Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO PROGRESSIF  |  E.P

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1983 Forgotten Songs (early D...
  Script For A Jester's...
  The Recital Of The Scrip...
1984 Fugazi
  Real To Reel
1985 Misplaced Childhood
1986 Brief Encounter
1987 Live From Loreley
  Clutching At Straws
1988 B'sides Themselves
  The Thieving Magpies
1989 Seasons End
1991 Holidays In Eden
1994 Brave
1995 Afraid Of Sunlight
1997 This Strange Engine
1998 Radiation
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road
  Marbles
2007 Somewhere Else
2008 Happiness Is The Road
2012 Sounds That Can't Be ...
2013 Radiation 2013
2016 F.e.a.r. (fuck Everyo...
2017 Living In F E A R (singl...
 

- Style : Maschine, Genesis, Pendragon, Pallas
- Style + Membre : Arena
 

 Site Officiel (673)
 Myspace (270)
 Chaîne Youtube (276)

MARILLION - Assassing (1984)
Par JEFF KANJI le 10 Octobre 2018          Consultée 604 fois

"Assassing" est le deuxième extrait sorti pour soutenir "Fugazi" et surtout sa tournée européenne (qui le voit jouer au printemps de Bourges puis à Paris) et ses shows nord-américains et allemands (où le groupe peinera à faire entrer le moindre single dans les charts jusqu'à la ressortie de "Garden Party" en Maxi au cours de l'année 86, surfant sur le succès de "Misplaced Childhood" ("Market Square Heroes" et "Kayleigh" en constitueront d'ailleurs les faces B). Ainsi le groupe réitère la formule expérimentée sur son premier album, avec le succès que l'on sait, même si comme on a pu le voir, le limogeage de Mick Pointer a compliqué le déroulement du plan marketing d'EMI.

Les disputes incessantes entre Mick Pointer et Fish sont clairement à l'origine des paroles de "Assassing" (ne demandez pas à Fish pourquoi il a ajouté un 'g', même lui ne s'en rappelle plus), et de nombreuses allusions ou choix de mots sont clairement chargés de ressentiment, en faisant une forme de règlement de comptes. Si vous vous êtes déjà demandé ce que voulait dire le terme 'Fugazi', il s'agit d'une version contractée et argotique de "all fucked up, all screwed up", et il était déjà le titre du second album des Britanniques, très tôt dans le processus ; c'est vous dire l'ambiance...

Fort heureusement, ce titre montre à quel point le choix de Ian Mosley est crucial ; il est capable de jouer un beat simple tout en lui donnant un swing contagieux ; et le riff principal de "Assassing" est notamment à ce égard un modèle de réussite avec une économie de moyens qui ne ressemblait pas tellement au MARILLION de "Script For A Jester's Tear". La guitare égrène son arpège, le clavier répond avec un simple gimmick, et la basse roule gaiement avec la batterie ; Fish n'a plus qu'à laisser son éloquence faire le reste. "Assassing" montre, à travers une écriture sophistiquée mais très Pop, qu'il a largement les capacités pour dépasser les frontières du Progressif et s'imposer à plus grande échelle, un peu comme STYX l'a fait l'année précédente avec "Mr Roboto". Sauf que là où Dennis DeYoung a mené le groupe très loin de ses sonorités d'origine, entraînant tellement de mécontentement que Tommy Shaw claquera la porte peu de temps après, MARILLION sonne malgré tout comme MARILLION ; les claviers de Mark Kelly sont toujours prolixes quand l'espace leur est laissé (le refrain), et Steve Rothery fait toujours beaucoup avec peu. Cette science de l'écriture et de l'arrangement va clairement faire de MARILLION un groupe d'une autre stature, et de fait laisser la formation Neo-Progressive marquée par les travaux de GENESIS et VAN DER GRAAF GENERATOR un peu au second plan, même si la version album de "Assassing" prend le temps de poser son ambiance, avec ses sons de sitar inspirés par une cassette de musique islamique donnée à Fish par Peter Hammill lui-même ; une des influences les plus évidentes de Fish, et rarement mentionnée, son groupe ayant hélas un peu sombré dans l'oubli.

MARILLION ne perdra pas pour autant sa finesse d'écriture, à laquelle Steve Hogarth contribuera fortement lui aussi quelques années plus tard. Et "Cinderella Search" s'autorise toujours à explorer ces univers plus oniriques, plus sentimentaux ou fantasmés. Voilà une nouvelle fois une face B qui méritait largement sa place sur album. Fish y retrouve son côté conteur, qu'il délaisse peu à peu pour œuvrer dans le style plus impliqué mais direct de "Assassing". On tient là un titre davantage dans la lignée de "Jigsaw" ou "Incubus", pièces purement progressives qui contribuent fortement à structurer "Fugazi". En tout cas, ce nouveau Maxi est intéressant car il présente un MARILLION à deux visages ; l'un qui polit sa facette Prog en s'affranchissant petit à petit de ses influences jadis envahissantes, et l'autre qui développe un aspect Pop raffiné (étrangement pas très éloigné du travail de Peter Gabriel en solo) qui va faire son succès commercial dès l'année suivante.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


MARILLION
Script For A Jester's Tear (1983)
Une peinture qui dit le contenu




Arjen Anthony LUCASSEN
Lost In The New Real (2012)
Enfin l'album solo

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fish (chant)
- Steve Rothery (guitare)
- Mark Kelly (claviers)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie)


1. Assassing (7' Edited Version)
2. Cinderella Search (7' Edited Version)
3. Assassing
4. Cinderella Search



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod