Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ...>...>>... 2322
Comment poster un commentaire ?


WILDERUN
VEIL OF IMAGINATION


Le 23 Décembre 2019 par THORPEDO

Clansman, tu es plutôt apprécié ici (même si tu fais tout pour renier cet amour du Metal !) mais selon moi, tu perds ton temps en te battant contre ça.
En bref, ce combat est totalement inutile.

Tout d'abord, je ne crois pas que les "défenseurs" du Metal considèrent réellement cette musique comme l'égale du Classique. Ou du Jazz, autre style considéré élitiste par excellence.
Qu'on le veuille ou non, le Metal est un style Pop, peut-être moins Pop que d'autres, dans le sens où il ne bénéficie pas de la même couverture médiatique et qu'il peut parfois être relativement technique (ou rebutant) pour le très grand public, mais pas plus, ou pas beaucoup plus parce que j'ai quand même envie de le défendre.

Ensuite, on s'en fout un peu de savoir ce que jouerait aujourd'hui BEETHOVEN ou VIVALDI, non?
Cela n'a pas beaucoup de sens de toute façon.
Qui nous dit qu'ils ne feraient pas du Rap ou de la Techno ?
Ou plus simplement de la Musique Classique !
On ressort cet argument pour se gratter dans le sens du poil mais je ne crois pas qu'on le prenne trop au sérieux.
D'une certaine manière, vouloir associer le Metal au Classique, c'est reconnaître la grandeur du Classique, non ?

Je crois surtout que chacun défend sa paroisse et que l'élitiste fan de Classique ou de Jazz, l'adepte du "son" (que je n'aime pas cette expression !) électronique, etc n'est pas meilleur que le die-hard metalleux qui fait des signes bizarres avec ses doigts tout en se secouant fortement la tête !

Sur FP, j'ai répondu à un commentaire que j'ai trouvé particulièrement idiot sur "The Piper At The Gates Of Dawn", qui montre assez bien à quel point l'ouverture d'esprit et les jugements hâtifs que l'on reproche souvent à cette communauté sont tout autant présents chez les pseudos élites de la musique, si jamais cela a un sens...
Pour moi, le terme "élite" quand on parle de musique ne veut rien dire mais ce n'est que mon humble avis.

Soit dit en passant, même si l'association Classique/Metal peut parfois être maladroite, voire l'est totalement, il ne me semble jamais avoir lu ou entendu qu'un artiste Metal se prenait pour le nouveau Mozart...
Le Metal, plus qu'un style, c'est une multitude de styles... mais c'est surtout un son, un gros son même, que l'on combine avec des éléments empruntés ci ou là, et donc parfois au classique, sans pour autant en être.
Cela me semble assez clair.

Pour autant, la plupart des gars qui utilisent des éléments "classiques" dans leur Metal ont été formés au Classique. Ils en écoutent et l'aiment.
Je vois plus cela comme une tentative de "colorer" leur Metal que de se proclamer comme compositeur de musique Classique.
Prends-le comme un hommage. Plus ou moins heureux mais hommage tout de même.

Enfin et surtout, je te conseille fortement d'écouter cet album, il est vraiment magnifique.
Un des albums de 2019 à n'en pas douter et ce tous styles confondus !

Amicalement,

PS : dans la section commentaires, que ce soit sur FP ou Nightfall, je cherche souvent les tiens parce que je les trouve toujours très intéressants à lire, que je sois d'accord avec toi ou pas.





IRON MAIDEN
POWERSLAVE


Le 23 Décembre 2019 par FRED

@Fightitback
… Hé bien... Vu que cela fait… Plus de trente-cinq ans, tu me permettras d'avoir commis ce petit impair : cela devait être précisément en juillet 1985 ! J'étais en vacances en Normandie, et je me souviens avoir attrapé un sacré coup de soleil sur les cuisses (il faisait très chaud cette année-là, même là-bas)… J'étais en VVF avec mes parents… On avait fait les plages du débarquement ("Aces High" !), et l'ambiance était, météorologiquement, raccord avec une ambiance égyptienne et le bleu dominant de la pochette !!! Voilà, comme ça tu sauras tout !
Fondamentalement, cela ne change pas grand chose : c'est un album qui a marqué énormément les Hardos de l'époque, comme le supposait, fort à raison, Clansman 57 : écouter ça pour la première fois, c'était hallucinant !
C'est quoi, un Hardos, monsieur ? Non, non, ce n'est pas un acteur de film cochon…





IRON MAIDEN
POWERSLAVE


Le 23 Décembre 2019 par FIGHTITBACK


@ FRED-Y-ZEHED tu n'as pas pu l'écouter tout l'été (fin Juin à fin Septembre) l'album étant sorti à...la rentrée '84 !





WILDERUN
VEIL OF IMAGINATION


Le 23 Décembre 2019 par CLANSMAN57

Je cite:

« Si les grands compositeurs classiques vivaient aujourd'hui, ils joueraient sûrement du Metal ».

Qui n'a pas entendu cette tirade, ce cliché, qui se faufile par monts et par vaux, craché de la bouche des défenseurs de notre Metal adoré aux quatre coins de la planète à la gueule de ses détracteurs ? Ces connards qui n'ont jamais entendu les plus grands concepteurs métalliques au faîte de leur gloire. Ces connards qui n'ont jamais ouï le génie explosif d'un groupe extrême, qui donne absolument tout ce qu'il a dans les tripes pour vous bouleverser jusque dans la plus infime micro cellule de votre être ?

Comme WILDERUN arrive à le faire, sans grande surprise pour quiconque a dégusté son précédent album, avec le bien nommé "Veil Of Imagination". WILDERUN qui, dans son style bigarré d'où fusent les épithètes épique, ambiancé et romantique, incarne la démesure et la puissance de tout bon compositeur classique de renom.

Je réagis, le plus brièvement possible:
A chacun ses délires, mais à l'inverse, on ne lira/entendra jamais un véritable connaisseur en Musique Classique tenir de tels propos.
Pour eux, le Metal, c'est du bruit et la composition alambiquée de certains, c'est du bricolage coq à l'âne.
Je comprends de moins en moins bien ce type de comparaison, mais bon, pourquoi pas, tous les fantasmes sont dans la nature dirons nous.
Ces "connards" ont sans doute passé l'âge, c'est peut-être pour ça qu'ils ne comprennent pas.
Le jour où un groupe de Metal sera signé chez "Deutsche Grammophon", "Decca" ou autres "BMG Classics", ces pauvres "connards" auront enfin compris.
C'est qu'ils sont vieux et lents à la détente avec ça.
Et si fermés d'esprit à une époque où l'ouverture d'esprit devient... vraiment n'importe quoi.

Cordialement.


Par Nightfall In Metal Earth

C'est ce que je voulais, vous faire réagir ! Bon argumentaire !

Allez écouter l'album maintenant !

Mefisto





PRETTY MAIDS
UNDRESS YOUR MADNESS


Le 22 Décembre 2019 par DESTROYER

Je vais faire mon vieux grincheux mais lorsque l'on me parle de PRETTY MAIDS, dans ma tête résonne l'excellent album "Red Hot And Heavy".
Ce nouvel album c'est pratiquement de la Pop.
Je m'abstiendrai donc de mettre une note.





HEAVEN & HELL
LIVE FROM RADIO CITY MUSIC HALL


Le 22 Décembre 2019 par MEGIDDO


LE concert DVD à posséder d'urgence. C'est simple, personne n'a fait mieux depuis. Le talent à l'état pur. Les quatre protagonistes qu'on ne présente plus produisent une prestation comme on n'en fait plus. Respect.





AVATARIUM
AVATARIUM


Le 22 Décembre 2019 par MEGIDDO


Un projet de proposé par Leif Edling est déjà en soit un gage de qualité. Là où on n'attend pas le gars, c'est un groupe de Doom avec une chanteuse : Jennie-Ann Smith. Et quelle chanteuse ! On s'informe un peu et on apprend très vite que la belle Suédoise est la femme de Marcus Jidell, le génial, je dis bien génial, axeman du groupe nouvellement formé.

Le concept proposé oscille entre BLACK SABBATH, forcément CANDLEMASS, RAINBOW et pas mal de touches psyché et progressives à la seventies. C'est du brut, du live in studio. Toute la réussite d'AVATARIUM tient dans la relation du couple précité : la légèreté de Jennie-Ann balance très bien avec la lourdeur des riffs de guitares ultra Doom. Attention, nous ne parlons pas ici de Stoner, ce genre ultra-barbant à la mode bourré de clichés énervants cachant un pompage à peine assumé. Il s'agit au contraire d'une nouvelle approche laissant une part belle à la recherche de mélodies et d'arrangements soignés. Mme Smith prouvera aussi sur scène que le talent est bien là, son attitude "no Metal" ajoutant au côté rafraîchissant. Pas de Doom Dance à la Messiah Marcolin (que j'adore) mais de la féminité et de la spontanéité. Marcus Jidell reste LA grande révélation en tant que musicien ; bien que très inspiré des Maitres Iommi et Blackmore, il produit un jeu subtil et de très haute qualité. De plus, il nous balance un des meilleurs solos de guitare de la décennie sur la fin du génialissime "Lady In The Lamp", qui vaut à lui seul l'achat de l'album.
La critique montre que Canard WC a loupé son approche et est passé à coté de quelque chose mais rien n'est perdu, leur dernier album vient de sortir et est un Chef D’œuvre.





WHITESNAKE
GOOD TO BE BAD


Le 22 Décembre 2019 par MEGIDDO


N'ayant accès à Internet qu'à la fin 2006, c'est avec surprise que j'apprenais que WHITESNAKE se reformait... enfin c'est beaucoup dire car seul Coverdale est de la partie, pas de John Sykes, pas de Neil Murray et encore moins de Marsden ou Moody avec lequel DC est fâché depuis des lustres. Le légendaire Tommy Aldridge n'ayant pas fait partie du Snake version Blues et est rentré dans le line-up qu'à partir de la tournée de 1987. Rien que les photos de ce groupe me donnaient la chiasse.
Étant fan du groupe jusqu'à la sortie de "1987" car j'adore John Sykes, je me suis donc précipité pour écouter les quatre titres studio du Live... "In The Shadow Of The Blues". Verdict : très bons titres, plein de promesses pour la suite. L'effet de surprise, sans doute.
De plus, la parution de DVD "Live In The Still Of The Night" me conforte dans le fait que le groupe revient en forme. Le "Burn" en introduction est un must "Ladies and gentlemen, won't you please welcome the great Marco Mendoza!!!" . Quelle claque. Doug Aldrich fait de l'excellent boulot mais on constate rapidemment, après que l'émotion se soit quelque peu estompée, qu'on a affaire à un (très bon) ersatz de Sykes : blond équipé d'une Les Paul noire, même profil pour celui qui l'a remplacé, la chemise blanche et la veste noire en plus.
C'est donc avec envie que j'achète ce "Good To Be Bad". Regret immédiat Après la première écoute et les suivantes. Que c'est mauvais ! Production insipide, titres ultra-chiants, refrains de merde, chœurs écœurants à l'extrême. On comprendrait pourquoi dès les premiers concerts, Coverdale ayant sa voix définitivement cramée, du coup, tout le monde chante sur scène, y compris en backstage. Lamentable duperie.
Rien que les titres des pistes sont ringards au possible avant même de les avoir écouté. Seuls les SCORPIONS étaient capables de relever le challenge du genre.
Conclusion, WHITESNAKE première époque, c'est mort et enterré, WHITESNAKE époque 1985/1987 est impossible sans le grand Sykes.

Ce groupe est mort.





STYX
PARADISE THEATER


Le 22 Décembre 2019 par JIPE CHERBOURG


Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme bêtises !!!
Je cite "STYX est un groupe qui est né à la même époque que ses éminents confrères JOURNEY et BOSTON, c’est à dire durant les 70’s".
Faux et archi faux. STYX est né en 1972 alors que les JOURNEY et BOSTON sont bien antérieurs.
Ensuite : les 70s... Tu as quel âge, gamin, pour écrire un truc pareil ? La décennie (qui entre parenthèses a débuté en 1967 et s'est terminée en 1977 avec l'arrivée du Punk) ne se résume pas au Rock FM. Elle était beaucoup plus riche que cela.
Enfin, comparer JORNEY, BOSTON et STYX... N'importe quoi. STYX est une autre facette du Rock Progressif à tendance Hard que les US nous ont apporté. Le chroniqueur aurait comparé à KANSAS, j'aurais dit OK, mais là, c'est du n'importe quoi. Avant d'écrire une chronique sur un album des années 70, il faut au moins connaître la période sus-nommée et se remettre dans le contexte. Ca évite d'écrire des bêtises.

Quant à l'album : 4,5/5 arrondi à 4 parce qu'il me semble difficile de lui mettre 5.


Par Nightfall In Metal Earth

C'est bien véhément pour quelque chose de si peu d'importance non ?

Les premiers JOURNEY et BOSTON étant de 75 et 76 respectivement, on est plutôt dans le vrai non ? Je ne comprends pas ton délire qui réduit la décennie au Rock FM, jamais Mulkonthebeach (qui a un physique de rêve, mais approche les cinquante berges tout de même) n'a dit cela.

Cordialement,

Jeff Kanji





PRETTY MAIDS
UNDRESS YOUR MADNESS


Le 22 Décembre 2019 par STEPHEN PAGE


On a la classe ou on ne l'a pas...
Manifestement PRETTY MAIDS fait partie de la première catégorie.
Depuis presque 40ans, ce groupe distille des albums de haute volée comme Jésus jadis distribuait les pains.
Serait-ce le chant du cygne qu'il n'y aurait pas à rougir.
Cet album transpire la classe par tous les pores.
Contrairement à la chronique je trouve que Ronnie Atkins n'a jamais aussi bien chanté, sa voix se veut plus rocailleuse, plus usée, plus travaillée... Ses dernières participations à divers projets extérieurs semblent avoir galvanisé cet exceptionnel chanteur.
J'ai toujours préféré la facette agressive de PM, les morceaux "If You want peace", le title track, "Slavedriver" sont des tueries.
Je trouve en plus l'apport de Chris Laney très intéressant, surtout au niveau des chœurs. Quant à Ken Hammer, en plus d'être un excellent compositeur, il distille depuis des années de très très bonnes parties de guitare, toujours la bonne note quand il faut, juste assez afin de ne pas être trop démonstratif.
Rajoutons à cela une production béton de chez béton et vous obtiendrez un album en tout point remarquable. Si je ne mets pas 5 étoiles c'est qu'il manque pour moi ce petit morceau Speed qui déchire tout et qui sur cet album me manque (genre Cielo Drive ou Pandémonium).
Il n'y a plus qu'à espérer que Ronnie terrasse ce putain de crabe et que le groupe puisse défendre ce très bon album sur les planches. Un bon 4,5 sur 5.






SUNN O)))
Black One


Le 22 Décembre 2019 par BORIS LE BORGNE


Bande-son idéale pour le plus noir des solstices d'hiver.

Enfin, rien que pour l'impérial et écrasant "Cursed Realms (of the Winterdemons)", ce disque vaut sa lourde peine.





IRON MAIDEN
POWERSLAVE


Le 22 Décembre 2019 par MEGIDDO


Après des années à ne pas l'avoir ré-écouté et la lecture de cette critique, je ne m'y fait décidément pas. On est loin , très loin de la trilogie orginelle. La baisse de qualité de l'écriture amorcée depuis "Piece Of Mind" se poursuit ici. "Aces High", "Two Minutes To Mignight" et "Back In The Village" sont les moments forts , le reste est ennuyeux , voire soporifique comme le dernier à rallonge .
Les raisons principales de cette chute artistique trouvent leurs origines dans le jeu Nicko MacBrain (très bon batteur mais mauvais remplaçant de Clive Burr), des titres inégaux dont certains n'ont aucune accroche, une production plate, un chant de Bruce n'évoluant pas assez dans tous ses registres pourtant si incroyables .
Dieu merci, ils l'auront compris et se réinventeront de belle manière avec les excellents "Somewhere In Time" et "Seventh Son of The Seventh Son" (excepté le faible titre "Can I Play With Madness") pour replonger dans le milieu de gamme avec les 4 albums suivants.





IRON MAIDEN
THE FINAL FRONTIER


Le 22 Décembre 2019 par ZEPEKENIO


Après un "A Matter ..." poussif, qu'espérer d'IRON MAIDEN ?
Un groupe qui en 2010 avait déjà sorti son premier album il y a trente ans n'était-il pas, tel un brillant joueur de foot rattrapé par l'âge et les blessures, condamné à un déclin inéluctable ?

On accueille donc à sa sortie, ce "Final Frontier" avec un certain scepticisme.

Pourtant, le vieil homme bouge encore dès ce titre éponyme séduisant et à l'intro novatrice.

La suite, malgré certaines facilités, ("El Dorado"), ratés ("Alchemist" ignoble) ou balourdises (le dernier titre boursouflé) s'écoute avec un plaisir certain.

L'émotion, si absente sur son glacial prédécesseur, est palpable ("Mother Of Mercy") voire exacerbée sur le magnifique et groovy "Starblind", le cœur de "The Man Who Would Be King" est franchement savoureux et aérien.
"The Talisman", s'il louche franchement vers son aîné "Ghost Of The Navigator" est bien consistant. "Coming Home", s'il n'atteint pas la classe inimitable du préhistorique "Children Of The Damned" nous réconcilie avec la Power ballade sauce MAIDEN massacrée quatre ans plus tôt avec l'arnaque "Out Of The Shadows" et on tape du pied sans forcer.

Un album plaisant pour nos grands pères du Heavy Metal. Attention, on ne va pas aller jusqu'à le comparer aux références des années 1980, il en est loin mais n'est-ce pas logique ?

3 étoiles méritées pour ce "Final Frontier" attachant.
Par contre, cette pochette est bien moche...





MARILYN MANSON
HOLY WOOD (IN THE SHADOW OF THE VALLEY OF DEATH)


Le 22 Décembre 2019 par VALEK


"Holy Wood" n’est pas l’album parfait mentionné dans les critiques. Il a bien sûr son lot de mauvaises chansons aussi. Je dirai que "Holy Wood" est plus sombre que "Mechanical Animals". Mes titres préférés : "Disposable Teens", "Target Audience", "President Dead", "In The Shadow Of The Valley Of Death", "Cruci-Fiction In Space", "A Place In The Dirt", "The Nobodies", The Death Song", "Lamb Of God", "Coma Black A", "Valentine’s Day", "The Fall Of Adam".





NEVERMORE
DEAD HEART IN A DEAD WORLD


Le 22 Décembre 2019 par PILGRIMWEN

Il m'a fallu plusieurs tentatives pour apprécier pleinement NEVERMORE. Je considère l'album "Dead Heart In A Dead World" comme une belle porte d'entrée, si vous souhaitez vous frotter à la bête. Une ambiance particulière se dégage de ce disque : nous nageons en eaux Hard, Heavy, Doom, Thrash, Groove, presque Death (je reste hésitant quant à cette dernière étiquette). A mon sens, NEVERMORE se résume comme un QUEENSRYCHE plombé, poussant le curseur bien plus loin. Cette comparaison n'engage que moi, bien entendu. Libre à vous d'y adhérer ou non.

NEVERMORE est la preuve que les années 90 ont été une période riche, variée en territoire Rock, Hard Rock et Metal. Encore faut-il passer outre les préjugés, car ceux-ci sont tenaces !

Et l'opus "Dead Heart In A Dead World" est la preuve qu'au delà du bug de l'an 2000, il y a aussi de bien belles pièces musicales à découvrir dans cette décennie.

Ma note (parce que le lectorat kiffe les notes ! Sans les notes, nous sombrons !) : intrigante et délicieuse oeuvre/5





VENOM INC.
AVé


Le 22 Décembre 2019 par MEGIDDO


Un album si inattendu autant dans sa conception que dans sa qualité. Petit Flashback :
Le génial Mantas retrouve Tony Dolan et Antton, frère de Cronos, fraîchement débarqué de VENOM pour lancer son nouveau projet initialement nommé "Prime Evil", du nom de premier album de VENOM avec Dolan à la place de Cronos. On sait depuis qu'Antton avait pris la place d'Abaddon pour des raisons de qualité technique, Abaddon n'avait pas le niveau requis pour exécuter correctement les parties de batterie nécessaires aux nouvelles compositions de "Resurrection" en 2000. Dixit Mantas.
Mais, pas de bol, une autre combo évolue déjà sous ce patronyme ce qui provoque ce jeu de lettres malin aboutissant à "M-Pire of Evil".
Un premier EP de bonne facture essentiellement composé de covers est proposé, rapidement suivi par l' album "Hell To The Holy" en 2012. Très bon mais pas excellent. Antton lâche l' affaire pour être remplacé par le batteur d' ACID REIGN. L'affiche est déjà un peu moins belle.
Et là surprise, Abaddon rentre dans le line-up et change le nom de groupe pour devenir VENOM INC. en reprenant les caractères du logo de "Welcome To Hell", le batteur étant le créateur de l'oeuvre d'art. De son côté, Cronos monte en pression !
"Ave" est simplement énorme. La qualité de "Prime Evil" est là avec le son actuel. Dolan fait un boulot sans complexe et sans craindre les comparaisons, à juste titre. Le son est juste en adéquation avec ce qu'est le groupe : dantesque.
Plus surprenant, les prouesses d'Abaddon laissent pantois compte-tenu des remarques de Mantas des années auparavant... Qui s’avéreront renouvelées il y a encore quelques semaines suite à la démission dans la douleur, une fois de plus, du batteur devenu père.
Ils vont mettre des mois à annoncer son départ du fait d'une position plus que floue sur son implication dans le groupe. Mantas et Dolan trancheront une bonne fois pour toutes.
Malgré toutes ces péripéties qui rajoutent encore un peu plus à la légende sulfureuse de VENOM en général, il reste un album qui reste l'un des préférés de Mantas, avec "Prime Evil" et "Black Metal". Même avis que notre revenant favori, après son aller-retour dans l'anti-chambre de la grande faucheuse au Portugal l'année dernière.





IRON MAIDEN
POWERSLAVE


Le 22 Décembre 2019 par FRED-Y-ZEHED


La meilleure production de Martin Birch ? Quel son, le meilleur de MAIDEN, avec "Killers" : plus jamais MAIDEN ne sonnera aussi bien.
Jamais les guitares du groupe n'ont été aussi travaillées (cf. le pont du pourtant très moyen et lourdingue "Powerslave" : une merveille !), jamais nos deux duellistes ne feront aussi bien ! Ca tricote comme jamais, et MAIDEN n'a jamais autant mérité son surnom de "WISHBONE ASH du Hard". D'ailleurs, cf. "Rime", c'est dingue comme Harris (enfin Maiden, quoi…) est influencé par la musique du milieu des 70's : GENESIS ("Foxtrot"), JETHRO TULL, LED ZEPPELIN III (le côté acoustique de certains ponts et la recherche d'une certaine complexité dans les changements de rythmes et les ambiances…).
La basse de Steve est également impériale: ces lignes de basse : la leçon !!! C'est aussi ce qui fait l'originalité de MAIDEN, ces morceaux construits autour d'une ligne de basse (le groupe est moins original lorsque Bruce et Adrien composent : les très moyens "Back In The Village" et "Powerslave", ou le (trop?) classique "Two Minutes", très bon pour ma part, nonobstant).
Dickinson, néanmoins, retombe dans ses travers habituels: il privilégie les suraigus pour montrer combien il est technique… mais oui, Bruce, c'est toi le meilleur (si tu veux, on va pas te contrarier… mais regarde la classe de Rob sur scène, alors que toi tu cours partout comme un épileptique complètement zinzin… le truc, on l'a ou on l'a pas, c'est comme ça…). Bruce, ou la Lara Fabian du Hard… avec toujours cette tessiture dénuée du moindre feeling, de la moindre chaleur : comme je regrette le timbre chaud de Paul !
Malgré une cohésion impressionnante et une hausse certaine du niveau technique du groupe, l'album est néanmoins une déception par rapport à son prédécesseur, en ce qu'il ne contient que deux morceaux vraiment forts, l'épique et alambiqué "Rime" et l'efficace, quoique très classique dans sa construction, "Two Minutes…". plus le pont de "Powerslave", allez !
Le reste est plus anecdotique, malgré une montée en puissance évidente de l'agressivité globale comparé à "Piece Of Mind" : c'est l'époque qui veut ça, le Thrash naissant pousse hélas certains groupes à en faire un peu trop au niveau énergie, à mon goût...
Sinon, j'aime bien également l'harissien "Lost For Words" (big horror) - transcription en anglais d'Oxford, vous aurez sans doute compris pourquoi en lisant ma traduction, l'horreur n'étant ici pas vraiment une réalité en ce qui me concerne… même si on est désormais très loin de l'efficacité instinctive d'un "Gengis Kahn" ("Killers") !
Mon opinion rejoint d'ailleurs globalement celle de Steve Harris "himself" : "un peu moins efficace", "4 morceaux très forts, le reste plus anecdotique" (je vous laisse deviner quels sont les 4 morceaux en question : devinette !). "quatre très bonnes compositions", donc, le reste étant qualifié de "JE N'EN DIRAIS PAS AUTANT DES AUTRES". Merci Steve. Je n'aurais pas dit mieux, seulement un peu moins bien.
Un bon album, de toute manière, bien au dessus du niveau moyen en cette pourtant prolifique année 84... et puis, j'ai passé tout l'été 84 à l'écouter, ce sacré disque… en K7, dans la voiture de mes pauvres parents... nostalgie ! Donc… j'en tiens compte dans la note ! C'est le point bonus "Madeleine de Proust" : 3+1=4 ! Parce que ça le faisait, MAIDEN, franchement… ça le fait toujours, d'ailleurs…







WARNING
1


Le 21 Décembre 2019 par VALEK


WARNING est mon grand coup de cœur de la scène Heavy Metal française. C’est sans doute la meilleure formation de ses années 80. Mes titres préférés : "Tel Que Tu L'Imaginais", "Satan Relaps", "Going To U.S.A", "Ciné Regard", "Le Casse", "New Look". Il est dommage de constater que l’oeuvre soit si difficile à trouver et que son succès reste underground : quelle injustice.





MEGADETH
PEACE SELLS ... BUT WHO'S BUYING?


Le 20 Décembre 2019 par BORIS LE BORGNE


La hargne pure et techniquement maîtrisée : voilà ce qu'est cet album (et le MEGADETH de la grande époque en général).

Au dessus de METALLICA sans problème, mais en dessous de Slayer quand même.





DANKO JONES
WE SWEAT BLOOD


Le 20 Décembre 2019 par VALEK


Nous sommes dans la période dorée de DANKO JONES. Le son et la production sont impeccables. Les guitares sont mises en avant et ce Rock’N'Roll casse la baraque. Mes titres préférés : "Forget My Name", "Dance", "I Want You", "Wait A Minute", "Strut", "Hot Damn Woman", "The Gross", "Love Travelling", "We Sweat Blood". Il ne sera pas aussi bon que le chef d’oeuvre "Sleep Is The Enemy".







Commentaires :  1 ...<<...<... 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ...>...>>... 2322






1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod