Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2017
Carpenter Brut
Par ISAACRUDER
Le 8 Avril 2017
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
Des nouvelles de MYRATH
Par JEFF KANJI le 28 Avril 2013
Publiée le 24 Février 2014 Consultée 2384 fois

Je m'étais rendu voilà bientôt un an au PPM Fest à Mons pour y voir entre autres MYRATH et vous aviez pu lire le résultat de certains de mes échanges avec les artistes en nos pages avec des interviews de Kobi Fahri (ORPHANED LAND) ou encore d'EMPYRIOS. Pour des raisons demeurées inconnues, ce papier est passé entre les mailles du filet et je profite d'avoir pris des nouvelles de Morgan Berthet, également batteur au sein de la formation tunisienne pour vous livrer cet entretien passionnant réalisé avec Anis Jouini (basse).

Que pensez-vous de "Tales Of The Sands" après l’avoir défendu ardemment sur scène depuis 2 ans ?

Anis Jouini : C’est le meilleur disque qu’on ait fait pour moi. Je suis un peu plus vieux que les autres membres du groupe et j’ai du coup sans doute un peu plus de recul par rapport à ça. "Desert Call" était encore un peu hésitant, on ne savait pas trop comment sortir de nos influences. Avec "Tales Of The Sands", MYRATH a trouvé son style. Quand on joue ce disque sur scène, le public étant différent à chaque fois, on a l’impression qu’on joue ces titres pour la première fois. On essaie d’une manière générale se mettre dans la position de notre premier concert.

Où en êtes-vous musicalement, la cohésion avec l’arrivée de Morgan s’est visiblement bien opérée. Que gardez-vous comme souvenirs de l’ère "Tales Of The Sands" ?

Morgan est comme un frère. Et les tournées nous ont permis de créer une vraie relation. Piwee (qui a enregistré "Tales Of The Sands", je l’ai vu que pour quelques sessions d’enregistrement et le tournage du clip, j’aime pas beaucoup ce genre situation où la rencontre humaine en peut pas se faire. Cette cohésion qu’on a actuellement aura sans aucun doute une influence sur le prochain album. Chacun a son style dans MYRATH, la Funk pour moi notamment. Quand on compose, ensemble, chacun apporte ses idées. La création de quelque chose de neuf prend du temps.

MYRATH, d’un petit outsider comparé à un KAMELOT-like, est devenu une formation reconnue sur la scène Heavy. Qu’est ce qui selon vous démarque MYRATH du nombre impressionnant de formations œuvrant dans le Heavy/Power ?

Les tournées nous aident beaucoup. Je pense qu’on essaie d’être nous-mêmes sur scène et de communiquer notre musique au public. L’identité tunisienne est présente bien entendu.

Et quid d’un successeur à "Tales Of The Sands" donc ?

On va garder cet aspect sur le prochain album en incluant des derboukas tunisiennes, du mezwed aussi… L’apport folklorique et les couleurs harmoniques qu’on utilise sont assez différentes de ce qu’on peut retrouver chez ORPHANED LAND par exemple qui utilise d’autres types de couleurs, plus orientales encore, plus typiques du Proche Orient. Nous avons nos propres gammes et une musique traditionnelle très riche et ancienne. La Tunisie n’est pas un pays arabe, ce qui fait une différence. Notre peuple est de souche carthaginoise et berbère et cela se ressent dans la musique entre autres, La dimension orchestrale de MYRATH peut évoluer également. Kevin (Codfert, claviériste d’ADAGIO et producteur de MYRATH) est devenu un 6ème membre qui nous conseille énormément. Son avis est important et nous y restons toujours attentifs car il est musicien lui aussi mais il ne s’immiscera pas dans le processus d’écriture. Il faut savoir que c’est Kevin qui a découvert MYRATH. Sans lui le groupe n’existerait tout simplement pas je pense. Les morceaux ont besoin d’être améliorés en permanence et doivent développer l’identité du groupe. Le prochain opus sera dans la lignée de "Tales Of The Sands". Comme je te le disais, on a trouvé notre style sur ce disque, et même s’il y aura sans doute quelques évolutions, la personne qui a écouté « Tales Of The Sands » ne sera pas désarçonnée.

Elyes est l’ancien vocaliste de MYRATH. À l’image de ce que vous pouvez faire sur "Beyond The Stars" ou "Tales Of The Sands", pensez-vous développer la dualité vocale pour vous ouvrir de nouveaux champs d’exploration ? Je pense aux harmonies vocales entre autres.

On va donner plus d’occasion de laisser Elyes s’exprimer. C’est un super chanteur et on pense développer la dualité vocale. On ne dirait pas comme ça, mais Zaher chantait dans un groupe de Death Metal avant MYRATH et sa voix Death est remarquable. Il y en aura sans doute aussi sur le prochain album, ce qui laissera du champ à Elyes. Mais on restera dans la lignée de "Tales Of The Sands" pour autant. Sa thématique sera sans doute forte une nouvelle fois ("Tales Of The Sands" fut composé et enregistré durant la révolution qui a renversé le président Ben Ali).

Où en est le développement de la scène Metal en Tunisie ?

Avant la révolution, la scène metal ne se portait pas mal, on pouvait organiser des concerts etc. Certes c’était pas génial non plus, la presse était contrôlée, l’accès à Internet aussi mais pour nous c’était supportables. Pendant la révolution, nous avons dû prendre des risques, braver le couvre-feu pour nous rendre à Sousse chez Zaher pour enregistrer des violons en risquant nos vies. Depuis la révolution, c’est encore pire, il n’y a presque plus de Metal en Tunisie. Tous les extrémistes sont sortis de prison et menacent notre liberté à tous. Pour nous metalleux, il devient risqué de sortir dans la rue le soir, car on est stigmatisés, ce qui n’était pas nécessairement le cas avant. Mais bon j’ai bon espoir que d’ici 3 ou 4 ans la situation vienne à s’améliorer chez nous. Nous sommes pour le coup de véritables rebelles.

Un grand merci pour ta franchise et ta disponibilité.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod