Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 ...>...>>... 2322
Comment poster un commentaire ?


RIOT CITY
BURN THE NIGHT


Le 06 Janvier 2020 par THE SEVENTH SON


Un album qui ne réinvente pas la roue... Mais c'est tellement bien fait !!!
Bien sûr on peut citer tout un tas d'influences des années 80, mais à aucun moment je ne me suis dit "retourne plutôt écouter l'original", tellement RIOT CITY rivalise en qualité de composition et d'exécution.
Jouissif !





SKID ROW
SLAVE TO THE GRIND


Le 06 Janvier 2020 par GILET JAUNE FOREVER


Au même titre que bon nombre de groupes des 90's comme NIRVANA ou TESLA, ce disque malgré toutes les louanges faites, me passionne guère. Je le trouve complètement has-been aujourd'hui en 2020. La note est en conséquence malgré des zicos et un chanteur supers.





LORD OF THE LOST
THORNSTAR


Le 06 Janvier 2020 par LOUVOIR


Merci Nightfall pour ce petit cadeau de Noël !

LORD OF THE LOST est un groupe qui gagne vraiment à être connu. Pour ma part, c'est avec cet album que j'ai été emballé par leur musique. Avec à commencer par l'ouverture monumentale qu'est "On This Rock...". Franchement, ce titre a tout pour lui. Un rythme effréné, un refrain percutant, une grosse influence indus effectivement, qui disparaitra au cours de l'album malheureusement.

On ne va pas se mentir, cet album, c'est surtout une vitrine pour l'organe vocal de monsieur Chris Harm. Et il faut bien avouer que le mec sait s'en servir avec virtuosité, aussi bien dans le registre hurlé que la voix de basse romantique. Quitte à parfois frôler la caricature.

Parfois, on s'éloigne du metal, pour explorer des territoires plus rock, mais sans déplaisir.
Cela dit, il est vrai que l'album est beaucoup trop long. Il aurait pu s'arrêter sur "Ruins" et n'en aurait été que meilleur.

A recommander chaudement tout de même!





SCREAMING TREES
CLAIRVOYANCE


Le 06 Janvier 2020 par VALEK

SCREAMING TREES était les premiers à faire du Grunge rien avoir avec la musique de Jim Morrison. Il ont inventé le Grunge avec MUDHONEY. C’est dommage de se tromper mais aucune chronique n’est parfaite et je suis content que étais cette personne qui rendra hommage au méconnu Mark Lanegan. Il faut avoir de bons goûts pour apprécier un tel artiste. Je me souviens avoir écouté les débuts du groupe, il n’y a presque rien d’accrocheur dans les trois premiers disques. Pas étonnant que personnes ne se souvient de leurs premiers travaux. En tout cas je maintiens le fait qu’il s’agit de Grunge.





DANZIG
DANZIG


Le 06 Janvier 2020 par VALEK


Le premier DANZIG restera inégalable, c’est l’oeuvre la mieux composée de toute la carrière de Glenn. Notre chanteur cherchera son inspiration dans la voix de The DOORS avec un chant Hard Rock bluesy super efficace. Des riffs de guitares groovy qui font mouche. Mes titres préférés : "Twist Of Cain", "Not Of This World", "She Rides", "Soul On Fire", "Mother", "Possession", "End Of Time", "The Hunter".





DANZIG
Danzig II: Lucifuge


Le 05 Janvier 2020 par VALEK


Glenn Danzig sortira le chef d’œuvre de sa carrière avec Danzig deux. Un mélange de Hard Rock de Blues influencé par The DOORS pour le chant.





DANZIG
DANZIG III : HOW THE GODS KILL


Le 05 Janvier 2020 par VALEK


Nous sommes dans l’âge d’or avec "Danzig III". Le seul défaut principal est que Glenn ne module pas tellement sa voix, il le fera d’avantage sur le quatre. Il a tendance à gueuler sur des chansons parfois longues. L’Atmosphère est très sombre et obscure et la musique est très bien composée. DANZIG est au sommet de son Art avec cette dernière grande offrande. Mes titres préférés : "Anything", "Bodies", "How The Gods Kill", "Dirty Black Summer", "Left Hand Black", "Heart Of The Devil", "Do You Wear The Mark", "When The Dying Calls".





UFO
HIGH STAKES & DANGEROUS MEN


Le 05 Janvier 2020 par LE MOUNGEPEDOUN


Album honnête du combo toujours mené par la voix de maître de Phil Mogg indétrônable chanteur, la mélodie étant toujours là. Et puis ce groupe a toujours été là référence absolue pour Steve Harris, et ça a le mérite de le faire, car rares sont les groupes à afficher cinquante ans de carrière, surtout à un tel niveau de confidentialité. Chapeau !





DARK TRANQUILLITY
ATOMA


Le 05 Janvier 2020 par NEPTUNE


Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Cette merveille est pour moi le meilleur DT avec le génial triptyque "Projector"/"Haven"/"Damage Done".
Après une traversée du désert qui a quand même duré un bon moment avec des disques relativement lisses (excepté "Character" qui restait très bon quoique plus frontal et pas aussi marquant que ses glorieux prédécesseurs), "Atoma" remet clairement les pendules à l'heure, et plutôt 2 fois qu'une !
C'est bien simple, "Atoma" ne comporte pas la moindre faiblesse. Il représente selon moi une synthèse ; une profession de foi. Un exercice de style dans lequel est condensé tout ce que le groupe peut créer de meilleur avec une inspiration et un feeling rarement atteint.
De la mélancolie poignante de "Projector" au génie "tubesque" de "Haven" et passant par la puissance classieuse et catchy de "Damage Done", sans oublier le petit souffle prog' faisant partie intégrante de l'âme de DT, tout est réuni ici pour un parfait orgasme auditif.
Rarement DM mélo m'aura pris autant aux tripes avec des morceaux d'anthologie comme les géniaux "Forward momentum", "Faithless By Default", "Clearing skies", ou encore le superbe "Merciless Fate" (titre touché par la grâce et sommet de mélancolie dont je ne me suis pas encore remis). My God ces mélodies ! Cette puissance et surtout cette classe mes aïeux !
Bref, je ne peux que courber respectueusement l'échine face à cette pépite ciselée de mains d'orfèvres.
Chapeau bas les artistes.





EDGUY
HELLFIRE CLUB


Le 05 Janvier 2020 par DJINN


Il serait faux de dire que EDGUY trouve enfin son propre style sur "Hellfire Club", après avoir pompé HELLOWEEN.
EDGUY après avoir fait du (très bon) Speed influencé par HELLOWEEN, sort ici un album influencé par JUDAS PRIEST, enfin celui - tardif - de "Painkiller".

Le souci est que d'une part, des dizaines de groupes allemands ont suivi la voie inspirée par "Painkiller", d'autre part qu'aucun n'a sorti de disque réellement marquant dans ce style. Les albums de PRIMAL FEAR ou CAGE sont destinés à prendre la poussière et l'oubli les guette désormais.

EDGUY ayant une aura un peu plus développée, "Hellfire Club" ne craint sans doute pas ce destin. Est-ce pour autant une réussite ?

Deux mauvais points : 1 - la production que d'aucuns jugeront "puissante". C'est-à-dire que vos oreilles saignent dès le premier morceau. Les guitares rythmiques ont un grain atroce à la limite du supportable, et on va en prendre pour quatorze titres avec les bonus.
2 - la voix de Tobias Sammet. Je n'ai rien contre son charmant vibrato des albums passés. Là il essaie de sonner comme le Rob Halford de HALFORD - le groupe, celui qui essaie de surfer sur la vague de "Painkiller", mais n'est déjà plus qu'un PRIMAL FEAR de plus. Dès l'intro de "Mysteria" on croit entendre Rob Halford crier "Revelaaation".

Et les compos dans tout cela ? Étant de la tribu des HELLOWEENiens, "We Don't Need A Hero" me parle bien. AVANTASIA a proposé un petit paquet de chansons comme ça, mais Tobias a eu la sagesse de les faire chanter par Michael Kiske. Là il n'arrive pas à se défaire de son chant agressif qui tente de loin d'approcher Rob Halford, et il sonne faux. "Rise Of The Morning Glory", dans le même style, n'est pas un titre bien original, mais Tobias y reste dans des tonalités qu'il maîtrise.

"Mysteria" propose un riff tueur à la ACCEPT. "The Piper Never Dies" a une bonne montée en sauce avant le premier refrain. "Under The Moon" a un bon refrain. "Forever" est une ballade standard, mais qui fait respirer le disque. Au contraire "The Spirit Will Remain" qui clôt le disque ne sert à rien. Déjà que "Navigator" ne semblait pas indispensable. Les sommets ne se bousculent pas.

"Rocket Ride" aura un côté plus Hard Rock (pas mon préféré non plus), "Age Of The Joker" reviendra au Spimélo. EDGUY essaie des choses différentes, et n'est donc pas ce groupe qui s'autoplagie que certains décrient.

Mais malgré les louanges que le disque a reçu, je trouve "Hellfire Club" plutôt raté. Un peu le syndrome du Black Album des METS ou du "Once" de NIGHTWISH : on prétend y voir une explosion à la face du monde, alors que la grande époque est déjà passée.





IRON MAIDEN
SOMEWHERE IN TIME


Le 05 Janvier 2020 par NATEAG666


Ah "Somewhere In Time"... Facilement mon MAIDEN préféré.
Comme très bien vu dans la chronique principale, IRON MAIDEN ne faiblit pas sur cet album, il garde la fougue, l'énergie, la vitesse des albums précédents mais il y rajoute quelque chose en plus : une musicalité incroyable, des guitares touchées par la grâce, des synthés magnifiques, des passages d'une beauté rare qui font contraste avec le reste.
Et aucun temps faible durant tout le disque.
Génial.





WHITESNAKE
FLESH & BLOOD


Le 05 Janvier 2020 par JOELR


Après un "Good To Be Bad" pas terrible, et un bon "Forevermore", Coverdale et son "nouveau" bras droit reviennent avec un "Flesh & Blood" qui porte mal son nom.
Les quatre premiers morceaux sont assez rentre-dedans, c'est vrai (pour du SNAKE, bien sûr) mais sont finalement peu mémorables. Mais on se dit "ha! il y a quelque chose" !
Et ensuite c'est le drame : un enchaînement de titres ratés ("When I Think Of You" et sa production affreuse, "After All" où Coverdale se prend pour Maxime Le Forestier (si ! si !), "Get Up", etc), le tout entrecoupés de titres sans grand intérêt et surtout déjà entendus dix fois en bien mieux par WHITESNAKE !
Heureusement, "Sands Of Time" clôture l'album de meilleure façon, sans toutefois être excellente.
Bref, du réchauffé de l'avant-veille et de la nouveauté ratée : pas terrible tout ça, Mr Coverdale.





NEUROTECH
TRANSHUMAN


Le 04 Janvier 2020 par NORTHMATHR


J'ai découvert pour ma part NEUROTECH vers l'époque de la sortie de cet EP. Son successeur, à savoir l'album "Antagonist", est arrivé et a affermit le style. Je trouve ces deux "Transhuman" et "Antagonist" totalement complémentaires. J'aime beaucoup ces deux sorties, c'est du Cyber Metal avec de beaux arrangements et une certaine violence mécanique, qui ne ressemble pas aux autres FEAR FACTORY ou SYBREED. C'est conçu en MAO ça se ressent, et ça fait son charme quelque part, du Metal totalement cybernétisé, déshumanisé...
C'est surtout la suite qui me plaît moins à partir d'"Infra Versus Ultra" (les "Decipher" sont encore bien) où Wulf temporise sa musique, devient évasif et se veut planant et/ou popisant... c'est trop mielleux, pathétique (dans le sens de ce qui fait appel au pathos). Je continue du moins de le suivre.





EVERGREY
HYMNS FOR THE BROKEN


Le 04 Janvier 2020 par MEGIDDO


Le retour inattendu d'un grand qui s'était perdu et avait failli disparaître après le précédent album. Les retours de Henrik Danhage et de Jonas Ekdahl ont renfloué ce beau navire qui prenait dangereusement de la gite. La qualité de "In Search of Truth" est de nouveau atteinte après des années d'errements artistiques et de changements de line-up incessants.
Fait rare, tous les morceaux sont très bons ou excellents. Les mélodies et le chant de Tom sont parfaits. L'émotion est là, décuplée par ce piano toujours très bien utilisé. Des erreurs du passé ont été gommées, comme on en a parfois entendu lors des précédentes productions comme certains changements de tonalités malheureux ou des refrains approximatifs. Rien de tout cela ici.
A noter que le cd bonus de l'édition limitée contient 3 titres en version piano "Hymns For The Broken","Barricades" et "These Scars" avec Carina Kjellberg-Englund en seconde voix. A tomber. Tom au pinacle de son art.
Cet album est un Chef d'Oeuvre.





IRON MAIDEN
SOMEWHERE IN TIME


Le 04 Janvier 2020 par MEGIDDO


L'album qui m'a réconcilié avec MAIDEN après les ennuyeux "Piece Of Mind" et "Powerslave". J'ai du écouter "Live After Death" une seule fois.
La volonté de proposer autre chose est couronnée de succès. L'implication d'Adrian Smith aura été un facteur determinant.
SSOTSS continuera sur cette voie avec autant de réussite, hormis le barbant "Can I Play with Madness".





Michael ROMEO
WAR OF THE WORLDS // PT. I


Le 04 Janvier 2020 par JOE THE ALIEN


Impeccable. Un superbe album de plus au compteur du sieur Romeo... mais sans Russell Allen au chant, d’où 4,5 arrondi à 4 plutôt que 5.





MOTÖRHEAD
BAD MAGIC XXXX


Le 04 Janvier 2020 par IRONGE_MAIDENT

J'écoutais une entrevue donnée sur le dvd, "The Wörld Is Ours", et Lemmy y raconte qu'il y a autant de savoir faire dans les trois accords que, dans les autres sphères métalliques.
Quand même sur un point il a raison, j'écoutais les dessins animés, Demon Slayer, et (spoil) y a un gars qui maîtrise juste une seule forme d'attaque, mais perfectionnée avec jusqu'au-boutisme. Ben Lemmy c'était ça, un savoir-faire sur trois accords certes, mais cela fonctionnait t'il ? Assurément, mais sur "Bad Magic" il ne contient pas de chanson comme "Law Man" où un "Sharpshooter" de son monde de gobeur de speed. Mais écouter la chanson "Till The End", et entendre (presque) une complainte, mais qui reste droite, sans tomber dans la guimauve en gros bonne chanson. Pas aussi bonne que "God Was Never On Your Side", mais presque, c'était aussi autre chose en concert ce groupe autant de haut que de bas. Toujours le volume à fond pour un trio, qui imposait. Non "Bad Magic" ne contient pas de "Bomber", où encore "Overkill", mais j'y reviens souvent, comme voir et écouter ce que le dernier album de MOTÖRHEAD avait à dire.
Comme revenir sur l'épitaphe d'une personne disparue. Qu'ont louange les trois accords où que l'on crache impunément dessus, quitte d'écouter juste trois albums sur une discographie immense, (et riche si si), ben c'est un peu passer aux côté de l'esprit MOTÖRHEAD, du Rock en gros.





MAYHEM
DAEMON


Le 04 Janvier 2020 par BORIS LE BORGNE


Moi aussi je l'aime bien ce MAYHEM nouveau. Comme il est dit dans la chronique, impossible de ne pas le comparer à "DMDS", ce qui est un gage indéniable de qualité, à défaut d'être une preuve d'originalité.
Cadence infernale du début à la fin (merci Hellhammer !) et un Attila toujours aussi baroque et possédé.

Un retour aux sources plutôt réussi.





ENFORCER
ZENITH


Le 03 Janvier 2020 par KAMELOT


J'adore, album très varié et plein de surprises, morceaux speed, heavy, lent. En effet la balade "Regrets" est magnifique, "Forever We Worship The Dark" entêtante.
J'enlève une 1/2 étoile pour la pochette pourrie.





BALD ANDERS
SPIEL


Le 03 Janvier 2020 par GRANNDDUC


En effet, l'approche est différente de "Sammler" même si l'on retrouve des similitudes notamment dans l'usage des claviers, du vibraphone ce qui n'est pas pour me déplaire d'ailleurs. Des repères pour ne pas se perdre dans la forêt mais aussi des guitares plus présentes et abrasives, des lignes vocales plus variées toujours très évocatrices et parfois un côté presque Punk forestier. Bref, différent mais toujours très bon, tout en contraste comme si on hésitait à suivre dans ce jeu la fée enchanteresse ou le mage malfaisant. Et pourquoi choisir l'un ou l'autre, en bon normand, je m'abstiendrai.







Commentaires :  1 ...<<...<... 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 ...>...>>... 2322






1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod