Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

Commentaires (21)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Lowdown, Mechina
- Membre : Arkaea, Revolution Saints
- Style + Membre : G//z/r

FEAR FACTORY - Obsolete (1998)
Par MEFISTO le 21 Mai 2014          Consultée 2169 fois

Il aura fallu attendre trois ans après "Demanufacture" pour tenir selon moi un des trois meilleurs albums des Américains de FEAR FACTORY, groupe phare du Metal Indus qui n'a certainement pas besoin de présentation.

Des singles, des remix douteux, des EP, on ne peut dire que le groupe ne gave pas ses fans, mais bon, ce sont ses albums qui retiennent avant tout l'attention. Ils sont le résultat de toutes les expérimentations et bidouillages que le groupe se farcissait sur ses mini-disques. Entre "Demanufacture" et "Obsolete", FF a foutu treize singles/EP/remix et l'infâme "Remanufacture" dans les pattes des fans, alors imaginez l'impatience… et surtout la joie quand enfin, en juillet 1998, le successeur du déjà légendaire "Demanufacture" est né…

Un disque dont les thématiques sont toujours alignées sur la robotisation de la société, la perte de sens de l'espèce humaine, la déchéance et l'asphyxie globale. Tout un menu, qui nous fera passer par toute la gamme des émotions.

Alors, ce "Obsolete" ? C'est pas avec "Shock" qu'on se fait les dents, pièce quelconque qui ne sert qu'à échauffer les oreilles et non à les émoustiller. C'est vraiment à partir de "Edge Crusher" que le groupe pèse sur « play » et nous brise les reins. S'ensuivra un chapelet presque sans taches.

Mais FEAR FACTORY ne réussira pas avec cet autre legs de qualité à récolter une seconde note parfaite. La faute aux pièces faibles de l'album : "Shock" est passable, comme "Smasher/Devourer" et ses quelques surprises, mais je suis désolé, "Descent" me reste encore en travers de la gorge après toutes ces années et je ne dois pas être le seul. L'argument de l'intermède santé ne passe pas comme sur "Demanufacture", car "Descent", au contraire de "Dog Day Dunrise", rend malade… Le reste est de très bonne qualité.

On a donc, en top du top, la dévastatrice "Edge Crusher" (je me rappelle ma première fois avec elle, j'ai eu très mal), l'inquiétante "Securitron (Police State 2000)" et son riff rondelet, l'énervée et étonnante "Hi-Tech Hate", la reine du bal indétrônable "Freedom Or Fire" (essayez, juste pour voir, de ne pas être parcouru de frissons durant la dernière minute…), la pièce-titre accrocheuse "Obsolete" et l'ésotérique et brutale "Resurrection", qui nous envoie un refrain superbe et qui s'achève dans un crescendo magnifique. Oui, la fin du disque est semblable à celle de "Demanufacture", personne ne va s'en plaindre…

"Obsolete" est bon parce qu'il ratisse aussi large que "Demanufacture" et dégouline d'atmosphères aussi prégnantes grâce aux mains agiles de Rhys Fulber aux manettes et aux synthés, qui n'a toujours pas droit à sa photo à côté de celle de Burton, Christian, Dino et Raymond. Je demeure persuadé que FF n'aurait pas la renommée qu'il possède aujourd'hui si Fulber n'avait pas enrobé les cisailles de Dino et les gueulages de Burton de cette brillante façon. Injustice !

"Obsolete" est bon, parce que grâce aux deux dernières plages, FF nous laisse sur une note assez délicate et non pas dénuée d'espoir. Bon, parce qu'il est capable de passionner en agressant, en apeurant ou en faisant rêver. Qu'il tranche des têtes ou arrache des cœurs, FEAR FACTORY touche la plupart des cibles que les fans avaient préparées. Bref, il surfait encore sur la vague qu'il avait provoquée en 1995.

À part quelques petits accrocs, qu'on aurait peut-être pardonnés aux Américains sur "Demanufacture" mais qui sont ici beaucoup plus coûteux, "Obsolete" demeure un très grand disque. Je ne m'en lasse pas et j'espère en ce jour vous avoir donné l'envie de vous y remettre ou simplement, bande de chanceux, de le découvrir.

Un très gros 4 qui force très fort pour casser ses chaînes.

PS : n'oubliez pas la version deluxe comprenant cinq pistes de plus, dont "Cars", un remix du succès des années 80 de Gary NUMAN !

A lire aussi en THRASH METAL par MEFISTO :


VEKTOR
Outer Isolation (2011)
La tempête cosmique se poursuit !




VEKTOR
Terminal Redux (2016)
L'album de la maturité, déjà ?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par JULIEN




 
   MEFISTO

 
   DEADCOM
   MOMO HEARTBREAKER
   POSSOPO

 
   (4 chroniques)



- Dino Cazares (guitare)
- Burton C. Bell (chant)
- Christian Olde Wolbers (basse)
- Raymond Herrera (batterie)
- Rhys Fulber (claviers)


1. Shock
2. Edge Crusher
3. Smasher / Devourer
4. Securitron (Police State 2000)
5. Descent
6. Hi-Tech Hate
7. Freedom Or Fire
8. Obsolete
9. Resurrection
10. Timeless



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod