Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO PROGRESSIF  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1983 Forgotten Songs (early D...
  Script For A Jester's...
  The Recital Of The Scrip...
1984 Fugazi
  Real To Reel
1985 Misplaced Childhood
1986 Brief Encounter
1987 Live From Loreley
  Clutching At Straws
1988 B'sides Themselves
  The Thieving Magpies
1989 Seasons End
1991 Holidays In Eden
1994 Brave
1995 Afraid Of Sunlight
1997 This Strange Engine
1998 Radiation
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road
  Marbles
2007 Somewhere Else
2008 Happiness Is The Road
2012 Sounds That Can't Be ...
2013 Radiation 2013
2016 F.e.a.r. (fuck Everyo...
2017 Living In F E A R (singl...
 

- Style : Maschine, Genesis, Pendragon, Pallas, Lazuli, Lewis
- Style + Membre : Arena, Fish
 

 Site Officiel (939)
 Myspace (535)
 Chaîne Youtube (697)

MARILLION - Lavender (1985)
Par JEFF KANJI le 9 Septembre 2021          Consultée 703 fois

La fin 1984 et le début 1985 sont une période de sentiments pour les moins mitigés au niveau des membres de MARILLION. Si "Fugazi" n'a hélas pas fait exploser les compteurs de vente, il s'est néanmoins vendu correctement et a permis une très bonne intégration de Ian Mosley, qui ne quittera plus MARILLION. Ainsi artistiquement le groupe est assurément en forme, même si la maison de disques tique, ce qui la conduira par ailleurs à délocaliser la production en RFA avec un ingé-son dont l'heure de gloire semblait passée (Chris Kimsey, qui est largement responsable de l'intemporalité de "Misplaced Childhood"). En revanche, le moral du groupe est au beau fixe, fort d'une série de concerts couronnée par un "Reel To Reel" qui confirme la réputation acquise sur les planches par MARILLION.

On ne peut pas dire que l'idée d'un concept avec un morceau par face de 33-Tours soit un plan qui plaisait des masses à EMI, et pourtant très tôt dans le processus d'écriture, et même si la chanson qui nous intéresse aujourd'hui a mis du temps à trouver sa forme définitive (notamment les paroles, que Fish a fini d'écrire bourré après un coup de pression diplomate de Chris Kimsey), deux pièces de musique semblaient avoir un réel potentiel radio. La première est bien entendu "Kayleigh" qui se hisse quelques mois plus tôt à la deuxième place du Top 5 britannique, et la seconde est "Lavender" qui atteint la cinquième place. Ce sont les deux titres qui se classeront le plus haut dans l'entièreté de la carrière de MARILLION.

Toutefois, cette jolie mélodie de piano (jouée sur un prestigieux Bosendörfer, à l'époque où on ne jurait que par les synthés) et ces paroles qui empruntent subtilement à la comptine "Lavender's Blue" du XVIIème siècle fait partie des lignes les plus marquantes de MARILLION, tout comme l'arpège introductif de "Grendel", les synthétiseurs vaporeux de "The Great Escape", le riff en son clair de "Kayleigh" ou la mélodie introductive de "Pseudo-Silk Kimono". "Lavender" est sur "Misplaced Childhood" la respiration salvatrice avant le plus sombre "Bitter Suite" et avant l'exalté "Heart Of Lothian".

Sauf que cette respiration de deux minutes est courte. C'est là que le single prend initialement sa valeur, le titre se voyant réarrangé et développé pour devenir une chanson à part entière, et je dois le dire, qui me comble bien plus. Les claviers et les textes de Fish ont davantage de temps pour acquérir leur profondeur, ce qui est également le cas sur la version Maxi, pour l'occasion baptisée "Lavender Blue" en écho au poème originel qui a servi d'inspiration lyrique à Fish.

Et s'il fallait encore une fois montrer à quel point MARILLION est en état de grâce en cette année 1985, il faut se pencher sur la face B "Freaks". C'est bien simple, parler de face B est vraiment réducteur dans ce cas, puisque "Freaks" se hisse sans peine au niveau des meilleurs titres de "Misplaced Childhood", bien plus haut que le sympathique "Lady Nina" présent sur "Kayleigh". Les claviers, le chant de Fish, ce basse-batterie intraitable qui imprime ses mesures impaires, et ses riffs de Steve Rothery, tout concourt à faire de cette pépite de Progressif un petit bijou qui aurait très facilement trouvé sa place sur la face B de "Misplaced Childhood" même si son style d'écriture l'inscrit davantage dans "Fugazi" ou, de façon plus surprenante, le futur "Clutching At Straws".

"Lavender" est court, davantage un single qu'un EP dans l'absolu, et les rééditions de "Misplaced Childhood" contiennent désormais les faces B présentes sur ses singles. Néanmoins, c'est un bout d'histoire crucial qui entoure la création de cet album et de cette chanson plus particulièrement, et il me semblait intéressant de la partager, comme je le ferai par la suite avec "Heart Of Lothian", pour se réjouir une nouvelle fois du beau travail fourni par Mark Wilkinson pour MARILLION à cette époque.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


AYREON
The Theory Of Everything (2013)
Six ans pour quatre titres

(+ 1 kro-express)



Steven WILSON
Hand. Cannot. Erase. (2015)
Steven fait sa synthèse : la leçon de Prog


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitare)
- Mark Kelly (claviers)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie)


1. Lavender (single Cut)
2. Freaks
3. Lavender Blue



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod