Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 2392
Comment poster un commentaire ?


SCORPIONS
LOVE AT FIRST STING


Le 04 Août 2020 par FINISHERFRANKY


Comme pas mal de durs à cuire j'avais boudé cet album à sa sortie. En fait non, boudé ce n'est même pas ça. J'y avais été assez indifférent en fait. Pas complètement mais assez pour me faire passer pour une espèce d'esthète idiot je crois. Cet album cumulais trois handicaps pour moi à l'époque : moins rentre dedans que "Blackout" + déferlante METALLICA et consorts + album apprécié des filles et de ma sœur en particulier. Qu'est-ce que j'ai été con quand même.





IRON MAIDEN
LIVE AFTER DEATH


Le 04 Août 2020 par ESKAPEESKAPE


Allez, à mon tour de mettre ma pierre à l'édifice.

Avec "Live After Death" on frôle la perfection.
On frôle parce que c'est le jeu du live : interpréter en condition d'urgence des compositions difficiles initialement enregistrées dans le confort d'un studio, avec des pauses clope et en plusieurs prises.
Ici point de cela.
Bruce Dickinson s'approprie des chansons (les deux premiers albums) qui ne lui étaient pas initialement destinées (tessiture, octaves, phrasé...), chante après X centaines de concerts d'une tournée mondiale éreintante ; les musiciens accélèrent le rythme et le tempo des titres ("Aces High", "Hallowed Be Thy Name"...) et un show égyptien dantesque accessoirise la scène...

Bref tout est là pour rendre la partie difficile ! et pourtant, pourtant, la sauce prend magnifiquement.
Dickinson pue la sueur, les guitares tranchent, la basse cavale, la batterie tue au possible.
Il est impératif d'avoir les deux vinyles originaux ou la cassette audio pour comprendre le ive dans son (fausse) intégralité.
AloLrs, certes le son n'est pas gonflé ou claquant comme on le ferait aujourd'hui, mais il est dynamique et suffisamment précis pour que l'on distingue chaque instrument dans les basses, les médiums et les aigus.
Le tour de force a été précisément de faire entrer autant de musique avec autant de détails dans seulement deux vinyles là ou sans l'audace technique des ingé-sons il aurait fallu trois disques !
Cette limite technique explique d'ailleurs qu'il ait fallu réduire le Live lors de sa première édition en CD (proprement scandaleux, heureusement réparé depuis).
Ce Live est un véritable best of à mon sens et pour avoir vu IRON MAIDEN à plusieurs reprises, je vous garantie que s'il y a des overdubs, ils sont purement cosmétiques et indécelables !

Pour finir, la pochette de l'album est une pure merveille artistique dont il est difficile de détourner les yeux.
À l'intérieur, les photos de concerts renvoient magnifiquement la magie de la tournée et le degré d'efficacité réclamée par une telle entreprise !
Un monument artistique et technologique !





NIGHTWISH
DARK PASSION PLAY


Le 04 Août 2020 par VLAD


Tuomas va prendre désormais son temps entre les opus, et ce, par goût de la perfection. Il garde la même voie (par rapport à "Once") mais change de voix. Anette est plus extravertie de Tarja ("ouais mais NIGHTWISH sans Targea c'est pu NIGHTWISHv!") mais un peu moins puissante en lyrisme. Elle s'en sort bien la petite Suédoise et pas besoin d'amulette pour s'imposer.
Tuomas choisit de calmer les fans d'entrée, "vous avez aimé "Ghost Love Score", ça vous a plu, vous en voulez encore ? Alors laissez-moi vous racontez l'histoire de "The Poet and The Pendulum"." Le morceau est bien mais n'atteint pas, hélas, le niveau de celui de "Once" (la barre était un peu haute). Pour les autres titres, les variations sont moins tranchées, comme si Tuomas avait pris moins de risques avec la nouvelle camarade de jeu. Sinon la trame reste identique, il y a le dispensable, "Master Passion Greed", les ballades poignantes et les bons morceaux épiques appuyés par l'orchestre. Nous n'arrivons pas au niveau de "Once", mais cela reste fort bien, et il ne faut surtout pas jeter NIGHTWISH aux orties à cause de la petite nouvelle ; surtout que meilleur reste à venir....





BON JOVI
THESE DAYS


Le 04 Août 2020 par CAZA


En réécoute du groupe, et découvrant "Crush", ce dernier amorce la seconde partie de carrière et "These Days" malgré ses défauts (trop d'instants mous) a encore ce feu sacré, ce talent de composition, qui fera défaut au groupe ensuite, devenant par trop timoré, ou sacrément convenu... "Crush" c'est l'album qu'ils auraient du faire en 2010, ce virage pseudo Pop arrive trop rapidement... trop jeune...

J'ai encore chez moi l'édition limitée de l'époque avec un cd en plus (avec certaines chansons qui auraient dû être conservées pour garder un disque équilibrée comme la très chouette "Good Guys Don't Always Wear White", et de mémoire un titre qui sonne grungy), et deux titres supplémentaires à la fin du premier cd ("All I Want i
Is Everything très chouette, bitter wine, ballade avec encore moins d'intérêt que les autres)

Comment est-on passé de "This Ain't A Love Song", ballade accrocheuse en diable à "Thank You For Loving Me", à peine sauvée par le talent de Sambora et les réminiscences de "Lie To Me" ? Mystère...





VAN HALEN
VAN HALEN


Le 04 Août 2020 par FEELGOOD


En ces temps de déboulonnage de statues, le Commandeur VAN HALEN constitue une cible idéale. L'iconoclastie étant à la mode, VAN HALEN est un parfait bouc émissaire. Il est vrai qu'il coche toutes les cases de ce qu'il est bon de dénigrer aujourd'hui. Homme blanc, affichant de surcroît de fort suspectes origines néerlandaises, âgé de soixante-cinq ans (les fameux cinquante ans de rigueur sont largement dépassés), guitariste virtuose ayant influencé des milliers de musiciens et écoulé des millions de disques à travers le monde, dont ce fantastique premier album vendu à plus de dix millions d'exemplaires rien qu'aux États-Unis, il a eu le tort de proposer, avec ses trois collègues, un Rock énergétique et vigoureux, dépourvu de toute prétention, aéré par les superbes chœurs de Michael Anthony et sublimé par la gouaille et le jeu de scène extravagant du fabuleux David Lee Roth, l'une des plus extraordinaires bêtes de scène de tous les temps. Sans parler des riffs et des solos. Du « Big Rock », pas du "METAL", comme le clamait fièrement Roth dans les années 80 ! Bien sûr, ce « Big Rock » décomplexé est aux antipodes du triste puritanisme actuel. Les paroles des chansons, à mille lieues des slogans des minorités prétendant dicter leur loi, parlent plutôt de ce qu'il peut se passer à l'arrière d'une voiture et des bons moments de l'existence. J'entends déjà certaines féministes affubler cette musique de l'infamante étiquette de « Cock Rock » (si, si, cette appellation, certainement enseignée dans les facs de socio américaines, existe bel et bien).
On a certes le droit de ne pas apprécier la musique d'un groupe. Mais pas au point de dire n'importe quoi, au point de pulvériser toutes les règles de la physique et de l'espace-temps, en accusant VAN HALEN d'avoir plagié une composition mineure de DEEP PURPLE, sortie en 1975, lorsqu'il reprenait un classique sixties des Kinks ("You Really Got Me", 1964).
Mais tout cela m'inquiète moins que la récente proposition du rappeur Akhenaton de remixer "Jump", le fameux tube de l'album "1984"...





NIGHTWISH
ONCE


Le 03 Août 2020 par VLAD


Voici l'album de la maturité. Beaucoup d'idées pour des morceaux explorant des univers éclectiques avec cette puissance équipe que j'aime dans le Metal Symphonique. Je pense que Tuomas est arrivé au niveau qu'il espérait : réaliser des pièces puissantes, mélodiques avec une complexité subtile et une production ultra léchée. "Ghost Love Score" et "Dark Chest Of Wonders" en sont les plus belles illustrations et vont devenir les classiques en live. Il est donc difficile de résister à cette musique et à la superbe voix et à la beauté glaçante de Tarja (ça, c'est pour faire plaisir à tous les "ouais, NIGHTWISH c'était mieux avec Targea!").
Bref, note maximale parce que j'aime tout, même après tout ce temps ; Juste un bémol sur "Romanticide" que je trouve dispensable. Il n'apporte pas grand-chose hormis le secouage de cheveux en concert une fois qu'on sait que notre gentil viking bassiste préféré aime les saucisses.





MOTÖRHEAD
INFERNO


Le 03 Août 2020 par FEELGOOD


Album au gros son métalliquement correct, 'Inferno" était la production idéale pour ce milieu de décennie. Quelques morceaux bien troussés, des solos sympas, le tout porté par la frappe carrée (trop ?) de Mikkey Dee que j'ai toujours trouvé plus à sa place chez KING DIAMOND. Le problème de MOTÖRHEAD en 2004, c'est que les albums studio passent, tout comme ceux de SAXON, sans laisser de traces et ne sont plus que prétextes à partir en tournée. Lemmy ne fait plus peur, devenu le grand-père du Metal, personnage consensuel que tout le monde, petits et grands, adore.
Aussi bon soit-il (la moitié des titres valent vraiment le détour), je ne puis écouter ce "Inferno" sans avoir la nostalgie de la période pré-1981, lorsque Lemmy, Philty et Eddie jouaient un Rock saignant et fracassant, de la musique de hors-la-loi, certes pas des plus techniques mais reposant sur une extraordinaire alchimie de groupe (la marque des plus grands, STONES, WHO, BLACK SABBATH), magistralement mis en son par des gens comme Vic Maile ou Jimmy Miller, le mythique producteur des STONES.
3,5, arrondi à 3.





PRIMAL FEAR
METAL COMMANDO


Le 03 Août 2020 par TNECNIV


Du PRIMAL FEAR pompant du PRIMAL FEAR, de la masturbation en pilotage automatique. Entre ennuyeux et difficile à écouter.
Mention spéciale à "Along With The Devil", chanson catastrophique que je suis obligé de sauter.
Je retourne écouter "Seven Seals".





ORKRIST
ARTIFACTS OF LIFE


Le 02 Août 2020 par DFOU


L’album de 2002, même s’il lorgnait du côté de BAL-SAGOTH ou SUMMONING, paraissait mieux composé. 18 ans plus tard, on ne sait pas trop où ORKRIST veut nous emmener. Pas très bien mixé, on a, qui plus est, parfois l’impression d’écouter un (mauvais) CD de SIRENIA, THERION ou THEATRE OF TRAGEDY. Le hic, c’est qu’ORKRIST n’atteint pas la puissance onirique d’un BAL-SAGOTH, et n’a pas, d’un autre côté, la production léchée des groupes de Métal gothique. Bref, cet album nous met mal à l’aise car, bien qu’étant très tolérant et que tout jugement me rebute, je me dis au final que, malgré les écoutes, il est nul. L’alternance de champ féminin et masculin, plus parcimonieuse en 2002, l’amoncellement de kitsch, ne parviennent pas à créer une atmosphère magique, fantasmagorique, comme savait le faire SUMMONING, voire même ORKRIST il y a 18 ans. Donc 2 étoiles seulement car "Artifacts Of Life", en panne d’idées, semble bien inférieur à "Reginae Mysterium" qu’on réécoute, lui, avec un vrai plaisir.





IRON MAIDEN
LIVE AFTER DEATH


Le 02 Août 2020 par VALEK


"Live After Death" est légendaire pour beaucoup de fans car il représente la période dorée des musiciens, c’est un virage important pour IRON MAIDEN dans cette période charnière. Les artistes sont effectivement des légendes mais Bruce Dickinson semble suffoquer de fatigue en tirant les refrains en longueur. Les musiciens assurent pourtant le Show à la perfection avec un Dickinson qui essaie de faire illusion. La splendide pochette et les contextes actuels y sont pour beaucoup dans le succès de cette entreprise. La quatrième étoile accordée représente le résultat de cette performance avec un Dickinson épuisé tournant dans le monde entier. 4/5 de notation.





TRUST
REPRESSION


Le 02 Août 2020 par VALEK.


En quarante ans les paroles de TRUST traversent les âges, les sujets abordés sont toujours d’actualité. Quand les sujets ne prennent aucune ride je me dis c’est ça la vraie musique.





ALESTORM
CURSE OF THE CRYSTAL COCONUT


Le 02 Août 2020 par DINICED


Je commence à un peu me lasser du délire d'ALESTORM. Heureusement un album tous les trois ans, ça laisse le temps de dessaouler avant de reprendre la mer.
Je trouve que l'album s'écoute facilement, sans rien d'exceptionnel, sauf pour "Tortuga" justement. Voilà une chanson étonnante. Le complet rappé, la vulgarité du refrain qui sonne comme un morceau de Gangsta Rap, ALESTORM a fait fort, il fallait oser quand même. Je me suis dit en écoutant le titre sur Napalm Records que si tout l'album était comme ça, le monde du Metal les balancerait probablement par-dessus bord ! Moi j'adore ce morceau. Même si c'est contre nature, un peu honteux, j'adore.





GHOST
POPESTAR


Le 02 Août 2020 par VALEK


Naturellement, je déconseille l’achat neuf de cette relique au risque d’être déçu. Il faut l’acheter dans une brocante ou pendant les promotions des magasins. Un album EP sans prise de risque seuls trois titres sortent du lot et peu d’entre eux font figure de Hit. Mes titres préférés: "Square Hammer" et "I Believe" ( cover De Simian Mobile Disco).





CHILDREN OF BODOM
HATE CREW DEATHROLL


Le 01 Août 2020 par JOHN-BOB


Je n'ai pas le même enthousiasme que les autres vis-à-vis de cet album. C'est pour moi le début de la déchéance pour CHILDREN OF BODOM, et même à l'époque je le sentais mal.

Je trouve les morceaux de cet album clairement plus faibles que sur ses prédécesseurs "Hatebreeder" et "Follow The Reaper", pour lesquels le plaisir à l'écoute est resté intact. Et même si les sons de claviers de Janne Wirman ont toujours été kitsch, je les trouve particulièrement laids ici. J'en veux pour preuve l'immonde solo de clavier de "You're Better Off Dead".

Après, heureusement, tout n'est pas à jeter. Il y a quand même un paquet de bons riffs et quelques solos sympas d'Alexi Laiho. Mais mon intérêt pour le groupe s'est arrêté ici.





BON JOVI
SLIPPERY WHEN WET


Le 01 Août 2020 par NATEAG666


J'ai beau écouter et réécouter ce disque, je n'y arrive pas.
À part, les deux tubes interplanétaires placés en début d'album et que j'adore, je trouve toutes les autres compositions plates, inodores et incolores.
Pourtant je suis un grand fan de "Bon Jovi" et de "New Jersey".
Je ne comprends pas l'engouement pour cet album.
Je me sens seul.





MOTÖRHEAD
INFERNO


Le 31 Juillet 2020 par KENNEDY ALIVE


Le meilleur album de Lemmy and co après l'indéboulonnable "Ace Of Spades", cela démarre très fort avec le premier titre et ne faiblit pas tout au long du skeud, le titre fight décroche même la palme du morceau le plus rapide de l 'histoire du groupe. Mention spéciale à Mickey Dee qui joue comme un dieu. Indispensable !





COURSE OF FATE
MINDWEAVER


Le 31 Juillet 2020 par DFOU


Un album joliment ciselé, comme peuvent en produire FATES WARNING, MIRRORPLAIN, DARKWATER... Des groupes qui n’atteindront certainement pas la notoriété d’un HAKEN, mais dont la modestie et le caractère non démonstratif font quand même le régal de leurs auditeurs. Rien à ajouter sur cet album, la chronique, parfaitement équilibrée, le décrit fort bien, merci.





L.A. GUNS
L.A GUNS


Le 31 Juillet 2020 par NATEAG666


Un joyau de l'année 1988, un pur esprit "Sex, drugs and rock'n'roll", une voix super sexy tout en faisant bad boy, une pêche d"enfer, des riffs et des refrains terribles, le meilleur album de L.A. GUNS de très loin.
Meilleur morceau : "One More Reason", Rock et poignant.
Album culte !





VAN HALEN
VAN HALEN


Le 31 Juillet 2020 par DAN VANMAIDEN

"You Really Got Me" n’est pas une création de VAN HALEN. Il s’agit d’une cover des KINKS publiée en 1964 !! Donc bien avant le titre de DEEP PURPLE mentionné dans le commentaire précédent.





SEPULTURA
MACHINE MESSIAH


Le 31 Juillet 2020 par MICHEL


Je m'en fous un peu de faire mon blog en commentant tous les albums mais puisque j’ai parlé des derniers SEPULTURA (de la période Derrick) je vais terminer. Peut-être que ça va aiguiser la curiosité de certains et redonner l’envie de s’y replonger à d’autres.

"Machine Messiah". Bah... Si "The Mediator ..." me paraît avoir une production plus cradingue (fait exprès, attention, pour l’atmosphère) mais toutefois bien immersive, autant je trouve le côté plus poli (également à dessein) de celui-ci un peu rebutant. Ça c’est pour la prod’.

Pour ce qui est des compos, encore une fois, en évolution directe par rapport à leur précédent album, c’est paradoxal parce que "The Mediator..." a (à mes oreilles) moins d’amplitude alors que "... Messiah" joue la carte de la variété, mais... au final c’est "The Mediator..." qui (après toutes ces écoutes que j’en ai faites depuis 2013), c’est "The Mediator..." qui me fait le plus plaisir. Peut-être parce que plus direct/brut du décoffrage (Sûrement c’est dû au retour aux manettes de Ross Robinson qui les a poussé à se lâcher). Parce que "... Messiah" a des titres qui pètent leur race (passez moi l’expression...), surtout en première partie d’album, ensuite, comme je le disais, le côté propret et la variété des compos me perdent/me font débander (si cette ”image” parlent plus à certains).

Donc, "The Mediator...", le groupe a joué la carte de l’atmosphère grand bien leur en a fait. "Machine Messiah", plus gros travail dans les compos prises individuellement, bah... c’est vrai que certaines compos claquent. Mais l’album dans son entièreté...
Je pense que le compromis atmosphère+compos solides se fera avec "Quadra", qui a une atmosphère en béton du début à la fin et, prises individuellement, les morceaux sont tous des tueries (non n’exagérons pas), mais d’excellents titres dignes du SEPULTURA qu’on aimerait plus souvent entendre ouais.







Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 2392






1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod