Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Motorowl, Inglorious, Voodoo Circle, Sunstorm
- Membre : Rainbow, Black Sabbath, David Coverdale, Black Country Communion, Joe Lynn Turner , Yngwie Malmsteen , Whitesnake, Glenn Hughes , Gillan, Blackmore's Night, Ian Gillan Band, Brazen Abbot, Kansas
- Style + Membre : Msg, Coverdale - Page
 

 The Highway Star (8622)
 The Deep Purple Appreciation Society (1929)
 Site Français (3004)
 Site Officiel (1575)

DEEP PURPLE - The Official (overseas) Live Series – Graz 1975 (2014)
Par JEFF KANJI le 20 Octobre 2014          Consultée 7000 fois

DEEP PURPLE, dans l’inconscient collectif, c’est Ian Gillan, Ritchie Blackmore, Jon Lord, Roger Glover et Ian Paice, soit le Mark II, la formation qui a porté le Hard Rock aux nues et composé le titre le plus repris de l’Histoire du Rock – "Smoke On The Water". Mais dans le tumulte des années 70, on oublie trop souvent (et en partie à cause du groupe, et entre autres à cause de la reformation de 1984 qui engendra un déni de la période 73-76) qu’après le départ de Ian Gillan, le Pourpre profond restait redoutable fronté par David Coverdale et Glenn Hughes. Mais ce n’est hélas pas le congru "Made In Europe", overdubbé à l’indécent, qui rendait honneur à cette aventure de trois ans, ponctuée de deux albums, dont "Burn", qui enflamma les charts, devenant le deuxième album après "Machine Head", à accrocher le Top 10 américain.

David Coverdale a été recruté, sur les dires de Blackmore, pour sa voix virile et teintée de Blues. Et on peut dire qu’il n’est déjà pas un nain sur scène, il suffit de se faire emporter par sa fougue sur "Burn" ou encore ressentir le Blues en lui sur ce "Mistreated" gorgé de feeling que Dio n'égalera jamais, pour constater que si Ian Gillan était intouchable à cette époque, la jeune génération avait des arguments à faire valoir. D’autant plus que le bassiste qui succède à Roger Glover s’avère brillant dans le domaine vocal ; Glenn Hughes apporte avec lui la Soul, le Funk et les harmonies vocales.

Malheureusement, difficile de gérer un chanteur sous cocaïne avec un tempérament comme celui de Hughes. La question de l’embaucher seul pour tenir les deux postes était d’ailleurs envisagée par le groupe et il en fait des caisses sur ce concert autrichien. Dommage, car nous assistons là sans doute à la meilleure prestation du Mark III sur cette ultime tournée. "Burn" est juste parfait, valorisé par l’énergie de Ritchie Blackmore et Jon Lord, et la hargne et la parfaite complémentarité des voix de Coverdale et Hughes. On peut en dire autant de "Stormbringer" et de la plupart des titres du Mark III.

En revanche, les improvisations quasi télépathiques, caractéristiques du Mark II fonctionnent moins bien, entre autres à cause d’un David Coverdale encore jeune, qui ne dialogue pas avec les instruments et avec un vocabulaire déjà un peu limité à base de « baby » et de « ooh » mais surtout d’un Glenn Hughes qui en devient insupportable à force de s’épancher en cris suraigus, y compris quand il lui prend l’idée de glisser quelques bribes du "Georgia On My Mind" de Ray CHARLES pendant le gigantesque bœuf que constituent les trois derniers titres du concert, avec notamment cette version de "Smoke On The Water" sur-vitaminée et quelque peu différente (Ritchie Blackmore, dont on ne perçoit pas d’agacement, s’amuse parfois à désorienter quelque peu ses camarades), démarrée plus grave avant d’être emporté par le groove de la paire Paice/Hughes.

C’est évidemment une curiosité de voir cette formation se frotter aux grands classiques du Pourpre. David Coverdale présente d’ailleurs "Smoke…" comme un extrait de l’album "Made In Japan", démontrant l’aspect fondateur qu’eut ce Live à sa sortie. On entend même au cours de leurs pérégrinations improvisées se glisser "Child In Time" et même le "Also Sprach Zarathustra" de Richard STRAUSS (si si, vous savez la musique de « 2001, L’Odyssée De L’Espace » sorti sept ans plus tôt), Jon Lord étant dans une forme olympique et rivalisant toujours autant de virtuosité avec Blackmore.

Cette première édition CD officielle précise qu’il s’agit pour la première fois du concert dans son intégralité. Il constitue un véritable inédit pour les fans et le premier des fameux "MkIII The Final Shows" documentés en 1996 sur la compilation Live du même nom. Ces enregistrements mis à disposition du public permettent de retrouver le feeling d’un concert très bien restauré et restitué sur le support cd. Si l’on doit garder un témoignage Live de la tournée "Stormbringer", c’est clairement celui-là, il dépasse le "Made In Europe" de 1976 de la tête et des épaules.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


NEGATIVE
Karma Killer (2008)
Opération séduction : Finlande




QUEEN
Sheer Heart Attack (1974)
Patchwork Glam

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Ritchie Blackmore (guitare)
- David Coverdale (chant)
- Glenn Hughes (basse, chant)
- Jon Lord (claviers)
- Ian Paice (batterie)


1. Burn
2. Stormbringer
3. The Gypsy
4. Lady Double Dealer
5. Mistreated
6. Smoke On The Water
7. You Fool No One
8. Space Truckin’



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod