Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (2 / 4)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Trance, Titan, Cannon, Paragon, Blizzen, Saxon, Shockmachine, Thomsen
- Membre : Victory, Ez Livin', Dokken
- Style + Membre : The German Panzer , Udo

ACCEPT - Metal Heart (1985)
Par JULIEN le 13 Septembre 2003          Consultée 16477 fois

"Metal Heart", c'est bien sûr la galette qui s'ouvre sur le fameux morceau éponyme, un de ses grands hymnes immortels du Metal (et son inoubliable solo empruntant un passage de "La Lettre à Elise" de BEETHOVEN). Et malheureusement, force est d'admettre que la présence de ce mid-tempo monstrueux, l'un des plus grands titres d'ACCEPT, n'a pas que des effets bénéfiques sur ce sixième disque du combo allemand, tant il vampirise l'attention de l'auditeur pour mieux le laisser orphelin par la suite. Mais ne nous pressons pas, et penchons nous un peu sur cette galette.

A moins d'être néophyte, ce qui n'est pas un mal, parler des 80's sans glisser le nom ACCEPT à un moment ou à un autre s'apparente à une étonnante incurie, tant ce groupe a fait partie des plus beaux fleurons de cette époque excitante où tout était encore à construire. Et il y avait de quoi, allez ! Parce qu'ACCEPT, c'est du tout bon : riffs qui font mal, batterie qui ne joue pas à broder des tricots, guitaristes inspirés en solo, chanteur couineur à (très) forte personnalité, totalement indissociable de la formation... voilà les indéniables ingrédients qui laissaient présager d'un avenir opulent. Et ACCEPT nous a bien gâté, en sortant pas moins de trois galettes tout bonnement indispensables à l'amateur de Heavy Metal de tradition. Puis vint "Metal Heart", et ce souffle portant le groupe vers d'autres horizons, loin à l'ouest.

Voilà l'histoire, après trois disques intrinsigeants, ACCEPT se plaisait à rêver d'un plus vaste territoire sur lequel asseoir sa présence imposante : les USA. Un véritable aimant à velléité commerciale que cet outre-atlantique... Bref, ACCEPT s'était mis en tête de diluer la force de son Metal burné, en le coupant d'un peu de sirop... "Metal Heart" donc.

Oui, "Metal Heart" est un disque aux ambitions commerciales bien plus marquées, oui le groupe a policé quelques unes de ses rythmiques râpeuses d'antan, oui Udo s'est attaché à calmer l'irritation de ses cordes vocales. Faut-il pour autant crier au sacrilège ? Non, bien entendu. A condition que la musique soit bonne. Mais quelque chose cloche avec ce disque, du moins c'est ainsi que je le ressens. En dire plus ? Ok !

Le plus gênant avec "Metal Heart", c'est cette impression persistante que le groupe cherche à contenter deux fosses à la fois : d'une part, l'air de combat des fans hissant le groupe sur le trône d'un Heavy solide et imparable ; d'autre part les parvis plus tranquilles de salles accueillant les troupes plus paisibles de fans désireux d'apprécier une musique plus sérieusement mélodieuse et nantie de refrains moins féroces. Et en s'essayant à cet exercice périlleux, dit du "cul entre deux chaises", ACCEPT commet un album peu homogène, assez inégal, alternant gros morceaux carton ("Up To The Limit", le terrible "Living For Tonite", le morceau titre - faut-il le rappeler) et compositions nettement plus soignées et accrocheuses, bourrées de refrains typés US et de mélodies qui forcent le sourire plus que le rictus enragé ("Midnight Mover", "Screaming For A Love Bite", le curieux final "Bound To Fail", sa rythmique bien rock, ses choeurs massifs et son humeur assez joyeuse).

Attention, si la qualité se faisait maîtresse des lieux, on ne trouverait rien à y redire ! Après tout comment en vouloir à des musiciens qui cherchent à élargir leur public (eh, j'ai pas dit que j'étais d'accord...)? Mais voilà, là où le bât blesse, c'est que les compositions de ce "Metalheart" ne sont pas toutes du même tonneau, et les millésimes savoureux côtoient de simples petits vins de table, agréables mais peu séduisants au palais : ainsi, si "Screaming For A Love Bite" est une chanson assez sympa (mais saoûlante sur la fin, car trop répétitive), "Midnight Mover" restera comme une petite merveille de Metal quasi-FM, de même que "Living For Tonite", "Up To The Limit" ou "Metal Heart" remplissent quant à eux leur contrat de casse-face. Mais pour moi, des compositions telles que "Wrong Is Right" (pas mauvais, mais les guitares semblent ici curieusement essoufflées), le simpliste "Too High To Get It Right", le pesant "Dogs On Leads" ou le décalé "Teach Us To Survive" peinent un peu à répondre aux standards de grande qualité établis auparavant par ACCEPT, et font légèrement tâche aux côtés des merveilles pré-citées, à l'instar du "Piece Of Mind" de IRON MAIDEN, qui souffre du même problème à mon goût.

Plus que le débat autour de l'alternance tradition/commercial qui scinde "Metalheart" en deux, de manière peu heureuse et hachée, c'est cette considération personnelle sur la fluctuation de l'inspiration des titres composant ce disque qui me pose problème : car "Metal Heart" n'est pas intrinsèquement mauvais, loin de là, mais je lui trouve trop d'accalmies décevantes, rompus par quelques coups de génie. C'est pourquoi je lui colle cette note mitigée, qui fera certainement bondir certains. Mais tant pis, je lui préfère "Russian Roulette" qui, c'est vrai, ne possède pas son "Metal Heart" ou son "Living For Tonite" pour écrire des pages mémorables du Heavy metal (quoique "Aiming High"...), mais qui me semble autrement plus franc dans sa démarche Heavy/Hard-Rock adoucie d'un peu de glaçage commercial.

Mais que ceci ne joue pas contre "Metal Heart", que l'on se doit de posséder pour ses ouvrages d'orfèvres ! Mon propos ici n'était pas de descendre le groupe, juste d'exprimer un regret. Car augmenté de compositions sonnant moins comme des bouche-trous, ce disque aurait sans problème obtenu sa place auprès de ses trois prestigieux prédécesseurs, dans mon coeur. Ce qui ne m'empêche pas de me le repasser avec plaisir. Eh, c'est ACCEPT quand même !

A lire aussi en HEAVY METAL par JULIEN :


VIRGIN STEELE
The Marriage Of Heaven And Hell Part 2 (1995)
A la hauteur du 1er volet : du grand heavy épique




DIABOLICAL MASQUERADE
Ravendusk In My Heart (1995)
Heavy Black majestueux et brillant !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   CANARD WC
   FREDOUILLE
   MEGATHERION

 
   (4 chroniques)



- Udo Dirkschneider (chant)
- Wolf Hoffmann (guitare)
- Jörg Fischer (guitare)
- Peter Baltes (basse)
- Stefan Kaufmann (batterie)


1. Metal Heart
2. Midnight Mover
3. Up To The Limit
4. Wrong Is Right
5. Screaming For A Love-bite
6. Too High To Get It Right
7. Dogs On Leads
8. Teach Us To Survive
9. Living For Tonite
10. Bound To Fail



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod