Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1969 In The Court Of The C...
1970 In The Wake Of Poseid...
  Lizard
1971 Islands
1972 Earthbound
1973 Larks' Tongues In Asp...
1974 Starless And Bible Bl...
  Red
1975 Usa
1976 A Young Person's Guide T...
1981 Discipline
1982 Beat
1984 Three Of A Perfect Pa...
1992 The Great Deceiver
1995 Thrak
  B'boom: Live In Argentin...
1996 Thrakattak
1997 Epitaph
  The Night Watch
1998 Absent Lovers : Live In ...
  Live At The Jazz Café (p...
  Space Groove (projekc...
1999 The Deception Of The Thr...
  Live Groove (projekct Tw...
  Masque (projekct Three)
  West Coast Live (projekc...
2000 The Construkction Of ...
  Heavy Construkction
  Live At Summit Studios
  Heaven & Earth (proje...
2001 Vrooom Vrooom
  Live In Mainz
2002 Ladies On The Road
  Live At The Zoom Club
2003 The Power To Believe
  Elektrik: Live In Japan
  Live In Japan (21st Cent...
2006 East Coast Live (projekc...
2011 A Scarcity Of Miracle...
2012 Larks' Tongues In Aspic ...
2013 The Road To Red
2014 Live In Tokyo (the Crims...
  The Elements 2014 Tour B...
  Starless
2015 Live At The Orpheum
  Thrak - Box Set
2016 Live In Toronto
  Rehearsals & Blows (may-...
  Radical Action (to Unsea...
  On (and Off) The Road
2017 Live In Chicago, June 28...
  Sailor's Tales
2018 Live In Vienna

KING CRIMSON - In The Court Of The Crimson King (1969)
Par POSITRON le 19 Février 2019          Consultée 1466 fois

Tout a déjà été dit sur "In The Court Of The Crimson King".

L'année mille neuf cent soixante-neuf, la transfiguration de GILES, GILES & FRIPP depuis cette petite formation s'éloignant de sa Pop Psyché BEATLES-ienne vers quelque chose de plus grand qui n'est pas encore la chose du roi Frippé, le manifeste du Rock Progressiste déjà embryonnaire (*) dont il sera à jamais l'un des porte-étendards au point d'être parfois à tort désigné comme le premier album du genre. La furie, le pastoral, le tragique, le mystérieux et le majestueux dans cet ordre. La fusion des genres, l'impact démesuré d'un des disques les plus importants de l'Histoire de la musique populaire, adulé depuis The WHO jusqu'à VOIVOD, depuis Kate BUSH jusqu'à UNIVERS ZERO, depuis COHEED AND CAMBRIA jusqu'à SLEEPYTIME GORILLA MUSEUM. L'auto-production et ses difficultés, le son si particulier plein d'arrangements victime de maladresses dans l'enregistrement, la batterie claquant, sèche, au milieu des mellotrons et des overdubs. Et puis le succès, le billboard, les controverses – petite dédicace à Christgau de mon cul – et, on peut le dire, le putain de buzz.

Alors il ne reste presque plus rien pour le trouzemillième chroniqueur, plus rien que ce dilemme né le jour de la sortie du disque et depuis resté, comme son support, insensible aux assauts du temps : indulgence ou sévérité ? Indulgence ou sévérité pour "Moonchild" bien sûr. Car à moins de faire partie, ou bien de cette malheureuse classe de réfractaires à KC dont nous prions pour le plus prompt retour à la raison, ou bien de cette autre classe d'étranges personnages qui mangent AMM le matin, Evan PARKER le midi, et SUPERSILENT le soir, c'est la vraie question qui se pose lorsqu'il s'agit d'évoquer cet album. Pardon ou sanction, en d'autres termes : quatre ou cinq étoiles ?

Une étoile pour chacun des autres morceaux, tubes en puissances, véritables monuments de tout ce qu'a pu représenter le Rock Progressif et dont les noms ou les thèmes devraient résonner dans vos oreilles comme résonne gravement et sereinement le titre de classiques littéraires canonisés, comme sonne légèrement et pleinement et l'appel d'un être aimé ou d'un ami fidèle. "Twenty First Century Schizoid Man", "In The Court Of The Crimson King" des suites de mots indissociables de l'essence profonde du Rock Progressif et somme toute bien plus fondamentales que les aplats de mellotron, les mesures composées ou les masturbations frénétiques.

Ou mais voilà : huit minutes d'improvisation libre (je dis Free Improv pour faire prétentieux) évanescente et rêveuse pourquoi pas, surtout quand c'est bien fait – et c'est le cas. Mais jurant comme un décès à une noce, pourquoi, ici, ce hors-sujet total en plein milieu d'un élan de composition qui semblait aussi grandiose qu'implacable, l'union du Rock, du Jazz, du Psyché, du Médiéval dans une alchimie improbable, un sens mélodique surhumain aussi connaisseur en musique populaire qu'en musique savante ? Mystère, cinquante ans de mystère...

Non en fait on sait aujourd'hui qu'ils ont été improviser parce qu'ils avaient rien d'autre à foutre sur leur disque et qu'ils aimaient bien la "free form" – sauf Greg Lake mais tant pis pour lui – goût précoce qui sera confirmé maintes fois tout au long de la carrière du groupe et en particulier dans ses représentations live (**). Tout de suite ça casse un peu l'image que j'essaye de vous peindre du disque et le flot de ma chronique mais ne vous en faites pas je vais m'en sortir.

Je pourrais me dépêtrer en justifiant la présence de ce disque sur un site de métaux (elle était bien entendu indispensable), me replonger dans les chansons en elle-mêmes, les disséquer et vous en vanter leurs mérites une fois de plus ou peut-être vous exhiber quelques paroles pour avoir l'air profond et inspiré (et je ne vais pas m'en priver) mais je vais plutôt vous dire ceci : ce qui fait le propre des mythes et des légendes, c'est leur incapacité à se ternir, leur simple refus d'exister, de vivre et de mourir sur le même plan matériel que celui dans lequel nous évoluons.

L'homme qui chante sur ce disque, Greg Lake, est mort le 7 décembre 2016. Étant donné qu’il est assez peu probable que l'humanité accède à l'immortalité dans mon estimation des limites temporelles à l'intérieur desquelles se déroulera mon existence, je vais comme Ian McDonald, Michael Giles, Robert Fripp et vous tous, finir par disparaître. Et tandis que je rendrai mon dernier souffle, je resterai convaincu, si tant est que mes capacités mentales me le permettent à ce moment-là, que ce disque aura traversé le temps inaltéré dans tout ce qu'il est et représente, et ce alors qu'à son sujet des milliers de lignes auront encore été rédigées, le tout bien sûr dans une parfaite et sereine redondance car, comme je vous le disais plus tôt : tout a déjà été dit sur "In The Court Of The Crimson King" et c'est très bien ainsi : il ne reste plus qu'à écouter.

Between the iron gates of fate,
The seeds of time were sown,
And watered by the deeds of those
Who know and who are known;
Knowledge is a deadly friend
If no one sets the rules
The fate of all mankind I see
Is in the hands of fools

The wall on which the prophets wrote
Is cracking at the seams
Upon the instruments of death
The sunlight brightly gleams
When every man is torn apart
With nightmares and with dreams,
Will no one lay the laurel wreath
When silence drowns the screams

Confusion will be my epitaph
As I crawl a cracked and broken path
If we make it we can all sit back
And laugh
But I fear tomorrow I'll be crying,
Yes I fear tomorrow I'll be crying


_ _ _ _

(*) The SOFT MACHINE, The MOODY BLUES, Frank ZAPPA & The MOTHERS OF INVENTION, CARAVAN
(**) cf KING CRIMSON Court In Session
Pour être plus précis le groupe était déjà coutumier des longues jams improvisées pendant ses concerts et aura voulu en reproduire l'expérience.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


Trent GARDNER
Leonardo, The Absolute Man (2001)
Super groupe a la explorer's club




TRANSATLANTIC
Live In America (2000)
All star prog


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Robert Fripp (guitare)
- Ian Mcdonald (claviers, bois, cuivres, backing vocals)
- Greg Lake (basse, chant)
- Michael Giles (batterie, percussions, backing vocals)
- Peter Sinfield (parolier)


1. 21st Century Schizoid Man
2. I Talk To The Wind
3. Epitaph
4. Moonchild
5. The Court Of The Crimson King



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod