Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (13)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Motorowl, Inglorious, Voodoo Circle, Sunstorm
- Membre : Rainbow, Black Sabbath, David Coverdale, Black Country Communion, Joe Lynn Turner , Yngwie Malmsteen , Whitesnake, Glenn Hughes , Gillan, Blackmore's Night, Ian Gillan Band, Brazen Abbot, Kansas
- Style + Membre : Msg, Coverdale - Page
 

 The Highway Star (9019)
 The Deep Purple Appreciation Society (2145)
 Site Français (3198)
 Site Officiel (1778)

DEEP PURPLE - Who Do We Think We Are? (1973)
Par THE BLUE OYSTER le 27 Avril 2008          Consultée 10474 fois

Il est rare qu'un groupe sorte des disques excellents régulièrement, même les plus grands ont eu des hauts et des bas. Le pourpre n'échappera pas à la règle. Il y a pourtant de quoi sortir de l'année 72 de façon très sereine pour le combo anglais: un album et un live entrés dans la légende (le parfait "Machine Head" et l'indétronable "Made In Japan"). Les productions sorties au début des années soixante-dix auront fait du groupe une des références de la décennie et même du rock en général, Deep Purple est sur un petit nuage et le succès est à son apogée.
Pourtant, l'entrée dans l'année 73 n'est pas si joyeuse que ça... Je vous rappelle que Deep Purple est le groupe avec le line-up le plus stable de l'histoire (pointe d'aigre ironie). Il ne faut pas oublier que Deep Purple est synonyme de "comment faire un groupe sans pouvoir se blairer", tout un art.

L'enregistrement de l'album s'est fait en deux fois, avec bien sur des tensions qui sont devenues une sorte de marque de fabrique du groupe. Les enregistrements ont été réalisés entre deux tournées, le premier à Rome un mois avant de s'envoler au Japon (pour y enregistrer le célèbre live) et le second à l'automne 72, en Allemagne, le disque sortant en mars 73. Les conflits sont tels que Gillan à pour projet de quitter le groupe, il doit tout d'abord boucler l'enregistrement de l'album et finir les tournées prévues. Les conditions pour enregistrer cet album ne sont donc pas les meilleures.

De la façon dont le disque est lancé, on ne peut pas se dire que le pourpre est en proie à des tensions. "Woman From Tokyo" est un titre imparable et bien foutu, c'est une perle. Il n'est pas étonnant qu'un tel titre ai été enregistré peu de temps avant leurs dates au Japon, c'est le seul de l'album retenu dans la session d'enregistrement d'été 72. Par la suite il est clair que le groupe avait perdu toute envie de continuer la mk2: beaucoup de titres ne sont pas vraiment à la hauteur des précédents albums. On peut tout de même en sauver quelques uns: le puissant "Smooth Dancer" qui est très gillanien (il ressemble beaucoup à ce que le chanteur fera en solo); l'inspiré "Rat Bat Blue" à la rythmique d'enfer et au génial solo de clavier ; "Mary Long" tient bien la route également...

Malgré de très bons titres, il est clair qu'il y a des imperfections sur ce disque qui doivent être dû à l'ambiance en studio (ah les éternelles rivalités entre Ian Gillan et Ritchie Blackmore !). Le blues "Place in Line" ne m'accroche pas du tout, ça ne décolle pas. Le solo de Blackmore y est peut être intéressant, le chant de Gillan est bien calé pour le blues (il se démerde pas mal même) mais le titre n'est pas très intéressant sinon. "Super Trouper" est assez chaotique, ne casse pas des briques et le titre clôturant l'album "Our Lady" est une catastrophe: un titre d'une platitude incroyable qui termine la mk2 de la pire façon possible... Pas vraiment tip-top.

Au final ce n'est pas un mauvais album que nous avons là, on y trouve un petit lot d'excellents titres mais aussi des morceaux parmi les plus mauvais de la grande période du pourpre. C'est donc le moins bon album de la mk2 incontestablement, un album composé avec les plus grandes tensions et cela se ressent au niveau du résultat final. Blackmore,ayant quelques projets en tête, veut changer l'orientation du groupe vers des eaux plus bluesy. Pour cela il va virer Glover comme un malpropre (toujours aussi sympa notre célèbre guitariste) et recruter deux nouveaux membres... ainsi s'achève la grande aventure de la mythique mk2.

A lire aussi en HARD ROCK par THE BLUE OYSTER :


HELL N' DIESEL
Passion For Power (2007)
Sleaze à la mötley crüe ou encore skid row

(+ 1 kro-express)



DEEP PURPLE
Fireball (1971)
Un des albums les plus sous estimés du pourpre

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   THE BLUE OYSTER

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Ian Gillan (chant)
- Ritchie Blackmore (guitare)
- Jon Lord (orgue)
- Roger Glover (basse)
- Ian Paice (batterie)


1. Woman From Tokyo
2. Mary Long
3. Super Trouper
4. Smooth Dancer
5. Rat Bat Blue
6. Place In Line
7. Our Lady



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod