Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG ROCK FM  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Kingdom Of Madness
1979 Ii
1982 Chase The Dragon
1983 The Eleventh Hour
1985 On A Storytellers Nig...
1986 Vigilante
1988 Wings Of Heaven
1990 Goodnight L.a.
1991 The Spirit
1992 Sleepwalking
1994 Rock Art
1996 The Last Dance
2002 Breath Of Life
2004 Brand New Morning
2007 Princess Alice And Th...
2008 Wings Of Heaven Live
2009 Into The Valley Of Th...
2011 The Visitation
  Evolution
2012 On The 13th Day
2014 Escape From The Shado...
  On Christmas Day
2015 Escape From The Shadow G...
2016 Sacred Blood Divine L...
2017 The Valley Of Tears
2018 Lost On The Road To E...
2020 The Serpent Rings
2021 Dance Of The Black Tatto...
2022 The Monster Roars
 

- Style : Uriah Heep, Queen, The Night Flight Orchestra , Ten, Royal Hunt
- Membre : Tobias Sammet's Avantasia, Iommi, Oliver Wakeman And Clive Nolan, Snakecharmer, Bob Catley
- Style + Membre : Thunder, Once And Future King
 

 Site Officiel (800)
 Chaîne Youtube (1246)
 Myspace (652)

MAGNUM - On A Storyteller's Night (1985)
Par JEFF KANJI le 19 Février 2022          Consultée 897 fois

Les huit années passées chez Jet Records auront clairement eu autant de bons que de mauvais côtés. En partie notamment à cause du groupe, qui, lorsque la créature de la famille Arden laisse enfin son poulain s'exprimer, a de moins en moins de jus, et voit son enthousiasme brisé. Mais une réalité plus cruelle est celle du succès commercial. Et outre son style assez unique, et qui connaît pourtant des émules et un certain enthousiasme dans cette période, avec KANSAS, QUEEN, MEAT LOAF, SAGA ou encore ASIA, il aura manqué à MAGNUM une capacité presque permanente à transformer l'essai.

Si bien qu'après avoir assuré la promotion de "The Eleventh Hour!" le groupe se met d'accord pour splitter temporairement, de façon à se libérer de son contrat discographique. Cela fonctionne, mais ne va pas sans créer quelques problèmes. En effet, un musicien ne vit pas d'amour et d'eau fraîche et a besoin de bosser. Le premier à faire défection, un peu contre son gré, est Tony Clarkin, qui devra être remplacé plusieurs fois sur la tournée par Laurence Archer. À cette époque la cote du groupe est plus basse, et le guitariste et fondateur de MAGNUM dira avoir joué dans tous les trous à rats d'Angleterre à cette époque... Ce qui lui aura aussi permis de tester la plupart des nouveaux titres composés. Mark Stanway suit alors Laurence Archer et rejoignent Phil Lynott, qui vient de faire splitter THIN LIZZY et se lance dans l'aventure GRAND SLAM. Comme évoqué dans la chronique de l'album précédent, MAGNUM avait décidé de recourir aux services d'un deuxième guitariste en la personne de Robin George. Et alors que les démos du successeur de "The Eleventh Hour!" s'annoncent prometteuses, Kex Gorin décide de le suivre dans son aventure solo, si bien que c'est Jim Simpson qui prend la relève. Même Bob Catley se demande s'il ne devrait pas commencer à chercher du boulot.

Mais les morceaux composés par Clarkin sont excellents, et il est convaincu que c'est là le meilleur échantillon de chansons qu'il ait jamais écrit. L'avenir lui donnera en bonne partie raison, même si le groupe connaîtra d'autres sommets. Ainsi, Mark Stanway, et Colin Lowe répondent à l'appel de 1984, quand le changement de management, qui sera largement bénéfique à MAGNUM, pousse la formation anglaise à croire en son destin. Elle investit les Abattoir Studios de UB40 dans sa ville natale de Birmingham en compagnie de Kit Woolvern (qui décède le jour où j'écris cette chronique), avec lequel Mark Stanway travaillait au sein de GRAND SLAM, et signe chez un petit label indépendant FM Records. Petit label, mais qui va mettre le paquet sur MAGNUM. Si bien que vous avez l'équation parfaite pour un succès : un groupe au meilleur de sa créativité, une confiance retrouvée, un manager qui croit en vous, et un label qui se bouge le cul.

Quand Tony Clarkin compose "On A Storyteller's Night" en tournée à l'arrière du bus, il sent qu'il tient quelque chose de spécial, et c'est pareil avec "Just Like An Arrow" le single ultra entêtant, comme quoi quand il ne pense pas à écrire un hit single, Tony Clarkin accomplit des prouesses. "How Far Jerusalem" raconte la désillusion du groupe qui est parti vers la Perfide Albion le cœur plein de rêves, et qui revient désabusé, un peu comme MAGNUM à ce stade. Le cinquième album des Anglais a un supplément d'âme que n'avaient pas ses prédécesseurs, et son producteur saura en tirer le meilleur, y compris à partir d'un son de chiotte, puisque de l'aveu de Tony Clarkin, Jim Simpson jouait sur des casseroles qu'il ne semblait pas en mesure ni disposé à changer. C'est là qu'on voit le talent du producteur, qui ne va lésiner sur les effets sonores pour valoriser le discours de MAGNUM et lui donner une profondeur qu'il n'avait pas encore atteint jusque-là.

Entre ses compositions toutes séduisantes, même si les mastodontes "How Far Jerusalem" (qui installe l'atmosphère de l'album avec mystère), et "On A Storyteller's Night" toutes deux situées en première partie donnent un souffle quasi épique à ce disque, ce cinquième album se fait malgré tout plus direct que ses prédécesseurs. Le jeu de Jim Simpson en est une illustration. Le mec n'est pas manchot, mais la subtilité de jeu de Kex Gorin est déjà loin. C'est un peu le remplacement de Les Binks par Dave Holland ou de Rudy Lenners par Herman Rarebell vous voyez.

Mark Stanway se distingue une nouvelle fois, même si les guitares dominent clairement le mix général. On ne peut ignorer la saveur particulière qui rend "Les Morts Dansant" incontournable et absolument indéboulonnable des setlists du groupe. "Just Like An Arrow" ne fait pas forcément un très gros score, mais c'est l'album dans son ensemble qui est salué par le Royaume-Uni, puisque "On A Storyteller's Night" devient disque d'or, et commence même à se classer à l'étranger. Et ce n'est que le début des réjouissances car MAGNUM rentre dans sa période faste.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN + PAUL RODGERS
Return Of The Champions (2005)
Le Live "anti-sceptiques"




QUEEN
Live At The Rainbow '74 [2014] (1974)
The early years


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tony Clarkin (guitare, chœurs)
- Bob Catley (chant)
- Mark Stanway (claviers)
- Wally Lowe (basse, chœurs)
- Jim Simpson (batterie, percussion)
- -
- Mo Birch (chœurs sur 5)
- Kex Gorin (batterie sur cd2 1-3, 5-8)


1. How Far Jerusalem
2. Just Like An Arrow
3. On A Storyteller's Night
4. Before First Light
5. Les Morts Dansants
6. Endless Love
7. Two Hearts
8. Steal Your Heart
9. All England's Eyes
10. The Last Dance

- Demos
1. How Far Jerusalem
2. Endless Love
3. All England's Love
4. Before First Light
5. Come On Young Love #1
6. Come On Young Love #2
7. Cannon (a.k.a. Les Morts Dansant)
8. The Last Dance



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod