Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rage Of Light, Lowdown, Mechina
- Membre : Dark Angel, Zimmers Hole, Tenet, Strapping Young Lad, Devin Townsend , Gioeli - Castronovo, Revolution Saints, Arkaea
- Style + Membre : G//z/r [geezer]

FEAR FACTORY - Agression Continuum (2021)
Par ANIMA le 16 Juillet 2021          Consultée 1570 fois

Je dois dire qu’écouter cet album m’a procuré un sentiment bizarre. FEAR FACTORY, c’est pas un groupe dont je suis les infos avec assiduité donc quand le chanteur Burton C. Bell avait soudainement annoncé quitter le groupe pour des raisons un peu obscures (une affaire de bataille juridique pour le nom du groupe si j’en crois le communiqué de l’époque) en 2020, je pensais que ça y est, le groupe était cané. Ce qui est con parce que l’album précédent, le très bon "Genexus" montrait un regain de qualité avec en prime un FEAR FACTORY qui évoluait enfin après avoir trop stagné sur un "The Industrialist" vraiment pas ouf. Sauf que l’histoire, comme vous le devinez puisque je chronique ce disque, a voulu que la voix de Bell avait déjà été enregistrée pour ce nouvel album avant son départ, d’où l’impression étrange de l’entendre chanter avec FF en 2021.

Posons de suite ce qui coule de source quand on parle de FEAR FACTORY. La production est monstrueuse, on ressent bien les machines nous fracasser la gueule à coup de pilon tout en mettant les arrangements de synthé bien en avant (d’ailleurs, ils n’ont jamais autant été à l’honneur). Et à côté de ça, Burton C. Bell reste un chanteur qui sait toujours hurler avec force et dont le chant clair s’est bonifié avec le temps, et tant mieux car on a quand même pas mal de refrains en chant clair qui sont d’ailleurs excellents. Pareillement, si vous avez l’habitude de FF, les paroles ne risquent pas de vous dépayser. Je dirais même qu’on est un poil revenu en arrière. Là où "Genexus" marquait par un certain ton désabusé avec des lyrics dépeignant une humanité entièrement assimilée par les machines (avec en prime un "Expiration Date" dont les paroles résonnent encore dans ma tête aujourd’hui), "Agression Continuum" sort les crocs et centre sa thématique sur le besoin qu’a l’humanité de résister à cette assimilation.

Concrètement, si vous avez écouté (et apprécié) "Genexus", "Agression Continuum" est dans la droite lignée de ce dernier avec son FEAR FACTORY qu’on reconnaît directement et ma chronique pourrait s’arrêter à ça. FEAR FACTORY reste fidèle a ce qu’il sait faire et le fait bien. Vous aimez le groupe ? Vous allez aimer l’album, tout simplement. Mais poussons un peu plus loin. J’ai parlé des claviers bien mis en avant par la prod, et ce n’est pas pour rien car j’ai l’impression qu’il n’ont jamais été aussi présents. Rien qu’avec le premier morceau "Recode", on se retrouve surpris par des cordes frottées synthétiques qui donnent un aspect assez épique au morceau. Dommage de pas les retrouver par la suite (sauf sur le final de "Fuel Injected Suicide Machine", mais ça sert plus d’outro au morceau que vraiment une composante essentielle du morceau). Après on peu entendre des sonorités plus Électro amener quelque chose sur "Cognitive Dissonance" et "Purity", notamment pour sublimer le refrain bien planant du dernier, ou encore ils appuient bien les riffs de "Fuel Injected Suicide Machine", je pense que vous voyez le tableau.

Et là vient mon problème avec cet album. Il manque de surprises et de titre vraiment marquant. Parce qu’une fois sorti de "Recode" dont j’ai déjà parlé et de "Disruptor" qui est un putain de tube purement FEAR FACTORY, agressif et accrocheur bien comme il faut, l’album retombe un peu comme un soufflé. Alors je dis pas que c’est nul, l’album s’écoute quand même avec un certain plaisir et on retrouve d’autres morceaux assez cool comme "Purity" ou "Monolith" qui jouent bien sur la lourdeur comparé à "Collapse", seul morceau que je trouve chiant car il devient juste complètement balourd à se vautrer dans sa lourdeur, et en plus on a même droit a un petit solo de guitare dessus.

Enfin voilà, je pense que vous avez compris que "Agression Continuum" est un nouvel album de FEAR FACTORY faisant du FEAR FACTORY, ni plus, ni moins. D’un côté c’est cool parce que j’aime bien FF et ils font les choses bien sur cet album et en vrai, l’écoute est pas déplaisante et à aucun moment je ne me suis ennuyé alors qu’il a quand même pas mal tourné dans mon lecteur depuis sa sortie. Et de l’autre il est malheureusement peu surprenant et au final pas si marquant que ça (hormis les morceaux cités avant), pour dire, on a même pas droit a un final grandiose comme sur "Genexus" et sortir de l’album avec un "End Of Line" certes plutôt intense mais qui ajoute deux minutes de bruit de machine à la fin histoire de faire outro, bah c’est loin d’être un beau final. Donc je vais finir là cette chro, sans belle conclusion.

A lire aussi en METAL INDUS par ANIMA :


EISBRECHER
Liebe Macht Monster (2021)
Froideur radioactive




KUNSTZONE
Solarborn (2018)
Oblitération totale


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
  N/A



- Burton C. Bell (chant)
- Dino Cazares (guitare, basse, arrangements)
- Mike Heller (batterie)


1. Recode
2. Disruptor
3. Agression Continuum
4. Purity
5. Fuel Injected Suicide Machine
6. Collapse
7. Manufactured Hope
8. Cognitive Dissonance
9. Monolith
10. End Of Line



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod