Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1969 From Genesis To Revel...
1970 Trespass
1971 Nursery Cryme
1972 Foxtrot
1973 Selling England By Th...
  Live
1974 The Lamb Lies Down On...
1976 A Trick Of The Tail
  Wind And Wuthering
1977 Seconds Out
  Spot The Pigeon
1978 And Then There Were T...
1980 Duke
  Duke Revisited: Live At ...
1981 Abacab
1982 Three Sides Live
  3x3
1983 Genesis
1986 Invisible Touch
1991 We Can’t Dance
1992 The Way We Walk : The Sh...
1993 The Way We Walk : The Lo...
1997 Calling All Stations
1998 Archive Vol 1
  Inedits
1999 Turn It On Again - The H...
2000 Archive Vol 2
2004 Platinum Collection
2007 Live Over Europe
2014 R-kive
 

- Style : Marillion
 

 Site Officiel (25)

GENESIS - Foxtrot (1972)
Par MEFISTO le 31 Mai 2018          Consultée 915 fois

"Foxtrot" est l'album de la folie, de la démesure chez GENESIS. "Trespass" était vaporeux, obscur, abstrait, "Nursery Cryme" était déjanté et poétique, "Foxtrot" est pompeux et repousse toutes les limites.

1972. Année majeure pour le Prog. YES sort son chef-d'œuvre incontesté, ELP procrée le superbe "Trilogy", JETHRO TULL accouche de "Thick As A Brick" et PINK FLOYD enregistre "Dark Side Of The Moon". Wow… frissons.

Les Anglais se débarrassent de leur cocon pour de bon avec "Foxtrot", nourris par une confiance inébranlable. Frontman de génie et sans peur, line-up solide et balèze, créativité sans fin, il ne pouvait pas y avoir d'os. Le contexte historique appelait au succès, quémandait en ogre un festin pour les oreilles, l'âme et chaque os du corps humain. GENESIS allait faire sa part en usant d'exubérance pour marquer à jamais le Prog.

Cette pochette d'abord, la troisième d'affilée et dernière confectionnée par Paul Whitehead, donne le ton. "Nursery Cryme" n'est pas loin, sauf que cette fois, on laisse tomber le terrain de croquet pour la mer… Les fans de Metal savent que cette entité bleue a inspiré nombre d'artistes de tous les genres, de l'Ambiant au Death Mélo, alors imaginez ce qu'un groupe comme GENESIS, en 1972, fera de cette image…

Et bien… Pas grand-chose en fait. À part les bridges éthérés de "Get'Em Out By Friday", la quasi entièreté de "Can-utility And The Coastliners" et l'instrumentale passe-partout "Horizon's", on nage encore dans l'abstrait sur les moments marquants de ce quatrième album des Angloches. "Time Table" est très Folk, nostalgique et victorienne dans l'âme, "Watcher Of The Skies" est d'une folie consommée, le duo "Get'Em Out By Friday" (avec Collins au chant) et "Can-Utility And The Coastliners" sont réussies sans déclencher de stupéfactions et la colossale "Supper's Ready" est aussi surprenante et passionnante qu'inclassable, alors… GENESIS nous mène encore en bateau en nous faisant miroiter des mirages inatteignables.

"Foxtrot" est une lame à deux tranchants, une médaille à deux côtés, un gros point d'interrogation encore durement ancré. Dans le coin bleu, on a la tête et la queue de cette œuvre majeure, deux des pièces préférées des amateurs en concert : "Watcher Of The Skies" durant laquelle Gabriel se déguise en Dracula et "Supper's Ready", 23 minutes de magie gazéifiées par un Gabriel théâtral au maximum… Dans le coin rouge, nous avons le quatuor de remplissage, dirons-nous vachement, mais du remplissage de qualité. "Time Table" résonne aussi fort 36 ans plus tard grâce à ce tempo style "lecture de conte" que Tony Banks instaure avec doigté, appuyé avec tact par Hackett. Quant à "Horizon's", elle agit comme un excellent trou normand.

Oui, un trou normand avant le plat principal, le dessert, les fromages, le café et les digestos. Tout ça dans la même foutue pièce de 23 minutes, intitulée juste à point "Supper's Ready". À elle seule, cette géante du Prog vaut l'achat de l'album, au même titre que "Close To The Edge", car à chaque écoute, elle se dévoile petit à petit et ne vieillit surtout pas. Ne déçoit jamais.

"Supper's Ready", comme l'a résumé Peter Gabriel dans une entrevue, est un pèlerinage menant un individu jusque dans les Révélations de la Bible. Plus concrètement, ce monument est divisé en sept parties distinctes offrant à l'auditeur des émotions antinomiques et bigrement mémorables.

La tranquille et romantique ouverture "Lover's Leap" laisse place à "The Guaranteed Eternal Sanctuary Man", thème que l'on retrouvera aussi vers la fin. "Ikhnaton And Itsacon And Their Band Of Merry Men" ouvre les vannes et permet à "Supper's Ready" de s'envoler définitivement à grands coups de "bang bang bang". Une de mes parties préférées, naïve et puissante, injectée d'une liberté éphèbe et contagieuse. Et que dire de la guitare de Steve Hackett, qui se lâche et nous installe confortablement dans ce manège de dingue…

Après presque dix minutes de musique crépitante et stimulante, on passe au quatrième segment, "How Dare I Be So Beautiful?", solennel et sombre, sorte d'intro à la partie la plus éclatée de l'aventure, "Willow Farm", durant laquelle Peter Gabriel se déguisait en fleur géante… Je vous le jure, en live, ça déboîtait… Ceux et celles qui ont eu le bonheur d'y assister en parlent encore comme d'une expérience inoubliable. Comment ne pas succomber à cette énergie nouvelle, adolescente, à la limite du cartoon et de la pub, tellement les Anglais s'amusent et nous entraînent dans leur délire ! Quatre minutes et demi de pure jouissance.

Ensuite, eh bien… les sept dernières minutes de "Supper's Ready" se dérouleront d'abord dans la contemplation, la tranquillité des débuts et un élan d'espoir… Avant que le train ne décolle de nouveau et déchire tout, gracieuseté d'une rythmique martiale rappelant celle de "The Knife". GENESIS ne déconne pas et entend bien jouer les généraux après avoir gambadé dans les champs fleuris comme un fantassin. À partir de 16 minutes, jusqu'à la fin, rares sont les moments de répit, la chute est grandiose, épique, poignante et si profonde, qu'elle abasourdit encore après toutes ces années.

C'est vraiment dès la 19ème minute que GENESIS démontre de quels joyaux il est constitué. La cadence de Collins, le synthé grandiose de Banks et le chant dramatique de Gabriel ouvrent la voie à un rideau des plus émouvants, qui reprend l'air de "Lover's Leap" et instaure le sublime grâce à Hackett et Rutherford, qui nous guident, nous pauvres pantins hypnotisés, vers Jérusalem. Mais quelle osmose, quel travail d'équipe hallucinant, quel crescendo ! On se croirait dans une grand-messe qui rameuterait même les plus cyniques. L'intensité ressentie dans les trois dernières minutes de ce souper des rois célestes est absolument irrésistible. Ce n'est pas étonnant qu'on se plaise à recommencer ce long, mais jamais ennuyeux, chemin de croix… Il s'agit là d'une communion vigoureuse et spirituelle rarement égalée.

"Foxtrot" est un disque mal constitué en format CD, mais en format vinyle, la face B n'étant pratiquement comblée que par "Supper's Ready", peu d'ombre a été jetée sur la première moitié. D'ailleurs, quand on réécoute l'album sous le buzz intemporel de 23 minutes, on tend à goûter davantage aux ingrédients des deux phares mitoyens, "Get'Em Out By Friday" et "Can-Utility And The Coastliners", dont le potentiel de réécoute est presque aussi grand que la tête et la queue mirobolantes de ce "Foxtrot" de fou.

Bref, un album drôlement constitué, mais facilement (ré)écoutable. Il ne manque qu'une étincelle pour que je lui octroie la note parfaite.

Verdict : 4,5/5.

Podium : (or) "Supper's Ready", (argent) "Time Table", (bronze) "Watcher Of The Skies".

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MEFISTO :


GENESIS
Trespass (1970)
L'album le plus sombre de GENESIS




VIRUS
The Agent That Shapes The Desert (2011)
Le désert version « cool »


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Tony Banks (orgues, piano, synthés)
- Steve Hackett (guitare électrique, 12 et 6 cordes)
- Phil Collins (batterie, percussions)
- Peter Gabriel (chant, flûte, tambourins, hautbois)
- Michael Rutherford (basse, guitare 12 cordes)


1. Watcher Of The Skies
2. Time Table
3. Get'em Out By Friday
4. Can-utility And The Coastliners
5. Horizon's
6. Supper's Ready



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod