Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG ROCK FM  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1978 Kingdom Of Madness
1979 Ii
1982 Chase The Dragon
1983 The Eleventh Hour
1985 On A Storytellers Nig...
1986 Vigilante
1988 Wings Of Heaven
1990 Goodnight L.a.
1991 The Spirit
1992 Sleepwalking
1994 Rock Art
1996 The Last Dance
2002 Breath Of Life
2004 Brand New Morning
2007 Alice And The Broken ...
2008 Wings Of Heaven Live
2009 Into The Valley Of Th...
2011 The Visitation
  Evolution
2012 On The 13th Day
2014 Escape From The Shado...
  On Christmas Day
2015 Escape From The Shadow G...
2016 Sacred Blood Divine L...
2017 The Valley Of Tears
 

- Style : Royal Hunt, Queen, Ten
- Membre : Tobias Sammet's Avantasia , Iommi, Oliver Wakeman And Clive Nolan, Snakecharmer, Bob Catley
- Style + Membre : Once And Future King, Thunder
 

 Site Officiel (315)
 Chaîne Youtube (234)
 Myspace (286)

MAGNUM - The Visitation (2011)
Par JEFF KANJI le 10 Septembre 2013          Consultée 1908 fois

"Princess Alice And The Broken Arrow" était monumental, parvenant à faire de l’ombre à "Wings Of Heaven" (qui date tout de même de 1988). Comment faire ? "Into The Valley Of The Moonking", loin d’être mauvais, a souffert de l’importance de ce disque qui a définitivement relancé la machine MAGNUM (je rappelle que le groupe avait splitté en 1992 avant de se reformer en 2002). Alors pour "The Visitation", la seule solution pour le groupe était de maintenir le très bon niveau des deux précédents opus.

"Black Skies" ouvre l’album sur une note très Rock Symphonique avec une rythmique martiale à la "Kashmir" que les couplets plus soft viennent contrebalancer en mettant en avant la voix de l’inénarrable Bob Catley. Une très bonne introduction qui résume à merveille le contenu de "The Visitation", album rythmé et équilibré entre mid-tempi FM où la guitare de Tony Clarkin fait jeu égal avec les claviers de Mark Stanway et pièces plus ambitieuses teintées de Prog. Pas de pistes, ni d’overdubs inutiles, le groupe n’a qu’un seul guitariste et son écriture sait l’exploiter au mieux, un peu à l’image du MARILLION de la période Fish. Autre point commun avec son compatriote britannique, MAGNUM utilise un mélange de sonorités très organiques (guitares, rythmique basse-batterie) et plus synthétiques en ce qui concerne les claviers. Ainsi si vous craignez les claviers un peu cheesy aux sonorités hors du temps, passez votre chemin, car voilà un élément qui fait partie de l’identité sonore de MAGNUM. Les sonorités d’orgue Hammond sont bien évidemment de sortie ("Doors To Nowhere") mais également les nappes au son eighties ("The Visitation").

Mais surtout MAGNUM parvient à proposer sur ce nouveau disque une excellente combinaison de ses caractéristiques : les guitares, à propos toujours, majestueuses souvent, se joignent aux claviers pour créer des refrains en forme de marches épiques ("Black Skies", "The Visitation"), aidés tous deux dans cette tâche par un Bob Catley bien en voix, dont les lignes de chant limpides sont souvent soulignées de quelques chœurs. Niveau mélodies on a du sérieusement mémorisable en ligne, ne serait-ce qu’avec "Black Skies" ou le très FM "Mother’s Nature Final Dance". MAGNUM n’est pas souvent réputé pour ses grandes explosions ni pour la virulence de sa musique et l’on pourrait reprocher à "The Visitation" cet aspect trop lisse et inoffensif bien loin de la hargne d’un AC/DC ou de l’ampleur d’un QUEEN, facette que le groupe a su développer dans sa jeunesse.

Mais c’est se tromper lourdement ! Car les écoutes successives révèlent des morceaux bien plus recherchés et dynamiques que l’on aurait pu le penser au départ, MAGNUM parvenant par exemple à faire revivre sa facette Prog à travers le cœur de l’album constitué de "Spin Like A Wheel", "Last Frontier" et "Freedom Day", trois titres aux allures de voyage où les tiroirs sont autant de nouvelles respirations articulant les morceaux de la façon la plus fluide possible. Le souffle de "On A Storyteller’s Night" se met alors à souffler sur cet album qui acquiert la hauteur qui pouvait faire défaut aux premiers titres (les assez génériques "Doors to Nowhere" et "Wild Angels") ; et avec son titre ironiquement bien vu, "Spin Like A Wheel" est la bascule de l’album, qui frise dès lors la perfection jusqu’à l’évanouissement des dernières notes de "Tonight’s The Night" (aux chœurs théâtraux particulièrement bien vus). Le lancinant "The Last Frontier" vit, respire de la théâtralité du chant de Bob Catley et "Midnight Kings" vient redonner une bonne dose de groove à la fin de l’album et nous délivrer un refrain puissant dominé par un Bob Catley en verve aux harmonies presques QUEENiennes. On en viendrait presque à souhaiter que MAGNUM réécoute encore un peu plus ses deux premiers opus afin de nous proposer d’autres tueries de la trempe de "Freedom Day" ou de ce "Midnight Kings".

"The Visitation" fera donc le tri de lui-même. Les aficionados vont adorer, les hermétiques ne dépasseront pas le deuxième titre et les néophytes ainsi que les plus curieux se verront largement récompensés pour leurs efforts, faute à un début bon mais pas transcendant mais surtout à une montée en puissance perpétuelle de "The Visitation" que seul MAGNUM avec sa personnalité et son sens du style sait envoyer. Hautement recommandable !

Titres préférés : "Black Skies", "Freedom Day", "Midnight Kings"

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


The JEKYLLS
Hyde Rocker (2014)
Le Hyde Rock a les crocs




DEF LEPPARD
High' N' Dry (1981)
La révélation

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tony Clarkin (guitare)
- Bob Catley (chant)
- Mark Stanway (claviers)
- Al Barrow (basse)
- Harry James (batterie)


1. Black Skies
2. Doors To Nowhere
3. The Visitation
4. Wild Angels
5. Spin Like A Wheel
6. The Last Frontier
7. Freedom Day
8. Mother Nature’s Final Dance
9. Midnight Kings
10. Tonight’s The Night



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod