Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 2564
Comment poster un commentaire ?


Yngwie MALMSTEEN
MARCHING OUT


Le 25 Septembre 2022 par FRED


Kurt Cobain de NIRVANA "avait plus de feeling et de personnalité" à la guitare "que la moitié des shredders", selon Nuno Bettencourt (source MetalZone -septembre 2022).
Cela doit expliquer pourquoi je m'emmerde tellement à l'écoute de ce disque, par ailleurs fort mal produit, ce qui le rend vite insupportable.


Par Nightfall In Metal Earth

Oui effectivement, il a dit ça. Faudrait-il encore qu'il inclue Malmsteen dans cette "moitié", ce que je doute fort ne serait-ce que parcequ'il a tourné plusieurs années avec lui et ont partagé plusieurs fois ensemble la même scène... Très récemment d'ailleurs. Ca te plairait toi de partager la même scène avec un gars dont tu ne penses pas du bien ?
Un coup c'est trop technique, un coup ça ne l'est pas assez ("Master Of Puppets", ahahah), trop de feeling, pas assez de feeling, faudrait savoir.





Chris POLAND
RETURN TO METALOPOLIS


Le 25 Septembre 2022 par ESKAPEESKAPE


Pas mal... pas mal du tout
C'est ce qui vient à l'esprit quand on écoute "Return To Metalopolis" de Chris POLAND.

Et pourtant on parle bien du Chris POLAND de MEGADETH (!).
Il y a plusieurs raisons à cela.
Tout d'abord l'étonnement (ou la déception pour certains) d'un style très éloigné de son groupe: nous sommes ici, non pas sur du Thrash, encore moins sur le Thrash alambiqué de Jazz Metal auquel nous ont introduit les trois premiers albums de MEGADETH, mais plutôt sur un Speed Metal mélodique mâtiné de quelques fulgurances Jazz Rock que j'appellerai "fraiches".

On est certes très loin de la musique d'ascenseur, de la démo "montée descente de manche" ou du shred à la Satriani ou Vai, mais on on saluera le (réel) talent de Chris POLAND, sans pour autant le féliciter sur cet album, dommage.
Faute à un son pas forcément à la hauteur et manquant de punch sur certains titres , faute à des compositions parfois un peu simplistes venant d'un membre de MEGADETH (on est plus exigeant), faute au manque d'un deuxième guitariste pour soutenir le tout et surtout de la batterie (certes très performante) que je trouve pas toujours à propos et trop envahissante.

Ainsi, "Return To Metalopolis" reste sympathique et agréable à écouter, même plusieurs fois et mérite un 3/5.





Chris POLAND
RETURN TO METALOPOLIS


Le 25 Septembre 2022 par ALEX F


Album sorti en pleine période shredders. Et c'est, je crois, mon préféré dans ce style que je n'affectionne qu'avec modération. Il s'agit d'un très bon album dans l'ensemble. J'ai parfois le sentiment d'écouter du MEGADETH sans le chant de Mustaine... ce qui n'est pas plus mal ! En plus on a droit à davantage de solos de la part de Poland. Je ne suis pas du tout d'accord avec le fait que Poland aurait besoin d'un groupe pour exprimer tout son talent. Au-delà de "Return To Metalopolis", il faut écouter son album solo "Chasing The Sun" qui contient quelques véritables pépites, et son groupe OHM (les deux premiers albums, principalement) dont il est le principal compositeur, pour se rendre compte qu'il n'est pas simplement un super soliste, mais également un formidable mélodiste et un très bon compositeur... bien plus que Mustaine à mon avis, mais ça vous allez me dire que c'est une question de goût. En tout cas Poland vieillit finalement bien mieux que Mustaine qui de mon point de vue n'a pas sorti un vrai bon album depuis plus de 25 ans (30 même peut-être ?) et est devenu, à l'instar de METALLICA, le gérant d'une entreprise nommée MEGADETH, autrefois entreprise artisanale de qualité tout à fait respectable, qui vend désormais du Thrash en conserve, bien calibré, et qui respecte la norme ISO 9000 ne vous inquiétez pas chers consommateurs. Finalement, ne pourrait-on pas dire plutôt que Mustaine a besoin d'un Poland ou d'un Friedman pour exprimer tout son talent ?





MUSE
WILL OF THE PEOPLE


Le 24 Septembre 2022 par CLEM


On peut discuter sa place sur NIME effectivement. On est parfois à la limite du Metal. Mais il y a du riff, de l'énergie.
Je n'écoute quasiment que du Metal, un peu de classique, Johnny Cash, QUEEN et MUSE.
Je trouve cet album très bon pour ma part. Que des tubes. Ils ont résumé tout ce qu'ils ont fait de bon depuis leurs début, en 10 titres et moins de 40 minutes. Une leçon que beaucoup de groupes Metal devraient suivre. Pourquoi vouloir faire des albums de 14 titres de plus d'une heure, et ne pas garder que l'essentiel ?
Bref, moi j'adore ce disque, comme le précédent, que j'ai trouvé très réussi dans son esprit électro, parce qu'il y a de la mélodie.
Titre préféré : "Ghosts".
5/5.
Si tu n'aimes pas MUSE, passe ton chemin.





MUSE
WILL OF THE PEOPLE


Le 24 Septembre 2022 par GROS PIERRE


Après s’être complétement vautré avec leur précédent opus (en toc), les mecs de MUSE ont eu l’idée consternante de coller (encore) avec l’air du temps. En se conformant au renouveau du Nu Metal qui revient nous revient en grande pompe (les actus sur Deezer sont très parlantes). Et de la pompe il y en a. Ce fait est d’autant plus souligné dans la chronique (je dis bravo mec), avec ces péteux du Rock (toujours en toc) qui singent sans vergogne des groupes aussi vendus qu’eux tels que KORN et MARYLIN MANSON en sus… pléonasme (lol).
La synthwave du précèdent album était une vilaine parure à leur Rock mou (dixit la Lamborghini présente sur la pochette avec tous néons dehors), le METAL encore moins (dans une vision bien réduite du style) sauf pour leur fan base de crédules applaudissant numériquement et aveuglement ces gros commerciaux du Rock en toc dans une multitude likes sur Facebook (ah le changement… c’est important), voilà.
Zéro sur cinq forcément.





METALLICA
MASTER OF PUPPETS


Le 24 Septembre 2022 par FRED


Un album révolutionnaire en son temps, mais qui a mal vieilli.
Ce qui m'ennuie le plus, c'est la pauvreté des structures de la plupart de morceaux, ces riffs mécaniques et binaires joués en aller simple sur deux cordes.
Ça ne fait pas riche et je dois avouer m'emmerder à l'écoute de ce disque.
Cela est d'autant plus dommageable que le tempo est globalement bien moins rapide que celui des concurrents Thrash du groupe à la même époque, qui pouvaient faire illusion en mettant l'accent sur la vitesse (SLAYER...).
On est également très loin d'atteindre le niveau technique et d'inventivité du MEGADETH de l'époque.
"Orion" est ici l'exception, car on y remarque sans difficulté la "Burton touch", Burton dont les capacités et connaissances musicales étaient bien supérieures à celles de ses trois autres camarades. Dommage qu'on ne l'entende pratiquement pas sur les autres morceaux.
Un beau gâchis.
La confirmation, finalement, que ce groupe a totalement été surcoté.
Mais en même temps, ils ont inventé un style... Ou plutôt ont été pompés par 350 000 tâcherons sans imagination. Sachons rendre à César...





MUSE
WILL OF THE PEOPLE


Le 24 Septembre 2022 par PHILIPPE


Album d'une platitude affligeante...Je ne comprends effectivement pas une chronique sur NIME...c'est une pure hérésie !! C'est mou, c'est chiant, c'est du déjà entendu...tout et je dis bien tout est à jeter !! Amis métalleux ne vous fourvoyez pas dans l'écoute de cet album absolument immonde. Voilà...Quant à la chronique ma foi...dictée peut être par le label ??
1/5 parce que je ne peux pas mettre 0...


Par Nightfall In Metal Earth

@PHILIPPE,

Aucun label ni maison de disque ne dicte quelque note que ce soit aux chroniqueurs de NIME. Déjà parce que nous sommes un site bénévole. Ensuite, que l'on ne retire aucun bénéfice publicitaire puisqu'on ne fait pas de pub. Enfin, parce que nous sommes maîtres de notre propre timing de publication - souvent lent admettons-le - et que le label aurait beau nous menacer de ne plus envoyer de disques promo, on n'aurait de toute façon qu'à attendre que l'album sorte ou soit dispo sur les plateformes de streaming.

Tout cela pour dire que si la note de cet album est de 4/5 pour Stephen Page, c'est parce que l'album lui a plu et qu'en plus, il explique pourquoi. Dont acte.

Il est parfois utile de rappeler que NIME a les coudées 100% franches.

Metalliquement.

T-Ray





Chris POLAND
RETURN TO METALOPOLIS


Le 24 Septembre 2022 par INKOLOR


Le guitariste que je préfère avec Michael Lee Firkins, c'est album je l'écoute depuis sa sortie, au départ j'ai eu du mal avec la batterie surtout les roulements, il accompagne souvent la guitare et tous les morceaux sont abordés sur le même ton donc un peu trop linéaire, mais on finit par s'habituer et ça finit par en faire une signature, pas vraiment de morceaux qui se démarque à part peut-être "The Fall Of Babylon" et "Khazad Dûm" qui sont un peu plus longs et travaillés comme pour marquer les fins de face A et B du 33 tours, parler des morceaux "30 Day Due" et "The Heavy Guitar Jam" ne sert à rien ; ils ne font pas partie de cet album un morceau et une impro fait avec son groupe OHM donc pas du tout fait à la même époque. J'avais acheté le CD en 1990 et il y avait "Heinous Interruptus" en bonus, un son abordé de façon bluesy. Quand j'ai été à la Fnac à l'époque je me suis jeté sur le CD étant fan de "Peace Sells..." de MEGADETH, enfin un album qui pouvait avoir cette touche que je n'ai jamais ressentie après et ben pas été déçue du tout à part un peu au début je m'attendais à quelque chose de plus énervé. Moi qui n'aimait pas SATRIANI dont tout le monde parlait j'avais enfin un gratteux dont je pouvait parler fièrement. Aujourd'hui Chris Poland continue son chemin sur OHM très bon groupe de Jazz Fusion surtout le premier album avec le batteur David Eagle !





STRATOVARIUS
DESTINY


Le 24 Septembre 2022 par JEF DE LA LUNE


Je ne suis pas un grand amateur de Power/Speed Metal en général, ni un fin connaisseur de la discographie de STRATOVARIUS mais lire cette chronique m'a rappelé que j'aime beaucoup cet album (et le STRATO époque Tolkki en général) découvert lors d'une période sombre de mon existence et qui quelque part m'a aidé à passer ce cap. Les mélodies sont superbes et poignantes et ça transpire de feeling par tous les pores de la peau. J'aime dire que STRATOVARIUS, notamment avec ce disque, a réussi à injecter cette fameuse mélancolie si nordique dans le Speed, genre alors plutôt épique et positif à la base. Un chef-d’œuvre.





Luca TURILLI
THE INFINITE WONDERS OF CREATION


Le 23 Septembre 2022 par QUELQUEDEUX


Bien que je connaisse RHAPSODY et Luca TURILLI depuis environ 1998-99, je ne me suis penché sur cet album que fin 2020. Il faut dire que j'avais déjà lâché l'affaire depuis environ 2004, RHAPSODY ne se renouvelant pas (sauf apparemment pour les noms de groupe, dans une saga que je n'ai pas suivie), et je ne sais plus très bien pourquoi, je me suis dit que j'allais me pencher sur celui-ci.

J'ai été bien inspiré car il y a quand même quelques éléments inattendus: d'abord, cette chanteuse à la voix surprenante pour le style. Oui, du "Metal à chanteuse" ... mais on est à des années-lumière du grotesque NIGHTWISH et de leurs non moins grotesques clones. Dès les premières notes de chant de "Mother Nature", on est surpris d'entendre cette voix au timbre africain typique, et aux intonations gospel discrètes mais transparaissant à certains endroits qui collent à merveille avec la musique ("(...) Grand Mirror Of Souls Horizons (...)" entre autres). Elle a su mettre sa voix et ses différences à profit de manière judicieuse, sans tomber dans le piège de vouloir les surexploiter.

Ensuite, alors que je croyais Hayer remplacé, le voilà qui surgit sur le titre suivant! Les voix s'alternent et s'unissent parfois, mais je trouve contrairement à d'autres que ce mélange n'est malheureusement pas toujours heureux. D'abord, parce qu'elles sont souvent à l’unisson lorsqu'elles partagent des lignes de chant, alors que les deux chanteurs officient dans des registres et styles complètement différents, et que la plupart des occasions de construire des lignes harmoniques qui se seraient complémentées ont été gâchées (sauf un des derniers refrains de "Mystic And Divine"). Ensuite, parce qu'il y a quand même pas mal de passages où l'on est à la limite du juste, ce qui ne se serait pas remarqué si les chanteurs n'avaient pas été à l’unisson.

Un album que j'ai longtemps hésité à acheter, car il aurait pu être bien meilleur et la proportion de morceaux excellents est bien plus faible qu'à la grande époque. M'enfin, j'aime encourager les artistes, et ceux-ci le méritent amplement.





SAXON
KILLING GROUND


Le 23 Septembre 2022 par CPEJ


SAXON a bien traversé les 90's, fatale à beaucoup de groupes phares des 80's. Dans ce troisième millénaire, ils ne changent pas de ligne, toujours ce gros Heavy Rock qui a fait leur succès et abandonnent les innovations Thrash et Prog qu'ils avaient amorcées sur l'album précédent. Le résultat est bon, malheureusement aucun titre ne ressort vraiment. Il manque une pointe d'inspiration pour transformer des titres assez conventionnels en hits que l'on conserve précieusement. Allez, je sauve "Rock Is Our Life" dont les riffs m'évoquent furieusement RUNNING WILD.





Luca TURILLI
KING OF THE NORDIC TWILLIGHT


Le 23 Septembre 2022 par QUELQUEDEUX


"La kitschituuude...", comme aurait pu le chanter Oldelaf... bon, je suis un peu dur, car malgré ce fond de vérité (si les paroles et les photos ne vous convainquent pas, cherchez les clips, vos zygomatiques vous remercieront), et malgré la formule éprouvée car testée maintes fois par Luca dans son groupe principal de l'époque, il s'agit d'un excellent album. Je l'ai découvert à une époque où il était impossible d'échapper au phénomène RHAPSODY et à leur chef-d’œuvre "Symphony Of The Enchanted Lands", et j'ai toujours plaisir à réécouter maintenant (ah, ce morceau-titre ...).






MERCYFUL FATE
DON'T BREAK THE OATH


Le 23 Septembre 2022 par BLUEMASK


Commentaire en 3 parties :

- Cet album, c'est déjà une pochette, à fond dans le satanisme de cour de récré, mais tout de même, belle, fascinante, puissante, évocatrice. C'est elle qui m'a fait acheter l'album…

- Cet album, c'est quand même de la bonne musique, Heavy classique et classieux, à la fois direct et épique. Il est souvent dit que MERCYFUL FATE a beaucoup influencé METALLICA, malgré leur date de sortie de premiers disques bien proches. Effectivement, c'est bluffant, sur certaines rythmiques, sur certain breaks, on a vraiment l'impression d'entendre le METALLICA de "Kill'em All". Comme le chien du même nom, les Danois ont des traits de caractère communs.

- Mais putain, cet album c'est aussi la voix insupportable de KING DIAMOND qui torpille littéralement ce disque. On nage en pleine subjectivité, mais je ne supporte pas cette voix haut-perchée. C'est plus que haut-perchée, il s'est manifestement coincé les noix dans la flight-case de son micro… Suraiguë, faiblarde, fausse par endroit, elle bousille toutes les mélodies… A chaque fois qu'il se décoince les noix et prend sa voix certes toujours faiblarde mais presque New-Wave dans les intonations, le morceau reprend forme. Ainsi "Desecration Of Souls" pas trop massacrée. C'est fou, un morceau comme "Gypsy" est génial, on entrevoit des mélodies bétons sur pleins de titres, mais voilà… KING DIAMOND.


Bref, 2/5, c'est mon avis, et je le partage.





BLACK SABBATH
DEHUMANIZER


Le 23 Septembre 2022 par SWISSIDOL


En matière de come back, l'album "13" avec Ozzy est beaucoup plus réussi que ce "Dehumanizer" avec Ronnie. J'adore "After All", je trouve 2, 3 autres titres plutôt réussis ("Computer God") mais c'est globalement lourd dans le mauvais sens du terme.





BLACK SABBATH
BLACK SABBATH VOL. 4


Le 23 Septembre 2022 par SWISSIDOL


Pratiquement aussi bon que le 1er album de SABBATH mais les chansons ont laissé moins de traces dans l'inconscient collectif. Seule petite fausse note : ce "Changes" et son piano sirupeux.





MR BUNGLE
DISCO VOLANTE


Le 22 Septembre 2022 par I AM THE GROWL


J'ai toujours eu le sentiment que celui-ci est un peu le disque confessionnel de Mike Patton, celui où il expose le plus son intimité. Faut entendre "Violenza Domestica", "After School Special"... Ce ne sont pas seulement des morceaux glauques où on entend des gamins se faire violenter, voire pire... Et si Mike Patton nous parlait de son enfance à lui pendant ces morceaux ? Pas sûr, en tout cas, perso, en entendant "Violenza Domestica", j'ai toujours le sentiment d'entendre la mienne, dans toute sa volupté et sa noirceur. C'est pas vraiment joueur sentimentalement comme album. Autant c'est joueur au niveau des styles, des juxtapositions genre "Techno Allah" ou du gros tunnel noise/ambient de "The Bends", mais la production étouffée rend l'atmosphère homogène et claustrophobe. La lumière, artificielle, survenant à la toute-fin de la chanson "Merry Go Bye Bye" (je compte pas les ghost tracks), où Patton croone des paroles ambigües à mort... Quoiqu'il en soit, un disque intense, difficile d'accès à cause de sa production, pas tant par les chansons, relativement directes dans leurs structures après plusieurs écoutes. Un sacré chef d'œuvre, un voyage de la première à la dernière minute. Perso, il m'a aidé à passer et peut-être à avoir mon bac...





JUDAS PRIEST
PRIEST...LIVE !


Le 22 Septembre 2022 par FREDIAN

Tiens je n'avais pas réalisé que la Kro Express de DARK SCHNEIDER était aussi récente (ça m'explique le com de EAD666 ^^).

Juste une remarque à propos des Remasters 2001 des albums CBS/Columbia de JUDAS PRIEST. Je te rejoins sur leur intérêt assez incongru (en général 1 inédit +1 extrait Live dispatchés sans grande logique), notamment ici avec 2 extraits de précédents Tours et 1 d'une autre date de ce "Fuel For Life Tour". Pourquoi n'ont ils pas plutôt rajouté les morceaux de la VHS d'époque (non retenus sur le CD d'origine), à savoir "Desert Plains, "Locked In", "Green Manalishi..." et "Hell Bent For Leather" ? Non seulement ça aurait eu plus de sens mais en plus ça aurait très bien complété la set-list du CD d'origine.

J'en reviens aux Remasters 2001. Un des intérêts tout de même est de reconstituer presque dans son intégralité (il faut y ajouter l'inédit issu de la compil' Metalogy ("Heart Of A Lion")) le projet "Twin Turbos" qui comporte quelques pépites (e.g. "Prisoner Of Your Eyes").


Par Nightfall In Metal Earth

Pour tout te dire j'avais rédigé cette Kro X il y'a déjà plusieurs mois, c'est ton commentaire récent qui m'a rappelé qu'il était peut-être temps que je la publie. Bon et si tu veux postuler pour chroniquer tu peux^^

DS





METALLICA
THROUGH THE NEVER SOUNDTRACK


Le 22 Septembre 2022 par SWISSIDOL


Si on ne prend en compte que la set list, il y a de quoi être satisfait devant cette pluie de classiques immortels. D'autant qu'elle pioche dans presque tous les albums de METALLICA. Mais ces espèces de pseudo-problèmes techniques (que l'on voit dans le film mais qui font scénarisés) finissent par insupporter. Un bon petit best of live quand-même.





DIO
HOLY DIVER – LIVE


Le 22 Septembre 2022 par SWISSIDOL


Le lutin et sa bande jouent le magnifique "Holy Diver" en entier mais, avant cela, un petit échauffement nous permet d'entendre du RAINBOW et du BLACK SABBATH. Deux groupes que l'on retrouve en fin de DVD pour un beau bouquet final. Le groupe est très compétent même si pas forcément hyper-charismatique et on passe un bon moment grâce aux "Gates Of Babylon", "Rainbow In The Dark" ou "Caught In The Middle". 3,5/5





JUDAS PRIEST
PRIEST...LIVE !


Le 22 Septembre 2022 par FINISHERFRANKY


En 1986 j’avais aussi acheté la cassette vidéo VHS en complément du double vinyle. Un «combo» avant l’heure, comme l’avait fait MAIDEN. C’est par les images de la vidéo que mon avis sur la musique est resté influencé. Ça avait été une déception totale, la concrétisation visuelle du virage "Turbo" : poses MTV (la vielle référence je sais), costumes ridicules, ralentis sur le brushing grotesque de KK Downing... L’horreur. Pourtant il faut reconnaitre que la musique est excellente. Rob y est comme je l’aime, puissant mais pas hurleur extrême comme il le sera avec "Painkiller". Comme Dark Schneider dans sa Kro Express, je ne supporte pas les versions chantées par le public de "Breaking The Law" et on en est épargné ici. Question puissance, "Freewheel Burning", le final de "Love Bites"... prouvent que ce live ne trahit pas l’idéal Metal que représentait PPRIEST alors. Ça bastonne parfaitement. Le son se synthétise certes mais pas tant que le laissait craindre "Turbo" en studio et je trouve qu’on est dans une continuité : "Defenders Of The Faith" en studio, même sans claviers, avait déjà cette touche synthétique, très loin de l’organique "Point Of Entry". Je regrette l’absence de l’atmosphérique" Desert Plains" qui aurait collé parfaitement avec "Out In The Cold" et "Love Bites". (Je serais intéressé de savoir d’ailleurs si quelque-soit les tournées ont déjà été alignés le magnifique "Solar Angel", "Desert Plains", "Fever", "Love Bites", "Night Comes Down" et "Blood Red Skies", qui sont pour moi une signature du PRIEST, celle de ce Metal rutilant et atmo, voire planant, avant-gardiste, celui que je préfère). "Turbo", quant à lui, est réhabilité ici en live : il est tellement PRIEST, avec sa remontée en puissance après les solos. Le volume sur le public artificiellement poussé ça et là agace mais la production ne ment pas : il est là en bloc et uni. Les regrets : l’absence de "Reckless" et, comme toujours pour moi, la présence de la verrue "Living After Midnight", qui n’a rien à envier à "Rock’n’Roll all Over The World" et "Parental Guidance". J’aurais rêvé d’une set-list expurgée de ces incompréhensibles et indignes daubes qui plombent ma note.







Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 2564






1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod