Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2008
Le déclin du Metal 2 : le Metal mûr
Par POSSOPO
Le 20 Décembre 2008

Mike Baker carved in stone
Par SPHERIAN
Le 3 Décembre 2008

Le Beau, le Bon et le Laideron
Par ONCLEGUUD
Le 14 Novembre 2008

La France n'est pas Metal
Par CANARD WC
Le 23 Octobre 2008

L’humour des charognes / l’éventail des impossibilités
Par AAARGH
Le 19 Septembre 2008

Fin de l'aventure
Par AKRON
Le 6 Septembre 2008

Porctrait d'un chroniqueur
Par ROOTSPACOROOTS
Le 19 Août 2008

MAIDEN mania, MAIDEN plein le cul
Par CANARD WC
Le 27 Juillet 2008

Underground et Mainstream : deux univers distincts
Par ONCLEGUUD
Le 2 Juillet 2008

Inside the Chronicors 2
Par CANARD WC
Le 11 Juin 2008

Soundtrack Of My Life
Par STEF
Le 9 Mai 2008

La parole au designer
Par HEAVY REM
Le 18 Avril 2008

Inside the Chronicors 1
Par CANARD WC
Le 5 Avril 2008

La nostalgie est l’ennemie
Par AAARGH
Le 2 Mars 2008

Le déclin du metal ?
Par CANARD WC
Le 10 Février 2008

NIME évolue !
Par BAST
Le 10 Janvier 2008

Le déclin du metal ?
Par CANARD WC le 10 Février 2008 Consulté 7043 fois

Le déclin du Metal : fin prochaine ou simple baisse de régime ?

L’air de rien, on est en 2008.
Soit pratiquement la fin de la première décennie du nouveau millénaire. Et à moins d’une énorme surprise intersidérale, le bilan de cette décade sera sans doute le plus minable que l’Histoire du Metal aura connu.

En effet, si on brosse à grands coups de santiags les tendances des précédentes décennies, des années 70 à 90 le Hard Rock, le Heavy, le Thrash, le Metal Extrême et toutes ses variations se sont succédés comme autant d’ères préhistoriques.

Et en 2000 on a eu quoi ? Si on met de coté, le vent de fraîcheur que le Néo Metal a apporté, pas grand-chose. Il y a fort à parier que les générations futures parleront de cette décennie comme de la décadence du Metal, de celle du serpent qui se mord la queue qui débande.

Pourtant jamais la scène Metal n’aura été aussi prolifique. De nouvelles tendances en sous-genres, les groupes se multiplient, sans grand résultat. Les nouveautés valables se comptent sur les doigts de la main : citer une dizaine d’excellents skeuds par an devient un exercice difficile. Quand on a la quantité, on a pas forcément la qualité. Force est de constater que, quand les groupes ne donnent pas dans la redite, les innovations ressemblent à des impasses. En terme d’inspiration, la majorité des groupes sont à bout de souffle dès le deuxième album ou versent dans l’auto-parodie quasi volontaire.

Et ce sont les KORN, DEFTONES, TOOL, SOAD et autre SLIPKNOT, les seuls qui ont réussi à tirer leurs épingles du jeu dans les années 2000, qui se sont faits le plus critiqués par la communauté Metal. Tout un symbole. Celui d’un genre musical tourné sur lui-même, incapable d’évoluer ni même d’avancer.

On pourrait montrer du doigt les mauvais élèves, chercher des explications, se rassurer ou se lamenter. La principale raison de ce déclin est essentiellement due au public Metal et ce qui l’entoure. Oui, nous. Un public peu exigeant, une presse spécialisée vérolée, des fans aveugles par milliers et un isolationnisme artistique que l’aspect « underground » du genre tend à accroître au fil du temps. Le Metal ne se remet pas en cause, produit sans réfléchir et refuse tout secours.

Evidemment, il y a toujours la cohorte des groupes vieillissants qui - comme le bon vin sur le déclin - arrivent encore et toujours à nous sortir quelques albums valables (comme MAIDEN en 2006 avec son « Matter of Life »). Mais au regard de ce qu’ont apporté les millésimes 2000, il y a quoi s’inquiéter franchement. Et ce n’est pas le Metalcore ou le Post-Hardcore de mes couilles qui pourraient nous apporter une once d’espoir, tant les nouveaux genres émergeants semblent intrinsèquement bancals.

Faute de moyens, le Metal moderne est toujours plus brutal, toujours plus carré, toujours plus puissant et doté de productions à décoller le papier peint. Mais par delà l’apanage, il reste quoi : le bruit et un immense vide. Chaque année, le Metal semble se rapprocher un peu plus de cette vacuité artistique, comme autant de coups de boutoir envoyés dans un mur qui s’effrite.

En vérité, je vous le dis : les prochaines années seront ternes, ou ne seront pas.



Le 29/05/2014 par SNAKEPIT

J'arrive plusieurs années après la bataille dans ce débat fort intéressant, mais comme dirait l'autre, mieux vaut tard que jamais... En ce qui concerne le déclin du Metal, je serais enclin à être encore plus sévère car, pour moi, il date du milieu des 90's (et oui, déjà !), vers la période 1995/1996. Il faut en effet se souvenir que le Hard Rock et le Heavy Metal étaient très mal en point, aussi bien artistiquement que commercialement, et le Grunge, de son côté, était en train de s'éteindre lui aussi (avec, en point d'orgue, la sortie de l'album éponyme d'ALICE IN CHAINS en guise de chant du cygne fin 95, suivie 1 an plus tard, de "Down On The Upside" de SOUNDGARDEN qui, pour le coup, était raté, sans oublier les groupes Post-Grunge totalement insipides et inoffensifs qui avaient squatté le paysage dès 1994...). Entre les groupes qui ont subi des changements de line-up qui les ont plutôt plombés, ceux qui ont splitté (temporairement, pour la plupart d'entre eux) et enfin ceux qui ont sorti des albums décevants (de mémoire: METALLICA, SCORPIONS, SEPULTURA, FAITH NO MORE, SKID ROW, MANOWAR, VAN HALEN, DEF LEPPARD...), c'était vraiment Waterloo. Et pour ne rien arranger, le Festival historique des Monsters Of Rock de Donington s'est arrêté après une dernière édition en 1996 (il est revenu vers 2005, je crois, sous le nom de Download Festival, mais ça n'a plus du tout la même saveur pour moi). D'un seul coup, la scène Hard Rock/Metal s'est retrouvée quasiment décapitée. A mon goût, il n'y avait guère que PANTERA et MEGADETH (du moins, jusqu'à "Cryptic Writings"), parmi les leaders, pour tenir la scène Metal à bout de bras. Même le Metal Fusion donnait des signes évidents d'essouflement (FAITH NO MORE, bien sûr, mais aussi et surtout RATM qui s'est lamentablement vautré en 1996 avec "Evil Empire"). En fait, seules les branches extrêmes comme le Death et le Black s'en sortaient avec les honneurs.

Par conséquent, l'émergence de la scène Néo-Metal vers 1997 n'est pas si illogique que ça: il y avait un grand vide et les KORN, DEFTONES, LIMP BIZKIT, SOULFLY et consorts (j'exclue TOOL de la liste car pour moi, ils n'ont rien à voir avec le Néo, je les considère plutôt comme inclassables) ont profité de la situation pour le combler (même s'ils ont été plus ou moins poussés sur le devant de la scène par le business). Disons que le Néo-Metal est devenu le genre dominant de l'époque par défaut. Il ne faut pas oublier non plus que dans les 90's, seuls les groupes ayant la nationalité américaine, voire canadienne, avaient le droit de passer sur MTV. Ceci dit, le genre a très rapidement montré ses limites et sentait déjà le guano dès 98/99. Musicalement, je vois le Néo comme une évolution régressive du Metal Fusion qui avait émergé fin 80's/début 90's et sa trop grande proximité avec le Hip-Hop, voire l'Electro, ainsi que l'absence de titres fédérateurs, de musiciens à fortes personnalités et le manque de bonnes mélodies ont fait qu'à l'instar de nombreux metalleux, je n'ai jamais adheré au Néo-Metal (seuls SOAD, voire DEFTONES pour "White Pony" ont trouvé gràce à mes oreilles). Mes propos vont peut-être en choquer plus d'un, mais pour moi, KORN, LIMP BIZKIT, LINKIN PARK et compagnie sont dans le Metal l'équivalent des Jennifer, Lorie, Alizée et Amel Bent dans la chanson française: de la musique fast-food qu'on a envie de jeter sitôt consommée. D'ailleurs, si le regain d’intérêt pour le Heavy à la fin des 90's, surtout en Europe, est venu de groupes de seconde zone (avec notamment les HAMMERFALL, RHAPSODY, STRATOVARIUS, etc...), je pense que la scène Néo y est en partie pour quelque chose. Beaucoup de fans devaient vraiment être désespérés pour en arriver même à accueillir à bras ouverts des groupes comme PRIMAL FEAR, SINERGY, METALIUM (des groupes qui se sont classés dans certains charts européens, alors que s'ils étaient apparus dans les 80's, ils seraient certainement passés inaperçus). Toujours est-il que je me suis terriblement ennuyé durant la seconde moitié des 90's et c'est pour cette raison que, pendant que la scène Néo émergeait, j'ai pris le contre-pied en allant à la découverte de la discographie intégrale des groupes des 70's comme LED ZEPPELIN, DEEP PURPLE, BLACK SABBATH, LYNYRD SKYNYRD et AEROSMITH. Ceci étant dit, avec du recul, je suis convaincu que durant les 90's, le business, les médias et le public ont misé sur le mauvais cheval (le Néo, en l’occurrence), d'autant qu'à cette époque, de nombreux groupes au potentiel fort prometteur (que j'ai découverts bien après coup) comme GRIP INC., PISSING RAZORS, CROWBAR, EYEHATEGOD, STABBING WESTWARD et STRAPPING YOUNG LAD ont été plus ou moins zappés et c'est d'autant plus dommage que certains d'entre eux n'existent plus. On peut aussi regretter que des genres tels que le Doom, le Stoner et le Sludge soient restés dans l'antichambre, alors qu'ils auraient pu prendre le relais du Grunge de manière crédible et durable. De même que le Death aurait sans doute mérité une meilleure exposition médiatique.
Même s'il s'est passé des choses dans les 90's, on est quand même passé à côté de nombreux groupes qui auraient mérité une bien meilleure reconnaissance. Je pense notamment à ANATHEMA, TROUBLE, KING'S X, THE WILDHEARTS (mon véritable coup de cœur de cette époque), SKYCLAD... En ce sens, j'ai le sentiment que les 90's laissent aujourd'hui un goût d'inachevé, d'autant plus que si la première moitié de cette décennie était intéressante, la seconde a quand même été marquée par un très net fléchissement sur le plan qualitatif. D'ailleurs, rétrospectivement, parmi les groupes ayant une certaine notoriété, très peu d'entre eux sont parvenus à sortir 3 bons albums d'affilée durant cette décennie: ALICE IN CHAINS (de "Facelift" en 1990 jusqu'à l'éponyme de 1995), MEGADETH (de "Rust In Peace" en 1990 à "Cryptic Writings" en 1997), PANTERA (de "Cowboys From Hell" en 1990 à "The Great Southern Trendkill" en 1996) et SAVATAGE (de "Streets" en 1991 à "Dead Winter Dead" en 1995). Et lorsqu'on constate que 2 d'entre eux étaient déjà présents dès le milieu des 80's, tout est dit. A ce niveau, ceux qui ont pu tirer leur épingle du jeu étaient en très large majorité underground. Un des gros défauts d'une grande majorité d'albums sortis dans les 90's, c'est qu'ils étaient souvent trop longs avec beaucoup, beaucoup de remplissage (certains d'entre eux avaient carrément entre 15 et 20 titres, alors que 10 ou 11 auraient été largement suffisants). D'un autre côté, ce qui se passait à l'époque dans le Metal s'inscrivait dans l'ère du temps car les 90's ont été dans la musique au sens large l'âge d'or des "one-hit wonders", des "one-shots". Les groupes et artistes qui ont animé les 90's ont, pour la plupart, eu beaucoup de mal à tenir la distance et sont aujourd'hui perçus comme groupes d'un seul album (RATM en est l'exemple type) ou d'un seul tube.

Je pense même que les années 2000, même si elles n'ont pas vu arriver beaucoup de groupes novateurs, ont été moins pires que les 90's, et pour plusieurs raisons : d'abord, grâce en partie au développement d'Internet (multiplication des Webzines musicaux, développement de plate-formes telles que Youtube, Myspace, Deezer et autres, ainsi que de nombreuses stations Webradios) qui a considérablement réduit le pouvoir d'influence des médias (presse, radios, chaines musicales comme MTV) sur les masses (même si la médaille a son revers, je l'admets). Ensuite, les scènes espagnoles, italiennes et grecques bénéficient d'une meilleure visibilité qu'auparavant (franchement, qui aurait été capable de citer ne serait-ce qu'un seul groupe de Metal italien ou hongrois en 1995 ?). Les années 2000 ont vu, par ailleurs, fleurir aux 4 coins de l'Europe les Festivals Metal, de nombreux groupes européens (MESHUGGAH, IN FLAMES, DRAGONFORCE, SOILWORK, LACUNA COIL, HIM, CHILDREN OF BODOM, ELUVEITIE...) se classer dans les charts américains (chose qui ne se produisait pas dans les 90's), de nombreuses reformations (dont celle des NEW YORK DOLLS, qui paraissait la plus improbable) et retours aux affaires d'anciens groupes (certains d'entre eux ayant même réussi de très bons albums), sans compter certains labels qui ont réédité d'anciens disques plutôt rares sortis dans les 70's et 80's (et parmi eux, on peut trouver quelques perles insoupçonnées). D'autre part, la scène Metal US a accouché à cette période de quelques groupes intéressants comme KILLSWITCH ENGAGE, SILENT CIVILIAN, TRIVIUM et surtout MASTODON, AVENGED SEVENFOLD qui, à mon sens, valent beaucoup mieux que la scène Néo d'autant qu'ils ont renoué avec les racines du Heavy.

Ceci dit, les 00's n'ont quand même pas été transcendantes. Celles-ci ont vu fleurir en abondance des Tribute-bands en tous genres (ce phénomène a commencé en fait vers la fin des 90's, mais s'est ensuite amplifié) qui, s'ils peuvent être sympas à voir occasionnellement en live, n'aident pas à la créativité. Ensuite, on peut constater que les groupes apparus dans les 90's et les 00's ont un mal fou à tenir la distance (comprendre par là: aligner 3 bons albums de suite), à s'imposer durablement comme têtes d'affiche. D'ailleurs, si les têtes d'affiche des Festivals sont majoritairement des groupes des 70's et des 80's. 2 exemples flagrants me viennent en tête: TWISTED SISTER est souvent tête d'affiche en Festivals alors qu'il n'a plus rien sorti depuis 1987 et, durant son âge d'or au milieu des 80's, il n'était pas headliner dans les Festivals auxquels il prenait part. Enfin, GUNS N' ROSES, malgré les départs de tous ses membres historiques et les diverses turbulences traversées par le groupe, arrive encore à jouer tête d'affiche en Festivals et à remplir les arénas, voire parfois les stades dans de nombreux pays (alors que dans un cas de figure presque similaire, AEROSMITH en était réduit à jouer dans des clubs, voire à assurer la 1ère partie de certains groupes montants au début des 80's). C'est bien la preuve que les groupes apparus au cours des 20 dernières années n'ont pas réussi à supplanter ou égaler les groupes majeurs et même secondaires issus des 70's et 80's. Ensuite, d'une manière générale, rares ont été les albums qui ont réussi à fédérer un maximum de monde, à faire l'unanimité au cours des 15 dernières années: il suffit de consulter les divers référendums tant sur les Webzines que dans les magazines pour s'en apercevoir. En passant, les 2 albums Metal ou assimilés les plus vendus des 00's dans le monde sont le fait de LINKIN PARK ("Hybrid Theory" en 2000) et EVANESCENCE ("Fallen" en 2003), autrement dit 2 groupes considérés comme médiocres et insignifiants par une écrasante majorité de metalleux et même de rockers (et j'avoue moi-même être de ceux-là). Je sais bien que les ventes d'albums ne sont pas un détail important au sein de la communauté Metal, mais lorsqu'on compare ces 2 disques avec les albums de Hard Rock et de Metal les plus vendus sortis entre 1970 et 1994, ça fait mal. Enfin, je termine le bilan des 00's par un autre aspect: l'état d'esprit qui anime les groupes lorsqu'ils débutent. Ceux qui sont apparus depuis une quinzaine d'années ne me semblent pas animés par l'envie et la rage de tout casser, de conquérir le monde. Je ne doute pas de la sincérité de bon nombre d'entre eux, seulement j'ai quand même du mal à voir chez ces groupes la même flamme, la même passion qui animait leurs ainés. Je trouve même ces nouveaux groupes trop sages, trop gentils dans l'attitude. Il suffit de lire leurs interviews dans les divers magazines et Webzines pour s'en rendre compte: aucune forte personnalité ne se démarque réellement, personne ne fait office de vilain petit canard. Difficile dans ces conditions de dénicher des perles rares, des groupes qui cherchent à élever le propos.

Bon, et l'avenir du Metal dans tout ça ? Venons-en... Les plus gros groupes historiques, ainsi que les seconds couteaux ne vont pas tarder à raccrocher et là, tout le mouvement va se retrouver sans locomotive car, du coup, tous les compteurs seront remis à zero. Par rapport à l'âge d'or du Metal, les pays Anglo-Saxons n'ont plus le monopole, la mondialisation étant passée par là. Il est fort possible de voir percer de nombreux groupes en provenance d’Amérique Latine, d'Asie, voire du Moyen-Orient, d'autant que le Metal est très prisé par la jeunesse dans ces contrées. Il serait donc fort possible que ces régions du monde insufflent de nouvelles couleurs, de nouvelles idées au genre, mais ceci n'est qu'une hypothèse. Sur le plan commercial, ce ne sera plus comme au XXème siècle, d'autant qu'on recense de moins en moins d'albums certifiés or ou platine. Ceci dit, si on ne verra plus de Blockbusters comme le Black Album de METALLICA ou "Back In Black" d'AC/DC , je pense qu'il y aura toujours des groupes faisant au moins office de "prophètes en leurs pays" (exemples: GOTTHARD en Suisse, HAMMERFALL et SABATON en Suède, RATA BLANCA en Argentine...). A échelle internationale, le Metal peut au mieux espérer à l'avenir que quelques-uns de ses représentants réussissent quelques coups ponctuels du style THE DARKNESS (avec son album "Permission To Land"), voire dans un autre registre Amy WINEHOUSE (avec son fameux "Back To Black"). Ce serait déjà pas mal, compte tenu du contexte actuel. Pour essayer de conclure sur une note positive, je pense tout de même que le Metal, avec le temps, sera mieux accepté, mieux considéré par les masses, à l'instar du Blues et du Jazz qui furent décriés en leurs temps. Déjà, j'observe de mon côté que quelques changements de mentalité et les préjugés s'estompent peu à peu. Et puis, les personnes qui sont à la tête des médias qui méprisent le Hard Rock et le Metal seront bientôt à la retraite (le système ayant installé ces personnes est lui-même amené à s'effondrer) et les futures générations seront moins conditionnées dans leur appréciation de la musique. L'Histoire nous apprend que de nombreuses personnalités ayant œuvré dans la peinture, la littérature, le cinéma, le sport et, bien sûr, la musique ont fini par être réhabilitées au bout de plusieurs années, voire plusieurs décennies. Le temps aidant, le Metal devrait donc finir par obtenir une meilleure reconnaissance, plus de considération.


Le 22/04/2014 par MEFISTO

@SEB: dépend de ce que tu aimes comme style de Metal. Je suis certain que plusieurs centaines de nos lecteurs prennent leur pied autant, sinon plus qu'avant. Et pour ceux qui débutent leur apprentissage, les chanceux, ben ils ne doivent pas savoir où donner de la tête tellement y'a du choix aujourd'hui.

Les détracteurs du Metal d'aujourd'hui osent moins fouiller, parce qu'avant, y'avait dix groupes. Maintenant, y'en a 10 000. Alors en ne fouillant pas, on pense qu'il n'y a rien et que c'est la fin des haricots. Oui, la multiplication dilue, mais faut juste être patient et positif.

Si je tombe sur des perles sur une base mensuelle, je crois que tout le monde qui aime un tant soit peu le Metal le peut.


Le 22/04/2014 par SEB

Je lis cet édito seulement aujourd'hui et il n'a absolument pas pris une ride (malheureusement). Le metal est dans un déclin total.
Ça fait combien de temps que je n'ai pas eu quelque chose de vraiment nouveau et fédérateur à m'écouter ?


Le 03/06/2010 par PIERRE1233

Bon je sais que ça a été fait il y a deux ans, mais je parcourais la liste des editos et celui-ci m'a intéressé!

Je ne pense pas que le metal est mort, bien que sa fin approche. La vieille garde, celle qui était là avant la vague grunge du début des 90's, est encore debout aujourd'hui, mais pour combien de temps encore? La mort de Dio et la retraite de SCORPIONS nous montrent que les vieux de la vieille commencent à se retirer et que les "jeunes" vont prendre le contrôle à 100%, des "jeunes" qui ne font pas l'unanimité évidemment.

Les sous-genres les plus extrêmes font, c'est mon humble avis, du sur-place. Le Death metal peut-il encore être plus rapide? Le Doom metal peut-il encore être plus lent ? Le Black Metal peut-il encore être aussi controversé ? Seul le Power Metal semble encore avoir quelque chose à dire, mais serait-il vraiment capable de prendre la relève ? On peut aussi parler du Folk Metal qui a encore des croûtes à manger je pense.

Alors les vieux se retirent tranquillement, l'extrême a atteint une limite impossible à franchir : qu'est-ce qu'on fait ? Eh bien, on mélange les styles ! Le nü Metal, le Metal industriel et le Metalcore vont tous dans cette voie, mais est-ce la bonne ? En mélangeant leur Metal avec d'autres styles musicaux, ces groupes ne seraient pas plutôt en train de détruire l'essence même du Metal et de le mener à sa perte ?

La solution serait peut-être dans le remplacement de la vieille garde par des groupes similaires, c'est une option en effet. Alors arrivent les Airbourne, les Wolfmother, les Steel Panther, tout le revival du Thrash Metal, etc. Mais immédiatement, ils sont rejetés par les fans de la vieille garde, car trop calqués sur les anciens. Savons-nous vraiment ce que nous voulons ?

Je pense vraiment que le Metal a fait le tour musicalement. Ça va être plus vite qu'on ne le croit : les groupes vont cesser d'innover, il n'y aura plus de nouveaux sous-genres et lorsque la présente nouvelle garde deviendra vieille, il n'y aura plus de nouvelle génération de groupes pour prendre la relève, alors le Metal sera mort musicalement. Mais son esprit survivra et il y aura toujours des fans pour écouter tous les groupes de toutes les époques et de tous les sous-genres du Metal, un peu comme il existe encore des millions de personnes qui écoutent uniquement leur rock n' roll des 50's, Elvis, Chuck Berry, Gene Vincent, etc. La passion se transmettra de pères en fils, de mères en filles, et dans 60 ans il y aura encore des jeunes qui vont porter des t-shirts d'Iron Maiden, qui vont headbanger en écoutant leur Morbid Angel, qui vont tirer la langue en écoutant du KISS, qui vont faire de la air guitar en écoutant du Dream Theater et qui vont se dire que le 20e siècle c'était le bon vieux temps alors qu'il ne l'auront connu qu'en regardant des videos ou en écoutant les albums de leurs grands-parents, voire de leurs arrières-grands-parents. Il faut se rappeler que le Metal n'est pas seulement de la musique, le Metal c'est avant tout un public fidèle qui continue de générations en générations.


Le 18/07/2008 par NABOMOUETTE

Hum, on reconnaît bien dans cet édito un "vieux de la vieille", qui a écouté du metal toute sa vie, en connait un rayon, mais au fond, reste attaché à ses premières amours. Mais c'est parfaitement normal !
Cela dit, je me permet d'apporter mon avis sur cette prétendue "mort du metal". En effet, je suis ce qu'on pourrait appeler un enfant de la "nouvelle génération" de chevelus : je n'ai jamais écouté un disque de Led Zep' en entier, pas plus que d'Anthrax ou Motörhead, j'ai découvert Maiden y a quelques semaines, et j'étais même pas né quand Metallica a abandonné le thrash... Et pourtant, avant la mise en garde du Canard, j'ai jamais eu l'impression que le metal déclinait depuis 3 ans que j'en écoute !
Quoi ? La scène décline ? Les groupes des années 2000 sont pas à la hauteur ? C'est du délire, justement on retrouve des jeunes groupes excellents, et ce dans divers sous-genres - ce qui constitue une première, on n'a plus que du thrash et du hard rock - : death (un genre toujours vigoureux, regardez simplement la scène lyonnaise !), speed/sympho (Sonata, Requiem, Rhapsody, Amethys et tant d'autres, même si ça commence aujourd'hui à se mordre la queue), folk pagan (Eluveitie, Turisas, sans compter la florissante scène russe), doom/goth (The Old Dead Tree reste le meilleur exemple, un futur géant !),... Bref moi je n'ai jamais ressenti de manque avec les groupes actuels.
Pour ce qui est de la multiplication des releases, c'est vrai qu'aujourd'hui tout le monde peut sortir une démo enregistrée dans sa cave, et que ça devient dur de repérer les bonnes sorties. Et ça, c'est du avant tout au monde du disque, qui recherche la rentabilité plus que la qualité, et c'est tout l'univers du metal - j'exclus les soupes neo-core à la Evanescence ou Linkin Park - qui en bave. De toutes façons, avec le recul, ça va se décanter, et seuls les meilleurs resteront dans l'histoire.
Comme ça, dans 20 ans, on pourra parler du renouveau salvateur du début du siècle, et on dira "Ah ! c'était le bon temps !" en chiant sur les groupes de 2028. Et pis merde, ici on n'est jamais content !


Le 15/07/2008 par LOUVOIR

Je pense également que le metal actuel n'a rien à envier à celui d'il y a 30 ans.
Certes il y a eu de grands groupes en ces années fastes.

Mais bon, je pense que quand ils auront disparu, ce ne sera pas pire. Au contraire même. Les nouvelles productions des "vieux" du metal ne sont vraiment pas à la hauteur de ce qui a fait leur réputation (exception faite du dernier Judas Priest pour ma part).

Et finalement, on ne retient que peu de groupes parmi ceux-ci. Combien ont été oubliés ? Combien n'avaient pas l'envergure suffisante pour perdurer ? Ça n'a pas empêché certains groupes de sortir les chef d'œuvres que nous connaissons tous.

Alors oui, aujourd'hui, presque tout le monde peut enregistrer une démo dans son garage. Oui, nous sommes envahis par les releases d'une foultitude de groupes plus ou moins talentueux. Et parmi ceux-ci, il devient difficile de dénicher la perle rare. C'est en partie pour cela que je consulte régulièrement ce remarquable site :-)

Le fait est que le metal, avec les années 2000, est entré de plein pied dans le monde de la grande distribution. Du coup, on a deux grands types de comportements.
Les premiers font tout pour rendre leur musique "easy-listening". On a donc droit à une production ultra lisse, des riffs simplistes mais entraînant, des refrains facilement mémorisable, des structures redondantes, etc.
Les seconds refusent complètement cette voie et font tout pour rendre leur musique inaudible, arguant du fait que leur but n'est pas de plaire au grand public, mais à quelques initiés (flattant ainsi l'égo de l'auditeur), seuls capables de voire l'immensité de leur talent.

Il s'agit bien entendu ni plus ni moins, dans un cas comme dans l'autre, que d'une stratégie marketing.

Mais entre ces deux extrêmes, il existe un certain nombre de groupes qui font leur musique sans trop se poser de questions et qui méritent toute notre attention d'auditeur. Bien sûr, ils sont fortement influencés par leurs aînés. Il leur est difficile de le nier tellement cet héritage est palpable.
Mais certains parmi ceux-ci ne font pas que reproduire bêtement la musique des années 70-80. Certains osent des mélanges incertains, avec plus ou moins de réussite. Et c'est là qu'est l'issue à mon humble avis. S'enfermer dans un genre mène désormais à une impasse. Le metal, pour survivre, doit s'ouvrir encore plus à la musique développée en parallèle.

On ne peut rien inventer de plus dans le metal, car tout a déjà été dit (et de quelle manière !). Mais c'est vrai de tous les styles de musique qui ont un peu vécu (en rock, en rap, que fait-on de nouveau?).
L'avenir de toutes les musiques existante réside dans leur mélange, leur entrelacement, leur fusion...
L'avenir de la Musique avec un grand M réside dans les expérimentation en tout genre dans le but d'initier un tout nouveau style qui ne ressemblera que peu à tout ce qui existe actuellement. Mais laissons cela au futur.


Le 11/07/2008 par WENDEK

Je comprends pas cette manie de dire "çaytay mieux avant" (je réagis au commentaire précédent, j'ai lu l'édito y'a pas mal de temps maintenant et je voudrais pas faire dire au Canard quelque chose qu'il n'a pas dit)
Je veux dire, c'est EVIDENT qu'on ne peut pas réinventer ce qui a déjà été inventé. Tout comme on peut pas inventer ce qu'a déjà inventé Asimov en SF ou Tolkien en fantasy.
Est-ce à dire pour autant que ce qui se fait de nos jours est nul, ne vaut rien, n'invente rien? Je pense pas du tout.
Déjà, autant certains genres sont très vieux, autant d'autres sont beaucoup plus récents (le gothique, le funeral doom...). Donc bon, peut-être que pour un fan de thrash y'a "plus rien à inventer", mais faudrait peut-être pas non plus réduire le metal à thrash/death/black. (et dans ce dernier cas, les chros du tonton de l'occulte montrent de toute façon que le récent est toujours aussi intéressant)

Personnellement, je pense que le metal est très loin de décliner, maintenant que de très nombreux genres sont présents : c'est une musique très variée, et chaque branche possède ses groupes de talent.
Alors certes, y'a sûrement plus de daubes que dans ce fameux "bon vieux temps", mais y'a certainement aussi beaucoup plus de perles.
Je n'apprécie pas, personnellement, qu'on dise qu'une musique meurt parce que les "grands" s'en vont : un genre n'est pas obligé de posséder UN énorme groupe "külte" pour être intéressant. Le renouveau peut venir d'une multitude de groupes talentueux ayant tous quelque chose à apporter, plutôt qu'un seul Maître et toute une floppée de suiveurs n'apportant rien de plus.


Le 11/07/2008 par DARKTEMPLAR

Je partage l'avis de Canard WC, les groupes d'aujourd'hui n'inventent plus rien. Et je pense pas qu'il y aura des groupes qui pourrons prendre la relève quand des formations comme Metallica, Iron Maiden, Megadeth, Black Sabbath... partiront. A mon avis, ça sera définitivement mort, car aujourd'hui, à moins qu'il y est un "miracle", je vois pas un groupe de la trempe de Metallica ou d'Iron Maiden se former et prendre la place des vieux cités au dessus.


Le 04/03/2008 par HBK FROM BEIJING

Dans la fin des 90 et le début des 2000 on a quand même eu Rhapsody, Nightwish, Children Of Bodom, In Flames, Cradle Of Filth, Theatre of Tragedy (le 2ème album putain...) etc...

Ca fait peut-être 'noob' pour les plus vieux, mais avant d'écouter du metal, j'écoutais principalement des OST de films, et en tombant par hasard sur ces groupes cela ma ouvert des nouvelles portes.

Le point fort du metal c'est la diversité, et cette diversité peut rassembler beaucoup de gens qui ne s'intéressent pas au Metal traditionnel. Et ensuite les convertir.

Pour moi, les années 2000 ont été les années où le metal s'est le plus diversifié à defaut de suivre 1 seul courant majeur (genre grunge ou neo metal).


Le 03/03/2008 par ORPH3N

Je trouve ton commentaire un peu trop "bien pensant", mais cela n'engage que moi. Je suis d'accord avec toi, il y a sûrement des jeunes groupes qui vont arriver sur la scène et permettre une certaine révolution, encore faudrait-il, comme je l'ai dit précédemment, que seuls les meilleurs puissent subsister.


Le 03/03/2008 par ERWIN

Le canard a raison....Pas de quoi être fier ....Notre musique de rebelle s'est considérablement démocratisée. Dieu merci le métal n'est pas personnifié par Symphony X grand gagnant du référendum.
En grattant bien , le métal reste la musique la plus passionnante qui soit, les courants extrêmes charrient leur cortège pestilentiel d'allumés en tout genre...Mais quels talents! le Black et le death restent bien vivaces, perso la scène mélodico symphonique me prend la tête, mais les groupes sont bons. Le hard reste majeur avec un AC/DC toujours vivant un Purple qui tourne, un Zeppelin dont on finira bien par voir la reformation.
Maiden et Priest sont en forme, Manowar est autant détésté qu'en 1985 mais "still alive and well" comme dirait Johnny Winter...Putain Romero meilleur gratteux...Alors qu'Hughie tomasson -Outlaws- vient de nous quitter et que le père Gibbons se repose sur ses lauriers. Cauchemardesque!

Possopo dirait qu'on est dans le caca...Mais notre chère musique se porte pas si mal allez!


Le 02/03/2008 par NILSILDUR

Bien le bonjour les Headbangers et Headbangeuses de Nightfall.
Intéressant Edito que voilà mais bien pessimiste à mon goût en ce qui concerne notre genre musical adoré qu'est le Heavy Metal, vraisemblablement par manque de recul...
J'apprécie beaucoup votre travail sur ce site et je vous souhaite de perdurer encore longtemps!

Mon point de vu sur le sois-disant déclin du métal est légèrement différent du vôtre. Dans les faits, il est vrai que depuis 4/5 ans les groupes semblent un peu se mordre la queue par faute d'innovation dites vous. Je suppose qu'il doit y avoir quelques non-musiciens parmi les chroniqueurs de Nightfall et à ces personnes je leur dis que la critique est facile quand on est spectateur et non acteur. Qu'attendez vous pour monter sur scène et nous présenter vos groupes sans les défauts qui sont soulignés des dizaines de fois dans certaines chroniques?? Mais bon afin de ne pas faire de jaloux, ce petit message s'adresse également aux fans hyper exigeants qui critiquent sans prendre assez de recul...

La musique Heavy Metal est un genre musical passionnant avec des dizaines et des dizaines d'artistes de talent qui se sont efforcés depuis son apparition dans les années 70 de le faire perdurer et se renouveler.
Citez moi d'autres styles de musique qui se soient autant diversifiés! Je ne cherche pas à lancer un éternel débat stérile sur quel style de musique est meilleur que les autres. Tout d'abord parce que ça ne mène à rien, ensuite parce que tous les genres ont leurs qualités propres (qu'on soit d'accord ou non).
Je tiens juste à souligner que le métal possède déjà à l'heure actuelle une richesse musicale incomparable et que comme les autres genres celui-ci a ses limites. Il faut juste l'admettre et ça je crois que ça fait mal à l'égo de pas mal de métalleux.
Pourtant voyez le Jazz, le Blues, le Rock, la Pop toutes les musiques contemporaines style Techno, HipHop, Rnb et compagnie, les musiques traditionnelles à travers le monde. Maintenant faites le point, trouvez vous que ces styles sont allés aussi loin en matière d'innovation?? Avec du recul on se rend compte qu'ils sont restés figés sur leur bases (et leurs qualités ou défauts). Le seul autre style à avoir évolué et perdurer tout en tâchant de se renouveler à ma connaissance c'est la musique classique (c'est juste qu'au lieu de se renouveler sur 30 ans ça s'est fait sur 3 siècles ;).

Voilà en espérant que ça aide les septiques à se remettre en question quand à celles et ceux qui ne se prennent pas la tête et apprécient une musique au ressenti et non sur le papier continuez comme ça !!! Il y a des jeunes groupes qui se battent et travaillent dur pour trouver leur propre son alors encourageons les plutôt à persévérer dans cette voie et qui sait peut être aurons-nous encore d'agréables surprises dans les années à venir.
Le métal n'est pas mort et ne mourra pas il faut juste que les gens s'habituent à le regarder comme un style comme les autres (sur le papier) mais avec sa richesse et sa passion qui le rend si irrésistible.

Par un passionné de métal pour tous les passionnés de métal!!!


Le 01/03/2008 par SACRIPAN

Très intéressante remarque ORPH3N, la pop n'en a pas l'air mais subit douloureusement elle aussi l'ère du music business poussé à outrance.
Mais connaissant le potentiel du rock je suis convaincu que nous nous en remettrons bientôt, d'ailleurs si le rock'n'roll l'était en son temps c'est aujourd'hui le metal, le heavy et le black qui incarnent le plus l'envie de faire de la bonne musique sur la base d'un menfoutisme traditionnel du music business

Sacripan de Dailymotion


Le 01/03/2008 par ORPH3N

Comme beaucoup d'artistes l'ont dit, il y a eu beaucoup trop de groupes et pas de filtres pour trier et garder seulement les meilleurs. Beaucoup de groupes font tous la même musique à partir d'une musique déjà créée. S'il y a une "purification" du métal dans les années qui viennent ça ne fera pas de mal, loin de là...


Le 18/02/2008 par JéRôME

Il faut bien avouer que les temps ont changé...


Si l'on prend l'exemple de Korn qui semble ou a semblé être le renouveau du metal, il faut bien dire qu'aujourd'hui leur succès est revenu à des proportions plus modestes.


C'est la preuve également que le jeune public est de moins en moins fidèle et que les gens se lassent facilement.

Cependant, on peut quand même parler des festivals de metal, qui se multiplient et connaissent un énorme succès, la preuve que le style rassemble encore en masse.

Cependant je me pose une question en tant que jeune fan de "vieux" metal : Que sera le metal quand Maiden, Metallica, Scorpions, Judas Priest, Motorhead, Black Sab, Ozzy, Slayer ou encore Deep Purple auront pris leurs retraites.. C'est à dire dans quelques années.

Tous ces groupes qui aujourd'hui encore font que le metal n'est pas totalement "underground"... Ces groupes qui remplissent encore de grandes salles et des stades... Ces groupes de légendes qui font que le Graspop ou autre festivals connaissent leurs heures de gloire..


Quels sont les futures légendes du metal qui feront ça à leur tour, dans 40 ans ??


Le 17/02/2008 par SACRIPAN

HANN- tu as raison, l'histoire du rock n'est pas une succession. (Le découpage ne montrait pas une succession d'artistes décennie par décennie, mais quels artistes ont émergé dans chacune de ces décennies. Il ne prend pas en compte les genres ni l’évolution de chacun de ces groupes).

Ne perdons pas espoir, beaucoup de groupes novateurs ont vu le jour peu avant la fin d'une décennie. Led Zeppelin (pour ne citer que lui) n'a-t-il pas enregistré carrément 2 disques en 1969 ? Peut-être les groupes que nous attendons sont-ils déjà formés, peut-être certains n'attendent-ils eux même qu'à passer en studio ?

Les amateurs/auditeurs de bonne zik culpabilisent (« qu’attend-on pour tourner la page » et semblables discours), mais le problème n'est pas de notre côté. Certains groupes sont là parce qu'ils sont là, nous les écoutons ou nous ne pouvons rester qu’à l’affût de nouvelles sensations sans réellement intervenir parce que c'est tout ce qu'on peut faire,.

Si nos futurs tête de prou du rock n’ont pas encore sortie leur mignonne bouille en dehors de leur trou c'est peut-être parce qu'on attend que ces groupes enregistrent, qu'ils trouvent une maison de disque, qu'ils se fassent connaître et tout le toin toin ? Ce travail, qui concerne l’avant ’’premier enregistrement’’, n’est pas du ressort des zikophages, mais des gens du métier (les maisons de disque, les découvreurs de talents qui sont les petites maisons de disque dites indépendantes, et le groupe lui-même)

Sacripan de Dailymotion


Le 17/02/2008 par HANN-

Pour revenir sur ce qu'à dit Sacripan et qui me semble intéressant, je crois que le Rock a une histoire différente de celle qu'il découpe, dans la mesure ou elle relève plus d'une accumulation que d'une succession (écoutez donc "Who do we think we are", vous verrez que c'est assez différent de "Burn" et cela est valable pour beaucoup, excepté MOTORHEAD) En plus, le Metal vieillit plus vite aujourd'hui (Bah oui WITHIN TEMPTATION c'est déjà plus comme avant...). Certes on a eu un revival True Metal que j'ai moi-même bien apprécié, mais n'oublions pas que tout a toujours été plus ou moins flou dans ce domaine, quand Blackmore créé RAINBOW, un groupe passe d'une espèce de Power Hard Rock a du Hair Metal en quelques années (oui d'accord c'est un peu exagéré si on est pointilleux).
Il y a du vrai aussi chez Wyndorel, beaucoup de "groupes majeurs actuels" ont aujourd'hui signé chez des majors et leur marge est limitée, cela me fait dire qu'il va falloir trouver une autre manière d'innover, on ne reverra pas un album aussi novateur que Turbo avant un moment...


Le 17/02/2008 par ODIN

Juste pour dire que le "putain de retour du True Metal", c'était à la fin des années 90 et que ça s'est terminé en 2002 (à une vache près).

Rien de 2000 là-dedans.


Le 17/02/2008 par WYNDOREL

Personnellement, j'avoue être principalement intéressé (dans la vie en général même) par les choses anciennes (et dans mon cas aucun rapport de près ou de loin avec un effet de "mode" ou encore de société, c'est plus un besoin de retourner aux sources, et même de s'y projeter ^^), et de ce fait j'écoute beaucoup plus de musique plus ou moins (et relativement) ancienne (mais pour le métal je ne vais pas plus loin que les années '80 par contre ^^) ou en tout cas qui soit en lien avec des choses anciennes et qui reflètent bien cet esprit. Cependant je ne "juge" les choses que pour ce qu'elles sont en elles-mêmes, et du moment qu'une musique me fait ressentir ce que je recherche je me fous du reste ^^, alors niveau évolution peu importe pour moi, du moment que cette musique me fait toujours ressentir ce que je recherche...

Néanmoins il y a un réel problème au niveau de l'originalité et de la créativité, trop de choses se répètent, se copient, voir se plagient, etc... Là est vraiment le problème car un riff (etc) "prenant" ne l'est pas autant lorsqu'on l'entend 36 fois... De plus on sent bien que pas mal d'artistes ont une démarche orientée, ils essayent d'innover pour innover, et non forcément parce qu'ils ressentent la chose profondément en eux, ou alors ils essayent de faire du "ci" ou du "ça", le plus comme "ci" ou comme "ça".
Et là je pense aussi qu'à ce niveau le problème est grandement lié au monde dans lequel on vit. Il serait trop long et compliqué d'expliquer ce que je sais de la chose (ce que j'en sais car on ne peut de toute façon en avoir conscience que d'une infime partie...) mais on peut dire que tout cela manque d'authenticité, de sincérité et de personnalité, trop de choses (et de futilités) pourrissent l'esprit, altèrent le fond...


Le 16/02/2008 par CHARLIE

Je ne comprends pas :
Dans les années 2000 on a eu un put*** de retour du True Metal et l'apogée du Metal Speed Symphonique et Mélodique.

Rhapsody, Sonata Arctica, Nightwish, Thunderstone, et tout la vague italienne Epic également.

On a pu également assister à la reconnaissance ou résurrection des groupes tel que Axxis, le retour en grâce d'Helloween... et des groupes qui pratique du Hard de la bonne façon, les poodles etc...

Bref le début des années 2000 j'ai adoré...


Le 15/02/2008 par GOATLORD

je n'ai pas grand chose à ajouter... si ce n'est que j'écoute ce style musical depuis plus de 10 ans... que parfois j'en ai marre mais que je finis tjrs par y retourner... que j'ai plein de trucs sortis en 2007 qui sont excellents... que je ne connais pas le quart du 10éme de ce qui sort chaque année, parce que c'est matériellement impossible et que de tte façon je n'ai pas suffisamment de tps !
que ça fait des années que je ne vais plus à des concerts parce que l'ambiance ne me plait plus du tt et que le son est tjrs tp fort de tte façon et le public tjrs tp agité... alors oui, peut-etre que je suis un "vieux con" déjà pour reprendre un commentaire précédent :)
mais alors un vieux con qui prend son pied autant à l'écoute d'ACDC que de Within temptation ou Suhnopfer...

en ts cas je ne suis aucunement blasé.
de plus, ce qui est sur, c'est que "Metal" aujd'hui ça ne veut plus rien dire de tte façon... à part ds la tete du citoyen lambda qui en a gardé la meme image depuis 30 ans... on s'en fout, on garde hate forest et helloween pour nous tous seuls :)

bref continuez Nightfall, déclin ou pas !!!!!


Le 15/02/2008 par KARL VON KARL

Meuhnon mon CANARD, la Grande Bête n'est pas encore morte. C'est qu'il nous ficherait le bourdon à cancaner comme un beau diable cet oiseau ! A force d'écouter les vieux DARK ANGEL et ABATTOIR, l'animal broie du noir. Pourtant il nous pond de bien belles chroniques le bougre.
Prend une bière bien fraîche, un bonbon Mentos, au dodo sans télé et demain ça ira mieux.


Le 15/02/2008 par SACRIPAN

Vous constaterez que depuis les années 50, chaque décennie a apporté son lot de génies, et que chacun de ces génies a apporté quelque chose au rock.

Années 1950
Elvis, B B King, Buddy Guy, Fats Domino, John Lee Hooker, Muddy Waters

Années 60
Chuck Berry, Hendrix, Led Zeppelin, Black Sabbath

Années 70
ACDC, Deep Purple, Iron Maiden

Années 80
Motorhead, Metallica, Sepultura, Slayer, Dream Theater

Années 90
Pantera, Nirvana, Rage Against The Machine, Korn, Emperor, Immortal

Années 2000
???

Depuis les années 50 nous sommes avons vu naître le blues, le rock'n'roll, le pop rock, le hard rock, le metal, le heavy metal, le black metal. Mais quelles ont été les innovations apportées par l’année 2000 ? Quels ont été les aventuriers rock de cette décennie ? Nous sommes en 2008 et sincèrement, je pense comme Canard WC que cette décennie finira malheureusement sans avoir connu beaucoup de fruits.

Peut-être est-ce une décennie d’ébullition, peut-être quelque genre, quelque groupe explosera-t-il d’ici peu (dépêchez-vous tout de même, il reste 2 ans). Ou peut-être est-ce du au fait justement que les vieux ne laissent plus la place aux jeunes, leur empêchant de prendre conscience de leur manque affligeant d’initiative.

Sacripan de Dailymotion


Le 14/02/2008 par CARDINAL SIN

Cela aurait été sympa d'illustrer cet édito avec une moyenne des notes donnée par album d'année en année, histoire de voir si ça se reflète dans les chroniques... Celà dit y a de bonnes choses qui sortent dans tous les styles, en matière de Thrash par exemple, la vague Municipal Waste, Violator, SSS et co valent le détour et apportent une aire de fraîcheur... le problème vient du nombre de productions qui noie les bonnes sorties et qui sont oubliées un mois après par la masse...

Par contre je suis d'accord que la vague bidulecore, n'amène strictement rien à cette scène, si ce n'est un gros baillement d'ennui...


Le 14/02/2008 par JEREMY

Comme les deux commentaires précédents, je ne suis absolument pas d'accord avec cet édito, et plus particulièrement avec les deux derniers paragraphes. Je ne vais pas reprendre les arguments de Mox et Nico car je suis à 99% d'accord avec eux, mais me contenter de rebondir sur "tes couilles de metalcore et de post-hardcore", Canard.

Je suis curieux de savoir quels albums de postcore tu as écouté pour dire que c'est toujours plus brutal, carré et puissant - car oui, le postcore est un genre de metal moderne, les premiers albums du genre sont apparus au début des années 2000. Ecoute les derniers Cult Of Luna par exemple, c'est intense oui, mais brutal et carré, faut vraiment avoir envie de faire de la provoc' pour le dire !

Tout le monde sait, Canard, que tu es fan de thrash brutos et - je me permets de le supposer - pas grand chose d'autre. J'ai l'impression que tu nages en plein paradoxe. Tu craches (ton édito le laisse penser en tout cas) sur les simili nouveaux genres (metalcore, postcore, et les autres si il y en avait) alors qu'ils en sont à peine à leur balbutiement, tu te fermes ainsi à toutes possibilités de nouveautés artistiques avant même de leur avoir laissé le temps d'éclore. Et après tu viens dire que le metal moderne c'est que du bourrin bête et méchant, toujours plus puissant, carré et brutal. Rome ne s'est pas faite en un jour, et peut-être que de ces "genres intrinsèquement bancals" naîtront, d'ici quelques années, les nouveaux Slayer, Maiden, ou Dream Theater. Si les mecs comme toi leur laisse le temps de faire leur preuve. Et j'espère que ce jour là, tu sortiras le nez de South Of Heaven pour venir headbanguer avec les kids d'aujourd'hui.

En fait, ton édito est vraiment intéressant Canard. Jusqu'ici, le metal n'avait qu'une seule génération de fans, avec les mêmes repères, les mêmes albums cultes, les mêmes attentes artistiques et scéniques. Les "genres intrinsèquement bancals" qui arrivent aujourd'hui marquent un tournant générationnel dans le metal, car pour la première fois, des jeunes vont à un concert alors qu'ils n'ont jamais entendu la moindre note de Master Of Puppets ou Seasons In The Abyss, ce qui aurait été impensable ne serait-ce qu'à la fin des années 90s. Aujourd'hui le metal (et la musique en général) est déréglementé, notament grâce (à cause ?) du téléchargement généralisé. Certains s'adaptent, se mettent à Myspace, commandent des albums en import depuis l'autre bout de la planète, tandis que d'autres se renferment peu à peu sur eux-mêmes et sur leurs vieux albums, et refusent cette modernisation. Dans la société, les jeunes appellent ces gens là les "vieux cons"...
Je ne cherche pas à faire de jugement de valeur. Je constate simplement que pour la première fois, le front se désuni. Une nouvelle génération de metalleux apparait, et c'est d'elle que viendra le renouveau du genre.
Les prochaines années seront. Et pas ternes !


Le 14/02/2008 par MOX

Nico a parfaitement résumé l'avis que j'ai de cet édito qui n'avance vraiment rien et qui ne reflète l'opinion de, je l'espère, qu'une petite partie de l'équipe Nightfall.
Pour avoir adhéré à un courant musical qui s'essouffle, ou tout du moins qui a déjà connu son heure de gloire, je sais que j'aurais plus ou moins de mal à accrocher à de nouveaux styles, surtout si ceux-ci suivent la ligne étroite du "toujours plus".

En ce qui concerne la population repliée sur elle-même, ne t'inquiète pas Nico, elle est plus que conséquente. Et elle ne va plus voir de concerts, de toute manière. Ou peu.


Le 13/02/2008 par NICO

Edito ou exercice de style ?

Allez j'y ajoute mon grain de sel au travers quelques petites notes :

1) Si je lis entre les lignes, je vois un avis très subjectif qui fleure bon l'auto-analyse. Soyons sérieux, qui est cette population repliée sur elle même qui n'adhère à rien de nouveau ? En tout cas je ne m'y reconnais ABSOLUMENT pas. Ce que je vois en concert régulièrement ne ressemble pas à ça non plus.

2) Qu'est-ce que les modes sinon des courants qui se font et se défont au fil des générations. Pour la plupart d'entre nous, nous écoutons l'opposé de ce qu'écoutaient nos parents, et ainsi de suite. Quoiqu'il en soit, dissimulés sur un fond jeune, dansant et punchy, c'est bel et bien des gratteux qu'on voit refleurir dans les clips.

3) Ca me fait penser à X-Files tout ça. Pendant quelques temps sur M6 en 3e partie de soirée, c'était carrément LA série underground cultissime qu'il ne fallait pas rater. Puis c'est passé à une plus grosse audience et les premiers fans ont tout d'un coup trouvé que la série avait changé. Est-ce vraiment la série qui changeait ? Les mêmes qui disent que le métal est injustement méconnu seront-ils les premiers à onir leurs groupes quand reviendront les Monsters Of Rock et autres Woodstock ?

4) En anglais on dit "Beauty is in the eye of the beholder" (La beauté est dans l'oeil de celui qui regarde). L'inverse est d'autant plus vrai. Que celui qui trouve que le métal est mort se pose la question de savoir quand pour la dernière fois il a vraiment vibré en écoutant ou en achetant un disque ? Est-ce le métal qui meurt ou tout simplement la personne qui estime en avoir fait le tour.

5) Eddy Mitchell dans les '70 : "Tu sais, parfois, la vie me réserve des choses drôles. Les gens oublient, puis redécouvrent le Rock and Roll"...

6) Si le métal est effectivement mort, alors vive le métal ! Grâce à NIME j'ai des chroniques à lire jusqu'à plus soif et des disques à acheter au meilleur prix puisque personne n'en voudra plus... Ahahah !


Le 13/02/2008 par GARGAMEL

Je rejoins le commentaire de Shaigan et me demande si ce manque d'inspiration ne s'inscrit pas tout simplement dans la sociologie de notre époque. Nos démocraties occidentales semblent s'essoufler depuis une dizaine d'années aux niveaux idéologique et économique et peinent à tirer leur épingle du jeu dans un contexte de capitalisme financier et de mondialisation où les cartes semblent avoir été redistribuées. Le metal n'est surement pas à l'agonie, du moins il ne le sera pas tant qu'il y aura des musiciens passionnés pour faire vivre la flamme. Mais les futurs grands de demain seront peut-être russes, brésiliens voire chinois.
A tout hasard, jetez une oreille au concept album "Elfiyskaya rukopis'" des russes d'Epidemia, vous comprendrez ce que je veux dire. (www.myspace.com/epidemiaru)


Le 11/02/2008 par HANN-

Je plusoie Gricha, il y a eu des bonnes choses ces dernières années aussi, et je crois qu'il faut voir au-delà de la métaphore qui consisterait à voir le Metal comme une créature bicéphale mercantilo-hurleuse. Il y a eu ces dernières années de bons albums, peut être pas dignes du hall of fame éternel du XXI°siècle mais ce foutu siècle ne fait que commencer merde ! Il faut laisser au Metal le temps de se renouveler, il le fera de lui même, ce sera sans doute moins spectaculaire que dans les années 80 mais le renouveau viendra, c'est une certitude, des groupes restent à naître en Europe de l'est ou peut être en Afrique avec des trucs folklorikobizarres à la Mike Patton, qui sait ? Ce n'est pas la fin de l'espoir (j'en arrive à citer NIGHTWISH quand même)...


Le 11/02/2008 par GAéTAN

Je suis d'accord avec l'édito, c'est aussi ce que je pense. Mais il y a une chose sur laquelle on a oublié d'appuyer. A l'époque, les 70' et 80' et même les 90', tout était à inventer. Oui, Black Sabbath et autres Iron Maiden ont inventé le metal, ils étaient les premiers, les créateurs d'un nouveau genre à part entière. C'était incroyable.
Mais maintenant, deux problème se posent (dans la scène rock aussi): primo, il n'y a plus de révolution, on a l'impression que tout a déjà été inventé, on assiste juste a des créations de sous-genres originaux mais ce n'est pas la grandeur de l'époque. Et c'est assez fondé, là je ne vois pas comment on peut encore inventer un genre majeur (dans le métal).
Deuxio, je pense qu'il y a trop de pessimistes et de "c'était mieux avant" dans les gens d'aujourd'hui. Pour le rock comme le métal, les anciens groupes mythiques reviennent à la mode. Ils sont biens, j'en suis le premier fan, mais le simple fait de voir que ça date des seventies ou eighties, on dit "c'est du bon". Et, a contrario, les groupes d'aujourd'hui sont victimes de ce mouvement et cette façon chiante qu'on les métalleux de dire " depuis le début des années 90, il n'y a eu que de la merde".


Le 11/02/2008 par KAFARD666

Je ne pense pas que le Metal va mourir, tout simplement il est en train de se mettre en veille à cause de plusieurs facteurs comme indiqué dans l'édito. Trop de groupes et ce trop engendre la médiocrité artitisque et il appauvrit le genre. Renouveler un style devient de plus en plus difficile même en le mixant avec d'autres styles. La surenchère de jouer plus vite, plus fort, les paroles les plus choquantes ... mais n'apportent rien. Enfin j'espère ne pas me tromper et qu'il y aura bien un séisme musical qui déclenchera la secousse nécessaire pour relancer ce style qui nous donne tant de plaisir ...


Le 11/02/2008 par GRICHA

C'est rigolo, quand je lis ça j'ai l'impression de me retrouver presque 20 ans en arrière. Bah oui, comme tout le monde le sait, le métal est déjà mort, en ce funeste début des années 90 où Maiden et Judas Priest ont perdu leurs chanteurs, symbole de l'écroulement de 20 ans de métal. C'est vrai quoi, le heavy est mort, Metallica fait de la pop, Death fait une bouillie inbuvable... C'est pas le doom qui va nous sauver! Et ces deux petits nouveaux là, Iced Earth et Blind Guardian? Ils sont gentils, mais c'est pas eux qui vont relancer la machine!
Et pourtant, aujourd'hui, des gosses qui étaient à peine nés à ce moment-là prennent leurs guitares et sortent parfois des chefs-d'oeuvres, sortent parfois des galettes qui ne ressemblent à aucunes autres. Et d'autres gosses comme moi, tout en essayant de rattraper 35 ans de retard pour nos pauvres oreilles, les écoutent en se disant "c'est ça, l'avenir du métal". Et je prend un album d'Iced Earth et de Blind Guardian, et je reconnais un prophète annonciateur d'un renouveau du métal à la fin des années 90 - avec d'autres groupes, d'autres styles, d'autres gens...
Oui, c'est vrai, la situation a changé, le business du disque est en crise, les labels n'enregistrent plus, ne développent plus, n'investissent plus, ils ne font que produire et faire tourner. Les vieux groupes ne font que se reformer sans se réformer, les jeunes ne font des erreurs de jeunesse. Le public métal est fermé (ceci dit, c'est très vrai en France, mais est-ce vrai ailleurs? Est-ce que cette situation n'est pas spécifique à une société française globalement hostile au genre, toutes proportions gardées?), le genre métal ne se nourrit plus que de lui-même... C'est bien simple, c'est surement pas cette bouillie post-hardcore qui nous sauvera, le métal meurt!
Mais ça n'empêche qu'en lisant ça, j'ai vraiment l'impression de lire quelqu'un à la culture métal certes ancienne et étendue, mais qui se fourvoit dans le mythe de l'âge d'or, un peu comme tous ces groupes qui tournent avec leurs playlistes de 85. Le constat n'est pas complêtement faux, le genre connaît ses travers, le public n'est pas toujours à la hauteur des groupes. Mais déclarer le métal mort, c'est y aller un peu vite : je n'y croirai que lorsque la dernière guitare électrique se sera tue, que lorsque le dernier chevelu sera mort, que lorsque le dernier hellfest aura eu lieu. Et tant qu'on aura nos Iced Earth et nos Blind Guardian, tant qu'on aura nos doom et nos death metal du moment, la bête continuera à avancer. Et même si le dernier album de ces groupes ou de ces genres est encore plein de défauts, c'est pas grave, ils ont encore 20 ans pour devenir la légende qu'on attend, et ils seront au rendez-vous!
Wait and see, comme il disait. Mais je suis prêt à parier que dans 20 ans, tout en grommelant devant la nullité de ces satanés jeunes, il headbangera avec moi devant le plus grand groupe de métal du moment, un groupe né en... 2008.


Le 10/02/2008 par UT22

Je vais dire une grosse connerie peut-être... de mon prof de musique:

''C'est un mouvement perpétuel, un jour vos gamins dans quelques décennies écouteront de la musique classique''

Mais ne soyons pas pessimiste, c'est dans ces esprits là, que naissent les esprits fous....
voilà un commentaire inutile ou pas...


Le 10/02/2008 par STORMY

Il y a de quoi s'interroger en effet sur la quantité industrielle de groupes existant de nos jours et paradoxalement sur le peu d'évolutions réelles de ce vaste genre qu'est le Metal.
Mais est-ce réellement encore possible de proposer quelque chose de totalement novateur après plusieurs décennies d'explorations musicales diverses? Je rejoins SHAIGAN sur le premier commentaire sur le fait que tout a été fait et refait pour créer de la musique à partir des coups de génies des pionniers qu'ont été BLACK SABBATH, LED ZEPPELIN ou autres DEEP PURPLE. (enfin presque car on a pas encore créé l'electro-symphonico-rap metal!). Ce mal touche tous les courants musicaux en général.
Les principaux genres sont déjà apparus (hard-rock, heavy-metal, thrash, death...) et les seules innovations qu'on peut espérer maintenant seront beaucoup moins marquantes qu'un Kill'em All ou Number of The Beast par exemple. Ces innovations existent encore et ne manquent pas de qualités je pense notamment à NIGHTWISH ou RHAPSODY (même si je ne suis pas fan de ces derniers), bon nombre de groupes se sont engouffrés dans la brèche qu'ils ont ouverte avec plus ou moins de réussite.
L'absence d'évolution flagrante n'est pas pour autant signe d'agonie du metal à mon sens car il me semble quand même en bien meilleure santé qu'au début des années 90 où il est passé tout près de disparaître purement et simplement suite à la vague Thrash-metal et au coup de grâce donné par un certain Kurt Cobain.
D'ailleurs on pourrait bien revivre la même chose avec la vague de groupes de thrash qui se forment ces temps-ci, imaginez un nouveau raz de marée comme celui de la grande époque de la Bay Area qui emporterait tous les groupes superflus qui n'apportent pas grand chose à notre musique et ne font que cloner en moins bien leurs ainés. Mais ceci n'est que pure spéculation! (pas impossible cependant si vous jetez une oreille par curiosité sur les myspace de Havok, Bonded by Blood ou autres Fog of War)
Tant qu'il y aura des groupes qui penseront d'abord à écrire des morceaux efficaces et qui font la part belle aux émotions quelles qu'elles soient, le metal sous toutes ses formes aura de beaux jours devant lui et heureusement il en reste beaucoup des groupes comme çà!


Le 10/02/2008 par VOLTHORD

pour moi le problème vient surtout de cette classification par décennie. Si on arrête cette fixette, on se rend compte qu'il y a toujours eu une évolution assez constante, avec une grosse majorité de bouses pour toutes les époques et un essouflement plus ou moins rapides dans tous les genres.

Je pense que l'heure est davantage à l'avant garde, voir aux fourre-tout, et que c'est dans ce sens (ou ce non sens) que les meilleurs groupes tireront leur épingle du jeu. Mais de là à dire que le Metal est mort et que la prochaine décennie ne "sera pas", là franchement je trouve ça excessif. Certes le metal change et s'essouffle, mais la prolifération des trucs moyens, nazes ou merdiques, c'est franchement pas nouveau.


Le 10/02/2008 par UT22

Le déclin du métal, c'est un peu exagéré, mais c'est vrai qu'il y'a une baisse de régime, il y a trop de technique à mon sens, ça tue un peu la créativité.
Comme le dit canard wc:

''les prochaines années seront ternes, ou ne seront pas.''
Wait and see.....



Le 10/02/2008 par LOTUSINHELL

Si déjà les artistes se détachaient un peu de la technique pour laisser parler l'inspiration et les émotions avant le reste peut-être qu'une évolution pourrait s'amorcer...Sinon, le métal ne sortira pas de ses propres marécages...


Le 10/02/2008 par GEGERS

Edito tout à fait vrai, dans cette décennie nous n'aurons pas connu de réel nouveau style valable qualitativement parlant, mais plutôt une tentative de retour à un âge d'or désormais inaccessibles. Il n'y a qu'a voir le nombre de reformations plus ou moins sincères, et surtout le nombre de groupes pondant des albums "retour aux sources", ce qui veut bien dire ce que ça veut dire : "eh oui nous sommes un vieux groupes tout pourri, nous dernières réalisations étaient merdiques, alors nous allons faire notre maximum pour tenter de revenir à notre période dorée des années 80. Nous n'y arriverons pas, mais au moins les fans reviendront en masse".

Triste de voir que la perte de vitesse de l'industrie musicale entraîne la fin de toute progression musicale de groupes établis. Enfin cette décennie, faute de nouveauté, nous aura quand même livré un paquet d'albums de qualité! (le dernier Scorpions en tête).


Le 09/02/2008 par SHAIGAN

Déclin du métal ou crise de l'ensemble de la musique ?

Il m'inspire cet édito...

Je suis plutôt d'accord avec l'amer constat d'une crise créatrice des compositeurs de Métal dans les années 2000. Comparé aux constantes innovations et révolutions des décennies 70, 80 et 90, il est vrai que ce début de 21ème siècle fait pâle figure.

Je nuancerais tout de même ce constat. Tout d'abord, n'est-il pas trop tôt pour faire un bilan de cette décennie ? Des groupes n'auraient-ils pas sorti des chefs-d'œuvre de créativité qui seraient passés totalement inaperçus, voire complètement ignorés ou sous-estimés, dont nous ne comprendrons la qualité et l'influence seulement dans les années 2010 ou 2020 ? Ensuite, des évolutions, des nouveaux "courants", il y en a bien eu, mais peut-être les ignorons nous pour la seule raison que le sens de cette évolution de nous plait pas. La plus marquante d'entre elle est l'explosion du chant féminin. Si l'idée est née dans les années 90 (avec des groupes comme Theatre of tragedie), on ne peut nier que c'est dans les années 2000 qu'elle s'est réellement démocratisée (tout comme le doom et le black, nés dans les années 80, se sont vraiment révélés dans les années 90), au point d'envahir quasiment toutes les strates du métal, du plus extrême au plus commercial.

Enfin, il est clair que ce déclin créatif ne touche pas que le métal, tous les genres musicaux sont touchés. Que ce soit pour le rap, la pop, le rock, la techno, la "chanson française", le blues, le jazz, l'innovation et la créativité ont semblé fuir l'inspiration de l'ensemble des compositeurs dans cette décennie. D'ailleurs, il est significatif qu'aucun nouveau "genre" à part entière ne soit apparue depuis 10 ans. Tout le monde ne fait que re-préparer les mêmes soupes dans les mêmes pots. Et dans ce constat global de baisse de créativité, le métal, qui a toujours à mon sens été le genre le plus innovant, est celui, je trouve, qui s'en sort le moins mal.

En tout cas, à ce niveau là, il est évident à mon avis que les explications ne sont plus à chercher dans la sphère purement musicale mais à un niveau plus vaste sur la sociologie de notre époque. Bon là, je vais m'aventurer un peu : j'ai quelque fois l'impression que nous arrivons au bout de l'impulsion créatrice engendrée à la fin des années 60 (dont le métal avec Black Sabbath), que nous l'avons depuis 40 ans épuisée jusqu'à la corde, et que nous n'arrivons pas à créer quelque chose de nouveau qui s'en démarque.


Le 09/02/2008 par PAMPA

C'est certes inquiétant (même si je ne suis PAS DU TOUT d'accord avec ta critique du post-hardcore)


Le 09/02/2008 par FLOREX

Qui aime bien chatie bien... sans doute.
A vrai dire, rien de ce que tu écris n'est faux : les années 2000 n'ont pas enfanté de genre véritablement émancipé (à la limite, on a vu l'émergence des femmes dans le milieu, mais ça n'est pas un genre en soi), on a eu plus de quantité que de qualité et le public metal semble toujours aussi fermé au reste du monde. Soit.
Mais finalement, le milieu ne ferait-il pas que copier involontairement ce qu'a connu le rock mainstream durant les 2 décennies précédentes ? Tout plein de produits prémâchés desquels sortent quelques groupes extraordinaires. Et une stagnation artistique dommageable. Et pourtant, le rock s'en est tiré haut la main durant cette décennie, sans même vraiment emprunter quoi que ce soit à d'autres styles.
Le metal ne connaîtrait-il pas une espèce de crise de croissance, voire simplement une espèce de consolidation des acquis (notamment en termes de qualité de production, même chez les plus crasseux des groupes de black ukrainiens) ? A vrai dire, j'ai envie d'y croire. Quand je vois un groupe comme Meshuggah réussir à influencer le son et les compos d'un nombre croissant de jeunes, je me dis que tout n'est pas perdu. Même la France commence à abriter un paquet de jeunes groupes énormes (Gojira, Hacride ou The Old Dead Tree, par exemple).
Alors OK, plein de groupes prometteurs tournent maintenant en rond (qui a dit Within Temptation ?), la scène extrême est aussi originale qu'un Slayer des années 90 et les Grands ne sont plus que l'ombre d'eux-même (Metallica, Dream Theater ou même Korn), mais il y a tout de même un paquet de raisons d'espérer...



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod