Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 2321
Comment poster un commentaire ?


JUDAS PRIEST
METAL WORKS '73-'93


Le 30 Décembre 2019 par CIRDEK


Compilation semblant obsolète de par sa date de parution mais qui doit néanmoins regrouper à ce jour le meilleur du PRIEST.
Je vous parle d'un temps que bla bla bla, point d'internet, à moins d'avoir un pote prêt à vous refiler son album le temps d'une copie K7, point de salut, et mes potes de l'époque n'étaient pas aussi avides d'arpenter d'autres chemins, pour vous la faire courte, ça causait beaucoup Death Metal et un tout petit peu Black Metal, j'en étais pour sûr, mais j'ai toujours eu cette envie de remonter l'arbre généalogique.
Certes, le Heavy n'était pas mon genre de prédilection mais les premiers MAIDEN me scotchaient et ce seul album ("Painkiller") du PRIEST que je possédais alors m'avait conquis.
Du coup un double CD balayant vingt ans de carrière (déjà c'est fou), pour moi c'était du pain béni et je n'ai pas été déçu du voyage, ces mecs ont écrit des paragraphes entier du Heavy Metal.
Je ne reviendrai pas sur la tracklist, parfaite, si ce n'est l'absence de la reprise de "The Green Manalishi" que j'ai découvert par la suite et que j'ai vénérée direct.
Pour la blague, j'ai un plaisir coupable sur cette compilation : "Turbo Lover" ... Alors oui, orienté FM me diront certains... Ok ok mais putain ce refrain !
Au fil des années je me serai procuré tous les albums que couvrait ce best of et comble de l'ironie, je me serai fait une copie K7 de ce "Metal Works" le temps d'un été à la plage.





JUDAS PRIEST
PAINKILLER


Le 30 Décembre 2019 par CIRDEK

Petit retour sur mon commentaire, j'avais écrit une énorme erreur en parlant de duels de guitares hallucinants, "Painkiller" en tête...
Honte à moi, il fallait lire "soli de guitares" et ainsi rétablir la vérité concernant le dit titre et rendre justice à Glenn Tipton qui, par ailleurs, domine l'album et c'est bien normal.
À noter que les deux gus se tirent néanmoins la bourre en alternance ou de concert sur six titres.
Putain je me sens mieux !





The CULT
CEREMONY


Le 30 Décembre 2019 par MUSTIS666


Je vais commencer par la conclusion - "Ceremony" est un bon album mais inférieur à ce que Th CULT a pu éditer.

Les moins : une production qui peut paraître énorme au début de l'album mais qui maîtrise mal les aigus (qui vrillent dans l'oreille lors des soli de fin de chanson et il y en a beaucoup (trop ?) comme Ludovico l'a relevé dans son commentaire) / des chansons bonnes au demeurant mais qui n'en finissent pas ("Earth Mofo" - "White" - "Bangkok Rain") / une guitare solo sous-mixée par rapport à la rythmique et c'est dommage car Billy Duffy est un maître en rythmique et en solo / ayant découvert The CULT avec "Love", j ai adoré "Electric", un peu moins "Sonic Temple" et je trouve que The CULT force sa nature sur "Ceremony" au point que j'ai toujours eu la sensation que cela n'est pas totalement sincère et que The CULT a voulu reproduire la formule de "Sonic Temple".

Les plus : quand The CULT baisse le volume, on retrouve sa sensibilité et les titres n'en sont que meilleurs à mon sens : "White" - "If" - "Bangkok Rain" - "Wonderland" et surtout "Indian", un magnifique titre où l'on retrouve la magie de "Love". Je préfère donc la seconde partie de l album. Ian Atsbury y est impérial même si les titres auraient gagné à être élagués. Seule "Heart And Soul" est médiocre et à mon sens, le moins bon titre de cet album.

Verdict : 3/5 avant l album éponyme qui suit et qui mérite haut la main un 5/5. The CULT reviendra à une musique plus émotionnelle qui correspond à ce que j'adore entendre chez eux.





LINKIN PARK
MINUTES TO MIDNIGHT


Le 30 Décembre 2019 par NARCHOST


Oui... mais non. Je suis assez fan du groupe je dois avouer et j'essaye de les défendre envers et contre tous (je me souviens encore du choix inhumain de zapper EMPEROR pour les voir au Hellfest). Oui, j'apprécie vraiment ce groupe et cela va bien au delà de la simple nostalgie.

Et c'est pourquoi cet album est, pour moi, plus que moyen. Je veux bien entendre toutes les évolutions possibles et imaginables mais là, ça reste plutôt quelconque. Alors bien sûr, il y a de bons moments ("Leave Out All The Rest", "Bleed It Out" et son ambiance "festive", "What I've Done" ou encore "No More Sorrow"). Mais même le meilleur morceau de l'album est inférieur à tous ceux de "Hybrid Theory" ou de "Meteora".

Je ne déteste pas cet album car comme je l'ai dit, j'apprécie certains morceaux mais, en général, cet album n'a pas vraiment passé l'épreuve du temps.

Un 2,5 baissé à 2 car le fossé entre cet album et les deux précédents est trop grand.





CELTIC FROST
COLD LAKE


Le 29 Décembre 2019 par MEGIDDO


Le plus grand choc reçu en tant que fan. Cette photo du nouveau line-up dand Hard Rock magazine m'avait coupé le souffle en plein magasin. Une honte tout simplement. Ce nouveau logo CF est encore à ce jour celui que je déteste le plus. Comme l'a dit Tom Warrior, lorsqu'il est bien dans sa vie privée (Martin Ain est parti mais il rencontre l'Amour avec Michelle Villanueva, une Américaine) ses productions en souffrent et inversement, "Monotheist" et "Melana Chasmata" de TRIPTYKON par exemple.
Du coup, il préfère passer du temps avec sa femme et laisse les commandes à Oliver Amberg, un guitariste déjà très justement viré de CORONER. Grave erreur. On connaîtra le résultat, somme toute pas si catastrophique si on fait abstraction de leur précédente discographie mais qui est en totale contradiction avec le concept artistique du groupe. Sur le site de Tom G. Warrior, "Cold Lake" est qualifié d"abomination" mais apparente alors que le reste est nommé "album", "Vanity/Nemesis" compris.
Cette faute de goût est une balafre dans la carrière du combo qui le suivra toute sa vie.





CELTIC FROST
EMPEROR'S RETURN


Le 29 Décembre 2019 par MEGIDDO


EP de légende. il paraît le 15 Août 1985 , soit deux mois et demi avant "To Mega Therion" pour présenter le nouveau batteur déjà en place depuis quelques semaines, Reed St Mark .
Quatre titres sont enregistrés mais trois seront choisis, "Journey Into Fear" paraîtra plus tard sur la compilation "Parched With Thirst Am I And Dying" mais surtout sur la sublime réédition de "To Mega Therion" de 2017. Chronologiquement, "Emperor's Return" fait en effet partie de la séquence "TMT" et non pas celle de "Morbid Tales" parue en novembre 1984. D'où cette sensation d'être une réalisation-pivot dans l' Histoire du groupe. La différence de son est flagrante entre les deux titres issus du premier album/EP et les trois nouvelles avec Reed St Mark.
Pour ma part, cette première version du titre culte "Circle Of The Tyrants" est meilleure que celle qui sera présente sur "TMT". Les parties de batterie sur les bridges sont bien meilleures. Cette version est détestée par Tom G. Warrior himself, détestant le cri juste après le solo, un effet imposé par la production. Ce n'est en aucun cas Tom qui hurle à ce moment. Pour autant, j'aime ce côté première mouture.
Rien que ce titre et ce qu'il représente rajouté à cet artwork incroyable suffisait à justifier l'achat du vinyl. Ce titre et la pochette se rejoignent d'ailleurs dans cette passion que TGW vouait à Robert E. Howard, le créateur de Conan. Le film de John Milius était sorti trois ans auparavant. Toute une époque.





CELTIC FROST
MONOTHEIST


Le 29 Décembre 2019 par MEGIDDO


Chef d'Œuvre absolu de cette année 2006.
petites mais nécessaires précisions :
1- le bassiste s'appelle Martin Eric Ain et non pas "Ain".
2- le line-up ayant participé à l'enregistrement est à compléter avec Erol Unala (bien présent dans le book du digipack) , un ami de Thomas Gabriel Fischer qui avait participé à la démo de l'album final mais mort-né de CELTIC FROST "Under Apollyon's Sun". Il a aussi été membre officiel du projet industriel de TGF APOLLYON SUN entre 1998 et 2000. Par conséquent, il a aussi bossé de 2000 à 2005 sur "Monotheist".





CELTIC FROST
MONOTHEIST


Le 29 Décembre 2019 par NORTHMATHR


Le chant du cygne de CELTIC FROST, et son "Magnum Opus" par la même occasion. Une œuvre qui, prise intérieurement, transcende réellement les limites de la musique. "Monotheist" est une expérience de malaise qui, si on l'accepte, se vit et nous emmène aux portes de la perception. À écouter impérativement avec ses bonus "Temple Of Depression" et "Incantation Against You" inclus dans l'aventure.

Un chef d’œuvre noir.





DIMMU BORGIR
DEATH CULT ARMAGEDDON


Le 29 Décembre 2019 par NORTHMATHR


Le plus cinématographique des albums de DIMMU BORGIR. Tout est très bon et diversifié ici, "Death Cult Armageddon" nous embarque ainsi dans une aventure eschatologique où se mêlent plaies cataclysmiques, guerres apocalyptiques et autres tares sonores destructrices où seule la Mort restera, invaincue, trônant sur un nouveau monde aride et désolé.
Certainement l'album le plus abouti du groupe, très prenant.

4,5/5.





EDGUY
KING OF FOOLS


Le 29 Décembre 2019 par PILGRIMWEN

Ça, c'est de l'EP ! J'ai poncé cet EP, au même titre que son successeur "Superheroes". Et ce final, "Life And Times Of A Bonus Track", la satyre parfaite ! Absolument pas objectif pour un sou, j'annonce fièrement qu'il s'agit de l'un des plus beaux EPs auxquels j'ai pu me frotter !

Il est dommage qu'EDGUY n'a pas poursuivi cette alternance EP/album studio. Dommage aussi que le groupe ne soit guère actif, en faveur d'AVANTASIA...

Ma note : immense nostalgie/5.





ARIA
WHOM ARE YOU WITH?


Le 29 Décembre 2019 par DAKERYAS


Un album que je trouve particulièrement percutant !

Il s'agit d'un insolite dans le discographie des Moscovites, qu'on pourra qualifier de bouffée d'air chargée en testostérone. Point de singeries du grand MAIDEN ici ; j'aurais bien été curieux de voir la suite avec Алик Грановский et Андрей Большаков à bord (qui signent tous les titres puis partent fonder МACTEP) ! Au lieu des envolées lyriques maladroites (sauf sur la cinquième piste, la balade "Без Тебя"), place au riff immédiat qui remue ciel et terre !

Tant au niveau du son, de la voix de Кипелов, que de la composition, cet album est bien plus solide que leur première offrande ô combien poussive ("Мания Bеличия", "La Folie Des Grandeurs", ou "Megalomania" pour certains...).

Pour ceux qui sont un peu curieux des paroles, je traduis ci-après le refrain du titre éponyme (quatrième piste, "С Кем Ты?").


================================================
Кто, скажи мне, кричал: "Покорись, Восток",
Как слепой автомат, нажимал на курок,
Кто, надев балахон, зажигал кресты?
Разделился весь мир – отвечай, с кем ты!

Qui, dis-moi, cria "Est, soumets-toi",
Comme une mitraillette aveugle, a pressé sur la gâchette,
Qui, revêtu d'un capuchon, a brûlé des croix ?
Le monde entier s'est scindé, réponds : de quel côté es-tu ?
================================================

J'y vois clairement une critique des États-Unis ; après avoir pointé du doigt l'interventionnisme américain, "le capuchon et les croix en feux" font certainement référence aux problèmes internes du pays de l'Oncle Sam, à savoir le racisme incarné par le Ku Klux Klan. Pour le dernier vers, j'ai traduis "с кем ты" par "de quel côté es-tu", pour garder la cohérence avec la première partie du vers, au lieu du plus littéral "avec qui es-tu".





IRON MAIDEN
MAIDEN ENGLAND '88


Le 29 Décembre 2019 par JIMMY


Pour ma part, un concert très bien de la part de la Vierge de Fer : très énergique et très différent de "Live After Death" : Plus d'énergie, des titres joués plus rapidement, un Bruce en confiance.

Concernant la chronique comme telle, je crois que le "sommet de la gloire" à laquelle Metalingus fait allusion est un sommet artistique, tout simplement. De toute manière, pas besoin de faire un enquête national pour cela, la plupart d'entre nous s'en branle.





SYMPHONY X
V - THE NEW MYTHOLOGY SUITE


Le 28 Décembre 2019 par THORPEDO


Un chef d'oeuvre de plus pour nos amis de SYMPHONY X...
Y a rien à faire, je les préférerai toujours à DREAM THEATER !
On voyage, c'est riche, coloré et varié... Mais surtout, c'est beau.
5 étoiles sans aucune hésitation.





IRON MAIDEN
MAIDEN ENGLAND '88


Le 28 Décembre 2019 par FRED

Bonjour.
Pour plus de précision, j'ai vérifié dans mes "archives".
Aux États-Unis, la tournée SSOASS est qualifiée de "catastrophique, le groupe se produisant dans des salles à moitié vides" (Hard Rock Mag', hors série 1999).
Pourtant en plein âge d'or du genre, le groupe ne vend par ailleurs que 500 000 albums aux USA (dans un pays comptant plus de 300 000 000 d'habitants), chiffre à comparer aux quinze millions de "Hysteria" de DEF LEPPARD, dont onze rien qu'aux États-Unis, et aux soixante millions de "Appetite For Destruction" (et non pas huit, comme indiqué précédemment par erreur).
Il faut dire que l'album est difficile d'accès : louangé par certains (surtout après coup, d'ailleurs), je me souviens parfaitement de la déception qu'il avait constitué dans mon cercle d'amis, pourtant fans acharnés du groupe britannique, après le très apprécié "SIT".
Il me parait donc erroné de dire que le groupe se trouve alors au sommet de sa gloire.





BATHORY
HAMMERHEART


Le 28 Décembre 2019 par MEGIDDO


Un chef d’œuvre. Quorthon avait déjà compris sur le fantastique album précédent "Blood Fire Death" qu'il était temps de changer son approche artistique. On sentait que quelque chose se préparait. Il trouve sa nouvelle voie dans une introspection culturelle et enfonce le clou. Bienvenue au Moyen-Âge scandinave avant sa christianisation. Les reconstitutions sonores sont juste incroyablement réalistes. On s'y croirait.
Les chevaux, le vent, la mer, le quotidien dans ce village suspendu quelques secondes par le cri d'une femme qui donne la vie. Quelle inspiration pour un musicien si décrié pour ses limites de techniques vocales ou instrumentales. On s'en fout royalement de ces quelques notes approximatives. Cet album est un nouveau départ, une seconde naissance pour son créateur et une découverte encore jamais entendue pour son auditeur. Si un choix était à faire entre un album si maîtrisé de Malmsteen et "Hammerheart", Le cinquième album de Quorthon remporterait mon suffrage pour une raison très simple : l'authenticité d'un musicien qui veut nous communiquer quelque chose de profond.
L'homme n'en abandonne par pour autant son goût pour la musique extrême, et malgré une forte baisse de rythme, la guitare est toujours délicieusement saturée ce qui accentue le contraste avec certaines ambiances, tout comme peuvent l'être le feu et la glace dans la rudesse de la vie en contact direct avec la nature à l'époque.
L’étiquette Viking Metal lui sera apposé des années plus tard , mais Hammerheart est bien plus que cela.
Il clôturera sa première incursion dans ses racines historiques par l'album suivant "Twilight Of The Gods" dans lequel Quorthon affinera encore plus ses compositions mais c'est un avis personnel. Son retour final avec le dyptique "Nordland" sera de même qualité. En souhaitant que ce grand artiste ait une place de choix à la table d'Odin.





GREAT WHITE
ONCE BITTEN


Le 27 Décembre 2019 par PILGRIMWEN

Du Hard Rock bluesy et - surtout ! - radiophonique. Ca manque de profondeur pour me marquer durablement. Un brin superficiel, selon moi. Agréable à l'écoute, bien entendu.

Ma note : ça s'écoute/5





LINKIN PARK
LIVE IN TEXAS


Le 27 Décembre 2019 par NARCHOST


Un des Lives que j'ai dû le plus regarder dans ma vie (surtout quand j'étais plus jeune, adolescence oblige). Je me souviens avoir été subjugué devant l'énergie du groupe (je dois avouer que c'était mes débuts dans le monde du Metal et que ce Live était mon premier que j'avais en DVD).

Du coup j'ai laissé faire le temps avant d'écrire un petit commentaire. Résultat des courses, je prends toujours autant de plaisir à le revoir et c'est donc un signe qui ne trompe pas.

Une formidable énergie, une setlist imparable, un Chester au top et un son excellent. Que demander de plus ?

Alors au delà de la nostalgie, ce Live est, pour moi, une énorme réussite ! C'est un gros 4 sans aucune hésitation mais comme je l'ai pu le faire par le passé, la nostalgie peut évidement rentrer en jeu dans certains cas comme ici. Comme précisé, j'ai usé ce Live et je le regarde avec autant de plaisir alors je n'ai aucune honte à lui coller la note maximale ! Nostalgie quand tu nous tiens...





IRON MAIDEN
DANCE OF DEATH


Le 27 Décembre 2019 par VALEK


IRON MAIDEN restera mon groupe de Heavy Metal préféré. "Dance Of Death" n’est pas un naufrage mais plutôt une réussite. Mes titres préférés : "Rainmaker", "No More Lies", "Montsegur", "Dance Of Death", "New Frontier", "Paschendale", "Face In The Sand", "Age Of Innocence", "Journeyman".





IRON MAIDEN
MAIDEN ENGLAND '88


Le 27 Décembre 2019 par FRED


La période que j'aime le moins chez MAIDEN : plus aucune spontanéité, les gratteux complètement statiques (Smith!), un Dickinson plus agaçant que jamais et toujours vêtu avec le mauvais goût qui le caractérise…
J'avais le CD il y a dix-quinze ans (coffret VHS+CD édité en 1994 ?), je l'ai bazardé sans regret à l'occasion d'un déménagement.
Par ailleurs, je voudrais rectifier la chronique : le groupe n'est pas alors "au sommet de sa gloire" : "SSOASS" s'est mal vendu aux USA, par rapport au précédent : il n'est "que" disque d'or, là ou "SIT" avait été platiné ! De plus, les salles sont loin d'être pleines aux USA, comme cela avait été le cas sur la tournée précédente. Harris en retirera d'ailleurs une certaine rancœur envers le pays de l'oncle Sam, à une époque ou la Hard cartonne aux USA (cf les huit millions de vente des GUNS, AEROSMITH, BON JOVI...). Il faut dire que l'album est bien trop sophistiqué pour plaire au grand public US. Par contre, il va bien marcher en Europe...





Phil CAMPBELL AND THE BASTARD SONS
THE AGE OF ABSURDITY


Le 27 Décembre 2019 par H.


Un album tout à fait convenable, mais le chant, et plus encore le niveau "caniveau" des textes nuisent grandement à l'album.







Commentaires :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 2321






1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod