Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2017
Carpenter Brut
Par ISAACRUDER
Le 8 Avril 2017
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
ORPHANED LAND
Par FIGHTFIREWITHFIRE le 5 Janvier 2010
Publiée le 17 Janvier 2010 Consultée 3252 fois

ORPHANED LAND, le groupe de Metal le plus célèbre d'Israël, en plus de bénéficier d'une forte notoriété dans la plupart des pays arabes a également petit à petit conquis le reste du monde et particulièrement l'Europe. Avec une musique folk death qui sert un message pacificateur et un visuel fort, la formation revient avec son quatrième album, l'occasion pour nous d'aborder son univers si particulier. Entretien avec le guitariste Matti Svatisky.

Près de cinq and d’attente entre Mabool et The Neverending Way Of Orwarrior : Des soucis d’inspiration ou des problèmes techniques, ou bien du perfectionnisme ? Ou les deux ?

Je pense que cette longue période a surtout été due au perfectionnisme. Nous avions beaucoup de matériel prêt depuis trois ans, mais notre désir de proposer une sortie parfaite nous a poussés à faire des heures supplémentaires et également à filtrer davantage la substance de nos idées.

Comment la collaboration avec Steven Wilson (PORCUPINE TREE, également producteur pour OPETH) a t-elle pris place au moment du mixage ?

Steven est un mec bien et un ami, nous avons eu l’honneur de le voir mixer notre album. Au départ nous avions l’ambition qu’il produise notre album, mais à cause d’un emploi du temps trop chargé il a seulement réalisé le mixage. C’est l’un de mecs les plus talentueux de ce milieu, et travailler avec lui a été un privilège.

Vous avez détaillé le concept de l’album sur votre forum officiel, pouvez-vous à présent détailler sa structure que l’on sait composée de trois parties/chapitres ?

Cet album, comme le précédent Mabool, est un récit-concept. Il relate l’histoire d’un combattant de lumière (OR signifie lumière en hébreux). Le récit s’articule autour de la vie de ce guerrier, avec trois parties consistant en trois phases majeures de son existence. La première concerne le guerrier en tant que personne, la seconde s’attache à celui-ci en tant que guerrier en devenir de lumière avec le désir de combattre pour le Bien, et la troisième traite de l’apport par ce guerrier de la parole de lumière au peuple, celle-ci exposant la guerre entre la lumière et l’obscurité.

Quelles différences musicales pouvons-nous attendre par rapport aux anciens albums ? Une plus grande utilisation d’instruments traditionnels, un chant plus important de la part de Shlomit, des morceaux plus variés ?

C’est comme si tu connaissais déjà l’album (rires). Oui, tout ce que tu as dit est vrai. Mais avant tout je pense que ce qui en fait un album meilleur que Mabool c’est la qualité sonore supérieure et la production plus aboutie. Dans chaque album d’ORPHANED LAND tu peux entendre la maturité que nous avons engrangée avec les années, et cette maturité se reflète dans notre musique. Nous avons essayé, dans cet album, de créer un expérience du Proche Orient plus extrême, dans certains de ses aspects, pour l’auditeur. Mais nous ne nous concentrons pas exclusivement sur le Moyen Orient et tu peux trouver un spectre de styles et de sonorités dans cet album.

Sapari est basée sur une chanson traditionnelle, y’a t’il d’autres morceaux dans cet esprit ?

Non, pas vraiment. Dans chacun de nos albums nous utilisons deux ou trois titres qui sont plus simples et courts et qui sont la plupart du temps des chansons traditionnelles, nous faisons également des reprises. Dans notre album précédent nous avions Norra El Norra, dans l’album El Norra Alila nous avions la chanson El Meod Na’ala ‘ et dans cet album il y’a Sapari, ainsi qu’une chanson intitulée Olat Hatamid. Mais ces chansons ne représentent pas les morceaux typiques d’ORPHANED LAND, ceux dans lesquels nous insufflons réellement notre énergie. Dans cet album nous avons des titres comme Desciples of the sacred oath II, Codeword :uprising, From Broken vessles et d’autres, qui sont bien plus complexes et intéressantes pour les personnes (comme nous) qui aiment les choses plus compliquées. Ces chansons on également des influences du Moyen Orient au niveau des instruments mais l’essentiel est concentré sur les mélodies et la puissance.

L’album semble relativement long, mais avec un tel temps de gestation plusieurs chansons ont dû être laissées de côté, les retrouverons nous par la suite sur un éventuel EP ?

Je ne pense pas. J’imagine que notre prochaine sortie (hors DVD et choses de ce genre) sera un album complet. Si nous avons décidé que quelque chose n’était pas assez bon pour Orwarrior, je ne pense pas qu’il y’ait de raison pour nous de changer d’avis et de l’utiliser au final. Mais qui sait, les choses peuvent évoluer et nous pourrions changer d’avis après tout. Mais à l’heure actuelle il n’y a pas de prévisions de ce type à l’horizon.

Que présentera l’édition limitée à part une pochette différente ? Quelques bonus seront-ils ajoutés ?

L’édition limitée contiendra, en plus d’une pochette différente, un livret spécial, et un DVD contenant le making of de l’album (appelé A Heaven You May Create). Dans ce film il y’a également une chanson intitulée Estarabum, une chanson en turc que nous avons enregistrée avec l’album mais que nous n’avions réalisée que pour nos fans turcs, mais tout le monde pourra l’écouter dans le documentaire.

Sur le site de Steven Wilson vous êtes comparés à Opeth, une sorte d’Opeth du Moyen Orient, comment percevez-vous cette comparaison ?

OPETH est un grand groupe que nous aimons énormément et être placé au même niveau qu’eux représente toujours un grand compliment. L’excellent travail de Steven avec OPETH par le passé est l’une des raisons ( en dehors de son excellent travail avec PORCUPINE TREE) qui nous a poussé à tellement vouloir lui faire prendre part à notre album.

On a pu voir sur des vidéos dévoilant une session photo que l’atmosphère était bonne en studio, voire même ressentir une certaine excitation. Est-ce représentatif de l’atmosphère qui réside généralement au sein du groupe ?

Etre un groupe de rock (ou de metal) n’est pas un travail si facile que ce que les gens peuvent penser. Ce n’est d’ailleurs pas plus facile qu’un autre travail, et pour y parvenir il faut mettre tout ce que tu as en toi dedans. Mais nous essayons d’entretenir du fun autour de tout ce travail difficile, et plaisantons par moments. C’est bon pour la santé de rire, et chaque membre du groupe est très amusant, il y’a donc une atmosphère lumineuse de temps en temps.

On connaît le grand intérêt que suscite ORPHANED LAND dans les pays d’Islam, mais comment votre approche musicale est-elle jugée en Israël ? Est ce que le message véhiculé par le groupe trouve le même écho ?

Israël est un état qui est composé de juifs immigrants venus de partout en Europe, et plus précisément il est divisé en deux groupes majeurs d’immigrants : les juifs venus d’Europe et les juifs venus de pays Arabes. Je parle de gens qui vivaient dans chacun de ces pays depuis plus de 2000 ans, donc naturellement les cultures de tous ces pays sont devenus une part d’eux. On peut donc affirmer qu’Israël est une sorte de mixture entre des pays d’Europe et du monde du Proche Orient ainsi que des pays Arabes. Ce que j’essaie de dire par là c’est que la musique du Proche Orient et la musique arabe ne sont pas étrangères ici, c’est une part de la culture de la population. Notre style est une combinaison unique car très peu de groupes mélangent la musique du Proche Orient avec du metal, mais c’est pris avec compréhension et curiosité, comme n’importe où ailleurs.

Le visuel semble prendre une place croissante dans votre univers, y’a t’il une raison à cela ? Est-ce dans le but d’attirer l’attention ?

Le visuel est toujours important pour un groupe, souvent aussi important que le son. Quand tu vas à un concert et que tu vois le groupe jouer, c’est plus impressionnant et fun que d’écouter le CD à la maison. Quand tu achètes un CD et qu’il y’a une belle pochette c’est plus fun que d’acheter un album d’un groupe qui n’a pas pris le temps nécessaire afin de la travailler pour qu’elle soit réussie.

Un fansite officiel a été récemment créé, Orphaned Disciples, avec des traductions dans plusieurs langues, avez-vous des projets avec ce site ?

Ce nouveau site web est vraiment bon, je l’ai visité à de nombreuses reprises et nous postons parfois quelques mots pour les fans. Ils ont mis de bonnes choses dessus et il y’a une bonne participation des fans qui coopèrent. Ils proposent également leur propre ligne de merchandising (avec notre approbation bien sûr). En somme je souhaite à l’administrateur bonne chance avec ce projet, car il est à notre bénéfice finalement.

En 2010 allez-vous concentrer votre énergie sur les gros festivals ou allez vous entreprendre une tournée Européenne, Proche Orientale ou Américaine ?

Nous jouerons autant que possible partout ou nous pourrons promouvoir notre album. Ce n’est pas encore confirmé mais on parle de tournées Européenne et Nord Américaine en 2010. Mais à part ça nous allons également nous produire dans de gros festivals comme le Summer Breeze et le Wacken en Allemagne et quelques autres également.

Pensez-vous essayer de varier fréquemment les setlists, pour laisser de la place aux anciens titres que les fans attendent, ou comme de nombreux groupes préférez vous vous concentrer sur les deux derniers albums ?

Nous essayons toujours de jouer d’anciennes choses en concert. Nous aimons également nos premiers albums, mais comment faire ? Quand de nouveaux titres sortent nous préférons jouer ces morceaux. Quand nous sortons un nouvel album nous pensons toujours que c’est notre meilleur travail et nous espérons que les fans penseront la même chose, mais nos oreilles sont toujours ouvertes et nous avons toujours essayé d’écouter ce que nous disaient les gens et leur avons donné ce qu’ils voulaient, car il s’agit avant tout de faire plaisir aux fans, pas à nous.

Pour la prochaine tournée en Europe viendrez vous sur les routes accompagnés d’autres groupes venus du Proche Orient, et rompre avec les concerts dits progressifs pour montrer de manière plus concrète la vivacité de la musique metal de cette région ?

Il y’a des rumeurs concernant peut être une tournée avec un autre groupe de la région, mais ce n’est pas encore confirmé. Je pense que dans les semaines à venir tout sera décidé et nous serons davantage capables de tenir tout le monde informé.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod