Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2013
YEAR OF NO LIGHT
Par WËN
Le 11 Décembre 2013

THE GATHERING
Par VOLTHORD
Le 30 Novembre 2013

DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE
Le 11 Novembre 2013

Festival 15ans de Garmonbozia
Par DARK MORUE
Le 3 Novembre 2013

Steve VAI met le feu à la Coop' de Mai
Par JEFF KANJI
Le 20 Octobre 2013

NOFX à La Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 20 Octobre 2013

FINNTROLL + TYR + SKALMOLD
Par VOLTHORD
Le 12 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Bruxelles)
Par ZODD
Le 7 Octobre 2013

NECROS CHRISTOS + GRAVE MIASMA (Paris)
Par ENENRA
Le 7 Octobre 2013

Vulcain
Par CITIZEN
Le 6 Octobre 2013

Psycroptic + Hour of Penance
Par DARK MORUE
Le 2 Octobre 2013

WACKEN OPEN AIR 2013
Par JEFF KANJI
Le 19 Septembre 2013

Motocultor 2013 (2)
Par DARK MORUE
Le 30 Août 2013

Motocultor 2013 (1)
Par DOLORÈS
Le 29 Août 2013

Metal Méan 2013
Par CITIZEN
Le 26 Août 2013

EYEHATEGOD + ORANGE GOBLIN
Par ENENRA
Le 23 Août 2013

Party San 2013
Par DARK MORUE
Le 15 Août 2013

Hell's Pleasure 2013
Par ENENRA
Le 1 Août 2013

TORCHE
Par ENENRA
Le 24 Juillet 2013

PRAGUE DEATH MASS Vol. II
Par ENENRA
Le 19 Juillet 2013

NEUROSIS
Par ENENRA
Le 7 Juillet 2013

SUFFOCATION
Par DARK MORUE
Le 20 Juin 2013

NEUROTIC DEATHFEST 2013
Par ENENRA
Le 20 Juin 2013

IRON MAIDEN
Par WËN
Le 8 Juin 2013

MICHAEL SCHENKER
Par JEFF KANJI
Le 29 Mai 2013

SEPTICFLESH
Par DARK MORUE
Le 27 Mai 2013

MELVINS
Par ENENRA
Le 23 Mai 2013

AMENRA
Par ENENRA
Le 9 Mai 2013

PPM Fest 2013
Par JEFF KANJI
Le 20 Avril 2013

KVELERTAK
Par ENENRA
Le 26 Mars 2013

ROMPEPROP
Par DARK MORUE
Le 25 Mars 2013

CULT OF LUNA
Par WËN
Le 7 Février 2013
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
DISGORGE + INTERNAL BLEEDING + BEHEADED
Par DARK MORUE le 7 Novembre 2013
Publié le 11 Novembre 2013 Consulté 2753 fois

Pfouah, c'est ce qu'on peut appeler un jeudi chargé. Je veux dire : le choix en concerts quoi. Le même jour à Paris, ORPHANED LAND et KLONE, ou encore CONVULSE avec DISMA. Oui, tout ça me file une belle trique, cependant j'ai préféré me rabattre vers encore autre chose, bien que très très hésitant avec la date au Klub...
Mais merde. DISGORGE passe à Paris. Le rêve pour moi, l'un de mes groupes de Brutal Death phares enfin dans mon secteur. Et en plus avec BEHEADED, ayant sortis l'un des albums de Death Technique de l'année et que j'avais loupés dans la même salle quelques mois auparavant... On rattrape tout ça et on va se foutre sur la tronche dans un Glaz'art qui sera relativement vide (pas vraiment étonnant cela dit).




Après avoir retrouvé de manière totalement random des koupains de l'Obscene Extreme Fest, arrivée à la salle. C'est parti pour le premier groupe... SCD. Enfin, SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION, c'était mieux quand ils s'assumaient comme un groupe de Grindcore. J'ai loupé PSYCHOBOLIA mais si j'ai bien compris c'est pas un si gros problème que ça.
Bref, pour l'une des dernières dates de leur tournée Sheep'n'Guns (qui touche à sa fin après quasi 2ans, juste la 5e fois que je les vois depuis...), le groupe nous a sorti un set en somme toute bien classique. Au début totalement statiques et pratiquement vidés de toute énergie, ça finit par bien se rattraper dés qu'un morceau de "Inventory Of Fixtures" est joué (et ce sera donc "Shackles Of Terrorism"). On gagne en groove, en énergie, bref, c'est cool, SCD nous envoient leur Grind'n'Roll à la tronche, balancent quelques titres du dernier opus qui passent mieux sur scène que sur album, mais voilà. Je commence à être légèrement blasé, rien contre eux, juste qu'à la 5e fois qu'on voit à peu près le même set en une paire d'années, ça laisse peu de place à la surprise.
Je reste sur la meilleure prestation que j'ai vu d'eux (celle de l'OEF donc) et on en restera là, en attendant leur retour.

Changement de registre, niveau d'au dessus. BEHEADED débarquent. D'office le combo respire davantage la classe, surtout par son frontman. Et dés que les décibels débarquent, ça respire une efficacité toute autre. Certes, le dernier album officie dans un Brutal Death Technique bien propre, seulement seuls deux titres en seront joués. Et avant ça, faut pas oublier que BEHEADED était bien plus sale, virulent, méchant, bas du front et quand même ultra efficace et jouissif ! Et c'est en se prenant des gros revers de blasts, riffs dans la gueule et Slam Parts démentielles que le public Parisien devient soudainement totalement fou. Dans la fosse ça headbang, ça part en circle pit, toutes les grosses Moshparts finissent en chorégraphie hip-hop typique, bref, tout ce qu'il faut. Juste dommage que le nouveau frontman soit bien moins guttural que le précédent et rende donc moins bien sur les titres les plus typés Brutal Death US, seulement voilà. Quand ils annoncent qu'ils vont jouer leur titre le plus épique à ce jour, et que le démentiel "Never To Dawn" retentit, alors tout prend une autre ampleur. Qu'on écoute religieusement en headbanguant, au gré des riffs ultimes, qui balancent un souffle grandiose. Un véritable intru dans le show des Maltais, et pourtant le meilleur morceau qu'ils aient joué ce soir.
Et on les quitte satisfait, ayant vu ce qu'on voulait voir. Le Brutal Death, quand même, c'est cool.

Mais maintenant, on passe aux choses sérieuses. Ouais, le gros patron est dans la place. DISGORGE. Le gros patron du Ultra Méga Brutal Gore Bwaaaargh, qui débarque à Paris. Et la question que tout le monde se pose parce que ça fait quand même pas mal de temps qu'on a pas trop de nouvelles, c'est qui au chant ? Toujours Magana ? Retour de Matti Way ?
Oh wait, mais que vois-je... Je le reconnais celui-là, mais c'est... ANGEL OCHOA. Oh bordel de merde. L'unique vocaliste au monde capable de rivaliser avec Way... Bon aller c'est...
*BOUM RATATATATA URK URK YAAAARGH PAN UUUUUUUUUUH*

D'accord. J'ai rien compris à ce qu'il s'est passé. Putain c'était trop court. A peine une trentaine de minutes, un véritable scandale.
DISGORGE en concert, c'est un ouragan de décibels, l'essence même de la brutalité. Impossible de résister tellement on en prend plein la tronche, ça va vite, les riffs en ébullition, des vocaux d'un niveau de gutturalité qu'on peut même pas imaginer, des énormes Slams qui écrasent tout sur leur passage... Tout le concert passé dans un pogo violent, bon enfant, furax, au milieu de passionnés qui hurlent leur amour du genre. Un groupe proche d'un charisme époustouflant, une tornade de brutalité, une leçon, la maîtrise totale du genre. Non sérieusement les mots me manquent. C'est un condensé de Brutal Death distillé dont on a extrait la substance, pour le proposer sous sa forme ultime.
La tracklist ? On s'en fout un peu non ? Parce que bon, "le prochain morceau s'appelle UUUUUUUUUUUUUURGH" ça va un peu quoi, et de toute façon c'est DISGORGE, c'est toujours du Blast et des riffs sauvages qui écrasent la tronche, c'est ce qu'on demande et c'est ce qu'on a eu.
Je me demande si je n'ai pas assisté au plus grand concert de Brutal Death de ma vie du coup... Parce que franchement, les reproches sont tout simplement inexistants.
Si vous avez l'occasion de voir DISGORGE en concert, foncez. Vous ne le regretterez pas.

Et on termine la soirée par la tête d'affiche. Qui n'est pas DISGORGEet je comprends pas pourquoi. Sérieusement, INTERNAL BLEEDING ? Le groupe qui a fondé le Slam Death avec son disque culte mais tout pourri "Voracious Contempt", et a sorti par la suite d'autres albums pourris et même pas cultes. Je comprendrais jamais l'engouement autour de ces mecs. M'enfin, à voir ce que ça va donner avec leur prochain album...
Toujours est-il que sur scène c'est mieux. Le nouveau line-up de reformation devant aider, le nouveau frontman Keith DeVito, un ex-PYREXIA, étant bien communicatif, heureux d'être là, et parlant énormément avec le public, pour raconter beaucoup de conneries (et ça donne des pauses interminables entre les morceaux). Musicalement par contre... Impossible de passer après DISGORGE. Les parties rapides sonnent soudainement pataudes, et les breakdowns innombrables saoulent vraiment. Sérieusement, ça décolle pas, la baisse qualitative est tellement fulgurante que c'en est insoutenable. Alors je reste, disons les 2/3 du set, puis me casse chez moi 15min avant la fin supposée parce que bon, il est déjà tard et je bosse le lendemain.

Le bilan ? Une erreur sur la tête d'affiche, mais le reste rattrape en foutant une baffe monstrueuse. BEHEADED ont mis tout le monde à terre encore une fois en servant leur tambouille de manière monstrueusement efficace, et DISGORGE ont prouvé que le bordel sonore, c'est quelque chose de très pro, et que ce n'est pas donné à tout le monde. Parce qu'après un tel concert, l'intégralité de la scène Brutal Death semble d'une fadeur incroyable.
Amen.


Le 12/11/2013 par METALPOUET

Je me dois de poser un com sur ce concert, histoire d'approuver à 200% l'avis de DARK MORUE. Pour info je venais pour les "2 têtes d'affiches".
Je suis arrivé vers la fin de SCD. Comme d'hab c'est marrant mais ça ne sert à rien (enfin si, vu que c'est marrant mais bon, effectivement on les voit partout).
Je ne connaissais -et ne connait toujours pas- BEHEADED. C'était vraiment pas mal! Quelques riffs me sont restés en tête, mais n'ayant pas la setlist, je sens que c'est un groupe que je vais devoir écouter.
Enfin DISGORGE. Et là, la calque de l'année je pense. En album c'est pas ce que je préfère mais déjà dans le style je trouve c'est dans le top. Et là en concert!!! Je ne saurais dire mieux que ce qui est dit. PUISSANCE, VIOLENCE et LOURDEUR! Le peu de gens présents semblaient heureux. Sourires et bave aux lèvres. Je ne savais meme pas que c'était OCHOA. Ce mec est vraiment ENOOOOOORME. Bref, DISGORGE en concert allez-y encore et encore!
Pour finir, encore une fois je suis d'accord avec le live report. Pour moi, INTERNAL BLEEDING est un cran en dessous de DISGORGE. Lors du concert ils étaient ridicules après DISGORGE. S'il n'y avait pas eu DISGORGE ou s'ils étaient passsés avant, ça aurait été surement bien, mais là c'était presque chiant. Je suis aussi parti un peu avant la fin. Et j'en rajoute une couche concernant ce chanteur de merde. Il m'a saoulé à parler plus qu'il ne chantait. Franchement parler 1min pour des chansons de 2, c'est se foutre de notre gueule... surtout pour ce qu'il avait à dire.

Allez voir DISGORGE dès que vous le pouvez même si le slam n'est pas votre tasse de thé (un peu quand même).



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod