Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Forgotten Songs (early D...
  Script For A Jester's...
  The Recital Of The Scrip...
1984 Fugazi
  Real To Reel
1985 Misplaced Childhood
1986 Brief Encounter
1987 Live From Loreley
  Clutching At Straws
1988 B'sides Themselves
  The Thieving Magpies
1989 Seasons End
1991 Holidays In Eden
1994 Brave
1995 Afraid Of Sunlight
1997 This Strange Engine
1998 Radiation
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road
  Marbles
2007 Somewhere Else
2008 Happiness Is The Road
2012 Sounds That Can't Be ...
2013 Radiation 2013
2016 F.e.a.r. (fuck Everyo...
2017 Living In F E A R (singl...
 

- Style : Maschine, Genesis, Pendragon, Pallas
- Style + Membre : Arena
 

 Site Officiel (673)
 Myspace (270)
 Chaîne Youtube (276)

MARILLION - Script For A Jester's Tear (1983)
Par JEFF KANJI le 1er Septembre 2018          Consultée 1012 fois

Après un premier EP des plus prometteurs avec l'emblématique "Market Square Heroes" et la pièce-fleuve épique "Grendel" magique dans ses enchaînements, MARILLION délivre son premier opus et c'est de la très grande musique. La relève du Rock Progressif des 70s est arrivée et MARILLION se pose sans aucun problème comme un digne héritier du GENESIS qui s'est évaporé avec le départ de Peter Gabriel.

Quand le célèbre bouffon violoniste montre enfin le bout de son nez en mars 1983, Mark Wilkinson, qui galère à gagner sa vie comme illustrateur, est loin de se douter qu'il va nouer une relation forte et suivie avec MARILLION, qui trouve dans les peintures de l'artiste une inspiration en accord avec sa vision et les textes poétiques de Fish. D'ailleurs Mark Wilkinson suivra l'artiste en solo à partir de 1990, réalisant au passage des travaux mémorables pour JUDAS PRIEST. Du logo à ces couleurs, ces petits détails disséminés (les paroles du "Yesterday" des BEATLES dans l'étui du violon, le caméléon évoqué dans "She Chameleon" alors en cours de composition, les pochettes de vinyle au dos étalées au sol, avec celui de "Market Square Heroes" et le "Saucerful Of Secrets" de PINK FLOYD, le tout dans cette ambiance chaleureuse de salon et de chambre, obtenue à la demande du groupe qui souhaitait reproduire une impression ; celle du cadre dans lequel il avait composé ce premier album, dont les morceaux font déjà partie du répertoire live de MARLLION depuis un bon moment ; l'artwork de "Script For A Jester's Tear" fourmille de détails, et rentre sans problème au panthéon des illustrations les plus parlantes de la décennie.

Précédé par la sortie du single "He Knows You Know", proposé dans une version éditée et accompagné d'un titre exclusif non-présent sur l'album ("Charting The Single", inclus à la réédition de 1997), "Script For A Jester's Tear" va porter très haut un nouveau genre de son invention : le Neo Progressive Rock. MARILLION s'est débarrassé des improvisations, du culte de la personnalité, et embrasse sa décennie avec une théâtralité folle, que Fish, son vocaliste et auteur, incarne à merveille. Si la plupart du temps, les claviers de Mark Kelly sont très importants dans la diversité d'expression de ce premier album, c'est bien souvent Fish qui mène la barque et initie les changements d'ambiance, en cela "The Web" est un véritable coup de maître, et sans mal la pièce centrale et névralgique de "Script For A Jester's Tear", un disque qui ramène la complexité au cœur des radios anglaises, mais surtout un onirisme exacerbé, pour lequel Mark Kelly et ses claviers luxuriants œuvre grandement.

Car l'artisan avec Fish (dont les textes sont monumentaux, on ne le dit pas assez) de ce "Script For A Jester's Tear", c'est pour moi Mark Kelly, qui, en digne héritier de Rick Wakeman, tisse des ambiances incroyables à l'aide de ses claviers, aux sonorités peut-être un peu cheesy aujourd'hui, mais toujours à propos et installant cet onirisme ambiant qui rend magique l'éponyme ou encore "The Web". L'association des cinq Anglais fonctionne à merveille et inaugure une série d'albums de plus en plus fouillés en même temps qu'ils deviendront plus personnels, "Fugazi" venant confirmer, dès l'année suivante et sur un ton plus léger, le succès commercial et critique de ce fondateur d'une mouvance qui va prendre de l'ampleur jusqu'à influencer l'un de ses maîtres, GENESIS, lors de la réalisation de "Invisible Touch".

Ce premier album voit les démonstrations techniques s'éclipser au profit d'un véritable voyage musical et MARILLION nous invite dans son univers où les qualités du quintet explosent. Fish, tout d'abord, ce géant écossais à l'expressivité dingue, auquel on a pu reprocher un mimétisme avec son mentor Peter Gabriel mais qui fait une partie de la séduction du personnage et de la pertinence du ton de conteur qu'il utilise sur l'album, en particulier sur "Garden Party" et "Forgotten Sons". Il y a ensuite ce guitar-hero en puissance qu'est Steve Rothery, toujours pertinent dès qu'il faut choisir les quelques notes qui touchent le cœur ("Chelsea Monday"). Si le jeu mécanique de Mick Pointer sera bientôt troqué pour celui plus versatile de Ian Mosley, la section rythmique est solide ; Pete Trewavas est un bassiste doué qui assoit les morceaux avec une précision et un groove rares dans le style. Chaque instrument est parfaitement mis en avant dans le mix et on peut profiter de chacun des protagonistes, et ce brave Trewavas est peut-être l'un des plus étonnants du lot ("Garden Party", "Chelsea Monday").

Malgré un propos plutôt sombre malgré tout, catalysé par le final "Forgotten Sons", ce disque sera parfois vertement critiqué par une frange de la presse qui n'y verra qu'un ersatz du GENESIS de Peter Gabriel. Mais la réalité des chiffres est toute autre. "Market Square Heroes" avait atteint la 53ème place des charts, "He Knows You Know" grimpe à la 35ème un mois avant la sortie de l'album, et "Garden Party" à la 16ème. Et l'ascension n'est pas terminée. Car au-delà d'un succès qui culminera avec "Misplaced Childhood", MARILLION est un initiateur et plusieurs combos d'importance vont émerger et se réaliser dans le sillage de ce Neo Progressif que vient d'inventer MARILLION. Ils s'appellent IQ, PENDRAGON, PALLAS, et c'est sans compter sur la vague américaine qui a depuis plusieurs années incorporé les caractéristiques du genre via les chefs d'œuvre de STYX, KANSAS ou RUSH, un RUSH qui était par ailleurs l'influence principale de Mick Pointer, fondateur du groupe.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


AYREON
The Theater Equation (2016)
Le concept transfiguré




MARILLION
Recital Of The Script (1983)
L'Hammersmith réveille le génie


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   DAVID

 
   (2 chroniques)



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitares)
- Pete Trewavas (basse)
- Mark Kelly (claviers)
- Mick Pointer (batterie)


1. Script For A Jester's Tear
2. He Knows You Know
3. The Web
4. Garden Party
5. Chelsea Monday
6. Forgotten Sons

- Remaster Edition Bonus Cd
1. Market Square Heroes [battle Priest Version]
2. Three Boats Down From The Candy
3. Grendel [fair Deal Studios Version]
4. Chelsea Monday [manchester Square Demo]
5. He Knows You Know [manchester Square Demo]
6. Charting The Single
7. Market Square Heroes [alternative Version]



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod