Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 ...>...>>... 2494
Comment poster un commentaire ?


DOKKEN
BACK FOR THE ATTACK


Le 17 Août 2020 par EDDIE VAN HALEN


Il n'y a bien que le premier titre qui a retenu mon attention.
Le reste est dans la lignée de ce que propose DOKKEN depuis ses débuts, à savoir un Rock vaguement Hard qui pêche par un côté ronronnant.
On aimerait que la machine s'emballe, que ça balance du riff et du solo qui tue (LYNCH est un bon guitariste, mais j'ai toujours trouvé son jeu trop timide, dans le genre, je trouve les Eddie Van Halen et Paul Gilbert dix fois plus intéressants que lui), bref, que les types sortent de leur zone de confort, mais ça ne se produit jamais.
Propre, carré, professionnel, mais dénué d'âme et de niaque.
Bref, du Hard US façon Monsieur Propre.
Et moi, je trouve ça chiant.





DEATH
SCREAM BLOODY GORE


Le 17 Août 2020 par DOMI


Hello pour répondre à Kingkilling :

L'intro de "Evil Dead", c'est "Amazone" de SORTILÈGE.

Merci bonne journée.





NIGHTWISH
END OF AN ERA


Le 15 Août 2020 par VLAD


Après un tel album, "Once", le live semblait inévitable. Surtout que ce dernier opus sera mis en valeur comme il le mérite.
La setlist démarre bien, trois titres de bonnes factures et avec des interprétations à la hauteur. Bon ensuite on a du mal à éviter "Kinslayer" qui est, a été et restera lourdingue pour arriver à la première reprise, "Phantom Of The Opera". Tarja y est vraiment sur son registre, quant à Marco, il est plutôt limite et un peu trop rugueux pour ce titre.
D’ailleurs Tarja nous livre un live aux petits oignions, surtout sur les morceaux lents, ce qui pousse Marco à se surpasser sur la reprise Floydienne.
Même si les tensions sont présentes au sein du groupe, la dernière épreuve avec la charmante Finlandaise restera marquante par sa qualité, le choix des chansons ("Once" y étant pour beaucoup mais pas que) et la classe de cette dame. La couleur du micro assorti à la robe, je n’avais jamais vu cela.
Bref, hormis quelques titres avec lesquels j’aurai toujours du mal ("Kinslayer", "Wishmaster", "Slaying The Dreamer"), je passe toujours un bon moment avec ce concert.
Et la reprise de l’Irlandais ? J’ai tellement écouté "Wild Frontier" quand j’étais au lycée que cela me fait toujours drôle de l’entendre avec de telles vocalises. Le plaisir est là, Gary Moore est un artiste très peu repris et le choix de NIGHTWISH vers ce Hard Rock celtique est bien à l’image du groupe.





NIGHTWISH
Human. :||: Nature.


Le 15 Août 2020 par VLAD


Nous nous retrouvons là où le groupe nous a laissé à la fin de l’opus de 2015. Il a pris son temps l’ami Tuomas mais à mon avis, cela valait le coup.
CD1
L’introduction de l’album reprend l’ambiance de "The Greatest Show On Earth" pour un crescendo aboutissant sur "Music". Le décor est planté, musicalité et puissance au top, avec une Floor ouvrant d’entrée son panel vocal hors du commun.
Suit le single "Noise", plus enlevé (un peu marchand de trônes il l’avouer, que nous retrouverons même à la fin de "Harvest") et assez complexe en premier écoute pour le titre promotion.
"Shoemaker" est plus conventionnel, efficace et très réussi, tout comme "Harvest", mais cette fois ci dans le registre Troy pour la partie celtique. Mélodique et entrainant, ce sera un plaisir en live.
Avec "Pan", nous revenons dans l’univers de "Imaginaerum", avec en prime les vocalises et la puissance de Floor. C’est du NIGHTWISH plein pot, et toujours avec cette production impeccable.
"How’s The Heart" est le morceau pour Floor. Placement de voix, maîtrise, un vrai bonheur. Je vous le conseille en version acoustique, enfin pour ceux qui en sont arrivés là. En effet "Human II Nature" n’est pas un album de Metal, mais un album de musique. Quel style ? Et bien le style Tuomas Holopainen. "Procession" et "Tribal" en sont d’autres illustrations. L’un dans la finesse et l’autre dédié vraiment à la rythmique (une vrai première pour NIGHTWISH)
La galette se termine par un titre plus conventionnel pour le groupe, afin de rattraper quelques fans de la première heure, avec Marco derrière le micro (« déjà qu’il y a pu Targea, alors si Marco y chante pu non plus ! »). Mais la patronne du chant, c’est Floor, car tout est fait pour elle sur ce CD. Et même très bien fait.
CD2
La seconde partie est la symphonie de l’univers par Maitre Tuomas. C’est digne des bons compositeurs de ce siècle. On y retrouve l’émotion, ma puissance, le rêve, des thèmes léchés, une production au cordeau et encore de l’émotion. Certes, il y a du Hans ZIMMER, du Basil POLEDOURIS, du Thomas BERGERSEN, mais c’est avant tout du Tuomas. C’est beau, c’est bien fait et c’est bien dommage que cela ne dure qu’une trentaine de minutes. La mélodie principale est en apothéose sur le final "Ad Astra", précédée d’un texte de toute beauté.

Ce double album ne s’analyse pas à la première écoute. Il faut le décortiquer, entrer dedans, le vivre, se laisser envahir par la musique et les émotions. NIGHTWISH a encore des choses à dire et le prouve de nouveau. Son style est comme l’humanité, il évolue et évoluera encore car Tuomas a du talent et il ose nous en faire profiter.
Car NIGHTWISH, that's here. That's home. That's us.





RAGE AGAINST THE MACHINE
RAGE AGAINST THE MACHINE


Le 15 Août 2020 par PILGRIMWEN

En 1989, un certain groupe LOCK-UP - au sein duquel officie un certain Tom Morello - signe le disque "Something Bitchin' This Way Comes". "Something Bitchin' This Way Comes" est un album orienté Funk/Groove-Rock. Je l'affectionne profondément.

En 1992, RAGE AGAINST THE MACHINE signe son premier opus "Rage Against The Machine". J'effectue ce parallèle entre ces deux pièces musicales puisque, hormis le chant Rap et une sonorité plus Metal, ba... "Something Bitchin' This Way Comes" est un brouillon de "Rage Against The Machine". Je maîtrise mieux LOCK-UP que RATM et j'ai donc été agréablement surpris de découvrir une continuité de LOCK-UP en RATM.

Ce premier essai de RATM est finement produit. Un bijou de la musique Fusion !





THOUGHTS FACTORY
ELEMENTS


Le 15 Août 2020 par DP-WT


En fait, je me rends compte que je n'ai peut-être pas grand-chose à écrire sur l'album. C'est du très bon Prog Rock/Metal Mélodieux pour un groupe qui n'en est qu'à son 2ème album, et c'est dans le haut du panier pour ce début d'année assez chargé en sorties prog ! Pas beaucoup d'originalité ou de surprises mais c'est très bien exécuté et le tout s'enchaîne très bien. En plus ils se payent le luxe d'être parvenus à garder mon intérêt pour l'instrumental (ce que de rares groupes peuvent se targuer, vu que je ne suis pas un adepte). Bref, mention spécial à "Mind Odyssey", "The Burden" et "Our Kindgom". Un groupe à suivre, pourvu qu'ils gardent le chanteur actuel !
Et merci pour la découverte !





SONATA ARCTICA
ECLIPTICA


Le 15 Août 2020 par SAM


Sympa de voir des commentaires de cet album ressurgir! Je l'avais déjà commenté en 2008, je ne change pas mon avis... Il faut surtout situer cet album six ou sept ans avant le "Inhuman Rampage" de DRAGONFORCE, qui à mon avis a pas mal puisé d'idées dans le SONATA ARCTICA des débuts avec ces riffs super rapides, la rythmique basse/batterie inarrêtable avec force double-grosse caisse, ces claviers bien présents, les bouts de solos de guitare ou de claviers ou les deux ensemble ici ou là...

En fait on a un peu du RHAPSODY au goût futuriste plutot que heroic fantasy ! Ce dernier avait tout juste sorti 2 albums qui ont marqué le monde du Metal.
"Legendary Tales" et cet "Ecliptica" ainsi que "Holy Land" d'ANGRA et "V" de SYMPHONY X sont certainement les albums qui ont le plus tourné dans mon discman d'étudiant entre 1998 et 2001.

...L'occasion de le réécouter et de se dire que finalement, si les "FullMoon", "Replica" ou "Blank File" font toujours de l'effet, les titres moins connus comme "My Land" ou "Kingdom For A Heart" s'ils font un peu cliché aujourd'hui, sont en réalité de bonne tenue (ou bien c'est juste la nostalgie qui me fait écouter cela avec des lunettes roses ?).

L'album suivant perdra un peu de la fraîcheur et de l'effet de surprise naturellement pour gagner en qualité de production et de chant, avec toujours des riffs et des refrains qui font mouche tout en ralentissant le tempo.

La suite m'a déçu, donnant l'impression que le groupe rentre dans le rang et tourne un peu en rond, alors pourtant que sa popularité est au top (j'étais étonné de voir de grosses salles pleines pour un groupe si jeune !).

Oh, et attention de ne pas vous fourvoyer en acquérant la version remix "15ème anniversaire", qui perd quasiment tout de la fraîcheur de l'album original sans ajouter grand chose... Sur YouTube les deux peuvent être mélangés.







NIGHTWISH
DECADES: LIVE IN BUENOS AIRES


Le 15 Août 2020 par VLAD


Après une pseudo compilation un peu surprenante, NIGHTWISH nous revient avec un Live de plus, ou un Live de trop ? Et pourtant ça commence plutôt bien, intro celtique, deux titres bien enlevés, le Live parait plus prometteur que la remontée du temps en studio. Et bien non, à la moitié de "10th Man Down" arrive le pénible qui continue avec les deux titres suivants. Un peu d'Élan pour s’en redonner et pour réanimer le public et on repart sur les faces B sans âme. Et pourtant, ce n’est pas faute de mettre du cœur à l’ouvrage pour essayer de rendre ces vieilleries comestibles. "Dead Boy’s Poem" est superbe mais trop molle pour arriver au milieu de tant d’ennui. Car ça s’étire avec les deux Elven. Le groupe s’amuse, le public s’endort (enfin pour celui de Bercy c'était flagrant). Le réveil sera avec "I Want My Tears Back", et "Amaranth". Voici le résumé de la période d’Anette pour la décade, n’en cherchez pas plus, il n’y en aura plus (hormis certains chroniqueurs qui ont entendu "Storytime", que dis-je le nunuche "Storytime"). Pour en revenir à "I Want My Tears Back", il faut reconnaître que le plaisir du groupe à jouer ce titre n’est pas étranger à son succès.
Et après ce clin d’œil Olzonien, nos amis vont de nouveau essayer de sauver les vieux nanars. "The Carpenter" trop mou, "The Kinslayer" toujours aussi mauvais, "Devil & the Deep Dark Ocean", encore plus mauvais. L’avantage du CD, c’est qu’on peut passer, mais en concert, le temps est long, très long. Ah ! "Nemo" va-t-il enfin nous faire revenir au bon? Et bien non, on remet encore du basique bourrin avec "Slaying The Dreamer".
La fin est tout à fait convenue avec deux titres repères même si sur "Ghost Love Score", Floor est nettement moins performante que sur "Showtime, Storytime".
Bref, la magie n’a pas opéré, même avec du Troy, du Marco, du Emppu et surtout du Floor, les compositions antérieures restent sans saveur et ne peuvent rivaliser avec la période post "Once" (inclus). Alors NIGHTWISH, c’était mieux avant ? je ne pense pas, et même si je lis cela au travers des chroniques et commentaires, j’ai constaté ce soir-là à Bercy que le public s’enflammait sur les titres récents et non sur le recuit. Et pourtant la production et les moyens étaient plus qu’à la hauteur.





METALLICA
...AND JUSTICE FOR ALL


Le 15 Août 2020 par BORIS LE BORGNE


Récemment réconcilié avec METALLICA, je redécouvre ce chef-d'oeuvre froid et hanté par la mort.

Rien que pour "Blackened", sorte de Techno-Thrash comme seul VOIVOD savait le faire à l'époque, ce disque mérite un certain respect.

Parfaitement métallique.






GRIMGOTTS
DRAGONS OF THE AGES


Le 15 Août 2020 par FENRIL


Vous vous souvenez du début des années 2000 ?

Cette époque géniale, sans internet omniprésent, où l'on pouvait découvrir des groupes incroyables par hasard, en se basant sur les covers ? Des groupes à la prod pourrie, aux noms improbables et aux claviers vraiment particuliers ?

C'est à ça que me fait penser GRIMGOTTS. Cet album, j'aurai adoré le découvrir dans les années 2000.

Aujourd'hui, je suis un vieux con nostalgique. Je me souviens des IRON FIRE, SECRET SPHERE, MORIFADE, TWILIGHT GUARDIANS et autres FRETERNIA qu'on découvrait dans les bacs. Ca me manque beaucoup... Et GRIMGOTTS me ramène à cette époque. C'est imparfait, la batterie par exemple n'est pas un modèle de métronomie, mais les mélodies sont tellement fraiches, le chant tellement old school, un peu faux mais en même temps si charmant.... Les compos sont géniales, ça vous reste gravé dans le crâne ! La production n'est pas plus mauvaise que les groupes de cette époque, et moi ça me va. Le son est un hommage, délibéré ou non, à cette époque.

Vraiment ça vaut le coup de tester, si vous aimez le vieux Power des années 2000, vous n'y serez pas insensibles ! Je réécoute cet album avec autant de plaisir que quand j'écoute MORIFADE.





NIGHTWISH
ENDLESS FORMS MOST BEAUTIFUL


Le 15 Août 2020 par VLAD


Tuomas ne veut plus s'arrêter. Floor a séduit tout le monde sur le live (allez on oublie Tarja, ça commence à faire loin), il faut donc l’entraîner dans de nouvelles aventures.
Alors, comme à son habitude, le leader part dans tous les styles, alternant le très digeste, facile d'approche et le "ça demande plusieurs écoutes". Mais sur cet album, si la technicité musicale est de haut niveau, les mélodies sont prenantes d'entrée ("Elan", "My Walden", "Edema Ruh", "Alpenglow") par l'apport Folk (merci Troy). Dans l'ensemble cet opus est plutôt bien, même si je ne suis pas très fan de "Weaky Fantasy" et de "Yours Is An Empty Hope" (ce dernier faisant trop NIGHTWISH old school).
Reste la pièce finale : en poussant un peu, Tuomas aurait pu en faire un CD2 (rire), il y a plus de musique que de parties chantées. Beaucoup de passages sont très agréables mais je trouve le morceau un peu déstructuré pour coller avec la fluidité de l'ensemble de l'album. Cela dit, la présence d'une telle piste nous montre l'évolution des compositions. Tuomas cherche deux lignes : des mélodies efficaces et poignantes et une musicalité complémentaire au Metal, quitte à s'éloigner des petits graisseux comme sur "The Eyes Of Sharbat Gula" et "The Greatest Show On Earth". D'ailleurs ces deux titres n'arrivent pas par hasard à la fin de cet album. Bref, Tuomas devient de plus en plus un musicien émotions, et il a désormais l'équipe pour cela.
En complément, un mot sur la pochette et le livret : superbes et tellement en adéquation avec l'esprit de ce disque.





AEROSMITH
GET YOUR WINGS


Le 15 Août 2020 par METALPROG84


Un album pas très homogène et pas très pêchu non plus (pour du AEROSMITH). Du très bon avec "Same Old Song And Dance", "S.O.S." et "Train Kept A Rollin'" (les 3 morceaux les plus Hard d'ailleurs), "Lord Of The Thighs" et "Spaced" sont pas mal mais ça manque un peu de peps. "Seasons Of Wither" est une ballade plutôt sympathique mais il manque un refrain mémorable ou fédérateur. Enfin, "Woman Of The World" et "Pandora's Box" manquent d'inspiration même s'ils ne sont pas franchement mauvais.
Au final un album en demi-teinte.





JUDAS PRIEST
TURBO


Le 15 Août 2020 par FINISHERFRANKY


Comme je me repasse quelques disques de JUDAS PRIEST je reviens aussi sur mon post de 2018, pas pour en changer la note mais bien pour en appuyer le contenu avec une vue plus globale sur la carrière de ce groupe ; si on me permet ce qui apparaît bien prétentieux. Groupe qui aura été mon fantasme d'amateur de Metal dans les années de gloire début 1980 je précise. "Turbo" m'avait tellement déçu à l'époque mais il me déçoit encore plus maintenant. Car il me semble être le paroxysme d'un travers qu'aura toujours eu le groupe : la recherche de la réussite commerciale mainstream. Beaucoup trop d'albums contiennent au moins une tentative de tube au point que je me demande même maintenant à quel point Rob Halford et le groupe avec lui ne s'est pas laisser coller l'étiquette de Metal God malgré lui. C'est une idée qui me vient quand j’enchaîne "Rock Forever", "Before The Dawn", "Evening Star", "Breaking The Law", "Living After Midnight", "All The Way", "You Say Yes", "Take These Chains", les reprises bancales ("Race With Devil" et "Johnny Be Good") et ce "Turbo" presque en entier. En 1986 le groupe me donne l'impression de chercher une stratégie plus marketing qu’artistique, partagé entre la vague glam-MTV à dollars qui le chatouille et la vague trash dont je trouve qu’il aura été un bourgeon avec "Exciter" ou "Dissident Agressor" (la version de SLAYER étant même moins saignante, un comble). Il bascule malheureusement dans ce Hair Metal à postures imposées, reportant un "Painkiller" qui arrivera trop tard pour moi. Au final, il me reste "Screaming For Vengeance" et "Defenders Of The Faith" pour me retenir de le penser, et ça me fait mal : JUDAS PRIEST a t-il été vraiment sincère ?





SONATA ARCTICA
ECLIPTICA


Le 14 Août 2020 par JOHN-BOB


J'ai découvert SONATA ARCTICA à la sortie de "Silence", donc je n'ai pas été soufflé comme d'autres par "Ecliptica". Le souffle juvénile et la spontanéité sont certes présents, mais le chant de Tony Kakko est plutôt perfectible et je ne peux donc pas mettre la note maximale à cause de ça. ça handicape quand même sacrément l'ouvreur "Blank File" et le final "Destruction Preventeer", tout comme la balade plutôt niaise (naze?) "Letter To Dana".

Mis à part les limites décrites plus haut, le reste, c'est que du bonheur, et ce n'est pas pour rien que des morceaux tels que "Replica" et "Fullmoon" soient devenus des classiques. Pour ma part, je considère avec le recul que cet album est supérieur à "Silence", mais le meilleur viendra avec "Winterheart's Guild" et "Reckoning Night".





CHILDREN OF BODOM
SOMETHING WILD


Le 14 Août 2020 par JOHNDUFF51


J’ai découvert cet album il y a deux ans à l’occasion de la tournée de COB ("20 Years Down & Dirty").
Je ne connaissais que "Lake Bodom" mais jamais je n’avais écouté ce premier opus. Et bien quelle claque ! Vu la moyenne d’âge des musiciens, c’est d’autant plus impressionnant. Un excellent mix brutal mélodique fort inspiré. Des breaks monstrueux ("In The Shadows", "The Nail", on headbangue sans arrêt ("Lake Bodom"). J’aime aussi beaucoup ce son de claviers qui colle parfaitement au style. L'album n’est pas exempt de défauts comme "Red Light Part 1" qui aura pu être mieux ou la voix de Laiho très « juste » par moments.
Ce n’est pas le meilleur album pour découvrir COB mais un indispensable pour comprendre comment a démarré le groupe.





AC/DC
STIFF UPPER LIP


Le 14 Août 2020 par JOHNDUFF51


Poussif, c’est le premier mot qui me vient. Ceux qui avaient trouvé "Ballbreaker" peu inspiré ont dû avoir du mal à écouter entièrement "Stiff Upper Lip". Et pourtant le démarrage est plutôt bon, Brian est excellent, les guitares excellentes. "Meltdown" et son côté Blues est rafraîchissant et ensuite on enchaîne sur des titres peu inspirés, qui paraissent extrêmement longs. Il faudra attendre "You Can’t Stop Rock’N’Roll" pour entendre d’excellentes parties de guitare de la part des frères Young. On repart encore dans le poussif jusqu’à la doublette finale plutôt sympa mais on est loin, je trouve, du groove et de l’inspiration d’un "Ballbreaker".





METALLICA
ST ANGER


Le 14 Août 2020 par THORPEDO


Effectivement, la démarche semble honnête et est, en quelque sorte, la seule et vraie tentative de retour aux sources "garage" de METALLICA.
Mais franchement, le son est franchement trop pourri (cette batterie! Huhuhuhu!), c'est trop long, trop répétitif, dans l'ensemble peu inspiré, etc.
Y a bien quelques riffs et quelques chansons à sauver par ci par là, mais non, le compte n'y est pas.





MANOWAR
THE SONS OF ODIN


Le 14 Août 2020 par THORPEDO


Prenez l'album "Gods of War", injustement boudé par un peu tout le monde car il est au final vraiment bon malgré bien sûr quelques défauts, et enlevez-lui ses longueurs et interminables interludes et vous obtenez un excellent EP.





SONATA ARCTICA
ECLIPTICA


Le 13 Août 2020 par MICHEL


Partage ton avis et ton expérience Thorpedo, peut-être on est de la même génération (moi je suis de ‘83 : "Kill ’Em All", "Piece Of Mind", une bonne année !).

J’adore SONATA, en particulier les premiers albums. Je les ai découverts alors qu’ils venaient juste de sortir "Ecliptica". Inconnus au bataillon, j’ai acheté l'album chez un disquaire à Aix-en-Provence, soufflé par la fraîcheur (dans tous les sens du terme) du groupe.

J’ai commencé à décrocher avec "Unia", que j’ai su apprécier avec le temps, comme toi en continuant à réécouter ”nos” classiques, j’ai retrouvé (un peu) la foi avec ” The Days Of Grays”, mais après... Ça fait mal au cœur.





SONATA ARCTICA
ECLIPTICA


Le 13 Août 2020 par THORPEDO


J' aime bien les 3 premiers SONATA ARCTICA, que je réécoute encore avec plaisir.
Ah c'était le bon vieux temps où on découvrait plein de supers nouveaux groupes, ANGRA, RHAPSODY, SYMPHONY X, etc... On le faisait encore un peu au hasard en ces temps là, en découvrant l'un sur une cassette promo CNR (devenu ensuite NTS), l'autre sur une publicité dans un magazine spécialisé.

Jamais trop suivi ce qu'ils ont fait par la suite et je n'en ai pas tellement envie à vrai dire, je préfère rester sur cette impression de fraîcheur de l'année 1999.

Y a pas grand chose à lui reprocher à ce disque.
Coup d'essai, coup de maître.







Commentaires :  1 ...<<...<... 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 ...>...>>... 2494






1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod