Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 ...>...>>... 2087
Comment poster un commentaire ?


SUFFOCATION
...OF THE DARK LIGHT


Le 12 Septembre 2017 par DEATH-IS-LIFE


Tout est dit dans la chronique, j'étais aussi du même avis qu'avant sa sortie ; l'album ne saurait me satisfaire, qu'il serait sans doute mauvais, notamment par le départ des fabuleux musiciens présents sur l'album "Pinnacle...".

Après un premier titre balancé qui laissait tant soit peu à désirer, composition et son global plutôt différent, leur second morceau "Return To The Abyss" m'a fichu une sacrée claque !

Un (très ?) bon album ou le plaisir se fait largement ressentir, sans jamais vraiment lasser, les nouveaux membres ne font aucune ombre au SUFFO' d’antan, celui qui à déjà bien suffisamment subi de splits et de périodes sans activité notable.

Mon petit cafouillage, subjectivement, serait le sorte de breakdown sur le titre éponyme, trop prétentieux à se vouloir massif, plus semblable à un coup d'épée dans l'eau... Dommage, revenons à 'Liege Of Inveracity' pour mieux comprendre.





KANSAS
LEFTOVERTURE


Le 12 Septembre 2017 par CLANSMAN57


"Leftoverture" est un disque à double lecture.
Il semble facile lors des premières écoutes, à cause de ses mélodies accrocheuses distillées presque tout le long de l'album, on pourrait quasiment penser à du Hard FM dans un premier temps.

Du moins, c'est ainsi que je le concevais...
Et je ne l'appréciais pas tant que ça.

Quelques années plus tard, je l'ai remis sans trop en attendre quoi que ce soit et j'ai constaté un sacré travail en arrière plan, techniquement et au niveau de l'ambiance.
Ces gens là ne sont pas que des mélodistes de talent, ils possèdent également une science de la composition complexe.

En clair, KANSAS a atteint un parfait équilibre entre mélodie et technique sur "Leftoverture".
C'est à la fois accessible et recherché/créatif.
Je pense un peu à PORCUPINE TREE, c'est un peu le même degré de lecture, bien que le niveau technique ne soit pas aussi poussé chez Wilson et co.

Par ailleurs, cette cover est l'une des plus belles du Prog à mes yeux.










METALLICA
LOAD


Le 11 Septembre 2017 par SNAKEPIT


Ouch, ça fait une éternité que je n'avais plus écouté cet album. Quand l'ai-je mis dans le lecteur CD pour la dernière fois ? Hum... C'était en 1998. Il y a 19 ans, donc. C'est donc peu dire que "Load" a pris de la poussière. Cet album m'avait déçu lorsque je l'avais acheté à sa sortie. Je lui avais redonné plusieurs secondes chances jusqu'en 1998, mais rien n'y fit : la déception était toujours au rendez-vous. Ce week-end, je l'ai ressorti de mon armoire à CDs, histoire de voir comment je le perçois aujourd'hui.

Et bien, mon ressenti est le même qu'il y a 20 ans. Il y a bien quelques titres à sauver comme "Ain't My Bitch", "Until It Sleeps", Bleeding Me", "The Outlaw Torn" et "Wasting My Hate". Mais 5 titres sur 14, c'est trop peu pour un groupe comme METALLICA, en comparaison avec ce que Jaymz, Lars & Co. proposaient auparavant. Premier problème avec "Load" : il est long, trop long, beaucoup trop long. Presque 1 heure et 20 minutes de musique, à ce stade, on est complètement écœuré. Je sais bien que dans les 90s, il était de bon ton de remplir au maximum les albums, quitte à surcharger ceux-ci de fillers jusqu'à l'overdose, mais quand même... En plus, les titres de l'album se suivent sans temps mort, il n'y a même pas une pause silencieuse de 2 secondes entre chaque titre. Un album de 8 ou 9 titres aurait amplement suffi (le même constat peut s'appliquer à "Hardwired... To Self-Destruct", d'ailleurs).
Deuxième problème : METALLICA s'essaie à un style qui ne lui convient guère. Franchement, le style Heavy Rock bluesy à tendance Stoner ne va pas du tout au groupe. Et ça fait bizarre de voir Kirk Hammett jouer des soli de manière bluesy. Non pas qu'il soit mauvais dans ce style, mais il n'a pas laissé de souvenirs impérissables en s'y essayant. Et puis, il y a des guitaristes (qui ont ça dans le sang depuis qu'ils jouent de leurs instruments) qui en jettent beaucoup plus que lui dans ce domaine. Enfin, dernière chose : 3 des 4 titres sortis en singles à l'époque étaient des ballades. Et ils n'ont même pas songé à sortir "Ain't My Bitch", peut-être un de leurs meilleurs titres post-Black Album (il n'y en a pas des masses).

"Load" fut donc une sacrée déception à l'époque, comme tant d'autres albums sortis cette année-là. Heureusement qu'il y a eu PANTERA (The Great Southern Trendkill") et HELLOWEEN ("The Time Of The Oath") pour relever le niveau. Pour revenir à "Load", je l'ai rangé de nouveau dans mon armoire à CDs et il va de nouveau reprendre de la poussière. Et cette fois, je ne pense pas le ressortir dans 20 ans...





BLACK SABBATH
NEVER SAY DIE !


Le 11 Septembre 2017 par SWISSIDOL


On sent un groupe un peu perdu, d'où un album à moitié réussi seulement. Je préfère "Technical Ecstasy" parmi les disques "expérimentaux" du SABB'.
Ceci dit, si j'avais rejeté "Never Say Die" en bloc à la première écoute, il mérite qu'on insiste un peu pour découvrir des morceaux certes très loin des classiques du groupe mais à l'audace intéressante, presque Prog' par moments.





DEEP PURPLE
THE BATTLE RAGES ON


Le 11 Septembre 2017 par SWISSIDOL


J'avais nettement préféré "Perfect Strangers" et même "The House Of Blue Light". Sur ce dernier, DP essayait de se moderniser un peu ; avec "The Battle Rages On", il rentre dans le rang avec des compos certes réussies ("The Battle...", "Anya", "Solitaire", "Time To Kill") mais aussi pas mal de morceaux mollassons comme "Lick It Up" ou "One Man's Meat".
Je ne sais pas, je ne ressens pas la flamme de la part des artistes à l'écoute de cet album.





SUMMONING
OLD MORNINGS DAWN


Le 11 Septembre 2017 par LOUVOIR


Juste un petit ajout à mon dernier commentaire, qui remonte quand même à 2013, que le temps passe vite !
En tout cas, c'est un signe de la longévité de cet album puisque je l'écoute toujours régulièrement avec grand plaisir et émerveillement.
Je voulais juste ajouter que si cet album est une telle réussite, c'est bien sûr grâce à l'enchainement de titres tous très bons, mais aussi parce qu'une pièce se détache des autres par sa magnificence. En d'autres termes, c'est le "Land Of The Dead" de cet album.

Il s'agit de "Of Pale White Morns And Darkened Eves". Je n'avais pas vraiment fait attention à ce titre aux premières écoutes, mais il surpasse vraiment les autres.
De par sa construction déjà, une subtile évolution tout au long du morceau. On commence par quelques tambours, bientôt rejoints par guitares, cuivres et autres flûtes, ainsi que par la voix écorchée qu'on connaît bien maintenant. Et cela se poursuit tout au long des presque dix minutes que dure le titre. Pas d'ennui possible.
Mais aussi par l'ambiance dégagée par ce morceau porté par un riff ultra simpliste et répétitif, comme souvent chez SUMMONING. Mais ce qui fait vraiment la différence, je pense que ce sont les bruitages ajoutés à la musique qui nous transportent directement dans les Terres du Milieu. Un cri de nazgul par ici, une plainte elfique par là, un souffle fantomatique plus loin...

Ce chef-d’œuvre vaut bien une petite correction de mon commentaire précédent. En effet, même si j'avais déjà mis 5/5 à cet album, j'apportais alors un bémol en affirmant qu'aucun titre n'arrivait à la cheville du glorieux "Land Of The Dead". Et bien j'avais tort, "Of Pale White Morns And Darkened Eves" peut sans nul doute lui faire concurrence.
Difficile de départager les deux derniers albums de SUMMONING du coup... Je vous ai déjà dit que j'étais fan ?





WOLVES IN THE THRONE ROOM
CELESTIAL LINEAGE


Le 11 Septembre 2017 par RIKKIT


Bien mieux que toutes les horreurs dites "Blackgaze" que l'on trouve partout en ce moment. WITTR reste Black dans son essence, il évolue mais suit tout de même, avec un brin de modernité, la route initiée par BURZUM, ULVER et DRUDKH en leur temps.





BLACK 'N BLUE
WITHOUT LOVE


Le 10 Septembre 2017 par LE MOUNGEPEDOUN


Faudrait pas l'oublier ce disque quand on évoque les grandes heures du Hard Rock US de la deuxième moitié des années 80 car la qualité des titres (assez homogènes au demeurant) est bien au rendez-vous, le tout soupoudré par la main de maître de Bruce Fairbairn avant qu'il ne s'enrichisse avec le multiplatine "Slippery When Wet" de JBJ & co'. Une perle que ce "Without Love"... À redécouvrir avec plaisir.





EVIDENCE ONE
TATTOOED HEART


Le 10 Septembre 2017 par PILGRIMWEN

Ca me fait une drôle de sensation, en ce dimanche 10 septembre 2017, de réécouter cet album... Je ne m'étais pas penché sur "Tattooed Heart" depuis plusieurs années... Je pense qu'il s'agit du meilleur des trois opus. Normalement, un quatrième était en préparation. Suite à un crash informatique, EVIDENCE ONE a perdu toutes les compositions. Dépités, les membres ont mis un terme à l'aventure. Cette histoire, je la tiens de Carsten. Il avait l'air découragé... Tu m'étonnes John !

Dans les 00s, la scène Hard et Heavy allemande et scandinave a pondu des disques de ce calibre. Limb Music, AFM Records, MTM Music, Frontiers Records, etc. La belle époque !

Grâce à des groupes comme EVIDENCE ONE, le Hard et Heavy a perduré, voire repris des lettres de noblesse. Merci à eux !





GIRLSCHOOL
HIT AND RUN


Le 10 Septembre 2017 par ARTHOFZAFT


Vous aimez "Fais-Moi Mal Johnny", tout Wanda JACKSON, mais aussi X-RAY SPEX et MOTÖRHEAD ?
Ah merde, je suis sur une zone HM, j'oubliais...
Je recommence : Vous aimez SUEY QUATTRO, les RUNAWAYS, mais aussi L7 et... MOTÖRHEAD ?
Oubliez les toutes (tiens, y a l'Animal Taylor qui avance l'air pas choucard d'avoir pris de la tante...) c'est "Hit And Run" qu'il vous faut !!! (Lemmy aurait été d'accord, remballez les lames les méchants !) !
"Hit And Run" est l'un des meilleurs disques de Rock de tous les temps. Non, je ne m'emporte pas, j'ai pas bu du vin pas cher, pas pris de la coke avec les Hells de Pantin, ni même retrouvé une VHS de NIAGARA dans mon placard à balais. Je constate.
Du riff saturé ("The Hunter", "Future Flash", mon Dieu !!!), des solos qui brûlent (celui de "I'm Your Victim" particulièrement, il me bousille la tronche il est imparable avec le 'All Right' !!! qui le fait partir loin loin loin!!!... Kelly Johnson citait Jeff Beck dans ses influences, mais elle est 1000 fois plus instinctive que le vieux!!!), des voix (toutes les trois elles sont toujours justes, adaptées, placées, juste sur le morceau qui leur va le mieux, c'est de la haute couture !!! Avec une mention toute spéciale pour Enid qui se la donne vraiment terrible sur les titres les plus méchants !) qui trimbalent l'émotion des locaux de répet au devant de la scène, une rythmique qui fait danser (surtout sur la face B, avec "Yeah Right" qui cloue le bec aux plus méchants des poilus) de la tête et dans tous les sens... Des intros en ligne dure ("Kick It Down", "Back To Start", "Watch Your Step"). C'est pur, pas produit en série ni surgelé, c'est du Punk et du Hard et du Heavy et de la pop et surtout du Rock foutrement bien écrit.
Mélodies imparables (toutes les chansons, après une écoute, on les connait par cœur, c'est de l'Art !), attitude à la cool parce que chez ces écolières on s'emploie à flatter les esgourdes et les endosses pour partir à la gambille plutôt que le chibre du micheton de passage. Ici on pose pas, et c'est du tout cuir sans dentelles.
GIRLSCHOOL en 81 c'est le seul groupe de Rock (avec les STRAY CATS et les CRAMPS et MOTÖRHEAD et les STRANGLERS) qui fait de la musique sans prétention de façon aussi prétentieuse. Parce que la première marche du podium elles l'ont à portée de santiags les rockettes. Le Punk a ouvert les portes et elles les ont défoncées.
Un grand bravo, un grand merci, et plein plein d'amour pour toute cette sincérité aux GIRLSCHOOL.





MANOWAR
SIGN OF THE HAMMER


Le 10 Septembre 2017 par FRED


♪ l'écoute de ce disque, on se dit que MANOWAR est loin de la caricature qu'il peut parfois donner de lui-même, particulièrement lorsqu'il propose des torrents de sensibilité et de contrastes, comme dans "Mountains" ou "Guyana".
Un album qu'il faut connaître afin de percevoir correctement l'ensemble du spectre de cette musique que l'on appelle Heavy Metal.





NIRVANA
IN UTERO


Le 09 Septembre 2017 par CLANSMAN57

Je l'avais revendu celui-là.
Réécouté suite au commentaire de Fred.

Je n'ai pas aimé, je n'aime toujours pas des masses.
Clairement aux antipodes de "Nevermind" et pas qu'un peu.

On y trouve tout de même quelques tubes parmi des chansons plus difficiles d'accès (car plus bruyantes).

"In Utero", soit on le trouve génial, soit inaudible.

Je ne note pas, car c'est peut-être excellent pour certains, cependant je n'aime pas cette direction prise par ce mythique groupe.
C'est pas de la daube pour autant, juste une musique qui ne me convient pas et qui ne me procure pas tellement de plaisir.

Au moins, ils n'ont jamais fait deux fois le même album, malgré une discographie très courte.








PARADISE LOST
HOST


Le 09 Septembre 2017 par BALAAM


PARADISE LOST me touche particulièrement par ses mélodies. Alors, même en abandonnant le Metal pour un Rock à l'ambiance froide et au rythme légèrement dansant, il réalise un de mes albums préférés du groupe.

Le son est particulièrement travaillé. Les morceaux étant agrémentés d'orchestrations et de sons électroniques utilisés judicieusement, ainsi que de temps en temps d'une voix féminine plus ou moins discrète pour le plus bel effet.

Et puis, il y a les paroles qui évitent les clichés et sont terriblement humaines.





Luca Turilli's RHAPSODY
ASCENDING TO INFINITY


Le 09 Septembre 2017 par CLANSMAN57

Et même pour Verdi, j'ai du mal à saisir le rapprochement et pourtant, j'en connais quelques-uns de ses opéras.
Pour le titre mentionné, à savoir "Tormento E Passione", j'aurais tout simplement mentionné QUEEN, ce qui me parait plutôt flagrant.
Vocalement, on est quand même très loin de ce que peuvent proposer certaines références lyriques...
C'est franchement pas les mêmes cimes qui sont atteintes.

Bref, les comparaisons entre le Metal et le Classique me semblent toujours extrêmement veines...

Sinon l'album je l'avais, il est pas trop mal, mais ce Metal grandiloquent ne me fait vraiment plus chaud ni froid.





TRICK OR TREAT
RABBIT'S HILL PT. II


Le 09 Septembre 2017 par MAIDEN SCORP


Tout à fait d'accord avec HELLSOLDIER !
J'avoue ne pas trop comprendre ton point de vue T RAY..
Cet album est laaaaargement plus abouti que son prédécesseur.

Moi aussi je trouve que les 3 autres albums de TRICK OR TREAT présentaient de très gros défaut de compositions.
Ici que nenni.
Les refrains sont très bons, bien construits et franchement beaux pour la plupart, surtout "The Showdown".

Après les goûts et les couleurs ne se discutent pas !





NIRVANA
IN UTERO


Le 09 Septembre 2017 par FRED

Je voulais dire "du relativisme érigé en dogme", Einstein n'a rien à voir dans ce que j'ai écrit (théorie de la relativité). Pour terminer, j'indiquerais volontiers que cet album est le plus abouti de NIRVANA, mais pas le plus facile d'accès : "Nevermind" est la porte d'accès à la musique du groupe, car plus formaté, mais néanmoins intéressant (et référentiel, par la force des choses). Steve Harris a dit que, quand il a entendu "Smells Like Teen Spirit", il a compris que le monde du Rock ne serait plus jamais pareil, que quelque chose avait changé. Effectivement, ce petit morceau d'un petit groupe de Seattle a provoqué un cataclysme musical, dont beaucoup de dinosaures ne se sont jamais relevé (scène dit Hair Metal, entre autres). Aujourd'hui, il est de bon ton de railler NIRVANA et ses trois accords, de préférer SOUNDGARDEN ou ALICE IN CHAINS. C'est ce que lis souvent sur le site et ailleurs. Certes, mais il n'y a eu qu'UN "Smells" : pas deux, UN ! C'est aussi ça, NIRVANA ! C'est un truc qui n'arrive que 2/3 fois dans l'histoire d'un mouvement musical. Un truc qui s'est révélé beaucoup trop gros pour le trop sensible et fragile Kurt Cobain. Raison de plus pour ne pas lui enlever ce qui lui est du et lui faire l'aumône d'un minimum de respect.





NIRVANA
IN UTERO


Le 09 Septembre 2017 par FRED


Un chef d'œuvre, mais définitivement pas un album de Metal.
Il appartient à plusieurs autres genres, ce qu'on a pu qualifier d'"Indé" à l'époque.
Ce n'était pas un groupe commercial : Kurt détestait son succès, et cela a sans doute causé sa perte.
Imaginez-vous un MAIDEN (que je respecte !) mutiler un "Run To The Hills" à chaque concert comme NIRVANA le faisait pour "Smells Like Teen Spirit", car ne supportant plus de le jouer, et cela seulement quelques mois après sa parution ?
Non, bien sûr.
On dit que NIRVANA est resté dans les mémoires car son leader s'est suicidé. C'est plus compliqué : l'esprit du groupe, donc sa musique, était INTIMEMENT lié à ce rejet de la célébrité, et la musique très difficile (bien qu'élaborée) de cet album en est une bonne illustration.
C'est aussi pour cela qu'on s'en souvient, de NIRVANA, car cette attitude a marqué toute une génération, paradoxalement grâce à l'exposition commerciale dont à fait l'objet sa musique.
Le Metal est un genre viril, qui généralement ne connait pas le doute. NIRNAVA est l'aboutissement du principe de la relativité érigé en dogme, d'une certaine fragilité mise en exergue. Deux mondes totalement différents. Rassurez-vous : on peut aimer à la fois MANOWAR et cet album : il suffit d'avoir la grille de lecture et un peu d'ouverture d'esprit.





TRICK OR TREAT
RABBIT'S HILL PT. II


Le 09 Septembre 2017 par HELLSOLDIER


Alors la non non non non non et re NON !
Comment on peu mettre 4 au premier et 3 à celui-là ???
Les goûts les couleurs d'accord mais la quand même !
Ce deuxième volet est 1000000 fois plus abouti que le précédent et de très très loin.
Meme si le Pt était mieux que les precedents albums du groupe, il gardait leurs petits défauts, c'est à dire des refrains un peu bancals qui partent dans tous les sens.

Là le groupe a enfin composé des refrains impeccables.
C'est simple, à part "They Must Die" gâché par la voix poussive de Owens tous les morceaux sont juste excellents !
"Cloudrider" apporte un sacré vent de fraîcheur et fait vraiment plaisir avec son refrain gavé d'ondes positives !
"Inle" et "The Great Escape" sont du pur HELLOWEEN à l'ancienne avec un côté legerement thrashy appuyé par ce son d'une puissance monumentale.
Et que dire du morceau épique, "Showdown", une merveille au refrain juste magnifique. Conti est de retour et nous offre enfin des lignes vocales à la hauteur de son talent.
Et bien entendu les 2 ballades sont superbes, j'adore la puissance du final donné par la voix magnifique de Sara.

Non vraiment là je ne comprend absolument pas ta note et ton point de vue T RAY.
Pour moi ce Pt.2 est clairement d'un autre niveau par rapport aux anciens albums du groupe.

Même la pochette envoie carrément plus du pâté !





PEARL JAM
NO CODE


Le 08 Septembre 2017 par BABAR


Je garde un excellent souvenir de cet album, pourtant très mal noté à sa sortie. C'était mon premier PEARL JAM, et je me souviens avoir été un poil déçu par la suite à la première écoute de "Ten", bien plus propre et, si on peut dire, lissé grand public.
Ici on est presque dans le "suicide commercial", c'est un album un peu fourre-tout, très varié qui passe de la tristesse à la colère avec grande classe.
J'ai pas écouté toute leur discographie, mais celui là me botte vraiment.





WOLVES IN THE THRONE ROOM
TWO HUNTERS


Le 08 Septembre 2017 par LOUVOIR


Belle découverte que ce "Two Hunters" de WOLVES IN THE THRONE ROOM ! Ce Black Metal forestier, mélancolique et percutant a tout ce qu'il faut pour me séduire.
Les mélodies sont éthérées, langoureuses même. Elles sont parfois lointaines, comme un vague écho perçu sous la bise soufflant dans les arbres.

La batterie est variée. Parfois agressive, parfois presque effacée, elle souligne parfaitement la mélodie sans briser l'ambiance générale des morceaux.

L'ajout d'une voix féminine est une bonne idée, bien exploitée. Elle n'est pas envahissante, on garde quand même l'impression d'écouter un disque de Black Metal.

En bref un très bon disque automnal, on y est bientôt !







Commentaires :  1 ...<<...<... 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 ...>...>>... 2087






1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod