Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2018
SLAYER Final World Tour @ Sick Arena, Fribourg
Par T-RAY
Le 27 Novembre 2018

The DAMNED - NEW YORK KLEPS @ Élysée Montmartre
Par JEFF KANJI
Le 18 Novembre 2018

MALEMORT + R.A.B. + FLAYED @ Rock N Eat (69)
Par JEFF KANJI
Le 30 Octobre 2018

DEMILICH + SPECTRAL VOICE @ Backstage (75)
Par POSITRON
Le 29 Octobre 2018

ÂMON SETHIS - DGM au Brin de Zinc, Barberaz (73)
Par JEFF KANJI
Le 18 Octobre 2018

SYLAK OPEN AIR Day III par Steve
Par WËN
Le 19 Septembre 2018

SYLAK OPEN AIR Day II par Steve
Par WËN
Le 15 Septembre 2018

SYLAK OPEN AIR Day I par Steve
Par WËN
Le 13 Septembre 2018

HELLFEST 2018 DAY III
Par CHAPOUK
Le 23 Juillet 2018

ENSIFERUM / ULTRA VOMIT @Plane'R Fest (69)
Par VOLTHORD
Le 15 Juillet 2018

HELLFEST 2018 DAY II
Par JEFF KANJI
Le 11 Juillet 2018

HELLFEST 2018 DAY I
Par DARK SCHNEIDER
Le 6 Juillet 2018

MARILYN MANSON @ Zénith de Dijon (31)
Par MULKONTHEBEACH
Le 1 Juillet 2018

The DAMNED @ Le Petit Bain (75)
Par CHAPOUK
Le 2 Juin 2018

CRISIX @ Le Trait d’Union, Neufchâteau
Par T-RAY
Le 19 Mai 2018

G3 @ L'Amphithéâtre 3000
Par WËN
Le 17 Avril 2018

NO ONE IS INNOCENT & DARCY @ Coopérative de Mai
Par CHAPOUK
Le 5 Avril 2018

KREATOR + VADER + DAGOBA @ LE 106 (Rouen)
Par FENRYL
Le 23 Janvier 2018

SATAN'S FEST IX @ Pacific Rock, Cergy (95)
Par JEFF KANJI
Le 11 Janvier 2018
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
 
The DAMNED - NEW YORK KLEPS @ Élysée Montmartre
Par JEFF KANJI et CHAPOUK le 17 Novembre 2018
Publié le 18 Novembre 2018 Consulté 480 fois

Jeff - Huit ans que je n'avais pas remis les pieds à l'Élysée Montmartre. À l'époque c'était un BLIND GUARDIAN triomphant qui avait mis le feu (au sens figuré) au prestigieux édifice du Boulevard Rochechouart. Après des années de procédures juridiques et de réfections, c'est à une salle de concert comme on en trouve nulle part ailleurs que nous allons être présents pour célébrer le retour triomphal des DAMNED après leurs prestations survoltées et à guichets fermés du mois de mai (cf la rubrique live report du 2 juin où Chapouk pose crânement en compagnie du Captain). Et pourtant ce n'était pas gagné ! Présent par les bonnes grâces de Replica qui fait, on ne le dit pas assez, un boulot formidable pour la promotion de groupes français et internationaux. Pas de Roger Wessier à l'horizon ce qui signifie qu'il y a trop de monde pour pouvoir le repérer : oui l'Élysée Montmartre n'est certes qu'à moitié rempli quand les NEW YORK KLEPS démarrent leur set, mais la foule va se densifier à l'approche du moment fatidique ou Vanian & co investiront la scène.

Chapouk - Ça faisait une semaine que famille, amis et collègues me rabâchaient que monter en voiture à Paris ce Samedi 17 novembre pour voir les DAMNED (encore) était une très mauvaise idée. Et ben vous savez quoi ? "I Don't Care" ! Hors de question que quiconque m'empêche d'aller pogoter ce week-end. Du coup c'est armés de volonté, de patience, de bonne humeur et de notre allié Waze, avec ses itinéraires alternatifs (cœur), que nous affrontons les routes barrées et les blocages (merci pour les péages gratuit quand même) et nous dirigeons vers l'Élysée Montmartre. On va voir un concert de Punk ou pas ?
Jeff - Après un trajet en mode warrior pour esquiver tous les points de blocage des gilets jaunes lors de cette journée d'intense mobilisation, le trafic n'a pas été si fluide sur le périphérique depuis une éternité. Certes la route a été un peu plus touristique et longue que d'ordinaire, mais le jeu en valait clairement la chandelle, bravo au passage à ceux qui sont parvenus à faire lever les barrières du péage de l'A6, taper au portefeuille, rien de tel pour agacer le pouvoir…



Bref, on la mérite notre soirée ! Et on ne va pas être déçu !!! Le set de première partie est honnête, le son est déjà à la hauteur (ce qui n'a pas toujours été le cas dans cette salle dans le passé) et après une présentation en bonne et due forme, notamment pour la bassiste particulièrement solide qui assure la date ce soir et une séance de valse dans la fosse en compagnie d'une dame particulièrement enjouée et dont la bière bénit la soirée au nom du Punk, du Freedom et des Damnés on s'avance tranquillement, l'occasion d'échanger avec nos voisins.

Impression qui va largement se confirmer pendant le concert : l'ambiance est très différente de celle du Petit Bain. La diversité est une nouvelle fois de mise, avec de la punkette anglaise (qui adressera une correction en fin de set à un géant d'1m90 pour récupérer son soutif qu'elle avait jeté sur scène plus tôt et avec lequel les membres du groupe se sont bien amusés en fin de set, des Hollandais, un jeune Punk à la crête bien préparée, du vieux briscard qui blanchit mais a toujours ses quinze ans en tête, bref une ambiance génialissime simplement gâchée par un abruti de hipster qui a cru malin de dégager Chapouk et de me massacrer le pied pour récupérer à tout prix l'un des médiators de basse que j'avais réussi à immobiliser… M'enfin, y aura toujours des cons, autant les ignorer.



Chapouk - Nous y voilà finalement ! Après une première partie bien sympa, qui conclura son set comme au Petit Bain, avec une reprise de "I Wanna Be Your Dog" et mettra en jambe la foule encore un peu clairsemée, nous nous avançons et sympathisons avec les voisins, qui se révéleront tous très sympathiques au fil du concert. Petite parenthèse sur l'ambiance dans les pogos qui était assez différente de celle du Petit Bain, car d'une part ils étaient moins rageurs (ce qui peut s'expliquer par une setlist moins Punk destroy jouée ce soir) et puis par le fait que la salle était plus grande et qu'on ressentait moins cette pression de la foule. Soirée moins musclée donc, mais qui nous a défoulé tout autant qu'en mai dernier et ce avec un côté bon enfant qui était moins présent au Petit Bain. Merci au monsieur qui m'a réceptionnée durant "New Rose" (après que Vanian nous ait gratifiés en guise d'intro d'un "I have one question ! One Two Three…" auquel la foule a répondu en chœur et dans un franglais dégueu "Is she really going out with him???" suivi du "haaa" de rigueur) m'a demandé si j'étais ok, puis m'a repoussée dans le merdier en me lançant un "bah retournes-y alors !" goguenard après que j'ai répondu que tout allait bien, c'était fun et bien dans le ton de la soirée !

Jeff - La basse mais parlons-en ! Si Jon Priestley est bien dans le coin, il a retrouvé son rôle de backliner, et cela on le comprend très vite quand on le voit débarquer avec une Rickenbacker de droitier à l'épaule… Cela veut dire une chose : le trio mythique Vanian – Sensible – Gray est de la partie ce soir !
L'introduction sonne le début des hostilités à 20h45, pendant que le majestueux fond de scène s'élève lentement au-dessus de nos têtes au son d'une version très DAMNED de "Hall Of The Mountain King".



Chapouk - La tension monte dans la fosse rien qu'avec l'intro et lorsque les premières notes de "Born To Kill" résonnent, c'est l'effet libérateur, la soirée commence ! La foule sautille gentiment et pousse de grandes exclamations à l'arrivée du Captain, de Paul Gray et bien évidement de Vanian. Yeah !! Paul Gray est là !! Trop cool, je kiffe ce bassiste, je suis en admiration devant son jeu à la fois solide, inspiré et moteur ! Du coup même si j'ai beaucoup aimé la prestation de Jon Priestley (que l'on a vu intervenir ce soir comme bass tech de Paul, comme il nous l'avait dit en mai dernier) au Petit Bain, je me régale ce soir.

Jeff - Et là c'est parti !!! L'arrivée des DAMNED sur scène est toujours un bol d'air et dont le demi-siècle bien tapé de ses membres n'a pas cédé, comme la plupart de ses coreligionnaires de la fosse, une once de sa jeunesse Punk. Ainsi c'est avec un extrait du référentiel "Damned, Damned, Damned" que le set s'ouvre, le temps de régler les derniers détails de son, notamment le chant de Dave Vanian dont le charisme reste intact, l'enchaînement des dates semblant même lui avoir fait perdre un peu d'embonpoint. La chaleur est beaucoup moins étouffante, il gardera ainsi son costume de croque-mort dandy gothique plus longuement. La scène, beaucoup plus grande qu'au Petit Bain, donne une très large liberté de mouvement aux musiciens, qui en profitent, même si du coup ce bon vieux Captain Sensible semble un poil esseulé dans son coin, même s'il ne perd pas pour autant son humour so british irrésistible. Mais il y en a un qui selon moi prend encore davantage d'espace, presqu'autant que Dave Vanian : c'est Paul Gray bien sûr ! Ce gringalet au béret vissé sur la tête est physiquement dans un groove terrible et ce rôle de locomotive que l'on ressentait très clairement sur le "Black Album" est de la partie : non seulement l'assise est intraitable, mais ça tricote sévère ! Rencontrant des problèmes de sans-fil, un final rallongé sur "Wait For The Blackout" le verra changer de basse, puis finalement carrément opter pour un bon vieux câble. Cela ne va pas l'empêcher d'arpenter largement la scène et de saisir l'auditoire par son charisme.


Nous sommes en plein milieu de la scène au fur et à mesure des pogos qui se déclenchent à intervalles réguliers mais pas avec la frénésie des concerts de mai. Comme je le disais l'ambiance est bien différente, mais tout aussi bonne, voire meilleure. Les DAMNED passent moins de temps à écouter nos conneries et déroulent un set davantage à la mesure de son large auditoire au sein duquel se seraient glissés des membres de KOMINTERN SECT ou encore des GARÇONS BOUCHERS et, surtout, nous propose une setlist très différente de celle de mai (axée majoritairement sur "Machine Gun Etiquette"), moins fondamentalement Punk aussi mais qui laisse une grande place au "Black Album", disque le plus représenté ce soir, ainsi qu'à "Evil Spirits" qui semble bien rodé désormais, et dont les DAMNED n'hésitent pas à nous livrer deux extraits supplémentaires avec ce "We're So Nice" bienvenu avant le sulfureux enchaînement "New Rose"/"Neat Neat Neat" porté par une basse une nouvelle fois classe et rugueuse, mais surtout "I Don't Care", cette curiosité tellement drôle où Dave Vanian fait le crooner pendant plusieurs minutes avec pour texte un presque unique "Je m'en branle".

Chapouk - Au fur et à mesure que les DAMNED déroulent la setlist, la foule alterne entre : pogos les poings levés option refrains hurlés à gorge déployée ("Neat Neat Neat", New Rose", "Ignite", "Love Song", "Democracy?"…) sautillements énergiques ("Standing On The Edge Of Tomorrow", "Wait For The Blackout", " The History of The World"…), secouages de voisins ("Lively Arts"), dandinements décomplexés ("Dr Jekyll & Mr Hyde", "Stranger On The Town") et chorale personnelle de mister Vanian et du Captain ("I Don't Care", "Silly Kid Games", "Curtain Call"). On a droit évidemment, en guise d'ultime rappel, a un petit bout de "Wot" écourté relativement rapidement par le groupe qui préférera enchaîner sur un morceau cher au Captain : "Jet Boy Jet Girl" où des "ça plane pour moi" viennent retentir sur le refrain autant dans la fosse que sur scène, entre deux "whou hou hou hou" poussés par Dave qui a émigré derrière Monty. Du côté du pit c'est l'euphorie totale, on saute partout et n'importe comment en braillant et en secouant les bras avec le smile. On s'amuse, on s'éclate et voilà "Smash It Up" qui débarque, où les "whohohoooo ho hoo hoooooo" résonnent immanquablement sur la "Part 1" et où le public donne tout ce qu'il a pour conclure ce super set.


Jeff - Jouissif, et une très belle surprise qui compense l'absence d'un "Melody Lee" que j'ai cru dans un premier temps avoir le plaisir de retrouver. Les claviers de Monty Oxymoron ne sont pas des plus audibles à part sur les passages mythiques de "The History Of The World (Part 1)" sur lequel le claviériste ne se plante pas cette fois-ci) et cet inattendu "Curtain Call" qui porte son titre à merveille puisqu'il constituera le premier rappel en compagnie de l'hymne intemporel "Ignite" qui voit la foule donner de la voix, entre pogos et câlins. J'aime vraiment cette ambiance, je dois dire. Chapouk chante toutes les paroles à tue-tête depuis que "Born To Kill" et surtout la double-pédale de "Democracy?", extrait inattendu mais jouissif du très bon "Grave Disorder" de 2001, ont retenti, et s'arrête seulement pour me glisser les titres des morceaux que je ne connais pas. On aura droit à une fin de concert sans aucun contrôle où le groupe jammera comme de coutume sur le "Wot" de CAPTAIN SENSIBLE, alors que Dave Vanian passe du temps derrière les claviers de Monty à balancer des conneries dans son micro, puis du "Jet Boy, Jet Girl" adoré du Captain qui, pour la circonstance, se transforme en un "Ça Plane Pour Moi" repris à gorge déployée par un pit devenu aussi débile que le groupe ! Et c'est bien évidemment l'indéboulonnable "Smash It Up" repris par les chœurs de l'Élysée Montmartre, et ces refrains scandés par tous qui terminent cette soirée une nouvelle fois mythique qui vient compléter de très belle façon le concert intimiste et surchauffé du Petit Bain.

Setlist The DAMNED : Born To Kill – Democracy? - Standing On The Edge Of Tomorrow – Wait For The Blackout – Lively Arts – Silly Kid Games – Dr Jekyll & Mr Hyde – Devil In Disguise – Stranger On The Town – The History Of The World (Part 1) – I Don't Care – Love Song – 1 Of The 2 - We're So Nice – New Rose – Neat Neat Neat – Curtain Call – Ignite – Wot – Jet Boy, Jet Girl/Ça Plane Pour Moi – Smash It Up



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod