Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Burning Witches, Vatican, Trance, Blizzen, Shockmachine, Thomsen, Saxon, Paragon, Cannon, Titan
- Membre : Ez Livin', Victory, Dokken
- Style + Membre : The German Panzer , Udo

ACCEPT - Death Row (1994)
Par DAVID le 28 Juillet 2003          Consultée 9801 fois

La réformation d'Accept au début des années 90 a été motivé par le succès du live légendaire Staying a life, sorti en 1990 et représentant un parfait condensé de ce qu'était le groupe à son top. Le problème, c'est que Staying a life est un live d'un concert enregistré en 1985, donc c'est du passé tout ça et Accept ne sera plus jamais en mesure de retrouver son niveau d'antan.

Sa réformation sera un bide tant artistique que commerciale, et Death Row représente le point d'orgue de cette déconvenue. Accept a tenté tant bien que mal de moderniser son heavy metal afin de ne pas paraître archaïque mais faut bien le dire, c'est un échec sur toute la ligne. Death Row n'est qu'une succession de gros riffs heavy, modernes et sans relief. La notion même de mélodie est totalement absente, à de rares exceptions près. Autrement dit, c'est du mid-tempo très lourd avec un Udo grossièrement bourrin.

Accept n'a jamais été réputé pour sa finesse (encore que sur certaines ballades, Udo faisait preuve d'une grande sensibilité) mais il y avait toujours ce qu'il faut de mélodique pour nous rappeler qu'on écoutait bien un groupe de metal et non de hardcore comme ici. Car certains rythmes et les choeurs "straight in your face" me font vraiment penser à du hardcore, comme sur la chanson titre Death Row.

Rien à sauver, ou presque, sur ces 71 minutes... car oui, en plus d'être mauvais, Death Row est très long. Bad habits die hard est le seul titre potable de heavy rock, son refrain me fait vaguement penser à du Ac/dc. Le refrain de Stone evil voit l'arrivée d'arpège qui rompt avec la monotonie des riffs habituels ; ce refrain plutôt sombre annonce d'ailleurs la couleur de l'album suivant. Et enfin, les 3 derniers titres sont beaucoup plus doux que les autres : une ballade acoustique bien foutue, Writing on the wall, et deux titres instrumentaux tout en finesse Drifting apart et Pomp and circumstance. Wolf Hoffmann reprend sur ce dernier et comme à son habitude un thème classique archi connu. Au final, ça nous fait 4 bons morceaux sur 15 ce qui fait de Death Row l'album le plus mauvais qu'Accept ait sorti.

A lire aussi en HEAVY METAL par DAVID :


GILLAN
Glory Road (1980)
La vraie suite du mark 2 de deep purple




SAXON
Solid Ball Of Rock (1991)
Heavy metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DAVID

 
  N/A



- Udo Dirkschneider (chant)
- Wolf Hoffman (guitare)
- Peter Baltes (basse)
- Stefan Schwarzmann (batterie)


1. Death Row
2. Sodom And Gomona
3. The Beast Inside
4. Dead On !
5. Guns 'r' Us
6. Like A Loaded Gun
7. What Else
8. Stone Evil
9. Bad Habits Die Hard
10. Prejudice
11. Bad Religion
12. Generation Clash Ii
13. Writing On The Wall
14. Drifting Apart
15. Pomp And Circumstance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod