Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2024
Brasca
Par JOHN DUFF
Le 14 Juin 2024

Veil Of Mist
Par REMISSA
Le 13 Juin 2024

Wycca
Par JOHN DUFF
Le 15 Mai 2024

Hellripper
Par JOHN DUFF
Le 26 Mars 2024

Abduction
Par STORM
Le 26 Février 2024

Etrange
Par HAPLO
Le 12 Février 2024
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
VEIL OF MIST
Par REMISSA le 13 Juin 2024
Publiée le 13 Juin 2024 Consultée 728 fois

Afin de mettre à l’honneur les femmes dans le Metal et la féminisation de cet univers, nous avons initié une série d’interviews visant à mettre en lumière des artistes féminines de la scène locale, et afin de relater leur ressenti sur le sujet. Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Amandine Rosselle de VEIL OF MIST, groupe rémois dont le dernier effort a été chroniqué par votre serviteur il y a peu !

Salut Amandine, je te remercie de me consacrer un petit bout de ton temps pour échanger tous les deux ! Dans un premier temps, peux-tu tout simplement te présenter en quelques mots aux lecteurs ?

Salut ! Cela fait plus de vingt ans que je suis dans l’univers du Metal, dix ans comme chanteuse dans VEIL OF MIST, je suis maman d’une petite fille de neuf ans. Voilà ! Je pense qu'on est pas mal !

Vous avez donc sorti un album que j'ai chroniqué fin 2023 en octobre. Je me suis permis de lire les nombreuses chroniques des autres webzines, et globalement il a été très bien accueilli par tout le monde et à raison ! Que penses-tu avoir été la clé de la réussite de cet album ?

Je pense avant tout que c'est surtout notre façon de composer. On a notre bassiste JB qui va nous amener en général la ligne principale de chaque morceau. Et il nous laisse apporter chacun à notre hauteur par rapport à notre niveau de compétence, notre pierre à l'édifice, tout simplement. Je pense que c'est ça qui nous donne vraiment une base solide. Ça apporte une certaine sensibilité à ce qu'on fait et je pense que c'est ce qui fait la force du groupe, et c'est ce qui fait ce qui fait la force de cet album.

On sent vraiment qu'il y a une bonne entente entre vous ! Que ce soit sur cet album ou sur un précédent, est-ce que tu aurais un titre pour faire découvrir VEIL OF MIST aux auditeurs qui ne vous connaîtraient pas ?

Je me suis tellement creusé la tête ! Eh bien je vais te dire que ce serait “Another End Is Possible”, parce que clairement c’est un morceau qui est juste énormissime. J'ai eu du mal ! Je t'aurais cité tous les morceaux de cet album parce qu’ils sont tous bien et je n'arrive pas à trouver un filler dans l'album bizarrement. Pourtant voilà au moment des compos on s'était dit “Celle-là ce sera peut-être un filler parce qu’elle est peut-être moins bien que les autres”. Et puis finalement à force d'avancer on s’est rendu compte qu'il n'y en avait pas ! Du coup, autant choisir le titre principal de l'album ! Ce morceau est à mon sens représentatif vraiment de ce qu'on fait et notre identité. Donc du coup maintenant alors quand vous avez composé l'album du coup.

Vous avez désormais un line-up qui est complet avec l’embauche d’un batteur attitré. Est-ce que vous prévoyez ou est-ce que vous avez déjà une tournée en cours pour promouvoir “Another End Is Possible” qui a déjà huit mois maintenant ?

Il y a énormément de choses à gérer notamment pour Jean-Baptiste et moi sur un point de vue perso. Jean-Baptiste a entamé une reconversion professionnelle donc voilà en ce moment la situation ! Pour nous, c'est un peu compliqué de ménager les deux. En tout cas, clairement, oui on va remonter sur scène. Je pense qu'il faut vraiment qu'on s'appelle pour préparer un vrai show. On va bosser là-dessus. Il faudra intégrer un deuxième guitariste pour les lives, et s’organiser avec notre fameux batteur qui est très présent sur la scène rémoise en tant que chanteur dans d’autres groupes, donc il est très occupé ! On va organiser tout ça, mais pas avant 2025.

Sur un aspect un peu plus technique, le chant sur des albums de Sympho-Gothic s’axe plutôt sur des tessitures assez aiguës. Toi, tu as une voix qui est plutôt qui est plus grave, qui tend vers du contralto comme je l'avais écrit sur la chronique, et tu t'aventures même sur du chant en scream sur certains titres dont “A Scarlet Path To Virtue”. Penses-tu qu’il s’agit d’un atout pour te démarquer, et quelle est ta vision du chant féminin dans le Metal ?

Effectivement je pense que quand on parle Metal à chant féminin, on va tout de suite penser à du NIGHTWISH, qui est à mon sens réchauffé et vu et revu, et je pense que ce que je fais va être un peu plus original. J'essaye en tout cas, j'ai plutôt tendance à m'identifier à des chanteuses un peu moins lyriques et un peu plus rock, un peu plus gutturales. Je ne suis pas forcément rodée là-dessus mais j'aimerais bien m'y mettre parce que c'est quelque chose qui m'intéresse. J'écoute beaucoup de Metalcore et ça me permettrait vraiment de sortir des trucs exceptionnels, même si le chant lyrique reste agréable à petite dose. On utilise le chant saturé par petites touches à certains endroits où c'est vraiment pertinent, sur des passages planants, et ça apporte un côté couteau suisse de la voix féminine, et j'aime beaucoup cela !

En termes d'influences, est-ce que tu as des modèles féminins ? Et éventuellement, est-ce que tu as déjà eu l'occasion d'échanger alors soit avec tes modèles, soit avec d'autres artistes avec qui tu partages la scène ?

J'écoute beaucoup tout ce qui est Metal Atmo, Doom, Gothique, Metalcore, et j’ai plein de modèles féminins, mais je n'ai jamais eu l'occasion d'échanger avec elles directement, parce que je ne les ai jamais rencontrées. Je pense que je serais un peu comme une enfant qui rencontre ses idoles ! Je pense à Floor Jansen forcément, ça reste pour moi la meilleure chanteuse. Après oui j'ai partagé la scène avec plein de chanteuses de formations n’existant plus actuellement, et c'est bien dommage, je pense à ARSONIC par exemple. D'ailleurs pour la petite anecdote, à l'époque du COVID on avait des petits groupes sur Facebook qui se sont créés et je me suis retrouvée sur “Musiciennes de France”, et c'était là que j'ai creusé un peu et que je me suis fait plein de copines dans le Metal. Il y a tellement de groupes qui existent et ça permet d'échanger avec des gens sur plein de sujets, plein de problématiques. C’était vraiment cool de pouvoir avoir une vie sociale en dehors de chez soi, ça a permis de dénicher un peu de contacts et de créer du lien.

Justement par rapport à ça, puisque tu as pu échanger avec nombre de tes homologues féminins, est-ce que tu as rencontré des difficultés à t'imposer en tant que frontwoman, ou est-ce que tu as déjà été témoin de la difficulté à s'imposer en tant que femme dans un monde qui est quand même un peu trop rempli de testostérone ?

J'ai envie de dire qu’hélas, ce n'est pas que dans le Metal, professionnellement parlant aussi. J'ai été très longtemps considérée comme une interprète et pas reconnue pour mes capacités créatives. La misogynie existe et on aime croire et penser que c’est un peu plus ouvert que dans le monde de tous les jours, mais il y en a quand même un peu.

Malgré tout, penses-tu qu'il y a plutôt une évolution positive dans la féminisation du Metal ou qu’il y a une plutôt une stagnation ?

Ça dépend réellement des cas. Il existe plein d'initiatives comme des fests dédiés aux chanteuses ou aux zicos féminines. Ça va avoir tendance à forcer une ouverture d’esprit et à aller de plus en plus vers l’inclusif et l’égalitaire. Tu as plein d’artistes (féminins et même masculins d’ailleurs) qui sont reconnus et qui œuvrent en ce sens, et grâce à eux on gagne un petit peu plus en crédibilité dans ce domaine.

Et pour en revenir à toi, du haut de ton expérience, est-ce-que tu aurais un conseil à donner aux femmes qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure pour performer ou monter un groupe ?

Qu'elles restent elles-mêmes, et surtout qu'elles ne se renient à aucun moment et qu'elles ne lâchent rien. Je pense que c’est justement donner raison aux sexistes et aux misogynes de lâcher l'affaire.

Bien dit ! Et pour finir, je vais reprendre la formule traditionnellement usitée par notre collègue IsaacRuder dans notre podcast, à savoir une salve de questions courtes que tu peux développer à loisir bien sûr : Quel est ton album d’anthologie, le seul que tu emmènerais sur une île déserte ?

“Wishmaster” de NIGHTWISH, parce que c'est le tout premier, je suis tombée dedans grâce à cet album et c'est plein de souvenirs.

Encore plus dur, si tu ne devais garder qu'un seul titre ?

Eh bien complètement différent, je dirais “Pisces” de JINJER.

Est-ce que tu as un artiste, pas forcément dans le Metal ni dans la musique d’ailleurs, vivant ou pas, que tu admires ?

Floor Jansen, pour les mêmes raisons que précédemment !

Est-ce que tu vas me répondre la même chose à la prochaine question : As-tu un ou une artiste avec qui tu aimerais collaborer ?

J’aurais bien voulu répondre la même chose, mais je dirais Marco Hietala !

Est-ce qu'il y a un album ou une sortie récente qui t'a particulièrement marqué ?

Je vais faire du local : j'ai écouté très récemment l’EP d’INWARD (“The Withering”). Si tu ne connais pas je te conseille, je les ai écoutés à une convention, et c’était exceptionnel.

Merci beaucoup pour ton temps, est-ce-que tu as un dernier mot pour nous lecteurs avant que l’on se quitte ?

Merci à vous de nous écouter, c’est grâce à vous que notre musique fait sens et qu’on se donne à fond pour partager notre passion, donc merci à tous !



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod