Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2024
Wycca
Par JOHN DUFF
Le 15 Mai 2024

Hellripper
Par JOHN DUFF
Le 26 Mars 2024

Abduction
Par STORM
Le 26 Février 2024

Etrange
Par HAPLO
Le 12 Février 2024
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
ODD LOGIC
Par HAPLO le 6 Novembre 2023
Publiée le 6 Novembre 2023 Consultée 1497 fois

Multi-instrumentiste surdoué et âme solitaire de sa formation uni-personnelle d’ODD LOGIC, Sean Thompson n’est pas facile à saisir ! Après quelques années d’échanges via messenger, ce grand bonhomme du Metal underground made in Tacoma a accepté de répondre à quelques questions… Pour lui qui ne s’exprime habituellement qu’en composant ou en jouant d’un instrument ; je suppose que l’exercice n’a finalement pas été aussi facile ! Et même si toutes mes questions n’ont pas reçu de réponses, c’est un immense plaisir pour moi que de l’accueillir dans cette rubrique. Frustrant mais unique !

NIME : Bonjour Sean. Merci de nous donner l’occasion d’échanger ensemble. Je suppose qu’il s’agit d’une première pour toi de donner une interview auprès d’un webzine français de Metal! Que peux-tu nous raconter de ton parcours personnel avec la musique? Es-tu un dingue génial vivant dans un sombre manoir? Un simple résident de Tacoma passionné par le Folk Metal local? Quelles sont tes racines musicales et tes principales sources d’inspiration? Qui-es-tu?

Sean Thompson: Salut! Merci pour cette belle tribune numérique. Je suis un introverti assez réservé, j'espère donc être suffisamment intéressant pour tes lecteurs. Mon parcours musical a commencé parce que mon père était batteur et possédait des milliers de vinyles dans une collection de disques à laquelle nous avons tous deux contribué tout au long de mon adolescence. J'ai joué de sa batterie sur de nombreux albums depuis tout petit jusqu'à ce que je commence à étendre mon passe-temps à d'autres instruments. C’était vers l’âge de 12 ans lorsque j’ai commencé à jouer de la guitare et à jouer du piano. Mais jusque-là, mon père me faisait participer à des concours de talents entre 5 et 10 ans, jouant de la batterie dans des salles inconnues pour des gens que je n'avais jamais rencontrés. C’était une sensation étrange, mais c’était ma première expérience de scène. Pour moi, c'était comme si j'étais juste un enfant qui jouait de la batterie dans le garage, mais pourquoi donc tous ces gens sont-ils ici ? À partir de 13 ans, j'ai commencé à faire des compositions sur de vieux magnétophones 4 pistes, en trouvant des astuces pour obtenir un meilleur son. Plus tard, durant mon adolescence, j'ai commencé à développer naturellement mon style de guitare en jouant sur des groupes comme DOKKEN, QUEENSRYCHE, MEGADETH, SCORPIONS et KING’S X. Alors que des groupes comme YES, FATES WARNING, RUSH et KANSAS commençaient à apparaître dans mes playlists quotidiennes, J'ai commencé à écrire avec des tendances plus « progressives ». J’ai également été influencé par des musiciens incroyables de différents genres. Des musiciens et des projets comme AL DIMEOLA et STEELY DAN étaient mes délices secrets. J'ai acheté mon premier multi-pistes numérique à 21 ans alors que j'étais à l'université et j'ai immédiatement ressenti un changement dans mon écriture de chansons, car l'amélioration de la technologie pour les musiciens à domicile était une énorme inspiration. C'était vers 1995. À cette époque, mon colocataire Dan Blackson (batteur de NOTHING IN WRITING) m'a rejoint pour jouer des chansons de DREAM THEATER dans notre appartement universitaire pendant quelques années, faisant fuir les voisins, mais en même temps, nous permettant d’améliorer nos compétences musicales. Pour aller de l’avant, mon premier groupe live a commencé vers 1998 et a perduré pendant quelques années. Ensuite, la démo "Parallax Panorama" d’ODD LOGIC a été enregistrée sur une console portable 16 pistes en 2000 et sortie en 2001 sur le label The Orchard. Curieusement, c'est le seul morceau de musique pour lequel je reçois encore des chèques résiduels, car après cela, j'ai sorti chaque album indépendamment des labels. Et j’en suis ici aujourd'hui. Juste un travailleur avec sa femme et deux chiens. Faire de la musique avec de bons amis dans une petite maison fermement enracinée sur une petite péninsule dans les eaux du Puget Sound, à proximité de Tacoma et de Seattle dans l’ouest de l’État de Washington.

NIME : Il y a longtemps maintenant, tu as fondé ODD LOGIC… Mais cette aventure collective est devenue en quelques années une épopée personnelle. Pourquoi ? Qu’est devenu ODD LOGIC pour toi ? Une évolution d’identité ? Un rêve personnel ? Une psychothérapie ? Une manière de jouer tous les instruments sans autres musiciens et sans producteur ?

Sean Thompson: En fait, dès l’origine ODD LOGIC a débuté comme un projet solo avec "Parallax Panorama" (2004). Les autres musiciens présents sur cette démo sont des personnifications fictives de mes alter ego. C'était ma chance d'enregistrer exactement ce que je voulais et de jouer moi-même de tous les instruments pour la première fois, même si la batterie était purement conçue par ordinateur. D’une certaine manière, on pourrait appeler cela un rêve personnel. Mes projets ou collaborations précédents étaient plus dans la catégorie "style", si tu veux, et je voulais faire tomber les barrières.

NIME : Quel est exactement le style d’ODD LOGIC? Prog Metal ? Prog technique ou mélodique ?, Metal made in Tacoma ? Rock velu ? Comment définir ton art ? Comment définir au mieux ta musique ?

Sean Thompson: C'est sans doute clicheteux, mais c'est seulement moi. C'est tout ce que je peux dire. Le point culminant de toutes ces petites influences dont j’ai parlé. Un peu de Rock, de Metal, de Jazz, de Blues, de Latino, de Classique, de World, de cirque, etc...

NIME : Peux-tu nous remettre en mémoire les histoires et les univers propres aux albums "Legends Of Monta: Part I" (2006), "Legends Of Monta: Part II" (2009) et "Over The Underworld" (2011)? As-tu composé la musique après les textes ou en même temps ? As-tu créé, joué, mixé et produit absolument tout seul pour ces albums ?

Sean Thompson: Oh mon Dieu, il y a probablement trop de détails à aborder pour chaque album, mais tous ces albums ont été réalisés de différentes manières. Certains avec une histoire d'abord sans paroles, certains avec des paroles d'abord, certains avec la musique en premier, certains avec un film d'abord (le film "Underworld"), certains écrits d’une traite du début à la fin, certains enregistrés comme si ils étaient interprétés en live, certains enregistrés avec de nombreux guests, certains avec les membres complets du groupe, certains entièrement en solo. Comment ça, c’est une phrase interminable ? Eh bien, j’ai aussi tendance à écrire des chansons à tiroirs !

NIME : Toujours dans la logique de figurer seul comme "All Instruments & Vocals", tu as imaginé un live fictif avec le surprenant "If We Were Live" (2013). Pourquoi créer un tel album ? N’étais tu pas en mesure de jouer sur scène avec de vrais potes ? Comment l’ont ressenti tes fans ?

Sean Thompson: Faire un faux album live était plus une tentative de faire quelque chose d’inhabituel qu’autre chose. J'ai toujours cherché des façons uniques de présenter des albums chaque fois que je le pouvais. D’un autre côté, l’argent et le temps n’étaient pas disponibles pour y parvenir. Ironiquement, j'ai effectivement rassemblé la première version live du groupe avec des musiciens en chair et en os après cet album. Nous avons passé un an à apprendre l’intégralité des titres du disque. Mais à cause de certains événements de la vie, nous avons dû renoncer juste avant d'avoir la chance de le jouer devant les gens. Nous avions même une salle prête à être louée pour le premier concert. Nous l'avons finalement réalisé un an plus tard et avons joué la majeure partie de "Effigy" avant même de l'enregistrer, mais nous avons également joué quelques chansons de "If We Were Live" lors de cette petite série de concerts. Cela dit, nos fans ont vraiment aimé "If We Were Live".

NIME :Vers 2013-2014, tu brises volontairement ton isolement pour jouer avec le guitariste et ingénieur du son Mister Steven Pierce au travers du projet the GRAPHIC LIGHT THEORY. Peux-tu nous en dire plus sur cette histoire et comment cela a fini ? (L’intégralité de l’album “Endless Exodus” est chroniqué sur NIME et je crois que c’est unique!) Prévois-tu de rejouer avec Steven et GRAPHIC LIGHT THEORY un jour ?

Sean Thompson: Steven est un bon ami à moi. C’était un choix naturel. Sans oublier que c’était ma chance de revenir à un Metal plus classique. L'album n'a en réalité jamais été terminé. Je crois qu'une version bootleg de certains des enregistrements live a été distribuée et finalement utilisée pour la chronique. Mais c'est plutôt cool qu'une partie de la musique soit disponible et ne soit pas enterrée au fond d’un sombre studio.

NIME : Après le talentueux voyage intérieur proposé par "Penny For Your Thoughts" (2016), et même si tu demeure le principal compositeur et multi-instrumentiste du groupe, ODD LOGIC devient un collectif avec "Effigy" (2017) puis juste avec ce foutu batteur qu’est Pete Hanson pour ton dernier album en date "Last Watch Of The Nightingale" (2019). Que souhaites tu nous dire de cette évolution ? Quel est le futur pour ODD LOGIC?

Sean Thompson: C'est vrai, "Effigy" a été le premier album dont tous les postes étaient occupés par un membre à temps plein. Et en raison des délais naturels liés à l'implication d'un groupe complet, "Penny For Your Thoughts" a été réalisé tandis que les autres musiciens apprenaient et aidaient à construire "Effigy" pendant un an. "Penny" a donc été écrit après "Effigy" mais a été publié avant, pendant que le groupe au complet rattrapait son retard. Cela dit, j'ai l'impression qu'il a été très bénéfique de laisser "Effigy" mûrir lentement, de le jouer pendant un certain temps et de laisser les choses se mettre en place avant de l'enregistrer. Jusqu’à présent, celle-ci est la mieux accueillie de toutes les versions. Enfin, oui, c'est à cette époque que mon ami Pete Hanson est arrivé parmi nous et est devenu batteur à plein temps de ODD LOGIC. Son style a réellement ajouté une saveur unique à la musique dont on avait tant besoin. Sans oublier que l’ajout de sa voix gutturale a ouvert de nouvelles voies. Vous pouvez désormais retrouver ODD LOGIC dans des webzines en ligne comme "No Clean Singing". Merci Pete Hanson Smile !

NIME: Plus récemment, tu as créé avec mister Dan Blackson une formation originale nommée NOTHING IN WRITING (dont l’album “New Lives For Rent” 2022 est également chroniqué sur NIME!). Peux-tu nous raconter cette histoire ? Quelles différences avec ODD LOGIC ? Quel futur pour ce groupe ?

Sean Thompson: ODD LOGIC a vraiment voyagé dans des territoires sans limites où revenir à un album plus traditionnel de type AOR serait trop choquant. Mon bon pote Dan Blackson et moi avons donc lancé un projet axé sur les influences NeoProg et AOR avec lesquelles nous avons grandi. Bref, ODD LOGIC s'est lentement déplacé vers des territoires plus expérimentaux et lourds, et NOTHING IN WRITING est très mélodique avec des structures plus traditionnelles.

NIME: As-tu aujourd’hui d’autres projets musicaux ? J’ai cru entendre le nom de TRITON PROJECT? Qu’est-ce donc ? Encore du Metal ? De la Funk groovy ? Peux-tu nous en dire un peu plus ?

Sean Thompson: TRITON PROJECT est le fruit de l'imagination de Title Tanpawat, une personne thaïlandaise très talentueuse. Il est fan d’ODD LOGIC et m'a contacté un jour avec une lettre étonnante que je n'oublierai jamais. Comme nous sommes restés en contact au fil du temps, il m'a finalement envoyé un extrait de la musique sur laquelle il travaillait. J’ai été époustouflé par ses talents d’auteur-compositeur matures et passionnants, surtout compte tenu de son jeune âge. Aujourd'hui, quelques années plus tard, j'ai enregistré les guitares et le chant de son premier album qui sortira plus tard cette année (2023). Nous avons également été rejoints par le jeune et brillant bassiste anglais Kieran Pope. Je pense que les fans d’ODD LOGIC vont beaucoup aimer cet album. Il s'agit d'un disque épique de Prog-metal/world-metal de 78 minutes, axé sur la fantasy !

NIME : Aurons-nous la chance d’entendre ta musique étonnante un jour en France lors d’une tournée ? As-tu des échanges avec des groupes français ? Quelles formations préfères-tu aujourd’hui en France et dans le monde ?

Sean Thompson:Si cela ne te dérange pas, je vais sauter cette première question. Mes années de musique live sont derrière moi, mais j’ai encore du mal à l’admettre en public. Et c'est difficile de répondre à la question des groupes que je préfère parce que je suis très ouvert. L’album actuel que j’écoute en boucle dans la sphère Prog est ARENA "The Theory of Molecular Inheritance". Je sais que ça fait déjà un an que c’est sorti, mais j'aime vraiment ce truc !

NIME : C’est un honneur d’avoir réalisé cet interview avec toi Sean. Souhaites-tu dire quelques mots pour terminer aux lecteur de NIME ?

Sean Thompson:Merci pour tes questions. Heureusement pour moi, il n'y a plus personne dans la salle, donc je n'ai plus besoin d'être brillant. Excusez-moi, où est la porte de sortie?



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod