ajouterai bien le tout premier NYDVIND mais je ne pense pas que cette avis soit bien partagé de tous).

 

Organiser un festival qui pourrait enfin faire revenir ces groupes sur le devant de la scène (autre part que dans leurs coins à eux) était simplement un rêve à concrétiser. Et lorsqu’on a vu, tout autour de groupes locaux et moins locaux, l’affiche s’enrichir de gros noms comme ARKONA, PRIMORDIAL ou NOKTURNAL MORTUM, c’était difficile de pas avoir un orgasme avant l’heure, surtout pour le prix tout à fait abordable de 66 euros.

 

A côté de ça, il y avait pas mal de groupes hors-sujets, et tous un peu hors sujet de la même manière (beaucoup de Thrash oui). Avis très personnel, je le concède, qui permettait de ratisser plus large, le seul inconvénient étant que quelques GROS NOMS du Thrash étaient sans doute absents pour rameuter des gens qui serait venu en priorité pour cette facette du fest.

Dommage également de n’avoir vu plus de groupes de pagan folk arpenter la scène, cet univers mériterait également une plus grande reconnaissance en France. Mais assez pinaillé, rentrons dans le vif du sujet.

[Volthord]




LE SITE (ça aussi tu peux passer)


La rivière à portée de pieds, scène à deux minutes du camping (et son nickel depuis le camping le plus proche des scènes), autant dire qu’une fois garé et arrivé au camping, tout est pas très loin et c’est tant mieux. Pas mal d’ombre dans le camping, pas mal d’espace pour pas qu’on se marche dessus aussi. Le coin est franchement parfait pour le festival (qui n’accueille a priori qu’un maximum de 5000 personnes, mais il me semble pas qu’on ait atteint ce nombre).

Censées être payantes au départ, les douches sont finalement accessibles à tous et c’est tant mieux. Faute de bénévole pour surveiller ou simplement faute de rentabilité ? A voir, mais une bonne douche froide pour le réveil sans avoir à mettre la main dans le portefeuille, c’est quand même pas de refus.

Seul le point d’eau, le seul, l’unique, est un trop loin des scènes. Quelques bénévoles nous ont rassuré au début du festival que les commerces pourraient aussi dispenser de l’eau, mais on s’est vite rendu compte que non, ce n’était pas le cas. Il fallait donc économiser l’eau pour pas se taper trente aller-retours par jour. Aspect ultra problématique tout de même, même si piquer une tête dans la rivière à côté était pas prohibé et au moins tout aussi rafraichissant. Côté buvette, c'est la limonade aromatisée à l'alcool Skøll, qu'un génie du marketing a réussi à vendre ça comme un truc de viking, qui sponsorise le fest. Sauf qu'au double du prix de la Kro, tout le monde préfèrera l'option classique. Et on pourra trouver au village viking de l'hydromel, de l'hypocras et du rosé, pas toujours des plus frais mais au moins différent. Bah tiens justement...

 

Le village viking : idée géniale et concrétisée de la meilleure manière, avec ses artisans médiévaux, ses tentes d’époque, ses hommes torses nus sautant sur l’occasion pour des embrassades viriles (une forme de lutte islandaise, qu’on nous disait !), ses séances de bastons “à la polonaise” sympa à regarder (dommage pour les barrières de sécurité en fer), et enfin ses stands de bouffes loin d’être hors de prix vu la qualité des mets. Je vous transmets d’ailleurs cette photo quasi-pornographique de la tartiflette géante juste avant que les reblochons ne glissent sous les lardons et les patates.


Ça devrait presque être interdit.

Le seul bémol, ce sera que les activités étaient mal annoncées : une ardoise à l’entrée du camp aurait fait l’affaire pour qu’on soit au rendez-vous pour l’escrime médiévale, la lutte et les contes vikings. Et des ménestrels ambulants entre deux balances pour l’année prochaine ? Bon, ne nous emballons pas tels de vulgaires cadeaux de noël, tout ça, c'était du bonus !

Voici donc les quelques reports sur les groupes pour lesquels on a trouvé quelque choses à dire. S’il en manque c’est donc normal, nous étions sans doute en train de tremper les pieds dans la rivière, de regarder des gens en tenu médiévale complète cramer sous leur casque et se castagner, manger une tartiflette ou siester à l’ombre. Et pour les photos, sans accred, pas toujours muni du reflex et avec quelques problèmes de carte SD, je me défendrai avec ce qu'il reste !

[Volthord]


DAY 1


C’est la joie dans le campement qui grandit au fur et à mesure, et c’est le bordel côté scènes. Une scène en moins pour des soucis techniques, ça chamboule à peu près tout. Initialement venus pour être sûrs de ne pas louper les français de BRAN BARR à 15h40, ce ne sera qu’en fin d’après midi qu’ils joueront. Le temps de planter la tente peinard sur fond d’un ECLYPSE qui a pas l’air trop dégueu mais avec un chant féminin qui de loin dénote un peu sur le reste de la musique. Parti pour faire un grand tour du site, je n’irai pas devant la scène avant un bout de temps.

 

MERKFOLK

Côté village à ce moment là, j’entends de loin le folk metal de MERKFOLK, avec un chant black féminin, de l’accordéon et de la mélodie pouet pouet à n’en plus finir. Je me dis que c'est assez énorme de voir les premiers combats vikings sur fond de Folk metal extrême.

 

BRAN BARR

Amputé de deux membres depuis la sortie en 2010 de "Sidh", l’aspect "gros orchestre" du groupe s’en voit un peu diminué. J’ai un peu de mal à reconnaître tout le monde. Maintenant que j’écris ce report, je me rends compte que le line-up n’a plus rien à voir ou presque avec celui que je connaissais sur "Sidh" (que je n’ai pas eu le temps de me réingurgiter avant le départ au fest). Du coup l’aspect celtique ne ressort qu’avec un violon et une tin whistle assez peu audible dans le mix et qui n’apparaît que très ponctuellement (c’est par ailleurs Hades, le chanteur, et vraisemblablement ex-bassiste du groupe qui s’en charge). Pas de bombarde du tout, et c’est bien dommage comme de nombreux titres reposaient sur le mélange tin whistle / bombarde /violon. Le show est carré et énergique, quoiqu’un peu court et le rendu pas aussi riche que sur album. Satisfaisant, mais pas la baffe espérée.

ARKONA

Le “running disorder” oblige - qui m’aura définitivement convaincu de pas trop me prendre la tête en cette première journée où toutes les informations contradictoires circulent sur qui joue quand -, même Volk, multi-instrumentaliste du groupe, que j’ai la chance de croiser trèèèès rapidement, ne sait pas trop quand le groupe va jouer.

Finalement c’est aux alentours de 21h30 que le groupe fait son entrée sur scène, intro sur un “Yav” fantastique. Une masha pleine d’énergie, un son qui même au premier rang est aux petits oignons. Excepté pendant les blasts où forcément, la batterie étouffe un peu le reste, tout est parfaitement audible. Jubilatoire même, comme le groupe enchaîne les titres et fait la part belle à "Yav", qui est, je vous le rappelle,le meilleur album de l’année 2014 (et vous n’avez pas vraiment le droit de penser autrement). C’est pourtant "Goi, Rode, Goi" qui sera pour moi, dès le second morceau, le climax de ce set.

Un "Stenka Na Stenku" donnera également lieu à ce Wall Of Death musette qu’on pouvait déjà apprécier depuis notre télé lors de l’apparition du groupe au Hellfest.

Arkona RRF
crédit :
Prince Albert

On a de l’espace côté fosse, assez parfait pour circuler. C’est aussi déjà le jour des slams dans tous les sens, dommage que la sécu ait pas l’air d’avoir vraiment été mise au courant de ce qu’était un concert de metal, comme les premiers slammeurs se font assez violemment jeter au début du show. Heureusement, l’ambiance s’apaise de ce côté et les hommes nus sous leurs kilts peuvent de nouveau surfer sur la foule, le coup dans les couilles si loin et pourtant si proche…

Bref, la barre est déjà très très haute pour le reste du fest.

 

WARDRUNA

Enchaînement fluide et parfait (quasiment pas d’attente, après une journée d’obscurité quasi-totale et de balances interminables, ça fait du bien), l’heure est au recueillement. Lumières tamisées, chœurs merveilleux et mystiques, le tambour qui se cale sur les battements de cœurs.

L’absence de Gaahl ne se fait pas du tout ressentir tant le show est millimétré. Le temps de s’allonger sur l’herbe et se laisser porter. Si, tout comme sur album, je note toujours quelques longueurs pas toujours très riches en surprise, faire l’expérience du live pour ce groupe prend tout son sens ici.

C’est plus l’heure pour GOD SEED, et le groupe n’étant pas ma came j’entends le groupe depuis le campement en ayant l’impression d’écouter un cd live avec une prod nickel.

[Volthord]


DAY 2


Je redoutais un peu la matinée du samedi. Sur le papier, il fallait être matinal pour voir NYDVIND à 10h, que la bande à Hingard nous sorte du coltard. Pour le coup, la pluie du début de matinée aura a priori retardé les premiers groupes (je crois ?) et c'est tant mieux.

MALMORT

C’est finalement les chambériens de MALMORT qui entament la journée. Black traditionnel à l’appel, grimages, cartouchières et veston en cuir. On connaît bien les bonhommes dans la région. Un son tout à fait correct permet au moins d’apprécier une performance certes très classique, et qui perd forcément de son charme en plein jour et en pleine canicule.



NYDVIND

Le black païen des Français, normalement froid et hivernal, a tout autant de mal à s’imposer sous cette chaleur écrasante. Le rendu live n’a pas le cachet froid des prods sur cd, même si une nouvelle fois, tout est parfaitement réglé côté son. La set-list sera surtout basée sur "Sworn To The Elders"(second album) et il me peinera de ne pas entendre un “King Of The Hills” qui m’aurait vaillamment rappelé mes premières découvertes black (un petit "Thunderhymn" m’aura quand même bien plu au passage).

 

HELROTH

Groupe venu de Varsovie, HELROTH se place dans une veine festive de plus en plus commune dans les pays de l’est (les LESHAK, OTHALAN, LITVINTROLL et j’en passe montrent une scène sur lesquels il faudra clairement se pencher avec plus d’une oreille furtive un jour). Moins varié qu’un ARKONA, plus bourrin qu’un FFERYLT mais un chouya moins barbare qu’un NOKTURNAL MORTUM ou un KRODA, ça repose pas mal sur les mélodies catchy à la flûte et au violon (qu’on n’entend quasiment pas), les riffs,le chant extrême et un chant féminin puissant et magnifique viennent agrémenter la recette.

Du plutôt classique à première vue, même si HELROTH est clairement le groupe inconnu du bataillon qui m'a le plus donné envie de creuser dans leur disco, amusant comme il faut, même si assez novice dans l’attitude (question de point de vue, sans doute).



CELTIBEERIAN

Un peu comme le groupe précédent, on nage dans une mouvance celtiquo-pompom plutôt déjà entendue mais qui se prend pas franchement au sérieux et se porte bien à un nawak de danses à la con appréciables. Beaucoup de mélodies connues mais une maîtrise instrumentale notable et un son un cran au dessus de HELROTH. On en ressort le sourire aux lèvres et les zicos ont l'air tout aussi content du passage.

Je passe le reste de l'aprem à zyeuter ici et là ce qui se passe sur scène. Je zappe donc pas mal de groupes (même si NO RETURN avait l'air d'en envoyer sévère). Et je passe le micro à Wën, tout de chapeau vêtu.

[Volthord]


NO RETURN

En effet en termes de thrashouille/death-metal bien mélo le groupe a envoyé du lourd et m'a même agréablement surpris par rapport à leurs dernières prestations auxquelles j'avais assisté (qui datent un peu, je dois l'avouer). Leur nouveau chanteur (ex-DESTINITY) se débrouille bien (registre varié et maitrisé) et, fan du groupe depuis un moment avant de les rejoindre, on sent le mec qui réalise un rêve de gosse. La bonne nouvelle dans tout ça, c'est que le fait de partager des scènes avec 'monsieur' Alain Clément (guitare, et seul rescapé des débuts) semble lui avoir bien dégonflé le melon, et cela fait du bien de ne plus entendre chacune de ses interventions ponctuée par un 'bordel' de rigueur. Je vais être franc, je ne connais pas la discographie du combo dans le détail, mais force est de constater que ce set fut diablement efficace.

[Wën]


 

SKALMÓLD

J'avais déjà vu les Islandais en première partie de FINNTROLL en 2013 et en deux ans, il semblerait que le groupe se soit déjà taillé la part du lion sur le devant de la scène. Tête d'affiche la plus inattendue, le groupe a fait l'aller-retour depuis ses contrées uniquement pour cette date, et, la mine ravie, ils nous confieront avoir passé leur meilleur concert en France depuis le début de leur carrière (et vu la banane qu'ils se trainaient sur le visage, on aurait tendance à les croire). Il faut dire qu'on était nombreux à fredonner les riffs et les refrains, à s'égosiller entre deux titres devant les imposants frontmen (oui, il y en a clairement plusieurs). Dommage que la basse et la batterie ait été à ce point surmixées, pas facile d'entendre les claviers et les samples dans ce brouhaha.

[Volthord]


 

En effet, la foule était tout bonnement survoltée, et nul doute que les Islandais, avec les ruskovs de ARKONA et les kraikraigniens-ki-kraignent de NOCTURNAL MORTUM figuraient parmi les groupes les plus attendus; Même moi, qui apprécie le combo sans être plus fan que cela, je me suis laissé prendre au jeu.

[Wën]


NEGURA BUNGET

Avec PRIMORDIAL et ENSLAVED, les Roumains de NEGURA BUNGET font clairement parti du trio de formation à m'avoir convaincu de faire le déplacement. Le seul petit hic, c'est qu'après la débauche de pèches et de décibels de SKAMÓLD, le black-folk plus ambiancé du combo a bien du mal à faire ses preuves. Bien qu'en terme de notoriété, le running order (ou ce qu'il en reste) soit adapté, il eut tout de même été plus logique d'inverser les deux pour vraiment profiter des mélodies folks du combo. Côté setlist, peu de surprise, le groupe nous déballant la même setlist que celle de la tournée européenne qui vient de s'achever (cf mon live report de la date lyonnaise, d'il y a quelques mois). Force est de constater que les nouveaux titres prennent une autre dimension en live et que l'apologie de la percu que se veut être l'instru 'Norilor' produit toujours un sacré effet. Et autant dire que de jouer du simandre à Simandre, c'est pas tous les jours que ça arrive. La formation terminera sur une "Dacia Hiperboreană" des familles qui elle aussi, avec ses airs de nuit d'été inquiétante, se veut taillée pour le live … surtout ici, interprétée sur une grande scène, en pleine nuit, juste baignée de light violettes.

[Wën]


Ne partageant pas l'avis de Wën, et n'ayant pas vu les Roumains en tournée, je dois dire que je prends doucement ma claque de loin. Parfait pour se remettre des décibels en trop de SKALMÓLD


[Volthord]


PRIMORDIAL

N'ayant jamais eu l'occasion de les voir, c'est vous dire si je les attendais de pied ferme nos blackeux (ô combien réducteur pour le quintet) venus de la brumeuse Irlande. C'est sur leur reprise de "Dark Horse On The Wind" (parue sur la compile "One and All, Together, for Home", 2014) que le groupe arrive eeeeeeet en raison d'un mixe plutôt moyen, le show se lance de façon assez pataude, malgré un "Where Greater Man Have Fallen" normalement fédérateur mais où on peine à rentrer dedans. Le charismatique Alan Averill tente tout son possible pour compenser, mais il a beau se démener la trique espérée n'est pas là, et c'est une grosse demi-molle qu'on nous offre à la place. Le son a du mal à s'équilibrer, la fatigue fait aussi son œuvre (le groupe débute vers 1h du matin à cause du retard, si je me souviens bien) et à de rares exceptions près, il faudra attendre la seconde moitié du show pour que tout cela s'éclaircisse un peu et qu'on puisse profiter (de mémoire) des "Babel's Tower", "No Grave Deep Enough", "Empire Falls" et autres "The Coffin Ships" (avec un gros vent de l'assistance envers Averill quand ce dernier lui demande si des irlandais la garnisse "Nooooo matter …"). Bref, moi qui voulais les voir depuis un moment, je reste malgré tout mitigé puisque le show, sans être mauvais pour autant, fut en deçà de mes espérances. Ceci étant, un mauvais son pour PRIMORDIAL étant donné la façon dont sonnent leurs guitares, on aura bien vu que ça ne pardonne pas. Quant à Volthord, mal de tête, fatigue et bière lui auront a priori bien vite cassé les couilles, et en repart déçu.

[Wën]


 

DAY 3




CEREVISIA

Les marseillais ouvrent le bal pour mes petites oreilles. J'arrive un peu trop tard pour m'en faire une véritable opinion, mais je peux au moins tirer le portrait des zicos.

[Volthord]




AKTARUM

Les belges d'AKTARUM essaient de rameuter du monde pour tourner leur prochain clip. Si au final il n'y aura pas autant foule qu'on pourrait l'imaginer (et il faut dire que l'espace devant la scène est très grand et donne une impression d'espace même lorsque les têtes d'affiches jouent), ça joue au volley avec des peluches, ça déconne et ça bastonne. Dans cet ENSIFINNTROLL pas franchement marquant sur cd naît quand même un bon gros délire de festival.

[Volthord]




MESSALINE

Du heavy, chanté en français et déguisé en templier ... noooon c'était juste pas l'heure. Putain, et puis les rimes, quoi ! Même si musicalement c'est bien fait, écrire des textes en français sans sonner kitch, ce n'est définitivement pas donné à tout le monde. Les mecs des différents stands de merch' étaient bidonnés tout du long … Un groupe, juste pas adapté à l'affiche m'est avis … A voir éventuellement dans des conditions (ou une soirée à thème) qui peuvent vraiment mettre la musique du combo en valeur.

[Wën]


FORTUNATO

Musicalement bien foutu (du heavy-même-qu'on-y-a-mis-du-violon), j'aimerais cependant qu'on m'explique comment un groupe dont certains musiciens passent leur temps à tailler la scène pagan (le thème du festival tout de même) ou des groupes comme SKALMOLD (prétextant peu ou prou que c'est pas de la vraie musique); j'aimerais qu'on m'explique, donc, non pas comment ils se retrouvent programmés, mais surtout comment n'ont-ils pas eu la décence de refuser cette date et de la laisser à un combo un peu plus humble et sans doute plus adapté à l'affiche. Bref, l'occasion de fouiner dans les distros d'Adipocere, d'Osmose et des Acteurs De L'Ombre à la recherche de "vraie musique" !

[Wën]


DIN BRAD

Supposé jouer en début de soirée le Vendredi, DIN BRAD est le seul groupe qui aura été reporté sur une autre journée. Dommage, car le folk ambiant et assez répétitif des Roumains n'a pas grand charme en plein cagnard ("Hey mec, t'es au Cagnard Rock Festival, assume un peu !" me dit Wën dans l’oreille). Les morceaux se suivent et se ressemblent (toujours le même sample de départ ou bien c'est moi ?) et le chant clair masculin à moitié faux casse les quelques beaux moments. On se fait chier.

[Volthord]


J'étais très curieux de découvrir le groupe (avec du NEGURA BUNGET à l'intérieur), mais en effet, reprogrammé en milieu d'aprèm, sous cette chaleur toriiiiiiiiide, c'est juste pas la musique que l'on veut voir/entendre. Je reste la moitié du set avant de me dire finalement que, vu que le trio ne bouge pas sur scène, on serait pas plus mal, allongé dans l'herbe près du ruisseau derrière la scène ... et en effet, on était pas plus mal, allongé dans l'herbe près du ruisseau derrière la scène, à goulotter quelques leffes … et à la fraiche, planante comme elle est, la musique des roumains passait tout aussi bien.

[Wën]


 

THE MOON AND THE NIGHTSPIRIT

Constat assez similaire que pour DIN BRAD me concernant, je trouve le folkouille ambiant plutôt dépaysant sur album, mais là j'ai été déçu, et pour une raison principale : en live, c'est üüüüüüüüüüüüüüüüber (ami taxi, si tu nous lis) mais alors üüüüüüüüüüüüüüüüber-répétitif; l'impression d'assister à un arpège de 50 minutes joué en boucle, agrémentés des mêmes grincements de crincrin et mélodies vocales, encore et encore. Déception ! D'autant plus que je n'ai pas eu cette impression sur album. C'est une histoire d'être dans le trip avant tout, sans doute.

[Wën]


Dans la catégorie des rares groupes posés, les Hongrois étaient tout aussi enchanteurs que sur cd. Encore une musique qui aurait gagné à jouer un peu plus tard, avec un beau jeu de lumière et une nuit tombante, et forcément le set en souffre un peu. Violons, percus et guitare acoustique se marient à un chant féminin pourtant tout aussi merveilleux que sur album.

Simplement beau, une des perles du label Prophecy dans son rayon folk mélancolique. Je vais le répéter pas mal de fois, mais des groupes comme ça, j’en veux plus dans ce genre de festival !

[Volthord]


 

 

HIMINBJORG

J'arrive assez tard pour HIMINBJORG, trop occupé à manger de la tartiflette dans un angle mort sonore du festival (oui, ça existait). Du coup j'arrive pour 4 titres et quelques, assez pour me rendre compte que le son était assez parfait, que ça envoyait du lourd et que mon avis avait l'air plutôt partagé de tous. Dans l'oreillette, Wën confirme : "j'en attendais un peu plus, mais au final un très bon show, qui plus est, à la maison !"

[Volthord]




NOKTURNAL MORTUM

Le groupe qui a sans doute fait la différence pour de nombreuses personnes, vu qu'il n'avait pas joué en Europe de l'Est depuis belle lurette (plus de 5 ans).

Orgasme total pour ma part : un son parfaitement équilibré et une set-list faisant la part belle à un "Voice Of Steel" qui est, rappelons-le, le meilleur album de black épique des dix dernières années. "Ukraine" pour ouvrir le bal et déjà l'extase.

J’en ressors avec des étincelles dans les yeux et une toute petite frustration de n’avoir pu entendre “Valkyrie” jouée ce soir (mais putain, ce "White Tower"), d'autant plus qu'on a à peu près tous cru à un rappel après tout juste une heure de show. On aura quand même eu le droit à un nouveau titre plus dans une veine power metal et générique de dessin animé des années 90, assez accrocheur pour être curieux d'entendre tout ça prochainement.

Dommage que le groupe ait à ce point recours au sample. D’autant plus que la performance de NEGURA BUNGET nous a prouvé qu’une instrumentation organique peut vraiment faire changer du tout au tout sur la valeur d’un morceau.

Pour le "problème" que le groupe pouvait générer, beaucoup de bruit et beaucoup de gens qui sont montés la tête : rien ne s'est ressenti côté fosse et le concert s'est déroulé tout à fait normalement.

[Volthord]


ENSLAVED

Le trolling étant avant tout un art, passons maintenant aux choses sérieuses. Un autre groupe que j'attendais et idéalement placé pour terminer ce week-end loin des contraintes du taf et de la ville. Pas d'bol … là aussi le show débute avec 1h de retard, tant pis on ne dormira que 4h avant de reprendre le taf. Pas grave, on est des vikings, bordel. Cette fois-ci le son est plutôt bon, on regrettera juste le chant clair de Herbrand Larsen (clavier) souvent noyé sous le grunt de Grutle Kjellson (basse). Niveau ambiance du lourd, malgré le fait que le public s'éparpillera petit à petit. De ce que j'ai vu, c'est cette prestation qui bénéficiera du meilleur éclairage du week-end, de nuit de base, ça rend mieux aussi. Côté setlist le groupe pioche allègrement dans ses derniers albums en nous présentant bien entendu "In Times" (2015) avec "Thurisaz Dreaming" et un "Building With Fire" qui devient carrément énorme en live ! Nous aurons droit aux classiques que sont "Ruun", "Fusion Of Sense And Earth" et "Isa", ainsi qu'un "Ethica Odini" phénoménal que je ne me souviens pas avoir vu sur leurs dernières tournées. De "RIITIIR", on nous conservera un "Death In The Eyes Of Dawn" avant d'enchainer par un retour dans le passé avec la demi-surprise qu'est "Convoys To Nothingness" (puisque le groupe la rejoue depuis un couple d'années) et plus tard, avec la vieillerie "Allfǫðr Oðinn" (oui, ce morceau issu du premier EP des norvégiens à 22 ans). Un minuscule bémol : une tendance à se faire éterniser la fin de la plupart des titres par des larsen/effets de guitare. Grosse grosses prestation cependant, ma préférée du festival, même.

[Wën]


 

En quelques mots


 

Le top 3

_ La meilleure idée de festival du monde. Tout simplement.

_ L’ambiance !

_ La tartiflette géante. Non, vraiment.

Le flop 3 :

_ Un running order foireux le premier jour, quelques setlists qui du coup se retrouvent un peu raccourcies par rapport aux 1h15 annoncées pour chaque groupe

_ Un campement médiéval très chouette mais mal mis en avant.

_ Peu de points d’eau dans le fest.

 

Pour l’année prochaine : je l’espère, plus de groupes de folk (un FAUN, un STILLE VOLK ou un NEUN WELTEN collerait parfaitement au thème). Côté metal, Wën rêve d'AMON AMARTH … ou soyons fous DORDEDUH, moi à peu près tout tant qu'il y a un groupe qui commence par MOON et qui finit par SORROW. Plus de folk metal plus festif aussi, c'est toujours bon à prendre même quand c'est bofbof sur cd. Si le campement se développe et que ses activités sont correctement annoncées, il y aura aussi une belle perspective de rameuter un public un poil différent des têtes chevelues habituelles.

Le festival peut être unique en son genre si le thème est affiné : et pour le reste, ça partait déjà avec des bonnes grosses couilles, on attend avec impatience la suite des aventures !


Le 24/07/2015 par WëN

Ami Volthord, je pense qu'on est plutôt d'accord concernant NEGURA BUNGET qui a donné un très bon show... Je voulais juste mentionner qu'après la tempête, quelques titres furent nécessaires afin de renter pleinement dedans.
Comme pour ENSLAVED après GHOST BRIGADE lors d'une tournée, il y a quelques années de cela.


Le 24/07/2015 par MARTIN

Merci pour ce live report au top, ça fait envie, vivement l'affiche de l'année prochaine !
On peut rêver à un petit MOONSORROW effectivement..



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod