Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2008
Le déclin du Metal 2 : le Metal mûr
Par POSSOPO
Le 20 Décembre 2008

Mike Baker carved in stone
Par SPHERIAN
Le 3 Décembre 2008

Le Beau, le Bon et le Laideron
Par ONCLEGUUD
Le 14 Novembre 2008

La France n'est pas Metal
Par CANARD WC
Le 23 Octobre 2008

L’humour des charognes / l’éventail des impossibilités
Par AAARGH
Le 19 Septembre 2008

Fin de l'aventure
Par AKRON
Le 6 Septembre 2008

Porctrait d'un chroniqueur
Par ROOTSPACOROOTS
Le 19 Août 2008

MAIDEN mania, MAIDEN plein le cul
Par CANARD WC
Le 27 Juillet 2008

Underground et Mainstream : deux univers distincts
Par ONCLEGUUD
Le 2 Juillet 2008

Inside the Chronicors 2
Par CANARD WC
Le 11 Juin 2008

Soundtrack Of My Life
Par STEF
Le 9 Mai 2008

La parole au designer
Par HEAVY REM
Le 18 Avril 2008

Inside the Chronicors 1
Par CANARD WC
Le 5 Avril 2008

La nostalgie est l’ennemie
Par AAARGH
Le 2 Mars 2008

Le déclin du metal ?
Par CANARD WC
Le 10 Février 2008

NIME évolue !
Par BAST
Le 10 Janvier 2008

La France n'est pas Metal
Par CANARD WC le 23 Octobre 2008 Consulté 9675 fois

On est déjà le pays du pinard et de la bonne bouffe. C’est déjà pas si mal. On peut pas EN PLUS être le pays du Metal. Faut pas rêver, puis quoi encore ? Le pays des jeux vidéo et des blondes à forte poitrine ?

Bah le moins qu’on puisse dire, c’est que justement la France n’est pas une terre fertile pour notre musique chérie. Ah ça pour ressortir nos idoles moisies des années 60 à la Cloclo Johnny, on est plutôt costaud mais dès qu’il est question de brancher les grattes et de transpirer sur scène, y a plus personne.

Même un tout petit pays comme la Suisse avec le trio SAMAEL – CORONER – CELTIC FROST nous met à l’amende. Alors oui, c’est vrai, il y a eu quelques bons groupes français dans le passé. Soyons exhaustifs : TRUST (bien sûr), ADX, SORTILEGE, LOUDBLAST et puis… euh… actuellement on a quand même GOJIRA. Ça tue GOJIRA. Puis, on a aussi MISANTHROPE, DAGOBA… Quoi ? On a déjà fait le tour des groupes français ?

Ça fait pas derche face à l’armada de groupes nordiques par exemple. Peau de balle même. Je vous parle même pas de pays comme l’Allemagne ou l’Angleterre hein. Nan, moi je vous dis, rien que la Suède nous défonce en termes de nombre, d’esprit, d’importance… tout. Bref, non seulement nous n’avons quasiment rien à proposer, mais le peu qu’on propose est dans l’ensemble plutôt médiocre et ne se vend pas. C’est comme ça.

On pourrait retracer les grandes lignes de l’Histoire musicale française pour se trouver des excuses, on pourrait se plaindre des médias français et du public Metal assez restreint. Mais ce serait trop facile. Les médias ne parlent pas de notre musique simplement, parce qu’elle n’a pas de succès. Tout le monde s’en fout du Metal en France. Evidemment, comme tout le monde s’en fout, personne n’en parle et ainsi de suite (le rond sadique quoi). Un fossé spatio-temporel s’est creusé entre les Metaleux français et les médias, aggravant d’année en année l’incompréhension réciproque (je vous renvoie pudiquement à l’affaire LORDI contre Michel DRUCKER).

Moi je vous pose la question, presque naïvement : pourquoi le Metal français c’est de la merde ?

Je vois deux autres explications, soit deux petits paragraphes. Ce qui nous fera un petit I et un grand II.

1/ Le français, ça craint.

Le français n’est pas une langue facile. Tout un tas de nuances, plein de grammaire compliquée, de la conjugaison relou et une montagne de tarabiscotages qui fait notre charme. Ça fait surtout tout un tas de possibles qui entravent l’esprit et gênent la construction des tournures. Les spécificités de la langue française sont à l’opposé de l’esprit simple et direct des musiques dérivées du Rock. Des phrases courtes, une rime facile, des sonorités accrocheuses. Le français n’est pas l’anglais. Bref, on a vu mieux comme pâte à modeler. Bien entendu, il y a des exceptions. Je pense à Bertrand CANTAT ou Bernie qui ont réussi à faire de leur prononciation et du français un atout. Mais combien sont-ils à chanter si bien du Rock en français ?

Ouaaaais, j’ai trouvé une super excuse pour expliquer pourquoi on est nul. Tu parles, Charles.

L’allemand est aussi une langue assez difficile dans son genre et pourtant ça passe plutôt mieux que nous ? Bref le français – pris comme un handicap – reste un piètre alibi pour masquer un problème plus profond (talent, inspiration… ?).

Tout cela nous conduit tout droit vers le deuxième écueil :


2/ L’exception culturelle française.

La culture musicale de la France n’est pas Rock (et encore moins Metal). Le français a plus tendance à se dandiner en écoutant de la variétoche qu’à dodeliner de la tête en écoutant un bon vieux riff. Bah oui, tout est question d’éducation, c’est la base de tout. Dans un pays où le Rock français a pour représentant un artiste aussi pâle que Johnny (soit un Elvis de 4ème division), il ne faut s’étonner de rien. C’est un problème qui remonte à l’école : quelle ouverture sur la musique ont nos petits frangins ? Je ne parle pas de coller du MARDUK dans les écoles maternelles hein, je parle d’un problème d’éducation musicale. Avec une heure « obligatoire » de musique au collège pour apprendre à chanter « Frère Jacques » puis plus rien après, faut pas s’étonner. Plus globalement : quels moyens donnés aux jeunes pour apprendre ? Quelles initiatives ? Quelle éducation globale ? Les adolescents sont abêtis par des produits estampillés « Nouvelle Star Ac’ » et arrivent au lycée sans avoir écouté un seul album des BEATLES (c’est un exemple). Forte de ce particularisme, la France n’évolue pas et vit en autarcie de sa musique mi Folk mi variétoche.

J’ajouterais que le problème est quasi d’ordre philosophique : le Metal est exagération, agressivité, exubérance. Il faut y aller à fond sans sourciller, on vise les étoiles et on lève son poing comme un marteau dans le ciel. Sauf qu’en France, il y a toujours ces putains d’ironie et de second degré qui annihilent toute la fraîcheur de notre musique. Aucun artiste français ne déboule sur scène en courant comme un gamin le sourire aux lèvres, ni ne lève une épée en menaçant des dragons imaginaires. C’est pas possible culturellement. Y a bien que ces cons de ricains pour faire des trucs aussi stupides.

Sauf que le Metal est une musique intrinsèquement naïve.

Bon, allez, je vais me mettre un petit coup de BLASPHEME pour rigoler un coup.



Le 07/01/2013 par NOCTURNALPRIEST

DEATHSPELL OMEGA, PESTE NOIRE, SACRIFICIA MORTUORUM, ALCEST (et "Amesoeurs" pendant qu'on y est), SUPPLICIUM, MASSACRA, BLUT AUS NORD, AORLHAC, bref... beaucoup de groupes faisant preuve de créativité, véritables emblèmes d'un renouveau dans le Métal extrême pour certains devenus des références mondiales, rien que ça ! (je pense à ALCEST, BAN, DsO et PESTE NOIRE).

MASSACRA c'est pas du renouveau par contre, mais je pense que cela fait partie des pierres angulaires de l'extrême (ah ce "Signs Of The Decline" que je hurlais à 14 ans).

Au rayon actualité, un certain ALUK TODOLO et son double album instrumental "Occult Rock", une merveille acclamée - à juste titre - par tous les milieux alternatifs (du kraut rock au BM en passant par le post-machin à rallonge).

Le chauvinisme, c'est aussi ridicule que son contraire, n'est-ce pas ?

En tout cas cet article démontre une seule chose: le désintérêt (ou manque d'ouverture d'esprit ?) musical de son géniteur.

PS: je ne suis pas français mais c'est tout de même consternant d'en arriver à cracher dans une soupe que l'on ne prend pas la peine de goûter...^^


Le 14/10/2012 par KAIRUMON

Bel edito!

Après "La suisse nous met à l'amende"... JE suis Suisse(et j'habite en Suisse) et pourtant même chez nous le Metal est un peu Has Been (surtout de nos jours)

P.S. Tu as oublié de citer GOTTHARD et SHAKRA qui sont aussi des exellent groupes.


Le 27/08/2012 par GNARKOU


Je félicite le CANARD pour ce super édito ! (et pour tout les autres).
Je suis d'accord sur la majorité des points... Mais pas sur d'autres...
D'abord, je trouve qu'en France il y a autant de groupes de Métal et affiliés que dans les autres pays... Voire plus !
Je ne suis pas sur de ça mais j'ai l'impression qu'en France on est toujours le cul entre deux chaises...
D'un côté y a TF1 et M6 qui diffusent les fameux trucs "variétos-pop-rnb-rap-facile-etdaubesque-aseptisé-capitaliste" regardés par une bonne frange de la population (nous l’appellerons "normale franchouillarde bien de chez nous"), et de l'autre côté y a France O ou Arte et compagnie qui diffusent régulièrement des opéras, de la musique Rock ou pop "éclairée" ou "intello" ou de la musique du monde regardée par l'autre moitié (hors-métalleux== nous, ouais born to lose live to win yahou !) ...
Et tout ça réfléchit comment ? Basiquement ou de façon snob (le deuxième degré), en snobant son voisin avec pleins d'idées reçues, et ça TOUT LE MONDE le fait !

A ce stade j'ai 674 lecteurs qui se disent "c'est quoi ce snobinard de mes couilles qui racontent des conneries en trainant". Pas faux mais...

Donc je pense que c'est une des raisons pour laquelle la France ne sera jamais un pays où toutes les musiques seront médiatisées avec un égard égal (c'est beau ce que je dis...)

Parce la France est coupée en deux, et que même au sein des deux parties tout le monde se crache dessus...

Tout une moitié de la France écoute une daube infâme destinée à ce qu'elle ferme sa bouche et qu'elle ne réfléchisse jamais, tandis que l'autre moitié peste en grommelant en défendant son genre respectif et en accusant les autres...

Les mecs qui écoutent du Classique et du Jazz snobent ces bas de gamme qui écoutent du "Rap ou du Métal de bourrin et d'ado débraillé", les rockeurs ces "snobs de classiques et ces crétins de rappeurs ou de métalleux", les rappeurs "ces barbares de métalleux qui gueulent et ces snobes du classique" et les métalleux "ces andouilles de rockeurs et de rappeurs de m*rde avec leur musique aseptisée"...

Et en attendant, on continue à passer la même daube à la radio en se renvoyant la balle... Et même au sein du genre Métal par exemple, franchement, comment intéresser le public si dès que des jeunes essayent de commencer le Métal par des franges plus "accessibles" par exemple (Néo, Indus, Alternatif...), ils se font moquer et piétiner par les vieux fans de Hard de la première heure, ou les adeptes du Brutal Death qui se foutent de la gueule de ces "petits jeunes pseudo-rebelles"... (attention je n'ai rien contre personne, tous les genres se valent et c'étaient des exemples...)

Et voilà tout le monde juge tout le monde, même moi et nous tous, et on continue avec notre mental de Français à faire des débats et des préjugés sur un truc beau, profond ou récréatif, la musique. Donc ça va continuer comme ça, et arrêtons d'imaginer que les Suédois se promènent avec leurs corpse-paints au Aldi marché, ou que MAIDEN passe à la radio en Angleterre...


Le 19/01/2012 par BENJTHEKA2

La suisse vous met à l'amende, j'adore! (le Suisse qui parle).
C'est quand même vrai, venez pas me dire que vous avez un groupe comme CELTIC FROST, précurseur du Black Metal,... et venez pas non plus me parler de ETHS...
Sinon en Suisse, (7M d'habitants faut être réaliste) on a encore ELUVEITIE qui donne.. (ben oui, ils ont quand même signé sur Nuclear Blast (excusez moi du peu). Et encore, ils vous restent des groupes à découvrir, (November-7 pour les accros au Métal Symphonique, produit par le producteur de RAMMSTEIN, ils ont joué au côté de WITHIN TEMPTATION, ARCH ENEMY,.. Et au passage, personne pour faire la chronique de l'album.
Ou encore POISON HEIDI, pour les amateurs de bon Shock Rock, je parlerai aussi du groupe BLIND SLAVERY que vous pouvez écouter sur Youtube, les deux titres "Redemption" et "Third Apocalypse", extrait de leur EP.
Au final, aller la France, parce que vous êtes quand même Metal, (vous avez la bonne idée d'organiser le Hellfest), Sortez nous du lourd!!!


Le 06/05/2010 par PASTEUR G [MUYA 83]

Bon ben voilà, c’était juste pour dire… rien.
Ah si, en fait je suis tout à fait d’accord avec Moander (pas étonnant s’agissant d’un repris de justesse comme moi, semble-t-il).
En réalité j’ai le sentiment que l’on se trompe de débat, en stigmatisant la pauvreté de la scène metal française : la question renvoyant, comme souvent, ni plus ni moins qu’à une extrapolation du débat « y a-t-il un salut pour le ROCK hors l’anglo-saxonnie ? ». La réponse – un train sec – étant assez largement non. « La pop est une histoire de fantasmes, disait Greil Marcus : celui de l’artiste, celui du fan, du fan qui fantasme sur l’artiste, de l’artiste qui fantasme sur le fan. Il s’agissait de prendre les fantasmes pour argent comptant, le temps que ça durait ». Avouez que c’est plus facile de fantasmer sur des chevelus sis à 10.000 km en plein soleil que sur la « star » parigot à guitare Lag que vous risquez de croiser samedi en allant chercher vos allocs au pôle emploi… Ah la Bay Area…Nick Cohn l’avait déjà senti il y a 40 ans, dans son formidable ‘Awopbopaloobop Alopbamboom’ de 1969, ça donnait quelque chose comme « la Californie est le paradis des adolescents, c’est l’endroit pour lequel la pop a été créée. La Californie élargit tellement le concept de réalité que celle-ci devient imagination pure ». En résumé, si le dédain manifesté à l’égard de la scène rock française est peut être dû partiellement à la qualité de la production locale, je pense qu’elle est surtout dûe à l’absence d’intérêt A PRIORI du public.
Comprenons nous bien : je ne suis pas en opération sauvetage, n’ayant moi-même aucune affection pour nos glorieux représentants hexagonaux… Pour ce qui est du métal, j’afficherais le cas échéant une certaine tendresse pour des groupes comme VULCAIN ou ADX, soit l’archétype franchouillard du hard/heavy bien de chez nous, c'est-à-dire tutélaires d’une certaine industrie de proximité, par essence non délocalisable (nb : le fait qu’ADX ait poussé la naïveté jusqu’à enregistrer, pour la première fois, son 4e album en anglais – précipitant son déclin – est assez symptomatique d’une asbence criante de discernement). Hors ceux là, rien à se mettre sous la dent en ce qui me concerne. Avec le recul, avoir érigé (si si, j’en étais) NO RETURN ou MASSACRA en cadors du thrash/death « près de chez vous » stigmatise deux choses :
1) le misérabilisme hexagonal auquel nous étions confrontés (de fait)
2) un exemple d’application de la théorie de la relativité à la musique populaire et un cas indubitable de « mirage gravitationnel » dans l’univers métal (sur ce sujet les individus les plus mentalement émiettés pourront parfaire leurs connaissances ici : http://muya83.free.fr/DOSSIER/FF/ff_hierarchiedesbulles.html )

Là aussi c’est une vérité qui englobe le « rock » français dans son ensemble. Le toujours caustique Lou Reed disait dans une interview : « en France, il existe une arme qui s’appelle le canon à sons et qui produit des fréquences qui tuent les gens. Elle existe depuis 1945. C’est peut être pour ça que les français jouent un aussi mauvais rock’n’roll ». Ceci dit ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain (on a eu quand même quelques groupes fin 70’s/début 80’s, à l’identité certes franco-française mais affirmée, comme par exemple Taxi Girl, Rita Mitsouko…) et surtout ne portons pas l’assaut sur la base d’arguments fallacieux : celui de la langue par exemple. Là encore je rejoins Moander. C’est le point de vue du fan et non de l’artiste qui induit un biais dans le jugement et donc dans l’analyse. Sauf à faire preuve d’une volonté d’autopersuasion quasi risible, on ne vient pas chercher du texte dans le rock, à fortiori dans le metal. Je me dois une fois de plus de rappeler à ma mémoire les mots fort justes de Nick Cohn : « le rock ‘n’ roll était une musique tout ce qu’il y a de plus simple. L’important, c’était le bruit que ça faisait, son énergie, son agressivité, sa nouveauté. Le seul tabou, l’ennui. Les paroles étaient généralement inexistantes, des slogans simplistes à la limite du charabia. Ce n’était pas qu’une affaire de bétise ou d’incapacité de faire mieux. Il s’agissait en fait d’une sorte de code entre les teenagers, presque un langage de signes, conçu dans le but de rendre le rock complètement incompréhensible aux adultes. En d’autres termes, si vous n’étiez pas convaincu par le rock, impossible de vous raccrocher aux paroles. Il vous fallait prendre le bruit pour argent comptant, pour renoncer complètement ».
L’autre argument qui me semble douteux, c’est celui de l’éducation. Je veux bien que l’on ne soit pas particulièrement éduqué en France (triste souvenir : quand ma prof de musique au collège faisait du zèle, cela se traduisait par 5mn de calvaire au tableau à chanter "Still Loving You" devant une trentenaire de congénères roulés par terre) mais je ne vois pas bien ce qui témoignerait chez nos cousins yankees de conditions plus fertiles en matière d’apprentissage culturel… D’ailleurs chacun sa merde : encore une fois nous fantasmons sur le destin du clou post-atlantique, mais (sans avoir vérifié je mens-presse de le dire) nul doute qu’en termes relatifs sur le territoire de l’oncle S(l)am un SLAYER pèse bien peu par rapport à un Pouf Diddy ou à une Mary-J-Bleuaïdge. Non, ce qui sauve les US et en fait une base de lancement incontournable, c’est la taille de son marché local et ses facilités à l’export (canaux de distrib … et puis, oui, la langue ! Car même la merde, c’est plus facile quand tout le monde la comprend, non ? !). Si tu mixes cela avec, effectivement, une certaine posture « pignon sur rue » depuis 55 ans (et oui souvenons nous d’Elvis et son fameux « That’s Allright Mama » de 54…), la messe est dite, non ?
Bon j’ai beaucoup cité mais ça m’a fatigué quand même. Vais me coucher.

Amical grattage de plumes au canard.


Le 09/04/2010 par MOANDER

Voilà, ex-amateur de Metal (adolescence oblige, donc il y a 4-5 ans) surtout Prog ou Avant-Garde, je me suis tourné vers d'autres cieux : poésie, théâtre et musique savante contemporaine (Boulez, Mantovani, Dutilleux, Dusapin...).

Je tente de me remettre un peu au Metal et j'avoue avoir du mal à trouver mon bonheur. Déjà parce que je n'en peux plus d'entendre de l'anglais dégoulinant (diction de merde mais c'est un peu lié aux caractéristiques de la langue) avec un nombre de textes insipides... Du coup, mes anciens coups de cœur m'emmerdent royalement !

Du coup, je me suis mis à chercher des groupes chantant en français et en allemand (parce qu'intrinsèquement, ces langues-là se tiennent mieux, sont plus stables dans l'articulation). Et là, c'est très limité.

Vous vous plaignez de la pauvreté de la scène Metal française. Mais commencez par chanter en français. Ça crée une appétence, une empathie immédiate. En plus, vous bénéficiez de facilités grâce à notre bien-aimée loi Toubon.

Certes, je peux vous l'accorder, le français souffre de sa monotonie dans l'accentuation (toujours l'avant-dernière syllabe). Mais, on retrouve ce problème dans tous les genres (opéra, mélodie, chanson...), ce qui n'empêche pas de composer des choses géniales même si cela demande un travail spécifique dans la composition pour lever cette contrainte.
En outre, c'est oublié que la langue française a au moins deux gros avantages sur l'anglais :
1- C'est la langue offrant le plus de sons voyelle parmi les langues européennes, ce qui augmente les possibilités de sonorités.
2- C'est une langue plus stable, idéale lorsque l'on veut mettre en avant un texte.
Remarque : Évidemment, il y a l'allemand qui cumule plus ou moins tous les avantages, mais qui composera en allemand en France ?
Du coup, vos arguments : le français, ça ne se chante pas, ça ne tient pas debout. S'il est bien exploité, c'est génial.

Ensuite, vous arguez qu'écrire en français un texte de qualité est plus dur (comment peut-on croire une seconde qu'un francophone aura plus d'inspiration dans une autre langue alors qu'il possède moins de vocabulaire et maîtrise beaucoup moins la syntaxe ?). Foutaise. C'est juste que votre exigence de qualité quand c'est chanté en français est démultipliée. Du coup, effectivement, il faut écrire un texte valable et ça demande du travail.
J'ai lu sur un forum un type qui disait ; autant "vent noir, fer, acier" ça pue alors que "black wind, iron, steel" c'est trop bien. Sérieux, les deux sont à chier.

Pour en revenir à la scène musicale française. Vous vilipendez ceux qui aiment la variété, le slam, le rap parce que la musique est naze. Certes, mais c'est oublié que leur propos est avant tout le texte.
D'un autre côté, ceux qui veulent de la musique de qualité supérieure, parfois violente, harassante, toujours dissonante (et utilisant parfois l'électronique ou l'électrique) mais pas vide de propos... Bah, les Parisiens vont à l'IRCAM ou à la Cité de la musique (les autres, ils se démerdent). Et le Metal, même le plus recherché est très loin du niveau de ce genre de compositeurs professionnels.

Du coup, le Metal français est dans un entre-deux qui ne peut pas satisfaire grand monde. Vous en êtes conscients mais attendez illusoirement que les gens changent au lieu d'aller les chasser sur leur terrain.
Chantez en français, faites l'effort d'avoir des textes un minimum potables et composez votre musique, et il y a de fortes chances que vous intéressiez plus de gens.


Le 27/12/2009 par PSKLPT

Bijur, Bisoir,

Très bon sujet :)

Je suis d'accord pour le côté "langue française" qui ne passe pas, et je pense "à juste tiiiitre" que la raison même de ce blocage linguistique est intrinsèque à la culture française. Si la langue de Molière, celle des "grannnds diplômés"ne passe pas c'est qu'elle est le reflet de l'Elitisme français. En majuscules s'il vous plaît (et même si ça ne vous plaît pas).
L'élitisme français, c'est par exemple la prépa, les grandes écoles, la fac de "merde", les p'tit boulots que tout le monde aurait "honte" de faire....la culture de l'anti-débrouille, l'anti-entrepreneuriat. On est pris en main comme des bébés et dès qu'on est lâchés tous seuls on panique.
Cette culture française élitiste est la même qui nous pousse à renier notre passé (émotions, états d'âmes, adolescence,...) : dès qu'on évolue vers quelque chose de nouveau, de soit-disant "plus balaise", on crache directement sur ce qu'on écoutait, lisait, regardait, plus jeune...
Comment voulez vous produire quoi que ce soit quand vous êtes constamment en mutation destructive...
Et comme les anglo-saxons visent directement nos sentiments les plus profonds, les plus instinctifs, primitifs, SIMPLES, forcément la France ne peut pas suivre ces "ados débiles qui font les cons et qui gueulent dans le micro".
Bon allez je retourne écouter du classique, et près de la musique tanzanienne et enfin un disque de Pomivshu Palik (personne connaît, moi non plus)


Le 14/11/2008 par SAM

Il me semble que le problème en France vient de la définition de musique, et du manque d'ouverture d'esprit des médias comme des politiques.

Déjà, on a des quotas de "musique française" qui ont fait et font encore des ravages ; il faut savoir que juste avant les quotas, j'ai entendu Fun Radio passer du Cradle of Filth, du Megadeth, du Extreme, du Faith No More et bien sûr des tonnes de Guns n' Roses ou de Metallica.
Ça a vraiment changé quand les quotas sont arrivés et que les antennes ont commencé à faire du remplissage avec du rap / hip-hop ou de la variété française qui est en réalité de la "chanson française".

Ça m'amène à la constatation de base: la chanson, c'est pas la même chose que la musique. La chanson est axée sur les paroles, drôles, originales, tristes, déjantées... sur un fond de guitare acoustique ultra-bateau ou un accompagnement lambda. Personne ne parle de la composition dans la chanson française, d'ailleurs les chanteurs et leurs groupes (toujours des anonymes) ne sont pas ceux qui composent, on a donc des mecs qui composent de l'accompagnement au kilomètre pour plusieurs artistes. Et quand c'est le chanteur qui compose, bon ben c'est pire, c'est juste inintéressant au possible. Il doit y avoir des exceptions mais j'en ai aucune en tête là qui soit populaire sur les radios populaires (ah si, M peut-être...).

Les quelques groupes ou artistes du metal qui ont un succès international sont complètement ignorés par les médias puisque ceux-ci ne parlent jamais metal international non plus: Patrick Rondat a été dans le G3 de Satriani, Adagio est plus connu à l'étranger qu'ici avec un autre guitariste virtuose de chez nous, Gojira explose à l'étranger...

L'autre problème est très simple: la langue française est intéressante dans le cadre suscité de chanson à texte, mais elle est bien peu musicale en réalité, et s'adapte assez mal à la plupart des styles rock ou metal. Tenez, si vous écoutez l'édition limitée de l'album de Beautiful Sin sur lequel la chanteuse reprend exactement le même titre avec les paroles traduites en français dans la piste-bonus: eh ben ça fait ringard et ça sonne pas très "souple" en français, comparé à la version anglophone. C'est pas une question de paroles intéressantes ou non, sensées ou non, c'est une question de musicalité de la langue.

Ensuite, il faut avouer qu'il n'y a pas des tonnes de bon, de solides groupes français, qui impressionnent sur scène par la propreté et le coté pro de leurs prestations. Je n'en ai même aucun en tête, et des expériences pitoyables comme Misanthrope en première partie d'Adagio dans l'indifférence, ou plutôt la lassitude générale. Adagio en tête d'affiche paraissait aussi bien vert. D'autres groupes se contentent de ne pas tourner, vraisemblablement faute de promoteurs et d'opportunités.

D'ailleurs, le tout dernier Guitar Hero contient un titre français, et c'est bien sûr... "Antisocial" de Trust ! A la sortie de "Repression" où figure ce titre, j'avais 3 ans, Les gars de Metallica devaient en avoir 15, Judas Priest avait à peine sorti 1 album... Mais c'est tout ce qui reste du metal français.

Pourtant il y a un public. Les salles en France sont rarement pleines à craquer, mais rarement vides aussi, contrairement à ce que je vois souvent dans mon pays d'accueil actuel, en Suisse, ou certains groupes jouent dans de grandes salles devant quelques dizaines de spectateurs sages et calmes comme des... Suisses. La Suisse a pourtant de vrais poids lourds, Gotthard, mais aussi actuellement Gölä qui fonctionne bien.

Toujours est-il que je vais voir Whitesnake à 10 minutes de chez moi dimanche prochain, le mardi suivant Pagan's Mind et Sonata Arctica, le lendemain mercredi JORN, puis Firewind en fin de semaine... Donc il est possible de faire venir des groupes même sans énorme public.

Pour ce qui est des pays latins, je dis: Moonspell au Portugal, Rhapsody, Labyrinth ou Vision Divine en Italie, Firewind justement en Grèce... C'est pas des masses mais pas d'équivalent en France.

Finalement peu importe le pays, pourvu qu'on ait encore une offre de metal pléthorique dans les années à venir, et des concerts réguliers au moins à la capitale pour régaler les fans !


Le 12/11/2008 par EL CHORIZO

Pour moi c'est plutôt l'argument 2 qui a du sens : c'est vrai pour le métal, pour le rock, et même pour la pop tout court. Les britons, en prime time, ils avaient "Top of the Pops", pas "La Classe". Bon, ok, les allemands, eux, le samedi soir en prime time ils avaient de la musique folklo en costume, ce n'est donc peut-être pas si simple :P

Mais la question de la culture musicale se pose réellement. C'est pour ça que je passe des tas de groupes à mes gosses, depuis leur naissance. Pour leur offrir le choix. Metal, Rock, Pop. Pour que la variété n'occupe pas toute la place. Chacun est libre d'aimer ce qu'il veut. C'est juste que certains n'ont pas eu la chance / curiosité / occasion d'essayer des genres différents. Dont notre cher Metal, qui est d'ailleurs non pas un genre mais des tas de genres à lui tout seul.

Au niveau des concerts, je rejoins ceux qui trouvent que la France n'est pas très bien lotie. Je me souviens qu'à l'époque de la tournée de Maiden en 99/00 (de mémoire), il y avait par exemple deux dates à Prague et une seule à Paris (Bercy, j'y étais, y'avait Slayer en ouverture tout de même). Mais on n'a que ce qu'on mérite : la tournée précédente de Maiden comptait deux dates à Paris, les salles n'étaient pas remplies !


Le 12/11/2008 par SACRIPAN DAILYMOTION

Idée à laquelle beaucoup de métalleux ont pensée, et qu’enfin Possopo pose à plat

Pour expliquer mon point de vue, un PRÉAMBULE s’impose en politique. Juste après l'élection d'Obama à la Présidence of ze United States of América, beaucoup de par le monde veulent qu’on embauche maintenant, et systématiquement, des hommes de couleur dans leur gouvernement. Je n’ai rien rassurez-vous contre les noirs, les jaunes, les beurs, l’égalité des droits est ma plus grande passion (après les courses de chevaux et Tiercé Magazine bien sûr), mais qu’on arrête de me faire chier avec cette idée qu’il faille absolument mettre des blancs, des noirs, des beurs, des jaunes à telle ou telle place de notre société : on juge un homme à sa valeur, non à sa couleur.

De même pour le Metal Français, je préfère que la RADIO METAL FRANÇAISE soit nulle (contrairement à celle Polonaise où toute la journée, dans les grandes villes comme dans les trous paumés on peut écouter du Metal à la Radio, même du Black, aaaaaah soupir) je préfère donc que la Radio Metal soit inexistante en France plutôt qu'elle soit dirigée par ces crétins opportunistes et ces directeurs si on peut dire : "artistiques" d'NRJ qui font à la Variété Française et International le mal qu'on connaît.

Je préfère qu’aucun GROUPE FRANÇAIS n’émerge à l’International plutôt que de voir un Tokio Hotel bis nous humilier.

Et je préfère aux constances, à l'opium, aux nuits, l'élixir de ta bouche où l'amour se pavane ; quand vers toi mes désirs partent en caravane, tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis. Bon ça ça n’a rien à voir avec le sujet mais pour conclure, un coup de Baudelaire ne peut pas faire de mal

A +


Le 04/11/2008 par AKRON

C'est vrai que le français ça craint en chanson. J'y vois une explication simple : la langue française n'a pas d'accent, contrairement à l'anglais. Et si on va plus loin, la langue française s'est formée essentiellement sur une base écrite, contrairement aux langages anglo-saxons (si on prend les celtes, les scandinaves - étymologiquement le lien avec l'allemand ou l'anglais et le norrois est évident) qui ont davantage dérivé d'une culture orale (les bardes ou les scaldes qui racontaient les histoires en musique). Nous on a plutôt Rimbaud ou Baudelaire, c'est pas la même. Étrangement, les autres langues latines (espagnol, italien, s'adaptent plus à la musique, quand bien même l'espagnol n'est pas aussi modulé que l'anglais lorsque parlé). On est bien dans l'exception culturelle finalement.

Mais même dans les autres pays, les groupes majeurs chantent d'abord en anglais. Et c'est peut-être aussi parce que la rock music anglophone s'est installée en premier lieu que d'autres se sont permis de chanter dans leur langue maternelle. Autrement dit, sans ACCEPT, pas de RAMMSTEIN. Au moins, la culture populaire avait déjà assimilé le phénomène.

Le français est beaucoup plus hermétique est rigide là-dessus.


Quant au "caractère" français, je reste dubitatif. Ironie, second degré ? Bof. Les britanniques sont réputés pour leur flegme légendaire (et une cuisine aussi atroce que leur sens de la mode), mais ont offert au monde certains des plus grands groupes de l'histoire du rock (oui oui, les BEATLES).


Mais s'il est trop tard pour la génération Drucker, tout n'est peut-être pas encore perdu.


Le 02/11/2008 par DREAMER_DECEIVER

Bonsoir ,

Suis d'accord avec le canard, bien entendu la France n'est GLOBALEMENT pas métal , mais elle n'est pas rock non plus , le métal étant un dérivé du rock, il fait encore moins recette chez nous mis à part quelques rares têtes d'affiches vieillissantes (AC/DC, Iron Maiden, Metallica ...).

En France on aime se voir comme intellectuel, d'où notre gout pour les chansons dites "à textes" , le cinéma d'auteur avec ses films chiants comme la mort.

En témoigne le succès des Vicent Delerm, Cali, Sanseverino, Camille, Benabar et autre Carla Bruni.

Des chanteurs sans voix mais avec une image d'intello cyniques, désabusés, sensibles avec des textes dit "intelligents" cadrant avec la pensée dominante de notre pays.

Le rock on le tolère mais il faut qu'il soit aussi "intelligent" voir "engagé"
comme Noir Désir, Renaud, Mickey 3 D, Trust voir Téléphone.

Le cas Johnny Halliday est particulier, car en fait ce type fait de la variété et sa musique n'a pas grand chose de rock.

Dans ces conditions le fan de metal sera immédiatement snobé voir rabaissé en homme des cavernes.

Mais en fait on a appris à passer outre et à s'en foutre de la pensée générale, quitte à passer pour des gens sectaires.

J'écoute du metal depuis longtemps, les modes ou la pensée unique de mon pays n'ont aucun impact sur moi.

Et puis ne dit on pas que pour vivre heureux il faut vivre caché ?

Laissons la norme aux autres, elle nivelle trop les valeurs et les gens.

Bonne soirée aux débatteurs de tout poil








Le 01/11/2008 par JéRôME

Moi, j'achète les albums que j'aime, je n'essaye pas de savoir si le groupe en aura vendu 10 ou 100 000..

Je passe du bon temps à écouter du metal, on en parle avec les potes, on va voir des concerts, on ne s'occupe en rien du reste.

Tout ce qui passe à la radio, à la télé, dans les magasines "branchés", on s'en bat les noix, puissance 1000.

Et quand l'on voit les ventes d'AC/DC et METALLICA en France, avec Black Ice et Death Magnetic, on se dit doucement qu'il y a du potentiel, et que les choses peuvent changer.

Arrêtons de nous faire du mal, de nous poser trop de question, soutenons le metal, déplaçons nous au concerts (déplaçons nous au Hellfest, qui a une belle carte à jouer dans la médiatisation du metal en France).

Je teindrais à rajouter que la plupart des groupes de metal non absolument pas à rougir, en terme de vente, face aux artistes Reggae, Jazz, techno, world et même rap et Hip-Hop (si ça peut soulager certaines personnes)


Le 30/10/2008 par LOUVOIR

Arf, j'avoue que je me pose pas autant de questions que ça moi^^

Cette musique, je l'aime. Elle me remue les tripes, me fait taper du pieds, jouer de la air-guitar, remuer la tête comme un fou. Je connais pas beaucoup de proches qui écoutent la même musique. Je ne sais pas si j'étais norvégien si je connaitrais plus de monde comme ça. Et puis je m'en fous ! Les autres ne savent pas ce qu'ils perdent en se fermant à ce monde si particulier. Si j'étais norvégien, j'écouterais la même musique parce que tout ce que peuvent dire Drucker et compagnie, je m'en balance pas mal. C'est pas ce qu'ils disent qui me dit ce que je dois écouter. De toute manière, ça fait bien longtemps que j'ai laissé tomber les émissions musicale à la télé.

Alors que les groupes que j'écoute soient français ou non, franchement je m'en tamponne. Bon c'est vrai que j'aime bien comprendre les paroles, ça fait plaisir de temps en temps. Alors il y a Manigance. Il y a Aes Dana, c'est du français Aes Dana mais pour comprendre les paroles en écoutant la zik, faut s'accrocher. En fait, la plupart du temps, les paroles je n'y fais pas attention en écoutant du metal. Si je veux écouter des beaux textes, j'écoute pas du metal. Le rap fait mieux à ce niveau là (je ne parle pas des groupes skyrock).

De toute manière, le metal est une musique qui n'a que faire des frontières. Il peut s'adapter à toutes les cultures, c'est ce qu'on appelle le folk-metal et c'est souvent génial :)


Le 29/10/2008 par DESTIN MOISI

C'est comme ça! La France n'est pas Metal!! C'est bel et bien vrai!! ET BIEN TANT MIEUX!!!La culture française n'a jamais était Rock et ne le sera jamais!! Mais pire que ça la culture française est nombriliste et franchouillarde!! En France, écouter Noah c'est écouter du reggae! Ecouter Daho, c'est écouter de la new wave!! Et bien sur écouter Johnny, c'est écouter du rock!!C'est comme ça! Le français de base sera toujours nettement moins choqué à la tv par un jeune en survet/casquette qui balance sa haine sur du rap, que par un musicien chevelu!! C'est comme ça! Nous faisons partie d'une communauté en marge, exclue des médias, exclue de tout! Et alors? Quand on voit ce que les médias nous proposent, je suis fier d'en être exclu!! J'écoutais du Savatage dans les années 80, tout seul dans ma chambre, et aujourd'hui j'écoute Volbeat tout seul dans ma voiture en attendant mon fils à la sortie de l'école!!! C'est comme ça, rien ne changera jamais dans ce pays, nous sommes le Darfour du Rock!!! La world music et tous ses délires afro, latino, cubains ont plus leur place que notre musique, c'est comme ça!! ça fait bien!! En France, on est ouvert, on s'ouvre au monde!! Mais pas au monde du Rock!!
Mais mon frère insulaire Sisco a raison, fuyons de temps en temps notre pays et allons headbanguer au Graspop ou à Milan!!!! En 88 mes parents m'offraient Donington pour le bac, et aujourd'hui je m'offre mes festivals!!!
C'est comme ça! Rien ne change en France et moi non plus je ne change pas, fièrement!!! Laissons la France devant Bienvenue chez lez ch'tis et régalons nous devant Martyrs ou Eden Lake!!! C'est comme ça!!!!! ET C'EST SURTOUT TROP BON DE NE PAS ETRE COMME EUX!!!!!!!!!!!!!


Le 29/10/2008 par SISCO

La France, pas métal et alors ? Faut se lever un peu les doigts du cul et allez voir des concerts à l'étranger, point barre. A 20 ans, on allait à Donington avec le fric gagné à La Poste, maintenant on se casse au Graspop, en Italie, et ailleurs s'il le faut. Qui a envie de voir Laurence Ferrari présenter Ministry ? Je pense que si beaucoup de monde (oui beaucoup) écoute du hard, du heavy, du black, c'est aussi pour vivre une communauté, avec ses rites, ses rendez-vous. Si tout le monde fait pareil et en plus des Français, quel est l'intérêt ? En France on aime Françoise Hardy et Johnny Halliday et ça me convient, comme ça Michel Drucker ou Nagui ne me font pas la leçon. Pour ce qui est des Scandinaves, franchement, voir des concerts par moins 10 degrés à partir du mois de septembre, merci. Ah l'herbe est décidément bien plus verte chez le voisin. Au fait Canard WC et H Bomb, c'était pas un groupe de la mort ça, " dans les griffes d'Attila ", en voilà de la chanson à texte !!


Le 28/10/2008 par FALLEN-ANGE-HELL

En lisant ça il y a quelques jours, je me suis dit que c'est vrai, la France a peu de bons groupes metal. Mais en y réfléchissant un peu, Gojira, Anorexia Nervosa, the CNK, Black Bomb A, Eths, Dagoba, Punish Yourself ou Peste Noire, ces groupes sont français. Ok, c'est loin d'être aussi connu qu'Iron Maiden ou Children of Bodom, mais ce n'est pas rien. Mais le problème en France, c'est que les meilleurs groupes de metal sont les moins connus. La France a les oreilles bouchées, on va consacrer des magazines entiers à Cindy Sanders alors qu'un petit groupe français qui a peut-être de l'avenir se contentera d'une demie-page. 2e remarque : Les groupes français n'ont pas la grosse tête. Ils sont là pour jouer, pour vivre de leur passion et non pour gagner du fric. La France aime les célébrités qui font des choses pour se faire remarquer, pour ressembler aux Américains. Alors les jeunes portent des T-shirts I LOVE NY alors qu'ils n'y sont jamais allés. Je m'égare, alors je vous souhaite une bonne journée.

Fallen-ange-hell


Le 28/10/2008 par SCHTROUMPF GROGNON

Mauvaise idée de distinguer la chanson à texte du metal, on peut très bien faire du metal à texte. Y a qu'à écouter le premier album de High Power, bordel, la musique a des couilles, c'est rythmé, y a aucun temps mort, et dans tout ça, ils trouvent le temps de caser des paroles sensées, parfois métaphoriques, souvent directes, mais il n'y a pas de second degré et on sent que l'objectif n'est pas de se marrer avec leurs auditeurs.

Y a de quoi faire en France, on commence d'ailleurs un peu à arrêter de dénigrer notre propre scène, toujours montrée comme un ersatz d'amateurs des gros groupes anglo-saxons, ça s'arrange. Par exemple, quand je lisais "Sortilège est le Maiden français", j'étais ulcéré. Sortilège c'est Sortilège point barre. Il me semble que ça s'est arrangé avec des groupes comme Misanthrope. Je suis assez optimiste pour l'avenir de la scène française, mais encore faudrait-il qu'elle réclame sa singularité en chantant dans sa propre langue et en cultivant ses différences. Gojira, pour moi, c'est pas tellement un groupe français de ce point de vue.


Le 28/10/2008 par SLUGZORZ

Presque d'accord.

Notre bon vieux pays n'a - en aucune manière - les moyens de rivaliser avec les autres pays, sur la scène Metal (rien qu'a voir le nombre de groupe que totalise la Suède, je parle même pas de la Scandinavie entière). Ceci dit, la scène Metal commence petit à petit à surgir, avec des groupes de grande qualité, bien sur Gojira et Misanthrope (les deux gros, je dirais), mais beaucoup de groupes restent assez méconnus et ont pourtant un son de très bonne facture (Kronos, Kalisia, S.U.P, The CNK, Phazm, Aabsinthe, Demians, Trepalium, Scarve, Hacride ... et encore, j'en oublie tout un tas !).

Maintenant bien sûr, comme il est dit dans l'édito, la France est un pays où la chanson à texte prime (et je ne crache pas dessus), plutôt que celle alliant les mélodies et les textes, ou juste les mélodies. On va pas en vouloir aux papis de 70 ans de pas écouter Gojira, hein ? Ceci dit, l'émergence de l'internet permet aux djeuns de s'ouvrir à cette scène Metal et peut-être de les inspirer et de les faire devenir des grosses pointures du Metal français ?

Je suis peut-être un peu optimiste, mais la tendance commence doucement à s'inverser :)


Le 27/10/2008 par HEPTAGRAM

Je suis assez d'accord avec la chronique...
Cependant faut avouer que la scène française regorge de talents (ARTEFACT, The CNK, BALROG, BELENOS, DAGOBA, GOJIRA, KRONOS entre autres).
C'est vrai que niveau distribution c'est assez bof (même si le rayon Métal de la FNAC de Nantes grossis à vue d'oeil) mais sérieusement, lequel de nous autres métalleux n'aime pas aller voir les nouveautés et discuter avec les clients et autres vendeurs de notre disquaire spécialisé préféré?
Si la distribution était plus grande on perdrait nos avantages: regardez ce que les médias font de grands rappeurs (exemple), ils vendent leur vie privée! C'est l'avantage de la culture hardos: être connu d'un milieu restreint sans avoir à sortir avec escorte pour esquiver la foule en délire.

Je me plante peut-être mais moi je suis heureux de la méconnaissance du milieu en France, maintenant c'est à nous qui sommes convaincus de former, guider et convertir ce qui fera la nouvelle génération de chevelus.


Le 27/10/2008 par IN POWER

Je suis assez d'accord avec l'édito (même si l'argumentaire est quelque peu bancal) et la tendance générale des commentaires ici postés.
Le (petit) monde du metal en France doit concerner quelques dizaines de milliers de personnes et mis à part les grands groupes, souvent les pionniers du genre (METALLICA, MAIDEN, AC/DC...), ça ne se vend pas.

Pourtant, la question n'est pas de savoir s'il y a assez de talent sur la scène métallique française: beaucoup de groupes proposent des disques audacieux et accrocheurs.
On pâtit bien évidemment plutôt du manque de reconnaissance de cette musique en France.
Le facteur culturel est, je pense, un élément déterminant. Les Français sont de façon générale plus enclin à donner du crédit à un bon texte plutôt qu'à une bonne mélodie (héritage de la chanson française traditionnelle oblige...). La révolution pop (au sens art populaire) par l'intermédiaire des BEATLES n'est pas réellement passée en France; on n'en a que des ersatzs (ex: variétoche popisante). L'enseignement de la musique, comme il a été dit, est également à pointer du doigt; l'ouverture d'esprit n'est pas de mise et le conformisme se fait à un niveau extrêmement bas.
En outre, l'esprit Français (venant pour beaucoup des Lumières du XVIIIème) est bien plus porté sur l'introspection, la réflexion et la reconnaissance de la complexité du monde que sur les messages directs, imagés ou manichéens peut-être plus proches de la mentalité anglo-saxonne.
Enfin, au-delà même du metal, l'ensemble de la musique rock ne jouit pas en France d'une reconnaissance comme ça peut l'être ailleurs (y a encore du rock sur les radios françaises???).

Au-delà de ces raisons intrinsèques à notre cher pays, je pense qu'on ne peut faire l'économie d'une remise en cause également du monde du metal. Très peu de groupes proposent une réelle vision réfléchie et sensible du monde qui nous entoure (ce n'est pas obligatoirement une question de style, BORKNAGAR y arrive très bien au niveau du black metal). La très grande majorité nous propose une succession de clichés paroliers ou musicaux plus ridicules les uns que les autres (ex: la scène heavy traditionnel). D'autres se complaisent dans un romantisme exacerbé de jeune fille en fleur (ex: la scène goth-sympho). Certains encore se bornent à traiter d'un seul et même sujet (textuel ou musical s'entend) au risque de les confiner à des niches ultra confidentielles.
Enfin, il est vrai que le look moyen du métalleux, les discours des musiciens (souvent pathétiques) et l'image générale renvoyée (ex: RHAPSODY OF FIRE) tendent à discréditer cette musique pourtant si forte et belle à la fois. Et je ne parle même pas de ces nombreux musiciens du metal qui s'échinent à faire la musique la plus technique du monde en omettant complètement le feeling et l'émotion.

Néanmoins, l'interrogation principale pourrait être la suivante: est-ce finalement une bonne chose que le metal reste underground?
Oui certainement, si on se place du point de vue du fan (moins de risque de récupération commerciale, plus d'intégrité etc...).
Non certainement, si on se place du point de vue des musiciens....(combien de groupes ont splitté car ils ne pouvaient vivre de leur art...).


Le 27/10/2008 par ERWIN

Mes biens chers frères,

Commençons par le commencement: dans le canard tout est bon!

L'édito en forme de coup de gueule de notre palmipède préféré est pétri de qualités, que l'on soit d'accord ou pas, il a le mérite de faire fonctionner nos petites cellules grises sur ce sujet primordial qui nous passionne tous: la situation du métal dans notre bel hexagone.

Je suis la voix du vieux con de 40 ans qui écoute du Metal depuis ses 14 ans et la découverte de "Princess of the dawn" par Accept. Mais je suis aussi la voix du jeune révolté de 40 ans qui n'a jamais renoncé à ses valeurs comme à ses passions. J'ai porté haut l'étendard de notre musique tout au long de mon parcours personnel, j'ai rencontré toutes mes idoles, fait partie de moults formations heavy, des costards cravates parisiens aux cheveux longs d'aujourd'hui, des vestes patchées à mes tenues de sport, tout dans ma vie est Metal.

Alors que l'immense majorité de mes potes d'adolescence ont renoncé à la musique extrême, je reste contre vents et marées fidêle au Heavy Metal, musique de mon coeur et de mes tripes, je headbangue sur Metallica et Hypocrisy, je verse une larme sur Windir et Coroner, je tape du pied sur AC/DC et Scorpions, je saute sur place avec Biohazard, je conduis sur Lynyrd Skynyrd, je lis Tolkien sur Summoning, je cours avec Grip Inc et Samael, rien ne me rebute... Toutes les formes musicales de notre musique sont admirables ...

Mais allons plus loin, le rock, le folk, le reggae, le rap, le classique, la techno j'en passe et des meilleures, sont toutes des musiques dignes de notre respect à défaut de notre passion. Alors l'édito du canard ? Il a putain de raison! il est en colère, on sent le rebelle qui refusera de baisser la culotte devant le politiquement correct.

Bien sur que notre pays est minable en terme de Metal.
En termes de taille , la France est comparable à la GB... Tout est dit... Inutile de rentrer dans les détails, je ne vous parle pas de la Norvége de la Finlande ou de l'Allemagne, même l'Italie et l'Espagne se révèlent plus "Metal" que nous.

Alors ouais on a les Légions noires, Gojira, Dagoba, Blut aus Nord ou Anorexia Nerviosa... Super! On va aller loin avec ! Attention, j'adore tous ces groupes mais regardez leurs chiffres de ventes! PUTAIN ! LEURS CHIFFRES DE VENTE !!! Arrètez de délirer ! Personne ne se déplace pour les concerts !

Où sont les metalleux ? J'ai plein d'anciens potes métalleux qui portaient les cheveux longs et autres fringues moule burnes pour singer Harris dans les 80's et 90's, ils sont tous aujourd'hui dans la "scène" francaise genre Delerm ou autres petzouilles du même acabit, personnages plus sociaux et modes qu'artistes véritables...

Putain de bordel de merde et le Metal vous n'en écoutez plus ? A 40 ans c'est pas sérieux ? Bobonne aime pas ? C'est mauvais pour le karma du toutou ? Ca plait pas à vos beaux parents qui font chambre à part depuis 20 ans déjà ?? Volthord, je te conjure de reconsidérer ta pensée: "Quand on sera vieux..."

Le Metal est comme toutes les autres musiques les purs et durs n'y sont pas légions. Parfois je croise des ados la quinzaine, pas un drame, qui portent des tee shirts Slipknot ou Korn, et qui se la pêtent rebelle ardent,
ceux là jettent un regard étonné sur mes cheveux longs , je les admoneste souvent "écoutez autre chose les gars du sudiste, du Mélodique, du prog, du Black, du death, ce que vous voulez mais laissez tomber les poseurs, ne soyez pas des poseurs pour faire chier vos parents, aimez la musique elle vous le rendra au centuple".

Je pars dans tous les sens certes , mais c'est uniquement pour stigmatiser le problème auquel nous sommes confrontés en France : les jeunes ne sont pas éduqués dans la musique comme en Allemagne aux USA ou en GB, la musique ne se rattache à aucun courant social moral ou religieux, la radio cartonne de la merde, les TV tuent dans l'oeuf toute vélléité créatrice en nous atomisant les neurones avec les "nouvelles star acaca" .

Culturellement , la France n'est plus un leader mondial! La bonne preuve!

Drucker est un imbécile bien pensant dont la culture est à la hauteur de ses ambitions, être le roi du PAF dominical... Il aime les petits chiens et le vélo, et agite un sacro saint monde de lobbyiste pour obtenir des exclus avec Carla... N'attendez pas d'un tel trou du cul une quelconque tolérance à l'égard d'un monde qui lui fait peur, il ne se branle que devant des tas de pognon.

Je suis d'accord avec le coin coin sur le francais langue morte en terme de musique... Pas génial.

Pour conclure , je dirais que le problème tient en quelques arguments: les Francais sont des infidêles à leurs valeurs, ils sont plus attirés par l'argent et le pouvoir que par la passion ou la tolérance, ne sont pas prêts à mourir pour leurs idées, sont de piètres hommes de confiance, des champions du monde de la délation et de la collaboration en tous genres.

Or , le métal est le symbole d'une musique honnête et rebelle, qui se dresse comme un rempart face à une déferlante de médiocrité estampillée top50... Seuls les purs et durs la feront survivre et je ne vois que cela dans les forums nimiens quelques soient les idées pronées, peu importe nos opinions seule compte notre dévotion à notre musique.

La France ne sera jamais une terre d'accueil du Heavy metal, nous serons à jamais des rebelles dans notre pays, c'est comme ça.

Vous me trouvez idéaliste et réveur, que mon discours ne mêne à rien? Comme dis Ice-t: "SUCK MY MOTHER FUCKIN DICK"


Le 26/10/2008 par JOVIAL

La France n'est pas Metal ? Oui et non.
Au niveau du public "Metalleux", je pense que la France est quand même bien fournie...
Au niveau des groupes, elle l'est tout autant...
Au niveau de la promotion... C'est là que ça coince.

Je ne sais pas si certains d'entre vous ont l'occasion d'aller dans de petits concerts regroupant des groupes connus juste localement... Et bien quand je vois certaines de ces formations sur scène, ce qu'ils sont capables de produire en terme de créativité, c'est aberrant de savoir qu'ils ne sont pas connus au moins au niveau national... Pourquoi ? Parce que les grandes compagnies ne sont pas intéressées par des groupes produisant quelque chose d'un peu violent, d'un peu trop novateur... Les firmes préfèrent investir dans de bons groupes bien commerciaux, genre BB BRUNES pour le Rock par exemple.

Mais le Metal n'est pas non plus le seul à en souffrir, le Rap par exemple (je viens de perdre 357 lecteurs), les grandes compagnies préfèrent encourager des bonnes merdes comme Diam's, pseudo-rebelle qui "vont plaire aux jeunes" plutôt que d'encourager de jeunes groupes, jugés trop créatifs, soit parce qu'ils ont osé mélanger Rock et Rap, les deux extrêmes, soit parce que leur chanson ne parle pas de la police, du racisme ou de l'amour...

Le problème ne vient pas des groupes ou du public, seulement des compagnies...


Le 26/10/2008 par JONATHAN HUDON

"La France n'est tout simplement pas rock... Le hard rock et le heavy metal y sont globalement perçus comme des avatars de l'adolescence au même titre que l'acné et les cheveux gras: un mauvais moment à passer pour la famille et l'entourage immédiat... "

Tu m'étonnes, un pays soumis à l'esclavage du travail et du "bon goût". Un "rien" choque la majorité fragile et "productive" de ce pays. Alors ce n'est sans doute pas pour demain que vous allez avoir droit à une scène solide....

De la part d'un québecois...


Le 25/10/2008 par FEELGOOD

La France n'est tout simplement pas rock... Le hard rock et le heavy metal y sont globalement perçus comme des avatars de l'adolescence au même titre que l'acné et les cheveux gras: un mauvais moment à passer pour la famille et l'entourage immédiat...
Le parcours d'un Renaud Hantson (ex-Satan Jokers pour ceux qui ne connaîtraient pas) est révélateur... Du hard rock à la variété...
Dire - ou plutôt oser dire, dans notre beau pays - que l'on écoute du metal constitue souvent un véritable suicide social (que ce soit au lycée ou plus tard au boulot), cet aveu s'apparentant à une sorte de coming out...
Alors, on peut certes se rassurer en constatant que la scène metal française est riche: il ne s'agit pourtant - quelles que soient leurs qualités musicales - que de groupes officiant dans l'underground et ne plaisant qu'aux amateurs du genre, fans d'extrême et de Black. Pas de quoi intéresser le Français de base plutôt branché chanson à textes (dans le meilleur des cas), variété ou dance éphémère. Quant aux amateurs "éclairés" de rock (les fans de U2 et autres Radiohead), ils méprisent allègrement les métalleux, prolos bas du front illettrés, avinés (???), affreux, sales et méchants.
J'écoute du hard rock/heavy metal depuis près de 30 ans et cette musique n'a que très rarement marché par chez nous. Le seul tube français de Kiss demeure I Was Made For Lovin'You (extrait de Dynasty). Un morceau disco...
On se souvient aussi du triomphe de Scorpions avec Still Loving You, slow de l'été 1984.
Il aura fallu que Van Halen et Europe se mettent aux synthés pour plaire à nos concitoyens: le Jump de Van Halen a bien marché en 1984 et Europe a cartonné avec The Final Countdown, classé numéro 1 du Top 50 pendant plusieurs semaines en 1986!
Aussi respecté que soit ce groupe, un album de Maiden ne se vend guère qu'à 100 000 exemplaires en France. Les Français connaissent davantage la trombine d'Eddie, popularisée par les T-shirts des fans que la musique de Steve Harris. Quant aux ventes de Judas Priest, elles sont insignifiantes. Exemple édifiant: le mythique Painkiller ne s'est initialement vendu qu'à 30 000 exemplaires.
Rares sont les groupes estampillés hard rock/metal à avoir des chiffres de vente conséquents sur le marché français: AC/DC, Metallica, Maiden à la rigueur, Guns N'Roses à l'époque des deux volumes Use Your Illusion (dont les ventes cumulées ont dépassé le million d'exemplaires), Trust au début des années quatre-vingts...
N'oublions pas que tout ce beau monde a été coiffé au poteau par un "petit" groupe de Seattle nommé Nirvana (bête noire de nombreux métalleux) dont le Nevermind s'est vendu à environ un million et demi d'exemplaires chez nous (In Utero a dépassé le cap des 500 000).
On me rétorquera bien sûr que la qualité ne se mesure pas au nombre d'exemplaires vendus. Certes, mais ce paramètre permet indéniablement de juger de la popularité d'une musique.Et il est clair que le metal n'a définitivement pas la cote en France, ce qui ne l'empêche pas, de temps en temps, de moins mal marcher que d'habitude, au tout début des années quatre-vingts, par exemple, ou à l'aube des années quatre-vingt-dix, avant que le grunge ne lui porte un coup fatal. Quant à l'apparent regain de popularité du genre, il me semble essentiellement basé sur l'effet nostalgie, comme en témoignent le succès du dernier Metallica et du Black Ice d'AC/DC. J'estime pour ma part à environ 50 000 les vrais amateurs du genre, ce qui fait peu dans un pays de plus de 60 millions d'âmes... Aussi passionnés et sincères soient-ils, ils ne pourront jamais convaincre les foules, étant eux-mêmes affiliés à différentes chapelles parfois antagonistes. Et puis, cette relative marginalité n'a pas que des inconvénients, celle-ci permettant d'une part le maintien d'une certaine intégrité musicale qui permet à notre style de survivre et, d'autre part de préserver un hermétisme salutaire et de bon aloi...


Le 25/10/2008 par ACE OF SPADES BOY

@ AERONTH :

En mars prochain vous avez droit à JUDAS PRIEST, MEGADETH et TESTAMENT en un concert ! Alors commencez pas à chialer, parce qu'en Suisse, on y a pas droit ! Pareil pour AC/DC : Deux dates, alors que pour la Suisse, une seule qui a mis du temps à venir !

Je pense que le fait de vivre dans votre pays vous aveugle : vous avez une belle scène metal, certes pas aussi grande que les USA ou l'Angleterre...
Alors certes on en parle pas partout, mais perso je préfère que mes groupes aient du succès ailleurs, qu'ils aient un public pas composé de minettes en chaleur et qu'ils en parlent chez Drucker...

Et puis est-ce si important ? Le metal n'est pas une compétition à ce que je sache...

Ahlala sacré Canard, toujours à faire des éditos choc !


Le 25/10/2008 par VOLTHORD

Allez je vais me lancer.
J'aime bien l'édito du Canard pour son côté "fuck-off-coin-coin", même si je suis pas méga d'accord avec lui sur deux trois points.

La france n'est pas "metal"?
Non. La France n'est pas ASSEZ metal. Je vais essayer de faire bref.

Comme le disent AES et d'autres, Canard court-circuite un peu toute la scène extrême française, qui, bien que n'étant pas l'une des meilleurs du monde, recèle quand même de vrais petits génies, on peut citer AES DANA, ANOREXIA NERVOSA ou PESTE NOIRE pour faire court. Rien que cette triplette vaut tout autant que la triplette Suisse citée dans l'article.

Donc d'un point de vu strict de la musique, de nos groupes et des sorties françaises actuelles (AKPHAEZYA Bordel !), on a pas franchement à se plaindre, même si ça pourrait être mieux (comme je l'ai dit moultes fois, pour moi le problème des groupes français, c'est qu'ils ne vont pas assez loin dans leurs idées et nous frustrent assez souvent).

Concernant l'argument de la langue, je le trouve un peu bancal : le Finnois est la langue la plus compliquée d'Europe, elle ne sonne pas Metal (elle sonne pas tout court d'ailleurs), et pourtant la Finlande est l'une des écoles métallique les plus productives (et certainement LA plus constante du monde).

Par contre, là où je plussoie A MORT, c'est pour l'argument culturel.
La réaction de Michel Drucker lorsque LORDI a gagné l'Eurovision résume tout ce que Canard WC. La mentalité française est conformiste et bien pensante, et l'on accepte les cultures parallèles:
1/Quand les artistes sont morts
2/Lorsque les intellos de 50 ans se disent que finalement, dans leur jeunesse, ça, c'était plutôt cool... je connais quelqu'un qui a fait une thèse sur les simpsons en fac d'anglais...12/20 et pourtant bordel qu'est ce c'était bien foutu ! Un autre qui s'est branlé sur Shakespeare a eu 15 direct.

Quand nous serons à notre tour devenus des vieux cons, j'ai presque aucuns doutes qu'en bons franchouillards on réagira pareil devant les nouveaux genres.

C'est exactement pour la même raison que le cinéma de genre français a énormément de mal à se lancer. En Espagne, quand un Del Toro sort un film, ça fait le 20h. En France, quand Martyrs sort, les Cahiers du Cinéma et tous les bobos de service de Première et Ciné Live comprennent rien et déscendent le film en flèche.

La France est un pays de vieux cons et de gens qui dégueulent de préjugés à vu de bite. C'est pour ça que le Metal est toujours dans les caves, les petites salles et sur nos t shirts.

Ca ne veut pas dire qu'on fait pas des trucs chouettes. Ca non. La France EST metal, elle manque simplement de reconnaissance.


Et pour répondre à quelques commentaires :

"Mais tu crois qu'en suède les mecs se baladent en bracelet à pique avec maquillage de rigueur dans la rue ? La majorité des suédois sont aussi Metalleux que ma grande-tante."
Justement non ! Mais pour avoir vu HAMMERFALL sur une place PUBLIC jouer dans un festival de ville GRATUIT avec un monde fou, je peux t'assurer que ça fait réfléchir. Les pouffs vont aussi voir Hammerfall là bas, tout le monde laisse pisser, c'est feune et ça mange pas de pain. Quand j'ai débarqué à Stockholm cet été, il y avait le concert de Maiden en soirée...un gars sur 10 avait un tshirt, c'était impressionnant ! Mais vraiment un truc de malade!
Donc si les métalleux tout noir avec toute leur ferraille et compagnie ne sont pas plus fréquents qu'en France, le Metal est bien plus intégré, et le suédois lambda a bien quelques trucs de hard rock sur son DD.

Le metalleux français a envie de se faire reconnaître comme tel. En Suède ils ont peut-être moins besoin, dans un sens, ils ne sont pas "metalleux" parce que pour eux, ça n'a pas forcément de sens, les fans hardcore de metal, il y en a autant qu'en France, les gens moins concernés sont plus curieux, c'est tout.


Le 25/10/2008 par JéRôME

N'oubliez pas le groupe de Heavy metal Français, NIGHTMARE, qui sort des albums de grande qualité (avec une bonne production en plus).


Pour moi la scène Française n'est pas si pauvre, il y a, la scène Black metal, énorme, mais aussi pas mal de très bons groupes qui s'en sortent avec les honneurs malgré le manque de publicité (jamais de couverture de magasines spécialisés avec des groupes Français par ex).


Encore quelques groupes à rajouter : SUP, THE OLD DEAD TREE, MANIGANCE.


Sinon sur le point de vue "notoriété", oui, le metal en France est à l'amende par rapport aux pays nordiques, à l'Allemagne et même par rapport aux pays de l'Est.

Mais bon, j'ai espoir que ça s'arrange, nous avons enfin notre gros festival Français, le Hellfest, et de plus en plus de groupes parviennent à jouer au Zénith.

Avec un peu de chance, d'ici quelques années, on y verra plus clair.


Le 25/10/2008 par DAHRAR

Pour les chansons en langue française, il faut un tant soit peu de talent ou de volonté, il y a d'ailleurs une démo de "Forbidden Site" qui vient juste d'être publiée sur le site.
On n'a jamais été bien représenté en France par le rock, il n'y a qu'à voir un groupe comme KYO, qui est taggué comme étant des rockers rebelles.
Au niveau black metal, même si ça reste très underground, on a une scène dans le sud qui commence à se construire.
Quand je regarde autour de moi, il y a une telle fermeture d'esprit, le Métal est totalement méprisé, on le voit plus comme un défouloire pour ados, que comme une vraie musique. Les gens préfèrent la facilité d'un pur produit de consommation comme le RnB, (on nous passe une chanson durant 1-2 mois et en qques semaines tout le monde l'a oublié pour laisser place à une autre,...) plutôt que de s'adonner à essayer de comprendre ce qui fait que l'on peut qualifier le Metal de musique.
Le Metal ne sera jamais supporter par les médias, sur les chaînes de musique il faut attendre 00h00 - 01h00 du matin pour espérer voir qques clips, ce qui arrive un fois par mois, si ce n'est moins.
Notre musique préférée est consignée à faire partie de "l'underground" de la musique française, et je trouve ça pas plus mal.


Le 25/10/2008 par VOLPINO

Ah ben justement, JUDAS PRIEST est au zénith de Paris le 21 mars prochain ;)

A propos de la scène metal, étant jeune, belge et inculte, je ne connais que TRUST et...et...et ben c'est tout en fait...

Keep The Faith, le futur réserve peut-être de bons artistes à la France !


Le 25/10/2008 par AERONTH

@ Draxx : La France bien lotie en concerts ?
Et c'est quoi un "grand groupe" ?
Depuis combien de temps est-ce qu'on n'a pas vu MANOWAR ou JUDAS PRIEST tourner chez nous ?
Rien qu'avec ces deux-là en moins, non, désolé, c'est minable en France.


Le 25/10/2008 par DEADCOM

Le Metal n’est pas la tasse de thé des médias en France car l’écart est grand entre le succès du Metal en France et celui du Metal français. Depuis toujours, la France accuse un retard de dix ans face à ses voisins (ou concurrents) anglo-saxons et nordiques. Mais c’est aussi un formidable vivier de formations qui carburent depuis les années 80. De TRUST à GOJIRA, l’évolution est notable.
Mais seul la mentalité française reste la même : Les gens restent cloîtrés dans cette bulle de produits bons marchés (où il est bon de distraire les gens de conneries inoffensives) ils avalent ainsi la pilule plus facilement, lobotomisés, ils sont dans l'incapacité de juger autre que « satanique » ou « bruit » une musique qui reflète bon nombre d'aspects encore inconnus du grand public. Quelle misère!
En fait, le Metal est et restera un univers underground, confiné dans ses bastions avec ses fidèles serviteurs et tous ses fans qui se massent par milliers pour jouir de décibels. Le succès du festival HELLFEST est à ce titre indéniable… Malgré ce retard, je pense que l’on peu être fier de tous ces groupes qui ont surfé sur la vague d’année en année, de décennie en décennie. Ils ont côtoyé les plus grands (principalement aux States). Ils se sont faits connaître dans d’autres hémisphères, sans rougir pour autant et sans crier gare.

Aujourd’hui, la relève est assurée, GOJIRA cartonne et les challengers PIN-UP WENT DOWN sont là et occupent une place prépondérante dans une scène toujours changeante. Honnêtement, cela ne tire pas de larmes de ne pas voir MISANTHROPE ou BENIGHTED au 20 heures ou en prime-time dans une émission de télé-réalité : Metal Academy (imaginez un peu le bordel) et ce n’est pas plus mal après tout.
Ne mélangeons pas les torchons avec les serviettes et on ne donne pas de la confiture aux cochons, qu’ils continuent donc à s’abreuver de cette merde commerciale… Nous on sait ce que l’ont veut. Le Metal est assez bien implanté en France pour jouir sans retenue de notre musique préférée, c’est ça le plus important.

Longue vie à la scène Metal française \m/


Le 24/10/2008 par OLIV

Voilà un édito bien triste mais vrai. Le Metal a pour les Français l'image d'une musique bourrin (SLIPKNOT) alors que c'est à la base une musique très riche. Parmi les personnes que je côtoie qui se disent "Metalleux", pas un ne sais la définition de "Thrash Metal" par exemple (et le seul groupe qu'il connaissent de ce style, à savoir METALLICA (évidemment), ils le comparent à du MANSON ou du SOAD)

Le public Metal est très refermé je trouve. Et c'est bien dommage !


Le 24/10/2008 par IORI

Ça a toujours été comme ça ici. Le Metal a une mauvaise image et les gens ont beaucoup de préjugés dessus (pour eux le Metal c'est un truc de bourrin genre SLIPKNOT et MANSON). Je me rappelle à l'époque ou je m'y suis mis, des proches essayaient de m'y interdire en me disant que c'était de la musique "satanique" de "fous", et au collège, c'était souvent des moqueries. Ça résume un peu tout. Les gens ici ne sont pas assez "ouvert".


Le 23/10/2008 par MEFISTO

Nous, au Québec, ça craint aussi. À part Montréal et Québec, bien entendu. Pourquoi ça craint? Comme tu l'as si bien dit Canard, le manque de pub. Je parle de Métal à mes copains, ils partent à courir, idem avec mes collègues pincés. Seule ma conjointe a une oreille aiguisée en frais de Métal Sympho, mais pour le reste, elle résume tous les autres styles comme ça: "gueulage". Ce qui me fout en rogne à chaque fois, mais bon...

D'où viennent ces préjugés? Bien entendu, l'éducation. L'habitude. Le développement de l'oreille musicale. L'ouverture d'esprit.

Qu'est-ce qui n'aide pas? Les saloperies de concours. Star Académie draine tellement de fans docilement niais qu'il n'y a plus beaucoup de place pour l'ouverture à d'autres styles.

Alors mon point de vue? Les pays où le Métal est fort sont avant-gardistes et jouissent d'une culture profonde. Et cela ne les empêche pas d'écouter du ska, du new wave, du country, du rock, du classique ou du rap. Seulement, ils ont compris que dans le Métal, il y a la recherche et la quête de l'absolu. Et grâce à certaines formations, nous l'avons atteint cet absolu, nous les Métalleux.

Il faut se rendre à l'évidence: le Métal n'aura probablement jamais une place de choix dans une société de consommation qui gave ses citoyens de navets à jeter après écoute. Ils jettent et sont prêts pour autre chose. En Métal, c'est un peu la même chose. Sauf qu'on reste marqué par les albums, car ils viennent jouer les malaxeurs avec nos oreilles et notre âme perdue.

Ainsi soit-il, Amen.


Le 23/10/2008 par HERJANN

Je ne vois pas non plus l'intérêt de se comparer à d'autres groupes d'autres scènes. Un seul autre pays au monde aurait-il pu engendrer PESTE NOIRE ? Ce mélange de paroles directement issues de notre patrimoine fondues dans une orchestration primitive et dissonante ? Un Point pour nous donc...
Et le génie d'ultra vom... NON désolé je rigole bien sur.

Ensuite si les légions noires sont typiquement Française de par leur arrogance et leur élitisme nous pouvons extraire MUTIILATION de ce tas de moisissures atroces et ne pas avoir honte d'affirmer que chez les Blacks Metalleux amateurs de Black du monde entier, ce groupe a une empreinte et ne fait pas pâle figure (BLUT AUS NORD et DEATHSPELL OMEGA peut-être également). Cet argument est profondément contestable car il concerne une branche extrême du Metal mais enfin si on ne parlait pas de Black, que feraient les Norvégiens ? (je n'ai pas dit qu'ils n'avaient pas de ressource ailleurs).

Enfin ma conclusion est plutôt simple :

Le Metal Français a une chance assez nouvelle de s'imposer de part le monde (ce n'est pas un but en soi, nous parlons bien de musique mais puisque l'auteur de l'article entame ce sujet). En effet Mr Canard WC avait publié un petit article sur la mort toute récente du Metal (1970-2000 RIP) et fort est de constater que le Metal a en effet comme ses groupes "phares", bien du mal à se renouveler. Vous me direz après THE LIBERTINES (incontestable) et les WHITES STRIPES (contestable) avons nous vu quelque chose de Rock et planétaire ces dernières années chez nos amis Rockers (peut-être STROKES mais enfin les rois comme IRON MAIDEN chez nous, reste les STONES chez eux).

Voilà donc qu'une grande place nous est laissée (GOJIRA et DAGOBA qui reviennent de 300 dates aux US avec MACHINE HEAD et LAMB OF GOD le prouvent, même si je ne suis pas fan de leur musique). Voilà, moi je table sur une émergence peut-être pas généralisé mais à prendre sérieusement (je l'espère) en compte du Metal Extrême. Nous ne sommes pas assez "buisness" pour avoir fondé le Néo et cette merde d'Emocore. Comme si derrière ce sentiment de soi-disant supériorité intellectuelle, nous manquions de burnes.
Ainsi le Metal Extrême intelligent est peut-être le domaine qui nous convient le plus (comme le Black Metal froid l'est chez les brûleurs d'églises). Ce n'est donc pas étonnant d'avoir déjà entendu le nom de PITBULLS IN THE NURSERY sur un commentaire mais enfin il n'y a certainement pas que ça.

Nous pourrions parler d'ARCTEFACT qui a un potentiel technique et de compositions extraordinaires gâchées par une mauvaise balance entre innovation et réel émotion (ce n'est que mon avis). Nous avons aussi un groupe Prog également de Nice SPHERIC UNIVERSE EXPERIENCE qui se porte très bien (mais pourrait aller plus loin). ANOREXIA NERVOSA était un bon début trop vite stoppé. BENIGHTED et KRONOS semble avoir un sacré succès même si je n'apprécie pas leur musique à 100% (beaucoup trop de Death dans le Metal !! Stop !).
Je pense que dans le Black ça devrait bouger (10 ans de Death ça commence à casser les burnes) donc soyons le plus confiant et ne soyons pas con, achetons les albums, allons aux concerts (qui ne sont pas des foutages de gueules… revendez ULTRA VOMIT car nous avons besoin de Metal en tête d'affiche mais pas de guignols...).

Souhaitons-nous bonne chance (après tout, la scène Black Québécoise émergente nous piquera peut-être notre place mais ils parlent Français et on n'est plus à ça près...).


Le 23/10/2008 par DRAXX

La France pas Metal ?!

Il faudra se poser cette question quand tous les grands groupes arrêteront de poser des dates de concert chez nous...


Le 23/10/2008 par KING OV THE DEAD

"La culture musicale de la France n’est pas Rock" : je remplacerai "France" par "pays latins". Quels pays en Europe ont proposé la crème du Metal depuis ses débuts ? Le Royaume-Uni et l'Allemagne, des pays saxons bien approvisionnés en culture américaine (merci le plan Marshall pour la R.F.A.).

Le problème de l'éducation musicale est un fait, également. Le pays est très fier de sa période "Salut les copains" où tout le monde est gentil ; il ne veut pas l'oublier, encore moins la renier. Les médias sont là pour renouveler les mièvreries et les générations.

Gros souci : le Français se complait dans les clichés. Tout le monde ici a expérimenté.


Le 23/10/2008 par GUIGUI

Moi j'ai l'impression que la scène Black Metal est en forme en France.
C'est même une véritable explosion.
Et ça ne va certainement pas servir l'image du Metal (en général) puisque les Français en on gardé l'aspect menaçant, satanique en puissance, très bruyant et la super popularité du Black chez les jeunes n'a fait qu'aggraver les choses !

Quand les parents voient des reportages sur des cimetières tagués de signes sataniques, ou qu'ils entendent la musique Black qu'écoute leurs gamins, ils ne vont certainement pas porter ce genre dans le cœur, tant musicalement qu'idéologiquement.
On ne les aide pas à comprendre que le Metal c'est des dizaines de sous-genres différents (dont peu sont franchement violents), que c'est une musique très riche, que c'est juste une grosse déconnade quoi !
Et que le satanisme, c'est pour le folklore ! Après on en arrive à des trucs terribles mais compréhensifs où des colloques sont organisés par les "grands" avec des vidéos et tout pour dénoncer cette "musique horrible qui égare les jeunes".

Si le Speed ou le Heavy dominaient le Metal Français plutôt que le Thrash, le Death et le Black, ce serait peut-être autre chose. Pour l'image en tout cas car c'est vrai que le Metal n'a jamais fait vraiment partie de la culture Française ! Et pourtant il a le potentiel pour supplanter en terme de qualité, et de très loin, les machins qui passent tous le temps à la télé et la radio. Les gens détestent ou méprisent le Metal alors qu'ils ne le connaissent pas. C'est triste.


Le 23/10/2008 par ATOMDOOM

La France est-il un pays Rock tout simplement ? Non ! Johnny et consorts font de la variété... Il y eu/a bien sur des groupes Rock en France comme (je vais limiter) VARIATION, LITTLE BOB STORY, GANAFOUL, la vague Metal des années 80, GOJIRA... Mais malheureusement une bonne partie de ces groupes chantait en français et franchement - à part quelques exceptions comme ADX - la tonalité/musicalité de notre langue ne passe pas avec cette musique (idem avec le Blues ou la Country...) enfin ça ne passe pas à mes oreilles comme l'italien aussi...

Un autre argument : actuellement je suis en formation dans un groupe de 14 personnes d'âges différents et la musique est venue sur le tapis pendant une pause et j'étais le seul à aimer le Rock (tous styles confondus) et j'ai eu droit à des rictus et aussi à ce commentaire "ACDC beurk !!"... Et c'est pas la première fois, au boulot j'ai eu droit "LED ZEPPELIN, c'est bon quand on est jeune !!" (sans commentaire).

J'habite prés de la Belgique et quand je vois le nombre de concerts - petit ou important - ça confirme mon opinion sur l'importance du Rock en France. Mais bon, il y tout de même de bons groupes en France et de bons concerts (de plus en plus rare en province) et des passionnés !


Le 23/10/2008 par DA

Tiens, cet édito m'a tellement fait rire, que pour une fois j'vais poster, tiens.

AES donne une liste de groupes qu'on pourrait encore rallonger.
BRAN BARR, STILLE VOLK, et toute la scène de Folk ou Pagan BM, c'est du pipi de chat ? Des groupes de Metal Extrême y'en a pléthore. Certes tous ne sont pas bons, certes ça devient surchargé, mais bordel le nombre de groupes, distros, labels qui émergent ça donne pas du courage ? C'est pas une preuve de bonne volonté ?

Et puis tu as aussi, toute la scène Grind, Death... Qui est bien vivace, feu GRONIBARD et ULTRA VOMIT en sont de dignes représentants...

La France n'est pas Metal ? Mais tu crois qu'en suède les mecs se baladent en bracelet à pique avec maquillage de rigueur dans la rue ? La majorité des suédois sont aussi Metalleux que ma grande-tante.
Les médias encensent le Metal ? Les gens s'en foutent ?
Franchement, tant que les Metalleux continuent de s'occuper de leur scène, que les groupes continuent de tourner et de rentrer en studio, alors on peut pas dire que le Metal en France soit mort et enterré.
Et puis il n'y a pas que le Metal dans la vie, tu sais le monde du rock est vaste, les musiciens se tournent de plus en plus vers le post-rock et tous ces styles qui émergent et évoluent...

... Ca fait quand même deux fois que tu fous un édito ridicule.
Pourtant tu manques pas de propos, d'opinions ou d'arguments ; j'aurais même plutôt tendance à être d'accord avec toi cette fois, mais tu pousses tellement tout à l'extrême qu'on dirait que pour toi le fait que les groupes de Metal extrême ne passent pas au 20 heure est une aberration. Tes propos sont toujours exacerbés, emportés, et ça t'enlève toute crédibilité.

Comme pour ton édito sur IRON MAIDEN, j'ai eu l'impression de lire un gamin de six ans à qui on a volé son argent de poche.


Le 23/10/2008 par NEOW

Il existe peut-être une scène Metal française, mais elle reste quand même ultra underground. Quel groupe de Metal français peut se vanter de marcher un minimum ? TRUST à son époque, GOJIRA aujourd'hui mais ça reste entre Metalleux et ça n'a aucunement la notoriété atteintes par des groupes étrangers...
Et pourtant en marchant dans la rue, on en voit régulièrement, de jeunes gens aux cheveux longs arborant leurs sweats aux obscurs noms d'obscurs groupes de Death (obscurs oui) !

Soyons honnêtes, AES nous cite pas mal de groupes, seuls les Hardos les plus acharnés les connaissent. Et en-dehors de nos frontières, je n'ose pas imaginer (quoique peut-être... !)

Exception culturelle française, je suis d'accord avec le Canard. On est comme ça ici, on aime pas ce genre de choses bien trop méchantes, trop... pas françaises. Oui, on est chauvin. Alors que les pays scandinaves ont leurs groupes Metalliques fétiches en tête des charts, nous on a Christophe Maé, Bénabar, et une quantité hallucinante de R'N'B à la con... On préfère forcément quand c'est sage, bien de chez nous, et bien dans nos traditions ou dans celle de nos banlieues. Les autres ont beau avoir leur merde, eux aussi, j'ai souvent la sensation que question musique c'est mieux ailleurs.

Elitiste, le Metal ?
Enfin, tout n'est pas forcément perdu, METALLICA et ACDC auront bien cartonné cette année.


Le 23/10/2008 par BADNESS

Mouais... Snif, pourquoi je ne suis pas né ailleurs ^^

C'est vrai que les Français sont coincés du riff, c'est pas forcément une question de langage. On écoute du violent, mais de là à s'éclater dans son garage avec un ptit groupe de Métalleux, à se secouer la tête jusqu'a s'en décrocher la nuque... Nan nan, et pourtant tant de groupe pourrait montrer une nouvelle image du Metal Français, hélas percer dans le domaine de la musique n'est pas chose aisée, même en étant un parfait compositeur avec des riffs à se débourrer le slip...


Le 23/10/2008 par ARNO

Quel est l'intérêt de cet édito ???
Se faire passer pour une pauvre malheureuse victime de son bon goût et de son élitisme ?
Franchement, ça rappelle un peu les discussions de lycéens incultes.


Le 23/10/2008 par AES

Je proteste énergiquement ! Et la scène Black Metôl française, qu'en fais-tu ? Des groupes à se taper le cul par terre en chantant la marseillaise (chauvinisme à part) comme Belenos, Forbidden Site, Epheles, Blut Aus Nord, Aes Dana, Deathspell Omega, le p'tit Osirion et son black/thrash jouissif, Peste Noire, Alcest, Hegemon, Mirrorthrone ... et j'en oublie des tonnes.

Y a même le talentueux groupe de Techno Death Pitbulls In The Nursery, alors bon, pour ma part, la scène française n'a pas grand chose à envier aux autres, niveau metal extrême.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod