Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Forgotten Songs (early D...
  Script For A Jester's...
  The Recital Of The Scrip...
1984 Fugazi
  Real To Reel
1985 Misplaced Childhood
1986 Brief Encounter
1987 Live From Loreley
  Clutching At Straws
1988 B'sides Themselves
  The Thieving Magpies
1989 Seasons End
1991 Holidays In Eden
1994 Brave
1995 Afraid Of Sunlight
1997 This Strange Engine
1998 Radiation
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road
  Marbles
2007 Somewhere Else
2008 Happiness Is The Road
2012 Sounds That Can't Be ...
2013 Radiation 2013
2016 F.e.a.r. (fuck Everyo...
2017 Living In F E A R (singl...
 

- Style : Maschine, Genesis, Pendragon, Pallas
- Style + Membre : Arena
 

 Site Officiel (682)
 Myspace (282)
 Chaîne Youtube (284)

MARILLION - Fugazi (1984)
Par JEFF KANJI le 3 Octobre 2018          Consultée 621 fois

Malgré un succès quasi immédiat qui le voit boucler l'Hammersmith Odeon pour terminer sa tournée en apothéose (documentée sur le glorieux "Recital Of The Script"), MARILLION ne compte pas se reposer sur ses lauriers et va régler une bonne fois pour toutes la question Mick Pointer. Le fondateur de SILMARILLION est en effet le seul qui est distancé dans la quête de progrès et de performance accomplie par ses quatre acolytes ; il est ainsi limogé et ne trouvera un second souffle qu'avec la formation d'ARENA au milieu des années 90. Exigeant, MARILLION éconduit également le batteur-fondateur de CAMEL Andy Ward (à cause de ses problèmes personnels) et le jeune prodige Jonathan Mover avec lequel l'alchimie n'est pas au rendez-vous malgré des séances d'écriture où il aura contribué à la genèse de "Punch And Judy". Après trois batteurs, dont John Marter (qui enregistrera la nouvelle version de "Three Boats Down From The Candy"), c'est Ian Mosley, qui joue avec Steve HACKETT, qui est choisi. Si l'on excepte le départ de Fish, le line-up restera inamovible jusqu'à aujourd'hui, laissant Jonathan Mover fonder GTR avec… Steve Hackett et Steve Howe, deux dinosaures du Prog '70 en quête de renouveau.

Il n'empêche que ces expériences diverses et l'enchaînement des concerts ont indubitablement eu une influence sur l'écriture et l'expressivité de MARILLION qui sort pile un an après "Script For A Jester's Tear" un second album où les guitares se font bien plus présentes, et le propos plus lumineux et punchy. En effet, si Mark Kelly n'a pas remisé ses claviers ("Punch And Judy", "Jigsaw"), Steve Rothery est nettement moins en retrait ici et la saturation est moins timide, même si le temps montrera bien qu'il ne mise jamais là-dessus. "Assassing" le premier single (qui sera une version éditée de 3:37 sacrément percutante, plus que la version album en fait) le montrera assez nettement, mais "She Chameleon" en sera la plus belle démonstration.

Forcément, il est aisé de comprendre pourquoi les amateurs de Hard Rock préfèrent généralement ce "Fugazi" à "Script For A Jester's Tear". Et pourtant, je garde toujours une tendresse particulière pour ce premier album à la fois innocent et désenchanté, où les textes sont merveilleusement accompagnés, dans un style peut-être plus pompeux qu'ici. Vous ne serez donc pas surpris que l'une de mes pièces préférées soit "Jigsaw" avec sa théâtralité exacerbée et son ambiance tristement héroïque qui auraient parfaitement eu leur place sur le premier album. Mais c'est aussi l'un des titres qui permet d'apprécier à quel point la nouvelle section rythmique est efficace. Le sens du groove de Ian Mosley et le timing intraitable de Pete Trewavas construisent des fondations solides qui laissent la place au clavier et à la guitare pour s'exprimer ; les roulements de "Incubus" auraient été inenvisageables sur le premier album. Steve Rothery n'a jamais besoin de beaucoup de notes pour parler au cœur ; et c'est encore ce qui se passe sur le refrain de "Jigsaw".

Mais diable il y a six autres titres. Et le premier d'entre eux permet de prendre la mesure de l'artiste que Fish est devenu : si le timbre n'a pas changé, son expressivité s'est élargie, et il délivre à chaque parole une intensité qui s'exprime par une façon de raconter ses textes qui l'encourage à explorer d'autres méthodes d'expression (il pratiquait déjà les bruitages à la bouche en live), chuchotant, déclamant, parlant ses textes, une marque de fabrique qui fera notamment le charme de "Clutching At Straws", et dont il garnit déjà quelques morceaux de "Fugazi". Il est avec Steve Rothery celui qui attire le plus la lumière sur ce deuxième opus. Le passage avec les "fuck" de "She Chameleon" est un modèle du genre, ou encore ses théâtraux "Watch the lizard", marqués à la culotte par le reste du groupe.

"Fugazi", sans renier son amour du Rock Progressif, est plus direct que son prédécesseur. MARILLION atteint son but plus vite, permettant une mémorisation rapide des refrains ("Punch And Judy"), et autres gimmicks (le question-réponse guitare/clavier de "Assassing" est à cet égard un modèle du genre). En outre cet album possède un sacré groove dont les causes sont expliquées plus haut. Une nouvelle fois MARILLION a beaucoup écrit pour ce disque et c'est cette fois-ci "Cinderella Search" qui sera sacrifiée ; il fallait se procurer le single de "Punch And Judy" pour ça (on la retrouvera également sur le Live "Reel To Reel" qui sortira huit mois plus tard). Après "Margaret" sur "Garden Party", la formation anglaise perpétue une habitude qui va la suivre pendant toute sa carrière, avec à chaque fois une nouvelle peinture de Mark Wilkinson pour l'illustrer (en tout cas jusqu'en 1988), et que le groupe aura finalement la bonne idée de compiler en 2000 dans un coffret sous le titre "The Singles '82-'88".

Toujours est-il que "Fugazi" s'avère bien plus qu'un honnête successeur ou prolongement de "Script For A Jester's Tear", il en est une version 2.0 où le groupe affine son écriture et se montre aussi percutant que subtil, même si ce sont encore les pièces les plus ambitieuses qui tirent leur épingle du jeu ("Jigsaw", "She Chameleon" et "Incubus" forment le trio gagnant) et l'entêtant "Assassing" qui montre la voie pour le chef d'œuvre qui allait suivre l'année suivante après une nouvelle tournée qui déboucherait sur le premier Live officiel (à l'époque ; "Recital Of The Script" et le coffret "Early Stages" ne sont sortis qu'en 2008-2009). "Reel To Reel" consacrera la période d'ascension du groupe avec la manière.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


MARILLION
Script For A Jester's Tear (1983)
Une peinture qui dit le contenu




MARILLION
Recital Of The Script (1983)
L'Hammersmith réveille le génie


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitare)
- Mark Kelly (claviers)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie)
- -
- Linda Pyke (chœurs sur 6)
- Chris Karen (percussions additionnelles)


1. Assassing
2. Punch And Judy
3. Jigsaw
4. Emerald Lies
5. She Chameleon
6. Incubus
7. Fugazi

- Remaster Edition Bonus Cd
1. Cinderella Search [12'' Version]
2. Assassing [alternate Mix]
3. Three Boats Down From The Candy [re-recorded]
4. Punch And Judy [demo]
5. She Chameleon [demo]
6. Emerald Lies [demo]
7. Incubus [demo]



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod