Recherche avancée       Liste groupes



    

Un édito qu’on sait pas où il va même si on s’en doute un peu vu qu’il est publié un mois de janvier
Par BAST le 3 Janvier 2011 Consulté 4088 fois

Dieu s’emmerdait dans son univers comme un rat mort. Alors il créa le Heavy Metal. Puis il conçu deux sortes d’Homme : ceux qui jouent du Heavy Metal et ceux qui écoutent du Heavy Metal.
Mais l’amateur de Heavy Metal est rebelle par nature car ainsi en avait voulu Dieu. Il n’aime pas quand tout le monde est beau, gentil, aimable, poli et chevelu ; il a besoin de se sentir incompris et marginal, il préfère susciter la défiance et le dégoût plutôt que l’amour et l’envie de son corps, sinon à quoi bon gueuler et riffer comme un sauvage.
Alors Dieu créa les autres musiques et beaucoup d’autres Hommes pour jouer les autres musiques, écouter les autres musiques et dénigrer le Heavy Metal. Dans un monde devenu au trois–quarts hostile, le Heavy Metal pouvait mettre un but dans sa puissance. De mauvaises langues mal tournées hasardèrent malicieusement que ledit but, parfois, se muait insidieusement en prétexte. Dieu les ignora ; il headbanguait et cela seul lui importait.

Mais un jour, ou peut-être une nuit, le Heavy Metal s’est pris d’ennui. Il en avait un peu assez de jeter sa hargne à la face d’un monde qui ne l’écoutait plus, à conspuer le rap et la techno, qui étaient certes de la merde (Dieu lui en était témoin) mais qui touchaient un public ô combien vaste. Alors le Heavy Metal se demanda s’il n’était pas temps pour lui de se rénover. Et à force de se le demander, il finit par s’en convaincre. Dieu, père aimant et attentionné, étudia longuement sa requête : de long en large, de fond en comble, de part et d’autre et bien plus encore.

Un jour, beaucoup plus tard mais trois minutes après à l’échelle spatiotemporelle de là où habitait Dieu, ce dernier eut une idée et comprit qu’il n’était pas Dieu pour rien. D’aucuns disent que s’il n’avait pas fait jour ce jour-là, le ciel eût été parcouru de zébrures chatoyantes, les villes et les campagnes auraient vu couler des rivières phosphorescentes, les arbres se seraient parés de boules vif-argent. Mais il faisait jour donc, et personne ne remarqua rien. Pourtant la lumière fut. Et fut bien ; Dieu venait d’inventer l’Histoire et par la même occasion, les livres d’Histoire.

Préalablement, avant l’Histoire, Dieu créa Tolkien. Ensuite de quoi il observa comment diable Tolkien s’y prenait pour créer des histoires et greffer à ses histoires une Histoire (c’était juste après que Dieu eut inventé les majuscules).
Dieu comprit car il était ce qu’il était. Alors il s’attela à sa tache la plus fastidieuse : façonner une Histoire au service du Heavy Metal.

D’abord il inventa Satan. Puis pour introduire Satan dans les meilleures conditions, il conçu le doute (et non la capote) et il instilla ce doute dans la croyance que les Hommes lui manifestaient entièrement jusque-là. Le plan était machiavélique et, venant de Dieu, c’était étonnant. Il façonna la préhistoire et dans la préhistoire il plaça le singe. A la simple force de son regard, il fabriqua des squelettes de singes à divers stades d’évolution, pulvérisa sur leurs surface du carbone 14 et les enfouit sous terre, assez profondément pour que nul ne remît en question leur authenticité. Quand l’homme exhuma les fossiles, quel ne fut pas le doute qui l’envahit ! Ainsi naquirent des thèses, nombreuses et argumentées, selon lesquelles l’Homme descendait du singe et certainement pas d’Eve et d’Adam. Ou alors Eve et Adam étaient des singes, postulat certes conciliateur mais trop difficile à démontrer pour qu’on le retînt.
Dieu commençait à peine son entreprise d’auto-désacralisation. Soucieux de faire les choses au mieux, il s’inventa ses propres fanatiques. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne fit pas dans le froufrou. En deux coups de cuillère à pot, il les incita à créer la religion et ses pontifes cupides, les lieux de cultes démentiels, l’inquisition, les croisades, les autodafés, les messes interminables en latin et le Pape. Il n’en fallut guère plus pour qu’un courant d’antipathie s’élève à l’encontre de Dieu. Lui ricanait car il tirait les ficelles et ses doigts divins étaient habiles.
Des siècles avaient passé quand Dieu atteint son but : la croyance en lui tout puissant venait de prendre un sacré coup de santiags dans les dents. Si bien que le Heavy Metal, qui avait la mémoire courte à cause de l’alcool distillé, à dessein, par Dieu, loua Satan et rejeta Dieu à coups de solos démoniaques.

Aujourd’hui, quand la nostalgie le prend et que Dieu repense à cette époque, une anecdote particulièrement croustillante lui revient. Pour lui c’était un jour car son royaume ne connait pas la nuit. Pour l’Homme c’était la nuit car Dieu avait inventé le soleil et le sommeil. Dieu observait le Monde et le bordel organisé qu’il avait réussi à instiller quand des flammes léchant le ciel l’interpellèrent. D’un mouvement nucal, il fut à l’aplomb de la Norvège et contempla EMPEROR bouter le feu à des églises écologiques avant l’heure, c'est-à-dire intégralement bâties en bois. Belle idée, se dit-il, que j’ai eue d’inventer les arbres, la scie et l’allumette. Heureux comme le Dieu qu’il était, il avait headbangué de plus belle.

Dieu avait donc redonné l’envie au Heavy Metal. Mais le Heavy Metal enflait et enflait encore. Et il enflait tant que de nouveaux besoins nés de la mondialisation (concept que l’Homme avait inventé tout seul) émergèrent. Des nations entières découvraient le Heavy Metal et chacune favorisait un style (death, black, doom, gothique…) et parfois une adjonction (progressif, symphonique, hollywood, dépressif, happy…) le Heavy Metal n’était plus un, il était plusieurs.
Et parmi ces plusieurs, tous n’avaient pas envie de se frotter sur la cuisse de Satan. Il leur fallait d’autres sources d’inspiration.

Dieu accepta ce besoin comme un nouveau challenge.
Parce qu’il avait inventé l’inquisition, il la situa au Moyen-âge. Et il fit de ce Moyen-âge une époque troublée et obscure, enfouissant derrière ses pages les plus sombres des secrets interdits et des mythes racoleurs. Il fit des Rois et il fit des Reines, il manipula la semence des Rois de telle sorte que toujours les princesses soient sexuellement irrésistibles. BLIND GUARDIAN fut comblé.
Parce que RHAPSODY n’aimait pas lire, Dieu enfanta Peter Jackson et lui confia la lourde tâche de concevoir une adaptation cinématographique du Seigneur des Anneaux. Ainsi Dieu faisait d’une pierre deux coups : il remerciait Tolkien de l’avoir aidé à créer l’Histoire et donnait à RHAPSODY une inspiration bien plus accessible que des pages noircies de mots et de verbes conjugués au passé simple ou à l’imparfait du subjonctif.
Pour MANOWAR, Dieu prit son temps ; MANOWAR était promis à un grand avenir et rien ne devait être négligé. D’abord il créa le pétrole (plusieurs centaines de millier d’années de travail tout de même), puis les raffineries, les moteurs, les longues routes et enfin les motos. Il inventa les gros seins et la soumission active aussi mais Dieu ne se souvient plus si c’était spécifiquement pour MANOWAR ou pour l’humanité des Hommes. En tout cas, tout le monde en profite à peu près bien.
Pour MARDUK, Dieu n’est pas très fier de lui car il créa les nazis et dota les nazis de tanks assez laids, les Panzer.
Les exemples sont encore nombreux et tous les évoquer ici serait fastidieux d’autant que Dieu garde par devers lui quelques secrets, inavouables ou dangereux, nul ne le sait.

Quand Dieu eut fini de doter l’Histoire d’assez de facettes pour contenter son monde, il s’octroya une longue pause détente. Son temps fut consacré à la plus belle activité qui fût : le headbanging.
Mais rapidement, quelque chose le chagrina (Dieu en profita pour inventer la pluie) : n’y avait-il pas trop de groupes ? Et parmi ces groupes, n’y avait-il pas à la fois du grain et de l’ivraie ? Tout en se posant ces questions, Dieu venait d’inventer sans le savoir les champs, la charrue, le blé, la farine, le pain et le cheese nan (la vache qui rit avait déjà été inventée, NDLR).
Comment s’assurer un headbanging indéfectible ?

Dieu qui avait une solution à tout problème livra au monde un package impeccable : internet, Stef et Powersylv. Stef ne tarda pas à lui donner satisfaction car il inventa le site internet (eh oui, internet c'est bien beau mais sans site, ça ne sert à rien). Powersylv ne fut pas en reste : lui imagina l’introduction, le développement et la conclusion, puis la note élevée et les superlatifs, autant d’éléments qu’il condensa dans ce qu’il nomma une chronique. Deux grands esprits sont toujours amenés à se rencontrer, ainsi en avait décidé Dieu : stef et Powersylv s’associèrent rapidement et donnèrent naissance au premier site internet du monde : « Nightfall In Metal Earth » (NIME). Jour après jour, sous l’œil attentif de Dieu, NIME accueillit de nombreux chroniqueurs. Plus prompt que la gazelle que Dieu venait d’introduire dans la savane, NIME devint très puissant.
Et Dieu le regretta. Car il ne gouttait guère aux gens qui se la pètent de trop. Afin que jamais NIME ne revendique une divinité qui lui ferait ombrage, Dieu se livra à un travail de sape monumental : il inventa d’autres sites similaires, décréta dans des livres qui atterrirent comme par magie dans les plus grandes bibliothèques qu’internet existait bien avant NIME, que des sites livraient depuis belle lurette leur HTML triomphant quand NIME fut créé et que, de fait, NIME n’avait rien inventé.
Pour achever son méfait, Dieu inventa les Etats-Unis, en fit un pays très peuplé si bien que les sites américains avaient beaucoup plus de lecteurs que NIME.

Aujourd’hui, alors que Stef et Powersylv s’en sont partis voguer sur d’autres océans, profitant d’une retraite bien méritée, NIME n’est plus l’unique plus fort que tout rival de Dieu.
Mais avec ses 8600 chroniques, ses 2000 kros-express, sa « Boite A Demandes » aux dimensions de container, ses 80 000 lectures bien tassées par semaine et ses projets inouïs pour 2011, il lui reste une certitude, la plus importante : celle qu’un édito contenant « bonne année » à la fin sera lu par assez de fidèles qu’il en faut pour motiver à pondre un édito de plus de six paragraphes.

Merci de votre fidélité.
Nous vous aimons.
Bonne année.



Le 04/09/2012 par SOLEIL NOIR

Je vois cet édito par hasard un peu tard il est vrai mais quel bel édito! BAST, étant grand amateur de pensée alternative et donc en extension de cette histoire un peu torchée comme je les aime, je tiens à dire que tu viens de bien monter dans mon estime. Vraiment, bonne idée bien exploitée, juste...tu sais qu'il existe du bon rap, promis! Donne juste une chance à NOTORIOUS B.I.G (http://www.youtube.com/watch?v=rogvlB2SP4k). Je sais que tu ne vas jamais regarder, mais alors pense juste aux gens méprisables qui n'ont jamais VRAIMENT écouté du Métal de leur vie mais qui crache dessus...


Le 16/01/2011 par TONTONCLE

Le jour où c'est le Canard qui annonce sa retraite, je me petisuicide en me tailladant les poignets avec une règle en plastique...

Bon vent à Powersylv et Stef ! Merci à vous deux !


Le 15/01/2011 par JAYMZ29

Bonne année à toute l'équipe et longue vie à NIME!!
Snif quand même pour Powersylv et Steph, j'aimais bien leurs KROS!
J'espère que 2011 sera une fuckin' metal year pleine de massacres de moutons, de gobages de colombes, et d'évicération de cochons!!!!

SATAN EST NOTRE MAITRE!!!


Le 09/01/2011 par DIEU

ENYACK
God save Heavy Metal.


Je fais ce que je peux. Mais je pense que le sort du Metal (tous genres confondus, car je ne suis qu'amour du Metal) est maintenant entre les mains des hommes.

Bon, je file, faut que j'aille souffler des idées à Joey de Maio.


Le 09/01/2011 par ENYACK

Merci Dieu.
Merci NIME.

Sans vous, je ne saurais comment survivre dans ce monde d'hérétique... Merci.

Mes voeux les plus metalliques à toute l'équipe.

God save Heavy Metal.


Le 07/01/2011 par BEHEMOTH

Juste pour dire merci d'avoir créé NIME et bravo !

Happy metallic year !


Le 05/01/2011 par SATANIK SS

Le Metal est mu par la haine éternelle envers l'être humain et l'amour envers Satan, tout le monde le sait depuis VENOM et surtout MERCYFUL FATE et BATHORY. Mauvaise année à tous, bande de larves mortelles !



Le 04/01/2011 par LAMOUCHEQUIPèTE

Un édito qu'il est bien pour commencer la nouvelle année.
Long Live NIME. Amen.


Le 03/01/2011 par PIERRE1233

Quel choc, deux de mes chroniqueurs préférés qui quittent le navire ! Mais bon, c'est la vie, je vous souhaite bonne chance dans votre vie future !

Sinon, je suis très heureux et fier de faire partie de la communauté de lecteurs de NIME, selon moi bien meilleur et plaisant que n'importe quel autre site internet consacré au Metal.

Bonne année 2011, vous pouvez être certains de me conserver en tant que fidèle aussi longtemps que le site existe !


Le 03/01/2011 par DIEU

Hum... Je vois que tu as pris quelques libertées avec l'édito que je t'ai dicté Bast. Mais je le savais.
Pour la peine, RHAPSODY est devenu plus mature et a appris à lire, MANOWAR voulait faire du heavy mélodico-symphonique, et JUDAS PRIEST a annoncé qu'il tirerait sa révérence !

Et je garderais pour moi ce que 2011 vous réserve, na !


Le 03/01/2011 par MATTHIEU-1991

Bonne année ! Et merci pour ce très grand édito !


Le 03/01/2011 par HA-N

Arf, on vous aime aussi, sinon on serait pas là.

Reste à savoir comment Dieu à inventé BonJovi n'empêche...


Le 03/01/2011 par FRENCHXAV


Nooooooo (à la Luke Skywalker voyant Obi-Wan Kenobi se faire terrasser par Darth Vader dans le hangar de l'étoile de la mort)....

J'apprends la terrible nouvelle...Ils vont manquer, ces deux là...

Merci du fond du cœur à eux en tout cas, pour les nombreuses chroniques qu'ils nous ont offertes, les groupes qu'ils ont pu faire découvrir via ces mêmes chroniques à moi ainsi que, j'en suis sûr, à de nombreux lecteurs...

Bonne route à vous les mecs, qu'elle soit parsemée de riffs furieux et de solos à pleurer.

Et pour boucler la boucle : May the (metal) force be with you.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod