Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2017
Carpenter Brut
Par ISAACRUDER
Le 8 Avril 2017
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
AYREON
Par JEFF KANJI le 29 Octobre 2013
Publiée le 11 Novembre 2013 Consultée 2632 fois

Chaque nouvel opus d’AYREON est un évènement dans le giron Rock/Metal à tendance Prog, c’est tout naturellement que NIME est allé à la rencontre de la tête pensante du projet, Arjen Anthony Lucassen afin d’en savoir un peu plus sur AYREON et son nouvel opus "The Theory Of Everything".

Quel effet cela fait-il de faire revivre AYREON cinq ans après "01001101" ?

AYREON est un projet qui me demande énormément d’investissement en matière de temps, de travail et d’émotion, c’est pourquoi je ne fais jamais se suivre deux albums d’AYREON et que je coupe avec GUILT MACHINE ou encore STAR ONE, ce qui peut expliquer en partie ce délai. En fait, c’est mon album solo qui m’a fait le plus grand bien. Ça a littéralement rechargé mes batteries et j’ai été très surpris par le bon accueil du public pour ce disque. Le morceau "Lost In The New Real" a réellement été le point de départ. Cela m’a donné envie de travailler à nouveau sur AYREON.

Est-ce une nécessité de toujours présenter ta musique sous forme de concept, que ce soit la trame de l’histoire ou même l’univers ?

En fait je vis vraiment coupé du monde. Je n’ai aucune notion de ce qui se passe, je suis un véritable reclus. Je ne lis pas les journaux, je ne regarde pas la télévision donc je reste seul avec mes références musicales et ses grandes épopées épiques ("Jesus Christ Superstar", "Tommy", "The Wall") et mes films de SF. C’est donc à la fois une nécessité et un choix par défaut, c’est plus facile pour moi.

Tu disais que la trame d’AYREON devenait trop compliquée y compris pour toi. Peux-tu nous en dire plus ?

J’avais besoin de repartir sur des bases saines sans avoir à me concentrer sur autre chose que la musique. Il est primordial pour moi de ne pas me répéter et de conserver de la fraîcheur et aussi une certaine forme de spontanéité. Même si je reste très satisfait du concept développé sur les précédents opus d’AYREON, j’avais besoin de quelque chose de neuf, de frais.

Le choix de passer d’un casting quasi-Hollywoodien de 17 à 7 vocalistes rappelle un peu l’approche de "The Human Equation" ou même de "Into The Electric Castle" avec ici un John Wetton auquel un rôle parfait permet de s’insérer au milieu des autre vocalistes qui ne sont pas de sa génération. Vous avez obtenu selon moi le meilleur de Cristina Scabbia and Marco Hietala. Comment parviens-tu à obtenir une telle homogénéité ?

Déjà je les fais tous venir par avion chez moi. Cette proximité est importante. Nous sommes tous les deux dans le studio et je les laisse libres de faire ce qu’ils veulent. Je leur envoie au préalable les morceaux avec des guides vocaux pour qu’ils sachent quoi faire et où chanter mais j’aime conserver cette part de spontanéité, ils peuvent improviser, je ne les limite pas. On est vraiment très productif en fonctionnant de cette façon.

Certains vocalistes sont reconnus dans leurs groupes respectifs et d’autres sont totalement inconnus. Est-il différent de travailler avec l’un ou l’autre ?

Non pas vraiment. Certains chanteurs ont besoin d’être guidés et d’autres débarquent et font le show direct. Chaque chanteur est vraiment différent. Quand on coince sur une façon de faire, on trouve toujours un moyen pour que cela fonctionne d’une autre façon et dans le pire des cas, le vocaliste s’en tient à la ligne que j’avais moi-même enregistrée. Mon talent est, je pense, de savoir comment tirer le meilleur des chanteurs.

On pouvait s’attendre à t'écouter chanter sur ce nouvel opus d’AYREON. Pourquoi avoir choisi de laisser ta place ?

Ce n’est pas calculé à l’avance… Mais j’ai eu mon album solo et je me suis dit, après deux cds remplis à ras-bord avec ma petite voix, vaut mieux que je me taise. Je ne peux même pas dire si je rechanterai sur un album d’AYREON un jour...

Le rôle du hippie sur "Into The Electric Castle" semblait pourtant être un choix.

Il faut savoir qu’en général, si je chante c’est pour remplacer un chanteur qui s’est désisté au dernier moment. Pour anecdote sur le hippie, j’avais engagé pour ce rôle un chanteur totalement inconnu du nom de Mouse qui avait enregistré tout le rôle et qui dans les derniers jours de production à commencer à parler de contrats, d’avoir plus d’argent, que je n’avais pas le droit d’utiliser sa voix etc… J’ai dit Fuck off !! et j’ai effacé toutes ses voix et les ai refaites moi-même. Mais il s’est senti vraiment con après tout ça et j’ai publié certaines de ses pistes sur "Ayreonauts Only" et j’ai même retravaillé avec lui par la suite sur "The Dream Sequencer" où il interprétait "The Shooting Company Of Captain Hans B Cocq".

Wilmer Waarbroek semble être devenu un membre de confiance. Il avait déjà enregistré tous les chœurs de "Lost In The New Real" et nous le retrouvons sur « The Theory Of Everything".

Ce mec a un talent hors-normes. Il a enregistré tous les guides vocaux pour l’album. Il m’a fait tout l’album en quatre jours !!! J’ai souhaité d’ailleurs que ses chœurs restent sur l’album et nous prévoyons du coup de sortir sur YouTube une nouvelle version de l’album entièrement chanté par lui.

Pas de sortie physique prévue donc ?

Non, la maison de disques ne serait pas intéressée, cela représente un gros investissement.

Ce nouvel opus développe un aspect psychologique bien plus marqué, bien éloigné de vos thématiques SF habituelles.

Là encore un contraste avec le dernier opus d’AYREON, très Heavy et épique avec beaucoup de chanteurs et une histoire SF complètement démente. Mais pour moi-même là-dedans l’aspect psychologique est toujours présent d’une certaine façon ne serait-ce qu’à travers l’interaction des personnages et leurs questionnements.

"01011001", même si c’est un album que j’adore, semblait mettre davantage les vocalistes en avant, je pense aux voix très identifiables d’Hansi Kürsch ou Anneke Van Giesbergen qui rappelaient forcément leurs combos d’origine. Le choix de ces nouveaux chanteurs semble davantage servir la musique, est-ce que vous partagez ce sentiment ?

Je ne suis pas sûr d’être d’accord avec toi si tu parles du fait que les vocalistes sont moins identifiables ici. Michael Mills avec ses aigus perçants ou encore JB avec sa grosse voix grave ne se mélangent pas vraiment. Cela dit si je comprends bien, le retour de la trame conceptuelle au premier plan est une bonne chose oui. De plus, le fait de travailler avec de nouvelles voix était important pour rester frais et je trouve qu’ils ont chacun un truc très personnel. Tu sais, pour moi c’est la même chose quand tu vois un film avec des acteurs connus : cela change la perception que tu as de ce film. Si tu prends « 2001, L’Odyssée de L’Espace », il n’y a pas de Tom Cruise ou de Mel Gibson pour attirer ton attention, et l’histoire n’en est que plus forte.

C’est clair que c’est pas « Expendables » !

Ah oui t’as tout compris.

Tu dis avoir été influencé dans le choix de quatre longs titres par "Tales From Topographic Oceans". La version promo que j’ai reçue est celle séparée en 42 segments. Comment avais-tu réellement pensé l’album initialement ?

La grande nouveauté pour moi, c’est que j’ai tout écrit en studio cette fois-ci. Ça a complètement régénéré ma façon d’écrire. Avant je prenais ma guitare ou mon clavier et j’accumulais des idées que j’essayais ensuite d’ordonner. Là j’ai couché un embryon, le thème de "The Theory Of Everything" par exemple et j’ai laissé les idées venir et au bout d’un moment, je termine le morceau et je me dis « merde 23 minutes ! ». Le truc c’est que ça a fait la même pour les trois morceaux suivants et je me suis assez vite retrouvé avec quatre blocs de vingt minutes chacun. Du coup ce sont bien quatre morceaux distincts… mais qui s’enchaînent.

Un nouveau concept, une nouvelle façon de composer… Un jeune homme plein d’avenir en somme ?

C’est super motivant oui. Ça me permet de rester dans le coup et de conserver cette passion pour la musique. Même si je suis un vieux loup de 53 piges, j’ai toujours la foi et je m’entends plutôt bien avec la nouvelle génération, ça aide !

À quoi pouvons-nous nous attendre après un album comme "The Theory Of Everything" assez Rock Progressif ?

Je ne peux pas tellement savoir à l’avance mais comme toujours il y aura une réaction à l’aspect très Prog de ce dernier. Cela peut être quelque chose de bien Heavy, comme un nouveau STAR ONE mais aussi peut-être quelque chose de plus simple, sans toutes ces couches de son.

Dernière question, ce fameux morceau "The Theory Of Everything" est un clin d’œil appuyé à PINK FLOYD pas vrai ?

Oh oui ! Tu sais je suis tellement fan de PINK FLOYD… "The Wall" a eu une énorme influence sur moi. Cela transparaît davantage dans ma musique depuis "Lost In The New Real". Toutefois ce cas-là est évident car les morceaux portent le même titre mais on retrouve d’autres thèmes comme "The Blackboard" à d’autres endroits de l’album parfois orchestrés différemment ou dans une autre tonalité.

Un grand merci d’avoir répondu à toutes mes questions !

Tout le plaisir est pour moi. Bye.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod