Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 ...>...>>... 2057
Comment poster un commentaire ?


SVART CROWN
ABREACTION


Le 10 Avril 2017 par NABOMOUETTE


Assez d'accord avec la chronique ! SVART CROWN a atteint un niveau de maturité étonnant, avec un disque puissant et original. Les compos sont plus variées, plus cohérentes, le mix a enfin cette profondeur étouffante qui manquait un peu aux albums précédents.
Bon, le trip vaudou me passe un peu au-dessus par contre. Certes ça donne une jolie pochette mais musicalement ça s'entend assez peu (sur ce terrain, je voue renvoie à l'indépassable EP de TREPALIUM, dans un tout autre style évidemment, mais qui retranscrit beaucoup mieux la sexualité sauvage du vaudou). Ce qui n'enlève rien à la qualité de ce "Abreaction", qui risque de tourner encore un moment chez moi.





WARDRUNA
RUNALJOD - RAGNAROK


Le 10 Avril 2017 par NJöRD


Tellement heureux de voir WRADRUNA enfin chroniqué sur NIME (même si je comprend tout à fait que sa présence ici ait pu faire débat), et surtout d'en lire une chronique à la fois bien écrite et que cet album mérite amplement.

En espérant avoir un jour votre avis sur les deux premiers opus de cette trilogie incroyable, qui a fait voyager mon âme dans des contrées chamaniques inexplorées, et dont cet album représente un final grandiose.

Mon commentaire vous paraîtra sans doute peu constructif, sans pointer quoi que ce soit de précis ou d'utile pour les lecteurs. Mais je ne trouve pas les mots pour traduire mon admiration pour ce groupe.

Car si quand on me demande ce que j'écoute en général, je répond "Principalement du Metal", lorsqu'on me demande mon groupe favori, c'est WARDRUNA que je cite.

Donc que dire d'autre qu'un grand merci ?





IRON MAIDEN
PIECE OF MIND


Le 09 Avril 2017 par RED CROYDON


Coincé entre l'agressif "Number Of The Beast" et le monolithique "Powerslave", cet opus est plus difficile d'accès que les deux sus-mentionnés. En effet, des compositions comme "To Tame A Land" ou "Revelations" demandent plusieurs écoutes avant d'être apprivoisées. On trouve aussi des titres plus directs et devenus des hymnes depuis ("The Trooper", "Flight Of Icarus"), toujours efficaces en concert. Même si elle ne semble pas faire l'unanimité, j'adore "Quest For Fire" avec ses solos dantesques et le chant épique de Bruce. Les autres titres sont tous de très haut niveau, mention spéciale à "Still Life" pour son solo initial qui me fout les frissons à chaque fois !

Les paroles sont également très recherchées, moins directes et parfois à plusieurs niveaux de lecture ("Revelations"). Je me plaîs à dire que ce "Piece Of Mind" est l'anti "Number", car moins direct, plus mystique et mieux produit.

En conclusion, c'est un album qui demande du temps à se révéler mais une fois cette étape franchie, il vieillit mieux que le précédent.





PERSEFONE
TRUTH INSIDE THE SHADES


Le 09 Avril 2017 par SAGA 03


PERSEFONE est un groupe déroutant, et leur premier album l'est encore plus. Il y a tout d'abord ce choix d'ouvrir l'album sur un morceau au piano qui n'a presque rien à voir avec le reste de l'album. Puis, cette voix hurlée aiguë et désagréable, des changements de thèmes, rythmes, instrumentation incessants, quasi incompréhensibles. Bref, "Truth Inside The Shades", ressemble de loin à un gros bordel Prog-Death symphonisé sans queue ni tête.

Et pourtant, il y a ces soli de guitares mélodiques et expressifs à souhait, ce groove latent dans les parties plus brutales. Indéniablement, PERSEFONE est un groupe dont la maîtrise des codes musicaux ne peut pas être mise en cause. Il y a également ce passage scandé, accompagné au piano en plein milieu du morceau titre. Les paroles étant ensuite reprises par un grognement guttural sur un accompagnement plus discordant. Puis ce passage déclamé au début de "Atemporal Divinity" sur fond de lamentations à la guitare. Là encore, il est indéniable que le groupe apprécie de mettre en scène son sujet. Et donc, que le groupe a bel et bien un sujet qu'il traite probablement tout au long de l'album. Et l'on se retrouve à creuser...

Il apparaît alors qu'il n'y a pas qu'une voix, mais au moins quatre : une voix claire, une voix hurlée aiguë de type "Black Metal", une voix hurlée grave de type "Death Metal", et une voix murmurée. Et il semble que chacune de ces voix ait son propre caractère : la voix claire portera la douceur mais aussi une forme de regret de tension vers l'inaccessible, la voix black oscille toujours entre douleur et folie, la voix death rappelle brutalement les limites de l'être humain et par extension sa vanité. Quant à la voix murmuré, elle semble toujours extérieur à tout cela, porteuse d'apaisement mais également autre et hors d'atteinte.

Alors l'instrumentation se révèle alors. Ce piano initial symbolise un état d'équilibre et de bonheur, qui est soudainement interrompu dés l'introduction de "The Whisper Of Men". Par la suite les interventions du piano ne seront que de pâles reflets, des souvenirs de cet état. Après la rupture commence alors une longue bataille, symbolisé par les nombreuses ruptures au sein de chaque morceau. Les combats s'étendront sur tout l'album, entre 3 entités au moins : la voix claire, la voix Black, et la voix Death. Introduits dans "The Whisper Of Men", ces voix sont toutes liées les unes aux autres, comme autant de composantes d'un seul être. L'enjeu de l'affrontement sera donc la domination de cet être.

Les guitares saturées viennent comme une représentation de la volonté de chacune des entités, parfois brutales, parfois désespérées, parfois planantes, parfois lumineuses. Elles arrivent par exemple en fin de "Nilfheim", se faisant rampantes puis s'envolant, lancées par les claviers, dans une forme de cavalcade victorieuse, et continueront malgré une tentative de retour des voix hurlées qui disparaissent rapidement. En fait, les seuls éléments positifs de chaque morceau proviendront des instruments, qui demeurent toujours versatiles, et jamais des voix.

Armé de tous ces éléments, PERSEFONE nous raconte l'histoire d'une naissance/renaissance, le déroulement d'une vie/non vie. "The Whisper Of Men" est le début des troubles pour l'être que nous suivons tout au long de l'album. "Truth Inside The Shades" est une prise de conscience, il comprend soudainement d'où proviennent ses troubles, ce qui ne fait que les renforcer. Il ne seront vaincus une première fois qu'à la fin de "Nilfheim (The Eyes That Hold the Edge)", lorsqu'enfin la solitude est brisée par la rencontre d'une autre entité du même titre. Toutefois le titre s'achève sur une partie au clavier incertaine, qui permet l'ouverture de "Atemporal Divinity", hymne à la vanité et aux aspects éphémères, durant lequel les voix hurlées supplient qu'on les extirpe. S'ensuivra une tentative pour s'élever au dessus des conditions périssables dans la seconde partie du morceau. Tentative qui s'achèvera à nouveau sur des claviers instables, qui permettront l'arrivée de "The Demise Of Oblivion". Le morceau est entièrement instrumental, les voix ont disparues. Il oscille en permanence entre des parties troublées et lumineuse. On remarquera même une courte incursion d'une guitare acoustique qui ne reviendra qu'à la fin du morceau. Le morceau s'achève en effet sur un riff triomphant qui sera repris par la guitare acoustique, après disparition des guitares saturées en fade out. Le trouble de l'affrontement laisse donc enfin place à un nouvel état d'équilibre et de bonheur, différent toutefois du premier. La boucle est bouclée.

On en vient donc à la seule question qui justifie l'écriture de ce commentaire : l'album est-il bon ? Et pour répondre à cette question, il faut répondre à celle-ci : PERSEFONE atteint-il son but avec cet album ? Le groupe exploite avec intelligence les différents éléments dont il a choisit de se doter, et parvient à provoquer à loisir répulsion et attraction. Toutefois, leur univers reste très particulier et hermétique à qui voudrait y entrer. Il vous faudra des heures d'efforts pour comprendre et apprécier l'album. PERSEFONE fait donc à la fois bien son travail, tout en le faisant mal (j'ai tendance à considérer qu'un bon musicien transmet ses idées aux néophytes sans qu'ils aient à produire d'efforts). "Truth Inside The Shades" serait donc un mauvais album, et pourtant pour peu qu'on lui laisse sa chance il devient fascinant. J'aime cet album (et donc je lui mets égoïstement une bonne note), ne serait-ce que pour "Nilfheim" qui, je pense, aborde l'amour avec le point de vue le plus original qui soit. Mais si vous souhaitez découvrir le groupe, je vous conseillerai plutôt un des albums suivants, dont la structure est un peu plus simple.





SINNER
TEQUILA SUICIDE


Le 08 Avril 2017 par DOGSAFFAIR


Inconcevable... Incompréhensible... Comment chroniquer ce disque sans faire la moindre référence à THIN LIZZY ???? C'est par tous ses pores que ce skeud transpire la bande à Lynott ! "Road To Hell", un hommage à BONFIRE ???? J'en suis tombé de ma chaise... C'est sans doute le titre le plus LIZZY du lot ; le mimétisme est si fort que l'on pourrait (presque) si laisser prendre. En fait, ce disque est plus LIZZY que tous ceux de BLACK STAR RIDERS. Faut-il pour autant en déduire qu'il est mauvais ? Pas de mon point de vue. Il est même très bon ! Diversifié, inspiré, plein de fougue et d'ondes positives, il est plus à prendre comme un (très) bel hommage à LIZZY que comme un honteux pompage. On zappera seulement quelques titres plus patauds ("House Of Rock", "Gyspy Rebels", "Loud And Clear"). Vous aimez THIN LIZZY, alors foncez sans réfléchir (et oubliez le dernier BLACK STAR RIDERS...).





TESLA
TWISTED WIRES & THE ACOUSTIC SESSIONS...


Le 08 Avril 2017 par LORDI2


Une grande déception à la découverte de cette compilation. Pourquoi me direz-vous ? Des titres du passé jouer en ballade, alors pourquoi pas ? Sauf qu'il y a un sérieux problème avec TESLA ! Nous savons tous que Jeff Keith est à la ramasse vocalement, qu'il galère fortement pour chanter correctement! Nous sommes très loin des prouesses du passé! Même les prestations vocales, des albums des années 2000 sont Supérieurs à cette compilation, je fais allusion à Into The Now" et "Forever More", la voix est bien meilleure sur ces albums ! Une catastrophe TESLA est à la ramasse et même les fans du groupe doivent le reconnaître ! Le bon TESLA est enterré depuis un moment! la faute à qui ? Pas aux musiciens de TESLA ! La faute au chanteur s'est uniquement de sa faute ! Il chante mal ! Soit Jeff Keith Ferme boutique pour de bon ! Ou alors il prend ses responsabilités pour se remettre réellement en question ! Merde alors ! "Into The Now" et "Forever More" sont meilleurs ! 1,5/5. Je suis un grand fan du groupe un fan déçu !





FIREWIND
IMMORTALS


Le 07 Avril 2017 par HELLSOLDIER


Superbe album pour ma part !
Un son monstrueux, un nouveau chanteur excellent au coffre impressionant, des mélodies et refrains imparables, bref, tout ce qu'il faut pour un très bon album.

J'ai immédiatement adhéré à "Hands Of Time" et son refrain surpuissant bien épique.
J'ai donc attendu la sorti de cet opus avec impatience.
Tous les morceaux sont bon, même la ballade, "Lady Of 1000 Sorrows" est magnifique. Le nouveau vocaliste fais transparaître énormément d'émotion.
J'adore également "War of Ages" qui passe en un court instant par plein d'ambiances différentes.
Idem pour "Warriors And Saints" gonflé à la double pédale garni d'un refrain majestueux avec de superbes harmonies vocales.

À noter également une somptueuse pochette, et un Gus G. il est vrai moins démonstratif qu'à l'accoutumée.

4,5/5.





RAINBOW
LONG LIVE ROCK'N ROLL


Le 06 Avril 2017 par BABAR


Le moins bon des "trois", clairement (pour ma part).
Le titre d'ouverture "Long Live Rock'N'Roll" est quand même furieusement bateau quand on le compare aux deux magistrales ouvertures précédentes. "L.A. Connection" c'est un peu le même registre, pour des tueurs pareils c'est du très moyen...
Heureusement qu'il y a des morceaux de la trempe de "Kill The King", au niveau du meilleur RAINBOW.
Et il y a aussi un titre dont la rythmique me fait penser à un "Are You Go My Way" de vous savez qui ! Un titre bien sympa aussi.
La pochette est magnifique, mais RAINBOW était vraiment capable de mieux question musique.
Ça reste quand même un objet historique, Blackmore et Dio ensemble ça se refuse pas !





WARDRUNA
RUNALJOD - RAGNAROK


Le 04 Avril 2017 par NARCHOST


Merci, merci, merci de faire enfin une chronique sur ce groupe ! Il y a presque 2 ans, j'ai, en vain, posté dans la boite à demande pour que soit chroniqué "Runaljod - Yggdrasil". J'ai attendu, puis j'ai perdu espoir !

Mais quelle surprise (et plaisir !) de voir "Ragnarok" en sélection ! Pour parler de l'album, comment ne pas être dithyrambique devant de telles ambiances, une telle maîtrise de A à Z. Un album à écouter dans certaines conditions. Physique et surtout mentales. Il suffit de se poser, d'entendre pour enfin arriver à vraiment écouter et capter cette merveille !

Pour illustrer mon commentaire, j'ai conseillé ce groupe à un gars qui ne connaissait pas. En entendant le mot "Viking", il m'a demandé si c'était comme Amon ? Il a écouté un morceau puis a bien rigolé...

Bref, je déteste parler d'élitisme, surtout en ce qui concerne la musique mais pour moi, cette œuvre et ce groupe se rapproche d'un PRIMORDIAL. Ce n'est pas donné à tout le monde ce genre de musique.

Mais bordel quand on maîtrise le truc c'est tout simplement indescriptible !


Par Nightfall In Metal Earth

On a débattu pendant longtemps de la place (ou non) de WARDRUNA sur le site. Nous créons désormais des ouvertures plus régulières sur les genres connexes, donc WARDRUNA était du coup assez évident. Il faut dire aussi que je désespérais de trouver un album à mettre en sélection pour 2016 aussi haha, donc c'était l'occasion.

Paganement,
Volthord





SIX FEET UNDER
BRINGER OF BLOOD


Le 04 Avril 2017 par DARKPOET


J'ai toujours trouvé que ce groupe était une grosse daube…
Deux accords et demi et des compos de débutants…
Consternant quand on compare avec les tueries de DISMEMBER, ENTOMBED (les 2 premiers), CANNIBAL CORPSE ("Gallery Of Suicide").





METALLICA
...AND JUSTICE FOR ALL


Le 04 Avril 2017 par DARKPOET


Pas fan du tout de METALLICA et ce dès le début, préférant l'orientation de SLAYER, et tout le Death scandinave. Par contre j'avoue me délecter des soli de Hammett sur cet opus. Il n'a d'ailleurs plus jamais eu ce niveau technique par la suite, il me semble. Certainement le plus sombre et expérimental du groupe. Je trouve perso qu'un peu plus de basse aurait servi l'affaire.





KREATOR
GODS OF VIOLENCE


Le 04 Avril 2017 par EROS


Je trouvais encore des excuses à METALLICA mais là c'est terminé, cet album les surpasse en tout point, inspiration, feeling, technique. On peut donc (vraiment) être un vieux groupe et encore faire de la bonne musique, avec une nouvelle direction musicale assumée.





ACCEPT
METAL HEART


Le 04 Avril 2017 par IRONGE_MAIDENT


J'ai fouillé mes disques et j'suis tombé sur "Metal Heart", un bel album.
Je ne lui trouve aucun titre faible.
Préférant de loin Udo pour sa voix, les albums récents d'ACCEPT me parlent peu.

4,5/5.





SVART CROWN
ABREACTION


Le 04 Avril 2017 par THüRPAL


Un album qui ne permet plus d'ignorer SVART CROWN ... Avant, comme Ludo le fait remarquer à juste titre, ça ressemblait à un BEHEMOTH que je trouvais plus lourd et moins accrocheur. C'est à présent devenu du black/death dissonant à la production originale et très réussie, qui laisse le temps à des "orchestrations" ethniques de grande qualité de s'installer ...

Évidemment il y a des titres plus courts et qui ressemblent du coup davantage à du ULCERATE (je pense à "Orgasmic Spiritual Ecstasy" évidemment, court, efficace et dévoilé en avant-première), mais ça n'empêche pas de trouver une homogénéité exemplaire à tout le skeud : tout y est cohérent, et si jamais quelque chose est déconcertant ou semble pas très habile, on comprend dans la seconde suivante le pourquoi du comment, sans qu'on nous guide pour autant !

Pour conclure, et contrairement au set auquel j'ai pu assister pour la tournée de début d'année avec BENIGHTED (long, plutôt chiant alors que je connaissais les titres et que j'apprécie grandement le groupe, mais surtout beaucoup trop intimiste et "profond" dans une soirée BLOOD AGES-FLESHDOLL-BENIGHTED), le groupe signe ici à mon avis son album le plus réussi, le plus ambitieux sans doute, mais aussi le plus intransigeant.


Par Nightfall In Metal Earth

Salut, ta dernière phrase n'était pas finie, j'ai édité en conséquence.

A plus !
Volthord





KREATOR
GODS OF VIOLENCE


Le 04 Avril 2017 par VINCENT

On pourra dire ce qu'on veut, mais KREATOR sait choisir ses designers pour les artworks. Ils ont les plus belles pochettes du Metal et celle-ci ne fait pas défaut. Salut à tous.





SVART CROWN
ABREACTION


Le 03 Avril 2017 par LUDOVIC


La chronique ne veut absolument rien dire, faudrait quand même faire un effort des fois, ici c'est juste un déballage de métaphores avec zéro fond et aucune remarque sur l'évolution du groupe (pas une seule allusion à la thématique vaudou abordée alors que c'est ce qui fait la grande force et personnalité de cet album, franchement !).

Sinon pour parler de l'album c'est pour moi le meilleur de SVART CROWN, ayant une ambiance à lui, bien plus rouge et moite que les précédents que je trouvais trop proches d'une sorte de BEHEMOTH malade. Tous les passages instrumentaux et ajouts ethniques sont incroyablement pertinents et on ne perd jamais la violence et la noirceur caractéristiques de nos Niçois. L'une des étoiles montantes Française qui le mérite le plus, avec RLHT et leur splendide dernier album (à quand la chronique d'ailleurs ?).


Par Nightfall In Metal Earth

Nous disons la même chose sur cet album, de manière différente. Et bon, vaudou ou pas, la musique est ce qui prime. Elle déclenche chez moi des images très fortes et non, ce n'est pas la première ni la dernière fois que les métaphores se pointent naturellement. Alors Ludo, ne te fâche pas pour rien.

Métalliquement
MEFISTO





GHOST
POPESTAR


Le 03 Avril 2017 par POPOMAN


1/5, juste pour "Square Hammer", même si c'est pop, les arrangements sont terriblement bien fait, pourtant, je n'aime pas "Meliora". Les reprises par contre, ça vaut même pas une deuxième écoute...





BLACK SABBATH
THE ETERNAL IDOL


Le 03 Avril 2017 par DADA

Un album que je ne peux noter. Déjà, parce que ce son des années 80, je ne le supporte plus, mais les compos sont tout de même de qualité. Martin à beau être un excellent chanteur, je lui préfère tout de même beaucoup les versions de Ray Gillen... Bref, trouvez la version de l'album avec les démos !!





ACCEPT
RESTLESS AND LIVE


Le 03 Avril 2017 par SOMEWHERE


Grand fan d'ACCEPT, je suis moyennement convaincu par ce Live.
Je serai même plus sévère que le chroniqueur.
Je trouve Mark Tornillo très à la peine, incapable de monter et tenir les aigus. Fatigue de fin de tournée ?
Les guitares sont sous mixées : elles manquent de mordant, de cette agressivité si caractéristique du groupe.
Pour les avoir vu Live lors de cette tournée, ce disque ne leur rend pas justice ! Ils sont bien bien meilleurs en vrai ! Loin, très loin devant ce skeud.
Le dvd live proposé en bonus de leur dernier album studio (à ce jour) "Blind Rage" est bien meilleur, je dirai même parfait : il y a tout ACCEPT que l'on aime dans cette édition. A préférer à mon avis.
ACCEPT reste cependant un grand du Metal.
Allez, un 3/5 un peu surévalué, mais parce que je les adore.





BLACK SABBATH
THE ETERNAL IDOL


Le 01 Avril 2017 par PILGRIMWEN

De la saga Tony Martin, l'opus "Eternal Idol" est celui pour lequel j'ai un mal de chien à donner un avis tranché... Sur ce disque, je ressens un malaise. Celui d'un chanteur à qui l'album n'était pas destiné... Tony Martin, loin de se vautrer lors de sa prestation (au contraire), me semble éprouver des difficultés à s'approprier les compositions. À l'origine, le micro était tenu par Ray Gillen, il existe d'ailleurs une édition spéciale regroupant le produit final en compagnie de Tony Martin couplé aux démos en compagnie de Ray Gillen. Tony Martin se donne donc un mal fou pour convaincre de sa légitimité au sein de la bande !

"Eternal Idol", le moins bon, nullement une catastrophe. Tony Martin fut mis devant le fait accompli, ne lui restait plus qu'à se dépatouiller avec l'ébauche de Ray Gillen...







Commentaires :  1 ...<<...<... 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 ...>...>>... 2057






1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod