Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO PROGRESSIF  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1983 Forgotten Songs (early D...
  Script For A Jester's...
  The Recital Of The Scrip...
1984 Fugazi
  Real To Reel
1985 Misplaced Childhood
1986 Brief Encounter
1987 Live From Loreley
  Clutching At Straws
1988 B'sides Themselves
  The Thieving Magpies
1989 Seasons End
1991 Holidays In Eden
1994 Brave
1995 Afraid Of Sunlight
1997 This Strange Engine
1998 Radiation
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road
  Marbles
2007 Somewhere Else
2008 Happiness Is The Road
2012 Sounds That Can't Be ...
2013 Radiation 2013
2016 F.e.a.r. (fuck Everyo...
2017 Living In F E A R (singl...
 

- Style : Maschine, Genesis, Pendragon, Pallas
- Style + Membre : Arena
 

 Site Officiel (681)
 Myspace (282)
 Chaîne Youtube (284)

MARILLION - Punch And Judy (1984)
Par JEFF KANJI le 7 Octobre 2018          Consultée 360 fois

Parler de "Punch And Judy" aujourd'hui, c'est avant tout revenir sur la genèse d'un album qui devait sortir le plus rapidement possible, et qui pour des questions d'organisation et de ressources humaines s'est retrouvé au cœur d'une production des plus chaotiques. La seule constante à ce moment-là étant l'inspiration de MARILLION et sa capacité à écrire et enregistrer avec une relative facilité.

Tout commence au sortir du triomphal concert de "Recital Of The Script" où Mick Pointer ne s'est une nouvelle fois pas montré à la hauteur de l’événement. Le fondateur de MARILLION est capable, mais son jeu est d'une raideur assez incroyable et manque de musicalité ; Fish lui reproche notamment son manque de précision, et le fait qu'il soit à la traîne par rapport à ses camarades. MARILLION est sur rampe de lancement, mais il est sans batteur. Andy Ward apparaît comme une aubaine : le batteur de CAMEL arrive avec de l'expérience et une notoriété et n'est même pas auditionné formellement par le groupe. Encore assez sages, les jeunes Anglais trouvent que leur nouveau batteur picole pas mal (ce qu'ils vont relativiser quand ils vont connaître le succès fulgurant moins de deux ans plus tard) et surtout il est plutôt fragile ; au milieu de leur première tournée américaine, Andy supporte mal la vie sur la route et est au bord de la dépression nerveuse. La seule trace de son travail avec le groupe est une vidéo promotionnelle de "Garden Party" et les extraits du célèbre Old Grey Whistle Test, où l'on peut constater que le niveau était là malgré une frappe peut-être un peu timide.

John Marter est le second à prendre place derrière les fûts et très rapidement le groupe met en boîte deux réenregistrements de son premier EP, le classique "Market Square Heroes" et "Three Boats Down From The Candy". Les deux titres constitueront la face B du premier single du futur "Fugazi". Mais le jeu trop direct de John ne convient pas au groupe qui s'en sépare à son tour. Et d'ailleurs, même si la production met plus en valeur ces deux titres, j'ai tendance à toujours préférer les originaux aujourd'hui.

Commençant à s'inquiéter et à douter après plusieurs auditions non-concluantes, le groupe donne sa chance au jeune Jonathan Mover (dix-neuf ans) qui connaît le répertoire sur le bout des doigts et qui a tenté sa chance au culot. C'est avec lui que le groupe va travaille sur "Punch And Judy". "Punch And Judy" dont les bases datent des sessions de "Script For A Jester's Tear", ce qui donne un moyen à Fish, dont les paroles sont déjà écrites, de faire la promotion du prochain album en évoquant son premier single... Dont la musique est alors presque inexistante. Le temps joue contre MARILLION, qui malgré les compétences de Jonathan Mover se retrouve confronté au phénomène opposé après John Marter ; Jonathan est déjà un monstre de la batterie (un peu comme Simon Phillips dix ans plus tôt) mais son jeu trop fourni pose des problèmes à Fish qui ne s'entend pas avec le personnage de surcroît. Mis sous pression par EMI il s'incline devant la décision de groupe de le recruter, mais très vite les dissensions surgissent et il mène la vie dure au jeune homme, finissant même par lancer un ultimatum à ses camarades, qui bien évidemment ne vont pas laisser filer leur talentueux vocaliste si facilement. Jonathan Mover sera en retour crédité sur "Punch And Judy".

Cet épisode trahit néanmoins la prise de contrôle progressive de Fish sur la direction artistique de MARILLION et le gonflement progressif de son ego qui vont être autant de sources d'accomplissements que de désordres dans les années suivantes, en particulier pendant la tournée "Misplaced Childhood". Néanmoins, en imposant lui aussi une marche en avant au groupe, "Punch And Judy" devient l'objectif numéro un. Fort heureusement entre temps, Ian Mosley a rejoint le groupe, et il apporte une sérénité aux quatre jeunes loups, avec un niveau technique des plus enviables, et un métier qui lui permet de faire relativiser les gars. Surtout il s'entend à merveille avec tout le monde. Sauf qu'à ce moment-là, les deadlines sont déjà bien avancées et Nick Tauber, le producteur du premier album, commence à avoir du mal à suivre les cadences infernales, si bien que c'est Simon Hanhart, qui avait déjà collaboré au premier disque, qui va aider le groupe qui finira par mixer dans deux studios à la fois, l'un avec Nick, l'autre avec Simon, afin de finir l'album dans les temps.

"Punch And Judy" est bien évidemment terminée, et alors que "Emerald Lies" est envisagée initialement comme sa face B, la production bordélique de "Fugazi" va pousser MARILLION à inclure les réenregistrements effectués plus tôt avec John Marter pour sortir le single fin janvier '84. C'est ainsi que "Punch And Judy" se trouve être à la fois le premier support musical sur lequel Mick Pointer est absent mais aussi celui où quatre batteurs au total sont crédités, Mick ayant participé à la composition de deux titres, Jonathan Mover du nouveau, et John Marter en ayant enregistré deux, le troisième étant mis en boîte par Ian Mosley.

Avec ce dernier, MARILLION complète à merveille son effectif et devient une machine de guerre. Les mises en place du nouveau titre "Punch And Judy" sont d'une précision chirurgicale, et tout le monde y gagne ; Steve Rothery se déride un peu, révélant un peu plus sa maestria, et même Fish peut renforcer l'aspect théâtral de son interprétation, sans chercher à compenser, chaque partie musicale étant assurée avec brio. Même si "Punch And Judy" est le premier 45-Tours à ne pas être édité, sa durée de 3:19 étant idéale, et que ce n'est pas le titre que je préfère sur "Fugazi", il montre la voie, que "Assassing" va clairement afficher ; MARILLION peut proposer un Prog catchy et accessible, à même de séduire les radios.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


MARILLION
Script For A Jester's Tear (1983)
Une peinture qui dit le contenu




MARILLION
Market Square Heroes (1982)
Naissance inattendue d'un nouveau genre


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitare)
- Mark Kelly (claviers)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie sur 1)
- John Marter (batterie sur 2-4)


1. Punch And Judy
2. Market Square Heroes (edited Re-recorded Version)
3. Three Boats Down From The Candy
4. Market Square Heroes (full Re-recorded Version)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod