Recherche avancée       Liste groupes



      
POP PROGRESSIVE  |  E.P

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1983 Forgotten Songs (early D...
  Script For A Jester's...
  The Recital Of The Scrip...
1984 Fugazi
  Real To Reel
1985 Misplaced Childhood
1986 Brief Encounter
1987 Live From Loreley
  Clutching At Straws
1988 B'sides Themselves
  The Thieving Magpies
1989 Seasons End
1991 Holidays In Eden
1994 Brave
1995 Afraid Of Sunlight
1997 This Strange Engine
1998 Radiation
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road
  Marbles
2007 Somewhere Else
2008 Happiness Is The Road
2012 Sounds That Can't Be ...
2013 Radiation 2013
2016 F.e.a.r. (fuck Everyo...
2017 Living In F E A R (singl...
 

- Style : Maschine, Genesis, Pendragon, Pallas
- Style + Membre : Arena
 

 Site Officiel (678)
 Myspace (274)
 Chaîne Youtube (281)

MARILLION - Kayleigh (1985)
Par JEFF KANJI le 16 Octobre 2018          Consultée 536 fois

Fin 1984, alors que le groupe tourne sans relâche pour promouvoir la sortie de "Fugazi", Fish paye le prix de ses excès et se fait larguer par sa copine de longue date. Emménageant seul dans une grande baraque d'Aylesbury, à dix minutes de chez Steve Rothery, il réalise très vite que ce répit ne fait qu'alimenter ses démons, et le bar voisin devient très vite une annexe de chez lui, jusqu'à ce qu'une copine, de baise ou de défonce ou les deux, l'intéressé ne l'a jamais précisé, lui laisse un joli buvard à consommer avec précaution. Pas assez méfiant et pensant gérer les effets de la moitié de la dose, il consomme la deuxième, et le voilà alors parti dans un trip dont la légende dit qu'il aura duré pas loin de dix heures. Arrivant à son pic alors que le chanteur s'est rendu à vélo chez Steve Rothery, il est ramené par son pote et reste, toute la nuit, étendu sur le sol, fixant inlassablement un tableau qui va être le déclencheur d'une fulgurante vague d'inspiration qui va lui faire écrire en un rien de temps le concept et les grandes lignes du futur troisième album du groupe. Par ses actions, son rôle de frontman, et une inspiration débordante, Fish est à ce moment-là le leader naturel de MARILLION, même si les cinq acolytes ne voient sans doute pas la chose sous le même angle. Les grandes lignes de "Misplaced Childhood" sont tramées et il n'y a plus qu'à écrire la musique. Et c'est une longue pièce progressive de vingt minutes, suivie par une seconde qui prend forme. Cette fois-ci, MARILLION poursuit la logique entamée avec "Fugazi" en individualisant les morceaux au maximum pour le tracklisting, et parmi ces idées, extraite d'une face A absolument magique, il y a un titre qui va faire bondir la carrière de MARILLION de manière fulgurante.

Cet album-concept comporte des textes beaucoup plus personnels (ce sera aussi le cas de "Clutching At Straws") et parmi eux une chanson est née, basée sur la rupture récente de Fish. Le chanteur choisit d'inventer un prénom à partir des deux premiers de son ex afin que son identité soit préservée. La fameuse Kay Lee et Fish, ainsi que le groupe, ont bien gardé le secret pendant plus de vingt ans, jusqu'à ce que l'intéressée, atteinte d'un cancer ne révèle l'info. En orthographiant la fille à qui il s'adresse Kayleigh, Fish a créé une mode, le prénom restant populaire en Angleterre de nos jours. En réalité une réflexion sur les sacrifices que demandent la vie d'artiste reconnu, le texte de "Kayleigh" rassemble les sentiments de plusieurs relations sérieuses passées par le prisme de la poésie. Composée à partir d'un riff instantanément reconnaissable par un Steve Rothery qui montrait à sa copine ce que pouvaient produire un delay et un chorus sur un son de guitare…

"Kayleigh" est le premier single du futur "Misplaced Childhood" déjà éprouvé en live lors de la tournée "Real To Reel" pendant laquelle MARILLION interprétait déjà la face A de son futur concept-album, à l'exception de "Lavender" qui n'avait pas d'existence propre à ce moment-là. Alors que l'album est enregistré dans le courant du printemps, "Kayleigh" sort quelques temps avant l'album, comme de coutume pour préparer son arrivée. Et là c'est la déferlante ! Car cette chanson de Pop Prog raffinée et extrêmement bien produite va monter en deuxième place des charts, seulement dépassée par un morceau caritatif. MARILLION accède à une autre dimension et dans cette logique continue à expérimenter. Ainsi, une version alternative usant d'effets d'échos et de boîte à rythmes fait son apparition sur la version Maxi-single qui comprend aussi la version album du morceau, avec l'intégralité du solo de Steve Rothery, une nouvelle fois un modèle de sobriété et d'intention, qui était largement coupé sur la version single.

Et pour couronner le tout, l'expérimentation est continuée sur un titre qui ne s'imbrique pas dans le concept "Misplaced Childhood" et qui va pour le coup être intégralement enregistré avec batterie électronique ; il s'agit de "Lady Nina" qui ne sera pas une grande réussite, même si l'on y reconnaît la patte MARILLION de ces années-là, et cette prédominance des claviers arpégés qui auront fait le succès de "Market Square Heroes" ou du futur "Incommunicado". Cela restera la seule tentative de MARILLION dans le genre.

Mais il faut bien le reconnaître, "Kayleigh" est un titre qui se suffit à lui-même, instantanément reconnaissable, et il va propulser "Misplaced Childhood" en tête des ventes et l'imposer comme l'un des albums les plus marquants de l'année 1985, MARILLION touchant pour la première fois au chef d'œuvre, auréolé, tout comme son premier single, de la reconnaissance commerciale à très grande échelle, le groupe tournant ensuite quasi un an sur les scènes du monde entier (le Japon s'ouvre à lui entre autres) et poursuivant l'aventure arrivé à l'été, pour alimenter les ventes de "Brief Encounter", tournant avec Gary MOORE et LEVEL 42 en première partie de QUEEN ; autant dire qu'il s'agissait là d'une tournée tout à fait mythique.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


Steven WILSON
Hand. Cannot. Erase. (2015)
Steven fait sa synthèse : la leçon de Prog




MARILLION
Recital Of The Script (1983)
L'Hammersmith réveille le génie


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitare)
- Mark Kelly (claviers)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie)


1. Kayleigh (single Edit)
2. Lady Nina (single Edit)
3. Kayleigh (alternative Mix)
4. Kayleigh (album Version)
5. Lady Nina



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod