Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 2392
Comment poster un commentaire ?


ASIA
ASIA


Le 14 Juillet 2020 par FINISHERFRANKY


L'approche de la chro par les plaisirs coupables me va bien. Parce que quand sort ASIA, on part en soirée veste patchée, ceinture cloutée et cartouchière à la taille parce que seuls MOTÖRHEAD et JUDAS PRIEST comptent, mais avec "Heat Of The Moment" en respiration dans l'autoradio. Comme DEPECHE MODE, BLONDIE, BOWIE, TOTO, Kim WILDE, U2 et même FRANKIE GOES TO HOLLYWOOD qu'on aimait dénigrer mais qu'on aimait en cachette. Heureusement ces stupides oppositions sont du passé. Et aujourd'hui je réécoute "Only Time Will Tell" de ce premier ASIA avec bonheur.





ELYOSE
RECONNEXION


Le 14 Juillet 2020 par ARCHAON


C'est plutôt faible.
Les musiciens sont très bons, les compos, même si elles ne cassent pas trois briques (certains passages plaisants tout de même), sont bien exécutées et C'est ce qui sauve l'ensemble. Le manque de puissance dans le chant ne me dérange pas, mais le côté très plat et surtout ultra trafiqué et retouché (manque de technique ?) me rebute. Le chant n'est pas au niveau des autres musiciens, C'est dommage.
J'aime bien : "Psychosis"
J'aime pas : "Mes 100 Ciels"
Bof : le reste





THIN LIZZY
VAGABONDS OF THE WESTERN WORLD


Le 14 Juillet 2020 par VALEK


Quand THIN LIZZY a commencé sa carrière le Blues était principalement mis en avant et les guitares étaient un peu en retrait. À cette époque THIN LIZZY cherchait à captiver l’attention du grand public en composant une musique calibrée dans les normes conventionnelles du grand public. Ce n’est pas la période la plus passionnante pour un fan de Hard Rock surtout si certains font l’erreur d’acheter les yeux fermés. Je recommande une certaine vigilance à ce début de carrière. C’est à partir de l’album "Fighting" que THIN LIZZY cessera de pratiquer cette recette miracle qui ne fonctionne pas. THIN LIZZY évoluera vers un public Hard Rock à partir de 1975.





RUSH
PRESTO


Le 14 Juillet 2020 par FEELGOOD


RUSH, ou plus exactement le RUSH « vintage », période 74/81, est l'un de mes groupes préférés. J'aime beaucoup leurs débuts « zeppeliniens » et leurs œuvres plus progressives de la seconde moitié des seventies. Quant à "Moving Pictures", il s'agit de l'apothéose de cette période, même s'il est sorti en 81. J'apprécie, dans une moindre mesure, "Signals" et "GUP". En revanche, j'ai un problème avec "Presto" dont je n'aime pas le son, typique de certaines productions stéréotypées des années 80. Mon principal grief demeure la platitude des compositions dont je ne retiens rien, à part "Superconductor". J'aurais même tendance à regretter les synthés envahissants des albums précédents qui avaient au moins l'avantage d'emplir l'espace sonore. "Presto" sonne vide, d'autant plus que la guitare d'Alex Lifeson, l'un de mes musiciens préférés de tous les temps, semble en retrait. Pas de riffs exaltants à la "Limelight", pas de solos inspirés comme sur "2112", juste un fond sonore gentillet et peu palpitant. La voix de Lee sonne fade, mièvre. Quitte à choquer, je préfére de loin ses criailleries des années 70 qui déplaisent tant à certains. J'ai réécouté ce disque pour lui donner une énième chance et ai été tenté d'opter pour une version remasterisée susceptible de lui rendre davantage justice avant de me rendre compte que je possédais déjà le remaster !!! Si j'avais eu le malheur de découvrir RUSH avec ce disque, je pense que je serais illico presto passé à autre chose. Un album pour les complétistes.
Un petit 2,5 arrondi à 3.





NIGHTWISH
Human. :||: Nature.


Le 14 Juillet 2020 par AALYNKA


Mon expérience sur ce double album a été tout autre que celle chroniquée et ce que je vois dans les commentaires...

À l'écoute de cet album nombre de mélodies ont fait remonter en moi des souvenirs enfouis parfois jusqu'aux larmes.

Cet album est profond, certes pas super vendeur au premier regard, mais qui nécessite plusieurs écoutes et une véritable introspection durant son écoute pour en saisir toutes les subtilités (écouté peut être trente fois sans exagération).
Je pense que pour l'apprécier, il faut écouter les 2 CD dans l'ordre tel une oeuvre globale d'un bloc d'1h30.

"Oceanborn" restera mon album préféré, mais celui ci entre facilement dans mon top 3 du groupe.





ELYOSE
RECONNEXION


Le 13 Juillet 2020 par LOUISE


Tout à fait d'accord avec le commentaire de Sam, je suis même plus sévère.
Je trouve qu'il y a un décalage entre le chant et la musique du groupe. Cette voix fragile (pour ne pas dire manquant cruellement de puissance) ne correspond pas au Metal "Électro" proposé ici. Comme si la voix avait été posée au dernier moment sur les compos.
Compos qui sont pêchues parfois mais qui paradoxalement manquent d'accroche à mon goût... Bref ça passe pas.
Dommage.





THIN LIZZY
FIGHTING


Le 13 Juillet 2020 par VALEK


La musique de THIN LIZZY s’est métamorphosée en gommant le côté conventionnel et ses limites qui étaient présentes par le passé. THIN LIZZY affirme son propre style en nous offrant une version plus électrique que jamais. Cette évolution sur "Fighting" sera le résultat d’une série d’albums qui emprunteront le même registre à l’avenir. La rage de "Fighting" est le combat mené par THIN LIZZY qui assume désormais son propre style. Le Blues est toujours présent mais son usage est utilisé avec intelligence. On aurait tort de considérer FIGHTING comme une œuvre mineure de THIN LIZZY. Les fans de "Nightlife" risquent de bouder ses guitares électriques qui seront plus Hard que par le passé. Le côté calibré du passé laisse place aux feeling d’aujourd’hui. Mes titres préférés : "For Those Who Love To Live", "Suicide", "Wild One" et "Spirit Slips Away".





NEVERMORE
ENEMIES OF REALITY


Le 13 Juillet 2020 par MR TINKERTRAIN


Comme Fredouille, je n'accroche pas totalement à ce disque. Et pourtant j'adule ce groupe jusqu'à l'album précédent. Ils ont quand meme pondu deux chefs d'oeuvre (voire trois si on compte le précédent justement) du Metal que sont "Politics..." et "Dreaming...". Mais là ça burrine à fond mais il manque de la mélodie dans tout cet étalage de riffs démentiels. Et c'est dommage. RIP Warrel Dane tu avais quand même une putain de voix.





THIN LIZZY
Nightlife


Le 12 Juillet 2020 par VALEK


Le début de carrière de THIN LIZZY n’est guère impressionnant. De nos jours beaucoup d’oeuvre des années 70s passes à la trappe et prennent de sérieux coup de vieux dans le visage. La faute à une musique parfois très conventionnelle ou calibrée vers un grand public plus large. "Nightlife" est une œuvre calme dans l’ensemble. Les passages sont peu ou rarement énervés. A l’heure actuelle cette œuvre a perdu en qualité, le temps y est pour beaucoup.
Mes titres préférés : "Still In Love With You", "Philomena" et "Dear Heart".





ELYOSE
RECONNEXION


Le 12 Juillet 2020 par SAM


Mouais, moi j'entends une petite voix à la Mylène Farmer et bien échantillonnée / trafiquée / mixée pour camoufler que la chanteuse n'a pas trop de voix, de la production excessive pour cacher que les riffs sont parfois sympa mais l'écriture mélodique ou harmonique est bien pauvre... Donc on se fait vite suer. Oh, et pas de solo de guitare, c'est rédhibitoire.
Ça plaira probablement à certains. J'ai essayé, je laisse tomber.





GRAVE DIGGER
FIELDS OF BLOOD


Le 12 Juillet 2020 par KNAPY


Grand fan du groupe je confirme tout le bien de cet album. "Fear Of The Living Dead" m’avait laissé sur ma faim malgré quelques bonnes choses. Ici c’est puissant, racé et inspiré. À écouter les yeux fermés !





ELYOSE
RECONNEXION


Le 12 Juillet 2020 par BALAAM


L'album s'écoute avec plaisir. Les morceaux ne manquent pas d'accroche : une mélodie, un riff, un son électro. Le featuring de pas moins de quatre chanteurs pour accompagner la chanteuse Justine Daaé apporte également une variété bienvenue. Mes morceaux préférés sont le premier "Un Autre Été" qui propose des paroles particulièrement sombres sur un air assez dansant et "Les Mots Qui Me Viennent" avec son riff musclé intégré dans une composition nuancée et personnelle. Mais tous retiennent l'attention. À noter qu'en plus d'être charismatique, Justine a un chant remarquablement bon.





ROTTING CHRIST
THE HERETICS


Le 12 Juillet 2020 par IRONGE_MAIDENT


Aussi bien commencer par ce que les gens pensent être une sombre merde. Ben cette merde est très bonne, je m'en servirais des tas tout les jours. Ce qui m'a amené jusqu'à cet album d'un groupe qui pour moi n'était qu'un écho, reste une étrange synchronicité.
J'étais depuis quelques lunes en réflexion, je me disais à moi-même, vivre proche d'une église, à quoi bon ce délire d'argent et d'vin de messe ? Et des cloches qui sonnent vers midi et dix-huit heures ? Alors tout bonnement le hasard me mène vers cette pépite, en fouillant un certain site de musique bien connu. Comme le résumé de la chanson numéro trois de Thomas Paine, Mon Propre Esprit Est Mon Église, voilà ce qui apportait une finalité de ma réflexion. D'abord j'étais (avant l'écoute de la chanson) quelque peu honteux de m'autoproclamer un culte en soi, qu'importe. Si c'est cela être un hérétique et les lois des royaumes sacrés des amoncellements de pierres érigés comme des phallus odieux vers les cieux, bien j'accepte.

"Le monde lui-même est la volonté de puissance - et rien d'autre ! Et vous êtes vous-même la volonté de puissance - et rien d'autre ! " Friedrich Nietzsche fin de la piste un, j'en suis on ne peut plus d'accord.

Globalement c'est un bon et bel album, deux voire une seule étoile, mais quelque fois les perdants sont les gagnants dans mon cas.

Les ténèbres apportent la lumière !





NORTHTALE
WELCOME TO PARADISE


Le 12 Juillet 2020 par CLANSMAN57


Plaisant petit album dans le genre, les fans de SONATA ARCTICA et STRATOVARIUS devraient y trouver leur compte, en effet.
Le chanteur me fait beaucoup penser à Joacim Cans.
Le groupe privilégie l'accroche, les morceaux sont courts et on peut déceler une bonne tripotée de chansons réussies.

Pas original, c'est vrai, mais il peut séduire si on n'a pas écouté un album de ce style depuis un moment, ça ramène un peu dans les 90's et rend nostalgique...
Deux ou trois chansons en moins et j'aurais mis un bon 4 !






DEEP PURPLE
PERFECT STRANGERS


Le 11 Juillet 2020 par MEGIDDO


J'ai eu la chance d'assister à ce retour en Force de DEEP PURPLE. "Perfect Strangers" fut une claque monumentale et réussit à faire vaciller l'ordre établit cette année-là. Excepté un "Nobody's Home" un peu moins inspiré que le reste, tout tient de la perfection, y compris la production. C'était pas gagné en laissant Roger Glover aux manettes mais il s'en sort plutôt bien. Gillan ne doit pousser qu'un seul cri à la fin de "Mean Streak" mais Ian s'impose sur cette setlist très haut de gamme.
La magie est de retour accompagnée d'un Jon Lord plus sobre mais toujours si inspiré et de Ian Paice, sans le meilleur batteur de Rock de tous les temps avec John Bonham.
Le plus marquant reste les interventions de Ritchie, notamment les soli. Quelle classe. Là où ses dernières productions sous la bannière de l' Arc-en-Ciel le montrait souvent poussif voire quelque peu ennuyeux , ici Blackmore a ouvert les vannes. On se croirait revenu à la grande époque. Le premier titre donne le ton d'entrée.
Quel album.





DEEP PURPLE
PERFECT STRANGERS


Le 11 Juillet 2020 par ADXBBR


1984 - Alors que RAINBOW épuise à tour de bras ses chanteurs (Dio, Bonnet, Turner entre 1978 et 1980 pour se stabiliser avec le beau gosse pendant trois ans, cela aura son incidence quelques années plus tard au sein de DP...) et se cherche musicalement, alors que WHITESNAKE quitte peu à peu les rivages bluesy pour ceux plus actuels, et rémunérateur, du FM/AOR et que GILLAND band fait n'importe quoi, l'annonce surprise de la reformation d'un des trois monstres sacrés fondateurs du Hard Rock fait l'effet d'une bombe. Effacés les conflits sans fin entre un Gillan qui perd peu à peu de sa superbe et un Blackmore de plus en plus irascible (comptez le nombre de musiciens virés entre chaque album du RAINBOW) ? Pas sûr. La légende dit que Paice ayant de gros problèmes financiers, notamment avec le fisc, aurait proposé la reformation du groupe. Alignement des planètes, tous les musiciens sont prêt à franchir le pas. Il faut reconnaître aussi que c'est plus facile puisque Lord et Paice jouent dans WHITESNAKE, Blackmore et Glover dans RAINBOW et seul GILLAN la joue solo. Pour un retour, c'est un coup de maître ! On retrouve le groupe inspiré capable de jouter (n'oubliez pas le ô SVP) comme à la belle époque et les duels entre Lord et Ritchie, ou la fameuse rythmique implacable de Paice et Glover. La liste des classiques s'allongent : "Perfect Strangers", quelle intro de Lord !!, "Knocking At Your Backdoor" (hum, comment lire cette dernière phrase du côté des cockneys ?), le lancinant "Nobody's Home' et le rapide "Gyspsy's Kiss". À ce stade on n'en espérait déjà pas autant, et pourtant on peut aussi s'éclater avec "Mean Streak" ou "Under The Gun", ce qui revient à retrouver la grande force de DP avec une face d'album incontournable et usé jusqu'à la corde (Face A de "In Rock", Face B de "Machine Head"). En grand fan de DP, je vous conseille de trouver une édition plus récente avec l'extraordinaire "Son Of Aleric" (l'autre bonus "not responsible étant plus anecdotique) qui explique au monde entier qui, de Page ou de Blackmore, est meilleur guitariste. En ce qui me concerne, je n'avais pas attendu 1984 pour me faire une idée, la carrière de Page s'étant manifestement arrêté avec LED ZEPPELIN alors que l'homme à la Stratocaster blanche a réussi à se réinventer avec RAINBOW notamment.

Bref, un excellent album, à ranger précieusement aux côtés de "Machine Head", "In Rock" et "Burn" ("Machine Head" étant au-dessus), qui marque le retour d'une légende. Mais hélas aussi son chant du cygne et ce n'est pas un mauvais jeu de mot à l'encontre de Gillan ? Quoique...





IRON MAIDEN
SOMEWHERE IN TIME


Le 11 Juillet 2020 par KNAPY


LE SOMMET de MAIDEN...
Il y a un avant glorieux... Et un après (nettement moins glorieux excepté "Seventh Son..." et "Fear...")...

À part "Deja Vu" qui n'est pas top, le reste waaaaw ! Merci Adrian !





IRON MAIDEN
THE BOOK OF SOULS


Le 11 Juillet 2020 par KNAPY


L'album est sympa a écouter mais bon sang... Balancez la purée avec des titres de moins de cinq minutes par pitié !

On veut que ça castagne... Où sont les titres rentre dedans et véloces ?

Une tuerie à la "Caught Somewhere In Time" ? Please... Un truc pas trop trop long et up tempo qui envoie ! Bientôt le nouvel album... Prions...





GRAVE DIGGER
TUNES OF WACKEN


Le 10 Juillet 2020 par KNAPY


Un Live imparable et jouissif. J'écoute GRAVE DIGGER par phases... Et quoi qu'il arrive, je recommence toujours par cet album.

Les meilleurs compos de l'ère Uwe Lullis, interprétées de façon encore plus puissante et Heavy par Manni Schmidt qui reste pour moi le meilleur guitariste live du groupe.

Bref, comme un "Unleashed In The East" en 1979, en 2001... Le Heavy Metal classique c'est chez GRAVE DIGGER à Wacken !





ETERNAL CHAMPION
THE ARMOR OF IRE


Le 10 Juillet 2020 par EROS


Mais quelle claque mes amis, un modèle du genre, épique bien interprété, puissant, la réverb accentue encore plus ce côté.

Mention spéciale à "Invoker", jouissif c'est le mot.

Le meilleur album de Heavy depuis très longtemps.







Commentaires :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 2392






1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod