Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (15)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Trance, Titan, Cannon, Paragon, Blizzen, Saxon, Shockmachine, Thomsen
- Membre : Victory, Ez Livin', Dokken
- Style + Membre : The German Panzer , Udo

ACCEPT - Russian Roulette (1986)
Par JULIEN le 29 Septembre 2003          Consultée 11757 fois

Dernier grand disque studio d'ACCEPT, ce "Russian Roulette" possède un intitulé prémonitoire, Udo Dirkschneider, l'emblématique et irremplaçable chanteur du groupe finissant par mettre les voiles au terme de la tournée suivant la sortie du disque. Le groupe recruta alors David Reece et flingua sa crédibilité avec un bien peu brillant "Eat The Heat". Puis le split... Ce qui ne doit pas nous empêcher d'apprécier ce "Russian Roulette", qui me semble encore injustement négligé. Explications.

Alors c'est vrai, "Russian Roulette" ne tape plus dans le Heavy Metal bien virulent de l'indispensable trilogie "Breaker/Restless And Wild/Balls To The Wall", perles des 80's, et se rapprocherait bien plutôt du déjà américanisé "Metalheart". Mais ça ne veut pas pour autant dire qu'ACCEPT s'est reconverti dans la soupe à grands renforts de choeurs qui minaudent et de ballades qui font chialer les plus tendres. On parle d'ACCEPT, là, bordel ! Envoyez vous les deux titres d'ouverture, le véloce "Another Second To Be" ou le terrible "Aiming High" (pour moi, un des meilleurs morceaux du groupe) pour tâter un peu du terrain, et vous verrez qu'ACCEPT n'a pas oublié d'être costaud !

Maintenant, il est vrai, le groupe a nettement retranché sur son humeur bagarreuse, s'attachant bien plus qu'auparavant à soigner l'impact des refrains et à travailler sur la mélodie, nous abreuvant de nombreux mid-tempo peu propices au tourniquet des tignasses. Mais la recette s'était déjà faite jour avec "Metalheart", et personne ne songe à pourrir ce disque, après tout ! Alors pourquoi baver sur "Russian Roulette" ? Hein ?

D'accord, la musique ici est quand même plus commerciale qu'auparavant, c'est un fait. Mais ACCEPT n'est pas BON JOVI ! Ici, les synthés sont quasi inexistants( c'est à peine si on peut discerner l'une ou l'autre nappe en fond de quelques titres), on ne trouve qu'une ballade (typée FM, il est vrai, même si la voix éraillée d'Udo aide à l'ingestion), on n'a pas à se coltiner des "Yeah baby I love you" intempestifs... En réalité, ce qui donne cette enveloppe plus accessible au disque, c'est une coloration Hard Rock plus affirmée qu'avant, très sensible sur des titres tels "Man Enough To Cry", pas si éloigné que ça du ZZ TOP de l'indispensable "Eliminator", ou encore le morceau titre qui emprunte quelques riffs et lignes vocales à l'univers habituellement occupé par AC/DC, sans oublier un "Walking In The Shadow" assez DIO par instants.

Pour les reste, on retrouve les énormes choeurs virils d'ACCEPT et les solos de qualité décochés par Hoffman et Fischer... se mêlant à ce nouvel attachement à produire une musique moins brute et directe, plus recherchée (tout est relatif bien sûr, c'est pas QUEENSRYCHE...), ce qui réserve quelques bonnes surprises, comme le long "Heaven Is Hell" (et son orgue pertinent) ou un accrocheur "Stand Tight", fourré de choeurs bien sentis.

Ben voilà, j'aurais pu ronchonner et descendre ce disque, méprisant cette volonté (contestable) de séduction du marché américain (cette quête sonnait à l'époque comme une rengaine inévitable pour bien des combos, qui furent nombreux d'ailleurs à se casser les dents, SAXON et JUDAS PRIEST en tête), et arguant d'un manquement à l'esprit frondeur qui animait ACCEPT au temps de sa folle jeunesse. Sauf que j'en ai pas envie. Et pourtant, Dieu sait que la musique typée States n'est pas ma tasse de thé (si, si, consultez ma fiche de présentation et vous verrez...). Mais voilà, le ACCEPT de "Russian Roulette" ne m'apparaît pas comme une opportuniste prostituée prête à ranger la grosse artillerie, histoire de faire enfler les porte-monnaies. Je le perçois comme un prolongement logique de "Metalheart"... et comme un disque plus qu'agréable, bien troussé, plein de morceaux accrocheurs et variés, mariant savamment les sonorités du ACCEPT d'antan et les aspirations plus mélodiques développées depuis le disque précédent.

Et tant pis pour ceux qui désapprouvent, même si je peux les comprendre : ils n'ont qu'à poster un commentaire, ah mais ! Et puis, après tout, ça reste le dernier disque du groupe avant le départ catastrophique de son front man... une lézarde rédhibitoire qui ne fut jamais comblée, même avec la reformation du début des 90's, suivie d'albums plutôt piteux, voire carrément atroces. Alors autant profiter de ce disque testament de la grande époque dorée du groupe ! En tout cas, pour ma part, j'aime beaucoup "Russian Roulette", et si ma chronique aura pu donner à quelques un(e)s l'envie de (re)découvrir ce disque, j'en serais ma foi fort aise !

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


WARLORD
Rising Out Of The Ashes (2002)
Heavy metal




STORMWITCH
Tales Of Terror (1985)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   CANARD WC
   MULKONTHEBEACH

 
   (3 chroniques)



- Udo Dirkschneider (chant)
- Wolf Hoffmann (guitare)
- Jörg Fischer (guitare)
- Peter Baltes (basse)
- Stefan Kaufmann (batterie)


1. T.v. War
2. Monsterman
3. Russian Roulette
4. It's Hard To Find A Way
5. Aiming High
6. Heaven Is Hell
7. Another Second To Be
8. Walking In The Shadow
9. Man Enough To Cry
10. Stand Tight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod