Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Motorowl, Inglorious, Voodoo Circle, Sunstorm
- Membre : Rainbow, Black Sabbath, David Coverdale, Black Country Communion, Joe Lynn Turner , Yngwie Malmsteen , Whitesnake, Glenn Hughes , Gillan, Blackmore's Night, Ian Gillan Band, Brazen Abbot, Kansas
- Style + Membre : Msg, Coverdale - Page
 

 The Highway Star (9131)
 The Deep Purple Appreciation Society (2196)
 Site Français (3255)
 Site Officiel (1841)

DEEP PURPLE - Fireball (1971)
Par THE BLUE OYSTER le 19 Décembre 2007          Consultée 12852 fois

Après la tornade que fut "In Rock", album mythique marquant la vrai naissance du Hard Rock (LED ZEPPELIN posant les bases une année plus tôt), le Pourpre se doit de lui enregistrer un successeur digne de ce nom, chose très difficile après un tel monstre mais DEEP PURPLE rentre en studio en janvier 1971. Deux mois avant l'enregistrement, le groupe prépare ses nouveaux morceaux dans un manoir où l'ambiance ne sera pas des meilleures pour composer. Seul un titre sera retenu sur l'album (il s'agit de "The Mule") et un autre servira de single : "Prostitute", titre qui deviendra "Strange Kind of Woman", qui est à "Fireball" ce que "Black Night" est à "In Rock" c'est à dire une œuvre imparable qui sera jouée quasi-systématiquement en concert. Pendant que ce nouveau single marche à merveille, le groupe compose, jusqu'en mars, des morceaux entre deux concerts et l'album "Fireball" sort en Septembre.

Celui-ci est bien différent par rapport à son gigantesque prédécesseur. "In Rock" porte bien son nom, ce successeur se veut bien moins agressif et moins brut, c'est surtout le plus bizarre du groupe ... Ou plutôt le moins conventionnel, les membres laissant place à beaucoup d'expérimentations. "The Mule" est l'exemple type du morceau d'expérimentation, il sonne légèrement psychédélique avec ses claviers et Ian Paice à la batterie s'éclate littéralement (ce titre sera utilisé pour y placer son solo sur la tournée de 1972 et notamment sur l'énormissime "Made In Japan"). Album peut être moins hard, tout de même ouvert par un bon hard rock énergique mais qui ne manque pas de subtilité : sur le titre éponyme "Fireball", on perçoit un bruit de soufflerie puis la batterie se lance et ça part sur les chapeaux de roue. Les riffs sont puissants et la voix de Gillan énervée. Au premier titre, on peut s'attendre à un album ressemblant à son grand frère mais que nenni ! Ici, on s'oriente peut être vers du "moins efficace" mais de façon subtile. "Anyone's Daughter" ,la composition la moins hard de l'album, est une réussite: elle reste toujours posée et on l'écoute sans lassitude tant elle est agréable. La douceur des notes de Blackmore et du clavier de Lord est envoutante.

LE chef d'œuvre de l'album est incontestablement "Fools", une perle mêlant puissance et ambiances planantes, le tout concentré dans une émotion forte. Une intro à l'orgue d'un calme accentué par la voix de l'habituel hurleur réglée sur un ton suave débute tranquillement le morceau ... Qui explose et devient un son brut. Le chant de Gillan devient agressif (à noter que sur ce morceau, il fait preuve d'une articulation parfaite et bien accentuée). S'ensuit des expérimentations guitare/clavier plutôt convaincantes et assez posées, par la suite le morceau peut re-exploser de nouveau. Sublime.

L'album recèle donc un bon nombre de réussites mais pas avec un niveau de fraicheur aussi important qu'un "In Rock" ou d'un "Machine Head". Les titres se veulent plus travaillés et par conséquent moins spontanés. Le titre "No No No" est efficace mais traine rapidement en longueur, devient répétitif (une version plus courte aurait été de mise).

Fireball est donc un des albums les plus sous estimés du Pourpre: il est une preuve de l'inspiration énorme du groupe mais son côté expérimentation, son côté moins agressif que son prédécesseur et son successeur vont déplaire aux critiques (mais pas forcément au public, l'album est le premier du groupe à se classer premier dans les charts). Le cul coincé entre deux monstres mythiques dans l'histoire du rock, Fireball a donc peiné pour se faire une place mais cet album est reconnu aujourd'hui comme étant un des plus réussis du groupe et ça c'est une bonne chose ! Bien qu'en dessous des deux albums colossaux de la MkII, il en vaut vraiment la peine.

A lire aussi en HARD ROCK par THE BLUE OYSTER :


RUSH
Fly By Night (1975)
Réussite avec l'arrivée de Neil Peart




ALCOHSONIC
Songs From The Delirium Tremens World (2009)
Le monde délirant des Français d'ALCOHSONIC


Marquez et partagez




 
   THE BLUE OYSTER

 
   DARK BEAGLE
   DARK SCHNEIDER

 
   (3 chroniques)



- Ian Gillian (chant)
- Ritchie Blackmore (guitare)
- Jon Lord (clavier)
- Roger Glover (basse)
- Ian Paice (batterie)


1. Fireball
2. No No No
3. Demon's Eye
4. Anyone's Daughter
5. The Mule
6. Fools
7. No One Came



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod